Une tribune pour les luttes

Europe et Cie

Point de vue de Michel BONNARD

Article mis en ligne le jeudi 10 juin 2004

Pour sa très grande gloire, Pharaon fit bâtir une pyramide. Bien plus tard, la chrétienté érigea ses cathédrales. Aujourd’hui, les maîtres de l’économie construisent l’Europe.

Dès la fin du XVIII° siècle, liguée, l’Europe de l’Ancien Régime s’est opposée à la contagion révolutionnaire. Cette opposition s’est poursuivie tout au long du XIX° siècle, avant que ne triomphe, contre l’aspiration du prolétariat à l’émancipation universelle, le nationalisme et les affrontements meurtriers subséquents.

A la suite de la seconde guerre mondiale, en 1951, la Communauté du Charbon et de l’Acier a tenté de transformer ces productions de puissance et de guerre en armes de la paix et a réintroduit l’Allemagne dans le concert des nations. En 1957, la Communauté Economique Européenne a créé l’union douanière, la politique agricole commune et le système monétaire européen. Elle va petit à petit étendre son champ géographique et se renforcer : élections européennes au suffrage universel direct (1979), convention de Schengen (1985), Acte unique (1986), traité de Maastricht (1992), euro (1999), etc. Bref, un espace, qui se veut à l’abri de l’immigration, où circulent les marchandises, l’argent et les ressortissants.

Utilisée dans tous les pays par les gouvernements successifs pour justifier leurs politiques de transformations sociales au détriment des travailleurs, l’Europe est, depuis son origine, une construction de ces mêmes gouvernements au service des intérêts économiques dominants. Les différents lobbies œuvrent dans le même sens tant à Bruxelles que dans chaque capitale. De fait, dans chaque pays, les mêmes politiques (contre les chômeurs, contre les retraites, contre les protections sociales en général) se retrouvent avec, comme objectif commun, le modèle anglo-saxon. Rien d’étonnant, dans ces conditions, que les institutions européennes soient si opaques et si peu démocratiques.

De plus, la politique volontariste menée par la bourgeoisie les trente dernières années a généré la mondialisation de l’économie. Celle-ci ne permet plus d’imaginer une Europe indépendante des USA et concurrente, ni une Europe préservant un Etat social.

Est-ce inéluctable ?

C’est ce que tentent de nous faire avaler le patronat et ses porte-parole, les gouvernants. Hélas, cela continuera le temps que le mouvement ouvrier, le mouvement social mettront à s’organiser pour briser cette logique. A l’heure de l’internationalisation de plus en plus rapide et généralisée des capitaux, l’internationale des travailleurs est à l’ordre du jour. Son programme toujours d’actualité est simple : le renversement de la dictature du capital, l’instauration de la démocratie ouvrière, l’émancipation des travailleurs. Les altermondialistes en sont les précurseurs, les luttes de résistance qui ont été menées ces dernières années en Europe en sont les premiers signaux.

Il est probable que, dans de nombreux pays, les élections des députés au parlement européen fassent apparaître un refus de participer à ce simulacre de consultation démocratique. Il est possible, aussi, que les choix opérés soient directement issus des débats nationaux et reflètent le désaccord profond des populations avec les politiques sociales menées au nom de l’Union Européenne.

De façon significative, la « constitution » européenne, qui s’apparente plus à une Charte qu’à une Constitution, devrait être adoptée après ces élections sans que les citoyens européens soient consultés ! Or, ce texte porte la définition d’un espace politique qui serait, par nature, voué au développement du capitalisme et à la perpétuation du salariat débarrassé de ses acquis sociaux et de ses organisations de lutte.

Il est urgent de se battre contre l’adoption de ce texte et pour la création d’organisations de masse qui soient en capacité de s’opposer radicalement à l’Europe du capital.

Michel Bonnard, le 3 juin 2004.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Ballon rouge c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4500