Une tribune pour les luttes

L’inhumanité devrait avoir des limites ...

La place de M. Edmond Mahoua n’est pas en prison !

A sa sortie de prison le 8 novembre il risque d’être replacé au centre de rétention, ou transféré directement à l’aéroport de Marignane vers le pays où il risque sa vie.
Signez la pétition pour sa libération et régularisation.

Article mis en ligne le mardi 3 novembre 2009

Une lettre d’Edmond Mahoua :

Il remercie tous ceux qui le soutiennent.
Il dit qu’il est très traumatisé par l’emprisonnement c’est la première fois
qu’il va en prison.
Il pense souvent à ses enfants. Il est lui-même orphelin et
dit "qu’on me laisse au moins les voir grandir".

Sa lettre est remplie de remerciements et de gratitude envers ceux qui le
soutiennent.

Signez la pétition

http://www.educationsansfrontieres.org/article23316.html

Envoyez-lui une carte-postale aux Baumettes pour le soutenir.

Edmond-Mathurin Mahoua
N° d’écrou : 155113
Bâtiment B - Cellule S 0070
Centre pénitentiaire des Baumettes
239, chemin de Morgiou
13 404 Marseille cedex 20

SOLIDARITÉ AVEC Edmond-Mathurin MAHOUA !

M. Edmond-Mathurin MAHOUA, 39 ans, de nationalité congolaise, vit en France depuis 9 ans. Il a fui les violences de son pays d’origine, où un de ses frères a été tué. Il est entré en France avec un visa en 2000 et a fait une demande d’asile qui lui a été refusée.

Son père est mort au Congo et le reste de sa famille se trouve en France : un frère français, une soeur avec une carte de résident de 10 ans et leur mère, en situation régulière elle aussi. Il a également deux filles nées en France, Kadilou 7 ans et Naomi 2 ans, et il subvient à leurs besoins.

Il a été arrêté en septembre 2009 pour séjour irrégulier et placé au centre de rétention du Canet à Marseille. Il a refusé d’embarquer lors d’une première tentative d’expulsion. Mardi 13 octobre, ayant une forte douleur au ventre, il fait un grave malaise au cours duquel il tombe sur la tête. Il était prévu qu’il soit expulsé par avion le lendemain matin mais le médecin du centre de rétention l’a jugé intransportable. La période maximale de rétention de 32 jours s’est terminée jeudi 15 octobre et il est passé en comparution immédiate au Tribunal de Grande Instance de Marseille vendredi 16 octobre. On l’accuse notamment de s’être automutilé pour échapper à l’expulsion.

La juge l’a condamné à un mois de prison ferme aux Baumettes. Dès sa sortie, il risque à nouveau d’être expulsé, étant sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière.

Son seul et unique "délit" est de vouloir vivre auprès de sa famille comme le stipule
l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme signée par la France.

Il faut que cesse cet acharnement inacceptable !

M. MAHOUA EST EN DANGER S’IL RETOURNE AU CONGO

IL DOIT ÊTRE LIBÉRÉ ET RÉGULARISÉ !


Vous pouvez aussi tirer et faire signer la pétition sur papier .

Merci de la renvoyer à
RESF 13 C/o Mille Babords 61 rue consolat 13001 Marseille

PDF - 65.7 ko
petition_mahoua

Voir aussi Mille Bâbords 12320

Réquisitoire du procureur au procès en comparution immédiate pour entrave à l’embarquement du vendredi 16 octobre 2009 (extraits) :

"situations toujours émouvantes mais nous ne sommes pas devant le tribunal administratif"
"il est en limite de droit(s)"
"ce n’est pas la loi qui est dure, c’est la vie qui est dure" !!

Il requiert 1 mois d’emprisonnement pour "permettre à l’administration de reprendre la main"( !) et "d’affréter un nouvel avion car il ne faut pas compter sur un départ volontaire".

Le tribunal a suivi les réquisitions et le condamne donc à un mois d’emprisonnement (après 32 jours en camp de rétention au Canet, un mois aux Baumettes ...pour avoir essayé de vivre dans le pays où réside la seule famille qui lui reste)

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 655