Une tribune pour les luttes

Pétition

pour la libération de Mohamed Benchicou et Hafnaoui Ghoul, journalistes algériens

Article mis en ligne le samedi 19 juin 2004

Pour signer la pétition, envoyez vos coordonnées (mon, prénom, fonction, entreprise, ville, mail) à l’adresse suivante

petitionpressealgerie chez yahoo.fr

La pétition sera ensuite communiquée aux médias français et algériens, et sera également transmise aux représentations diplomatiques et consulaires de l’Algérie en France.

Mohamed Benchicou, directeur de publication du quotidien algérien Le Matin, est en prison depuis le 14 juin 2004, suite à un jugement le condamnant à deux ans de prison ferme. Un verdict qui parachève plusieurs mois de harcèlement judiciaire. Benchicou est l’auteur d’une biographie critique du président Abdelaziz Bouteflika ainsi que de nombreux articles dénonçant les dérives de ce dernier. Hafnaoui Ghoul, correspondant du quotidien algérien El Youm et militant des droits de l’homme a été condamné, le 9 juin 2004, à deux mois de prison ferme. Il avait révélé le décès par négligence de treize nourrissons dans l’hôpital de la ville de Djelfa (300 kilomètres au sud d’Alger). Ghoul était en résidence surveillée depuis le 15 février 2003 et subissait de fortes pressions de l’administration locale et des services de sécurité.

Cet usage pervers de la justice pour faire taire les voix libres et citoyennes s’accomplit dans une Algérie où la confusion des pouvoirs a largement ouvert la voie à l’autocratie et à l’impunité. Les graves attaques ciblant la liberté de la presse sont accompagnées par tout un arsenal répressif qui étouffe toute expression, toute initiative citoyenne. Une Constitution systématiquement bafouée, un code pénal liberticide, le maintien illégal de l’état d’urgence depuis douze ans, le refus d’agrément d’associations, de journaux indépendants, de syndicats autonomes, l’interdiction des manifestations publiques, l’usage de la torture et la censure d’Etat, le harcèlement policier contre les journalistes, les pressions fiscales ciblant des titres indépendants, les menaces nominatives proférées à l’encontre de journalistes par des imams étatiques, etc., l’Algérie est l’otage d’un pouvoir dictatorial et autiste. Son seul mode de communication avec la société reste la répression, la prison, la matraque. Mohamed Benchicou et Hafnaoui Ghoul viennent d’en faire les frais. Et la liste est déjà assez longue depuis des années. Trop longue.

Nous ne pouvons rester indifférents devant cette grave et énième atteinte aux libertés individuelles et collectives. Solidaires des deux journalistes emprisonnés, solidaires de la presse algérienne et de combat pour la liberté, toutes les libertés, nous, signataires de cette pétition :

exigeons la libération immédiate de Mohamed Benchicou et de Hafnaoui Ghoul,

alertons l’opinion publique en France, en Algérie et ailleurs de par le monde quant à la gravité des violations des droits humains en Algérie,

dénonçons l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire qui a conduit à l’incarcération des deux journalistes,

soutenons toutes les initiatives dans le sens de la libération des deux journalistes,

appelons les autorités algériennes à respecter les libertés et les droits fondamentaux en Algérie en accord avec les pactes internationaux sur le respect des droits de l’homme ratifiés par l’Algérie.

Fait à Montpellier, le 17 juin 2004

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 650