Une tribune pour les luttes

Communiqué commun

CHÔMEURS : Pas de fin de droits en 2010 !

Article mis en ligne le jeudi 18 février 2010

Messieurs Sarkozy, Fillon et Darcos

Votre responsabilité en ce début d’année 2010 est d’éviter que 400 à 600 000 demandeurs d’emploi sortent de l’indemnisation du chômage sans droit à aucun revenu et soient plongés dans la misère la plus nue.

Nous vous demandons de prendre les mesures nécéssaires qu’impose cette situation d’urgence sociale :

- Les chômeurs déjà arrivés en fin de droits doivent voir leurs droits réexaminés et prolongés dans le cadre de l’assurance-chômage, jusqu’à retour à l’emploi.

- Les chômeurs qui arriveront en fin de droits en 2010 doivent rester indemnisés jusqu’à retrouver un emploi convenable.

- Les durées minimales de travail antérieur requises pour accéder à l’allocation spécifique de solidarité (actuellement cinq ans sur les dix derniers) doivent être rabaissées considérablement pour tenir compte de la précarité salariale notamment des jeunes : leur financement doit être assuré dans les plus brefs délais, soit par une surcotisation sur les emplois précaires, soit par un impôt spécifique sur les entreprises.

- La discrimination à l’encontre des jeunes de moins de 25 ans doit cesser !

Il est de votre responsabilité de mettre en oeuvre ces mesures, et les moyens financiers existent. Il vous suffit simplement de réaffecter à l’indemnisation du chômage et à la protection sociale des ressources que vous avez choisi d’attribuer à d’autres.
Quelles sont ces ressources ?

Il s’agit à tout le moins des 5 milliards d’exonérations de cotisations sociales sur les bas salaires, des quelques 4 milliards de ces exonérations dues au régime favorable des heures supplémentaires que vous avez instauré.
Ces mesures officiellement destinées à favoriser l’emploi n’ont créé aucun emploi, mais pour les dernières, ont fortement contribué au chômage.

Nous ne parlons même pas du bouclier fiscal et des diverses niches fiscales, et des capitaux non taxés, qui pourraient être facilement mis à contribution pour financer ce que nous proposons.

C’est votre responsabilité, et vous serez jugés là-dessus, car cet impératif relève de la solidarité nationale et de la cohésion sociale, et du droit de chacun, inscrit dans la Constitution, à un emploi ou à un revenu lui permettant de vivre.

Le 15 février 2010

Premiers Signataires : AC !, APNEE-Actuchomage, APEIS, L’Appel et la Pioche, CIP-IDF, Fondation Copernic, Stop Précarité, Union syndicale Solidaires…
Avec le soutien de : FASE, NPA, Parti de Gauche…

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 650