Une tribune pour les luttes

Israël prive les Palestiniens d’eau

En tant que donateur principal, l’UE doit se pencher sur le problème de l’eau

Article mis en ligne le dimanche 1er novembre 2009

Avec les illustrations et les liens :

http://www.amnesty.fr/index.php/amn...

29.10.2009

Amnesty International accuse Israël de priver les Palestiniens du droit d’accéder à une eau suffisante en maintenant un contrôle total sur des ressources communes et en poursuivant des politiques discriminatoires.

« Israël ne laisse les Palestiniens utiliser qu’une faible quantité des ressources communes en eau, qui se situent principalement en Cisjordanie occupée, alors que les colonies israéliennes illégales de la région bénéficient d’un approvisionnement quasi illimité. Dans la bande de Gaza, le blocus israélien n’a fait qu’aggraver une situation déjà catastrophique », a indiqué Donatella Rovera, chercheuse d’Amnesty International sur Israël et les territoires palestiniens occupés.

Dans un nouveau rapport circonstancié, Amnesty International révèle à quel point les politiques et pratiques discriminatoires d’Israël en matière d’eau bafouent le droit des Palestiniens d’accéder à cette ressource.

Israël utilise plus de 80 % de l’eau provenant de l’aquifère de montagne, principale source souterraine en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, tout en limitant à seulement 20 % la consommation des Palestiniens.

Or, il s’agit de l’unique source d’eau pour les Palestiniens en Cisjordanie, alors qu’Israël dispose de plusieurs sources d’approvisionnement et utilise toute l’eau disponible du Jourdain.

Tandis que la consommation d’eau des Palestiniens s’élève à peine à 70 litres par personne et par jour, celle des Israéliens dépasse 300 litres par jour, soit quatre fois plus.

Dans certaines zones rurales, les Palestiniens survivent avec à peine 20 litres par jour, le minimum recommandé pour un usage domestique en situation d’urgence.

Quelque 180 000 à 200 000 Palestiniens vivant dans des zones rurales n’ont pas accès à l’eau courante et l’armée israélienne les empêche souvent de recueillir l’eau de pluie.

En revanche, les colons israéliens, établis en Cisjordanie en violation du droit international, ont recours à l’irrigation intensive pour leurs cultures et disposent de jardins luxuriants et de piscines.

Quelque 450 000 colons utilisent autant d’eau, sinon plus, que l’ensemble de la population palestinienne estimée à 2,3 millions.

Dans la bande de Gaza, l’aquifère côtier, unique source d’eau, est contaminé à 90 à 95 % et impropre à la consommation. Toutefois, Israël interdit de faire venir à Gaza de l’eau provenant de l’aquifère de montagne de Cisjordanie.

À Gaza, les restrictions sévères imposées par Israël ces dernières années à l’entrée de matériel et d’équipement nécessaires à l’extension et à la réparation des infrastructures ont accéléré la dégradation des réseaux d’eau et d’assainissement, désormais en situation de crise.

Afin de faire face à la pénurie d’eau et à l’absence de réseau de distribution, de nombreux Palestiniens sont contraints d’acheter l’eau, de qualité souvent douteuse, importée par des camions-citernes, au prix fort.

D’autres adoptent des mesures d’économie d’eau qui sont préjudiciables à leur santé et à celle de leur famille et freinent le développement socioéconomique.

« Depuis plus de quarante ans d’occupation, les restrictions imposées par Israël aux Palestiniens en matière d’accès à l’eau font obstacle au développement des réseaux et des services de distribution dans les territoires palestiniens occupés, privant des centaines de milliers de Palestiniens du droit de vivre une vie normale, de disposer d’une nourriture, de logements et de soins suffisants, et du droit au développement économique », a commenté Donatella Rovera.

Israël s’est approprié de vastes secteurs des terres palestiniennes occupées riches en eau, interdisant aux Palestiniens d’y accéder.

Il a en outre instauré un système complexe de permis que les Palestiniens sont tenus d’obtenir de l’armée israélienne et de certaines autorités pour mener à bien des projets hydrauliques dans les territoires palestiniens occupés. Bien souvent, leurs demandes sont rejetées ou amplement retardées.

Par ailleurs, les limitations sur les déplacements des personnes et des biens dans les territoires palestiniens occupés accentuent les difficultés que rencontrent les Palestiniens pour mettre sur pied des projets relatifs aux réseaux d’eau et d’assainissement ou simplement pour distribuer de petites quantités d’eau.

Les camions-citernes sont contraints de faire de longs détours pour éviter les postes de contrôle militaires israéliens et les routes interdites aux Palestiniens, ce qui se traduit par une forte hausse du prix de l’eau.

Dans les zones rurales, les villageois palestiniens se battent quotidiennement pour assurer leurs besoins élémentaires en eau, d’autant que l’armée israélienne détruit leurs cuves de récupération d’eau de pluie et confisque leurs camions-citernes.

En revanche, dans les colonies israéliennes voisines, les champs sont arrosés sous le soleil de midi et l’eau est gaspillée, une grande partie s’évaporant avant même de toucher le sol.

Dans certains villages palestiniens, l’accès à l’eau est si sévèrement restreint que les paysans ne peuvent plus cultiver leurs terres, faire un potager pour se nourrir ni produire du fourrage destiné à leur bétail. Ils se sont d’ailleurs résignés à réduire la taille de leurs troupeaux.

