Une tribune pour les luttes

Dernier rapport de la Cour des Comptes

Étrange : Nicolas Sarkozy a payé les sondages OpinionWay publiés par Le Figaro et LCI

Article mis en ligne le vendredi 17 juillet 2009

Par Richard Trois

Le 17 juillet 2009

Avec les liens sur :

http://www.lepost.fr/article/2009/0...

En violation du code des marchés publics, la Présidence de la République, représentée par le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, a payé des sondages de l’institut OpinionWay pourtant publiés par Le Figaro et LCI.

Page 11, du rapport publié ce Jeudi par la Cour des Comptes et signé Philippe Séguin, au chapitre "Le cas particulier des Etudes", on découvre une bombe.

On y apprend que depuis le 1er Juillet 2007, Nicolas Sarkozy finance à hauteur de 1,5 Millions d’euros, via un intermédiaire, sans bon de commande et sans mise en concurrence, des sondages qui sont ensuite publiés dans la presse.
Cette absence de mise en concurrence est bien entendu tout à fait illégale étant donné l’ampleur du marché.
Mais ce n’est pas tout.

La Cour des Comptes s’interroge aussi sur les raisons qui peuvent pousser l’Elysée à payer des sondages hors de prix alors que ceux-ci vont paraître dans la presse. Les auditeurs de la Cour ont ainsi épluché les sondages payés par l’Elysée : "la comparaison des résultats publiés dans la presse et de ceux remis à la Présidence" ne fait "pas apparaître de différence"...

Pourquoi ?
La réponse vient assez vite. Il ne s’agit pas de n’importe quels sondages !
Ce sont ceux de l’institut OpinionWay.
Cet institut de sondage dont le Canard Enchainé puis Ségolène Royal ont dénoncé la partialité ainsi que ses affinités avec l’UMP : par exemple, le président d’OpinionWay, Hughes de Cazenave a été chargé de mission au cabinet de Gérard Longuet.
Dans son livre "Ma Plus Belle Histoire C’est Vous", Ségolène Royal détaillait la mécanique bien huilée des sondages OpinionWay immédiatement relayés par Le Figaro-LCI-TF1 et qui invariablement viennent soutenir Nicolas Sarkozy ou démolir ses adversaires.

Il suffit de taper OpinionWay sur le moteur de recherche du Figaro
ou de Metro pour retrouver la prose générée à l’aide de cet institut. Vous avez tous lu ces titres : , “Les Français plebiscitent la majorité”, "Royal distancée par Delanoë, selon un sondage", “Le gouvernement Fillon 2 plaît aux Français”, Présidentielle : Sarkozy loin devant Royal ou Aubry, "Sondage : une majorité d’Européens ont une bonne opinion de Sarkozy" etc...

En septembre 2008, je dénonçais un sondage "tripatouillé" OpinionWay-Le Figaro qui defrayait la chronique mais en cachait un autre aux résultats très différents. Un sondage publié en plein congrès du PS...

La Cour des Comptes s’interroge donc sur l’intérêt de la commande de sondages qui vont être publiés par voie de presse. Mais la vraie question est de savoir si l’on est dans le cas d’une manipulation de l’opinion. C’est ce que sous-entend Delphine Batho, Député des Deux-Sevres lorsqu’elle déclare jeudi soir :
" Nous sommes ici au coeur d’un système d’instrumentalisation de l’opinion et de connivence entre le pouvoir, un institut de sondage et certains médias."

Dans le même communiqué Delphine Batho réclame que toute la transparence soit faite sur les sondages qui ont été payés par l’Elysée avec l’argent du contribuable et publiés par la presse :
"Pour que l’information de tous soit complète, nous demandons à l’Elysée de rendre publique la liste précise des 15 sondages payés par la présidence de la République et qui ont été publiés par certains médias. Cela permettrait à coup sûr de revisiter les conditions de déroulement de certains débats publics où des jeux d’influence pervers s’exercent pour manipuler l’opinion."

Question subsidiaire posée par le site Arrêt sur Images :
"Qui est l’intermédiaire secret ?"
"Dans un premier temps, LeFigaro.fr ne citait pas Opinion Way, avant de corriger le tir vers 17h30. L’AFP ou Liberation.fr, eux, ne mentionnent pas la question des sondages, contrairement à Rue89 ou Reuters, qui évoquent bien les rapports particuliers entre l’Elysée et Opinion Way.
Un point n’est pas éclairci par le rapport : quel cabinet joue ainsi les intermédiaires entre l’équipe présidentielle et les sondeurs ? Il n’est pas nommé, mais selon la Cour, il empoche 10 000 euros par mois au titre de son conseil auprès de la Présidence."

(Sources : Cour des Comptes, Rue89, Arrêt sur Images)

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 17 juillet 2009 à 12:34, par

    Nicolas Sarkozy a remboursé à l’Elysée 14.123 euros de dépenses privées payées par la présidence de la République en 2008 et mises au jour par un contrôle de la Cour des Comptes.

    Le chef de l’Etat a assuré à l’institution qu’il ignorait que l’Elysée avait pris en charge ces dépenses personnelles.

    Le remboursement s’est produit juste avant la publication jeudi des résultats de cette enquête, la première concernant les comptes d’un chef d’Etat français depuis le roi Louis XVI.

    "La Cour vous donne acte que vous avez remboursé la totalité de ces dépenses privées réalisées en 2008 dont vous n’aviez pas connaissance, à hauteur de 14.123 euros", écrit Philippe Séguin, président de la Cour des Comptes, dans la lettre à Nicolas Sarkozy qui rend compte de l’enquête.

    Il précise que le chef de l’Etat a donné instruction pour qu’on lui remette en mains propres les factures de ses dépenses privées et de celles de sa famille.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 750