Une tribune pour les luttes

Communiqué du groupe socialiste et apparentés concernant

les retards annoncés dans la réalisation des réseaux de transport collectif à Marseille.

Article mis en ligne le dimanche 4 juillet 2004

Marseille le 10 mai

Le coup d’arrêt au projet de tramway et de métro qui vient d’être annoncé en catimini par M. Renaud Muselier ce week-end est la plus mauvaise nouvelle que pouvait connaître notre ville depuis des décennies. Ce que Le Maire appelait, « le plus grand projet de ce mandat » lors de son discours de politique générale de juin 2001, vient donc d’être en paartie abandonné pour de multiples raisons dont principalement celle du financement des travaux.

En janvier 2004, M. Muselier déclarait publiquement au journal La Provence « le tram roulera fin 2006 ». 4 mois après, l’on apprend que 90% du projet n’est pas financé ! Belle conception de la politique, (héritée certainement du Président Chirac) que de penser que plus le mensonge est gros, plus il a des chances de passer.Les raisons données pour expliquer ce nouveau retard sont en fait accablantes pour la municipalité.

• Il est accablant de voir que la majorité municipale (composée d’un Ministre et d’un Vice-Président de l’UMP) s’est révélée incapable d’obtenir du gouvernement qu’il tienne les engagements qu’il avait pris pour participer au financement de ce projet.
• Il est accablant de laisser entendre que la municipalité est encore en train de découvrir des difficultés techniques (problémes fonciers, places de parking insuffisantes…) alors que le projet est censé être étudié depuis plus de cinq ans maintenant.
• Il est accablant enfin d’entendre déclarer que le projet est retardé « en raison de la pression de certains lobbys ». Comment un élu responsable peut-il affirmer publiquement que la pression exercée par quelques uns (aussi légitimes soient leurs inquiétudes) suffit à faire capoter un projet vital et d’intérêt général pour la ville. ?

Il faut enfin prendre à bras le corps le problème de la circulation, autrement qu’en attendant 2011 et la seule « solution miracle » des transports collectifs. Le plan de circulation de Marseille doit être immédiatement modifié. Une véritable politique d’axes rouges doit être imposée et respectée. Les couloirs de bus sécurisés doivent être étendus dans tous les quartiers. Il faut immédiatement moderniser et agrandir les parking relais placés en début de lignes. Enfin il faut revoir le tracé même des lignes qui n’irriguent pas assez les quartiers périphériques de la ville, ce qui est une aberration Tout cela est possible dans des délais rapides mais demande de la volonté, de la cohérence, de l’imaginantion et quelques moyens.

Il ne peut être question que les marseillais attendent encore 7 à 10 ans pour voir les conditions de transport commencer à s’améliorer enfin dans notre ville. Il en va bien entendu de la qualité de vie de tous, mais il en va aussi de l’attractivité économique de notre métropole. Toutes les grandes fêtes médiatiques n’y feront rien, Marseille vient de prendre 10 ans de retard supplémentaires par rapport à TOUTES les métropoles régionales du Sud qui achèvent leurs réseaux de transport collectif et accentuent ainsi leur attractivité.

C’est une mauvaise nouvelle pour Marseille que nous avons appris ce week-end. La municipalité en est entièrement responsable. Plus grave encore, celle-ci a persisté à nier l’évidence jusqu’à aujourd’hui, ce qui n’aura fait qu’aggraver les problèmes qui se posent maintenant. C’est une triste manière de faire de la politique que d’avoir nié l’évidence pendant des mois. Les promesses de la municipalité n’ont désormais plus aucune crédibilité aux yeux des Marseillais.

M. PEZET

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4475

Parti Socialiste c'est aussi ...