Une tribune pour les luttes

Le Comité marseillais de soutien aux inculpés de Tarnac s’élève contre les arrestations menées à l’aube du 18 mai à Rouen et Forcalquier.

Article mis en ligne le lundi 18 mai 2009

Ces arrestations touchent des personnes s’étant manifesté contre l’intoxication médiatique autour de l’affaire de Tarnac et des sabotages de caténaires SNCF. Les interpellés de Forcalquier venaient de participer, le 8 mai dernier, à une journée de solidarité et de dénonciation des montages policiers de l’antiterrorisme (journée intitulée « Sabotons l’antiterrorisme »).

Le Comité marseillais de soutien aux inculpés de Tarnac dénonce ces opérations de terrorisme policier destiné à nourrir un dossier vide et par là-même justifier le maintien en détention de Julien Coupat, incarcéré depuis maintenant plus de six mois.

Comme avec l’inculpation de soutiens aux sans-papiers, c’est la solidarité qui devient un délit. Le ministère de l’Intérieur ne pousse-t-il pas à la faute ceux qu’il désigne comme son « ennemi intérieur » ? Histoire de disposer d’un épouvantail en temps de crise et de mécontentement social croissant ?

En ces temps troublés, une pensée de travers ou un clin d’œil complice peut valoir une garde à vue de 96 heures. Ceux et celles qui n’ont pas envie de se planquer sous leur sofa en attendant que l’orage passe doivent se serrer les coudes et se montrer au grand jour.

Nous exigeons (pour commencer) :


1. La libération immédiate des interpellés de Forcalquier et de Rouen.

2. La cessation des poursuites fumeuses contre ceux de Tarnac.

3. La fin du terrorisme d’État.


Comité marseillais de soutien aux inculpés de Tarnac.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4410