« L’eau est un besoin élémentaire et un droit. Cependant, pour de nombreux Palestiniens, avoir suffisamment d’eau, même de mauvaise qualité, pour survivre, est devenu un luxe qu’ils peuvent à peine s’offrir, a conclu Donatella Rovera.

« Israël doit mettre un terme à ses politiques discriminatoires, lever immédiatement toutes les restrictions imposées aux Palestiniens en termes d’accès à l’eau et s’attacher à remédier aux problèmes qu’il a engendrés, en privilégiant un partage équitable des ressources communes en eau. »


Israël et territoires palestiniens occupés. En tant que donateur principal, l’UE doit se pencher sur le problème de l’eau

27 octobre 2009

Dans un nouveau rapport publié ce mardi 27 octobre 2009, Troubled Waters – Palestinians Denied Fair Access To Water, Amnesty International accuse Israël de restreindre délibérément la disponibilité de l’eau dans les territoires palestiniens occupés, privant ainsi les Palestiniens du droit d’avoir accès à l’eau.

D’après les conclusions de son enquête, Israël utilise plus de 80 % de l’eau provenant de l’aquifère de montagne, principale source souterraine en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, tout en limitant à seulement 20 % la consommation des Palestiniens. Ce faisant, Israël empêche les Palestiniens de développer un réseau de distribution d’eau efficace.

En conséquence, la consommation d’eau des Palestiniens s’élève à peine à 70 litres par personne et par jour (bien en dessous du minimum de 100 litres recommandé par l’Organisation mondiale de la santé). Les Israéliens en consomment quatre fois plus, à savoir 300 litres par jour et par personne.

« Israël n’autorise les Palestiniens à accéder qu’à une petite partie des ressources partagées en eau, qui se trouvent principalement en Cisjordanie occupée, alors que les colonies israéliennes illégales de la région bénéficient d’un approvisionnement quasi illimité », a indiqué Donatella Rovera, chercheuse d’Amnesty International sur Israël et les territoires palestiniens occupés.

À Gaza, la situation est encore plus critique. Plus de 90 % de l’eau de l’aquifère côtier est désormais polluée. Dans le cadre du blocus actuel, Israël interdit l’entrée de matériaux indispensables pour réparer les réseaux d’eau et d’assainissement qu’il a lui-même endommagés ou détruits durant l’opération « Plomb durci ».

Il incombe tout particulièrement à la Commission européenne, en tant que principal donateur des Palestiniens, de prendre en main ce problème et d’exhorter Israël par l’intermédiaire de ses relations bilatérales à mettre immédiatement un terme aux politiques discriminatoires en matière d’accès à l’eau qui aboutissent à des disparités profondes et à la privation d’un droit fondamental.

Dans une lettre adressée à l’Union européenne (UE), disponible sur www.amnesty-eu.org, Amnesty International l’a également invitée à réagir chaque fois qu’Israël compromet les projets qu’elle finance, comme ce fut le cas en janvier 2008 avec la destruction de neuf citernes de récupération d’eau de pluie en Cisjordanie. Ces citernes étaient au cœur d’un projet agricole financé par l’UE en vue d’améliorer la sécurité alimentaire.

« Actuellement, l’UE et les autres donateurs ne prennent pas en compte ces situations ni le problème dans son ensemble. Ils ne font pas face à Israël lorsque des projets sont mis en péril, se contentant surtout de proposer des solutions provisoires, a déclaré Natalia Alonso, directrice par intérim du Bureau européen d’Amnesty International.

« Il est temps d’harmoniser les positions et de prendre du recul. Bafouer l’accès à l’eau constitue une grave violation des droits humains à laquelle il convient de remédier de toute urgence. »

Dans certains villages palestiniens, où les gens survivent avec à peine 20 litres d’eau par jour, le minimum recommandé pour un usage domestique en situation d’urgence, les paysans ne peuvent plus cultiver ne serait-ce qu’un petit potager pour se nourrir et ont dû se résigner à réduire la taille de leurs troupeaux. Tandis que les villageois luttent afin de trouver suffisamment d’eau pour répondre à leurs besoins élémentaires, l’armée israélienne détruit fréquemment leurs cuves de récupération d’eau de pluie et confisque leurs camions-citernes.

« L’eau est un besoin élémentaire et un droit. Pourtant, pour de nombreux Palestiniens, avoir suffisamment d’eau, même de mauvaise qualité, pour survivre est devenu un luxe qu’ils peuvent à peine s’offrir », a conclu Donatella Rovera.

Amnesty International engage l’UE à user de toutes ses relations bilatérales avec Israël, notamment au travers de ses missions à Tel-Aviv, afin d’exhorter les autorités israéliennes à :

* lever les restrictions qui empêchent les Palestiniens dans les territoires occupés de jouir de leur droit d’accès à l’eau ;

* lever le blocus à Gaza et autoriser immédiatement l’entrée de matériaux nécessaires pour réparer les réseaux d’eau et d’assainissement ;

* prendre des mesures afin d’améliorer la coordination avec les autres donateurs et de trouver des solutions à long terme.

____

Lire le rapport :

"LES PALESTINIENS ONT SOIF DE JUSTICE
LES RESTRICTIONS DE L’ACCÈS À L’EAU DANS LES TERRITOIRES PALESTINIENS OCCUPÉS"

http://www.amnesty.org/fr/library/a...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Amnesty International Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 90

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4515