Une tribune pour les luttes

La bio hors-la-loi ! Quelle loi ?
Résistance !

Article mis en ligne le dimanche 13 juin 2010

Par Philippe Lelong

Vendredi 11 juin 2010

-  Des agriculteurs bio accusés de préconiser un "pesticide interdit"... (l’huile de neem, ou margousier, utilisée depuis des siècles par les indiens comme antiparasitaire).
- Une association traînée en justice et poursuivie par l’Etat pour la "vente illégale" de simples graines de tomates et autres fruits et légumes... (les semences de variétés anciennes conservées, répertoriées et distribuées par Kokopelli).
- Un horticulteur perquisitionné et le contenu de son ordinateur saisi par la Répression des Fraudes parce qu’il fait la promotion du purin d’ortie pour soigner son jardin... (Eric Pétiot, co-auteur du livre "Purin d’ortie et compagnie", préparation plébiscitée par les jardiniers depuis des générations).

Ca se passe aujourd’hui, en France !
Alors, paysans ou gangsters ? !

Qui fait la loi ?

La loi est l’expression du pouvoir en place. Même s’il est auréolé d’une légitimité plus ou moins démocratique (c’est un autre débat), ce pouvoir a pour vocation essentielle le maintien du système économique actuel, coûte que coûte ! Et les petits ajustements de gauche ou de droite ne changent rien aux vraies règles du jeu : tout doit devenir marchand !
Mais il faut respecter la loi !?

La loi est bonne aux yeux de ceux qui la font. Elle ne l’est jamais dans l’absolu. Il fut un temps, en France, où la loi obligeait certains d’entre nous à porter une étoile jaune. Où elle refusait le droit de vote aux femmes et "accordait" celui de travailler aux enfants...

Aujourd’hui, elle autorise la culture de certains OGM alors que 70 à 80% des français y sont opposés. Elle interdit la diffusion des semences anciennes et plus des trois quarts des variétés de tomates autorisées à la vente sont des "hybrides F1" stériles dont il faut racheter les graines tous les ans, et 98% sont sous brevet ! Vous êtes d’accord ?


Pourtant il y a de la bio dans les hypermarchés !?

Le capitalisme néolibéral possède en effet une étonnante capacité à tout récupérer... Deux approches existent aujourd’hui :
Une bio "récupérée" qui fondamentalement ne remet pas en cause le système. Elle s’appuye sur l’Union européenne où les lobbys sont puissants, véritable machine de guerre néolibérale contre les peuples. Ainsi, depuis le 1er janvier 2009, la norme bio européenne s’impose aux États membres qui ont l’interdiction de définir des normes publiques plus restrictives.

Depuis cette date, le label "AB" français ne signifie plus vraiment la même chose. De plus, il devra progressivement s’effacer au profit du label européen... D’où l’importance des autres labels privés ou coopératifs (Demeter, Nature & Progrès) et l’émergence en France d’un nouveau label (privé) "Bio Cohérence".

Une bio "militante" qui se nourrit d’une réflexion profonde sur l’agriculture et le métier de paysan, sur la fertilité des sols, l’autosuffisance alimentaire et au-delà sur les conditions économiques et sociales de la production de notre alimentation.

Cette démarche est perçue comme dangereuse par le pouvoir en place car, inévitablement, elle aboutit à une remise en cause des règles du jeu économique, à une approche différente des relations entre les hommes et la nature, et entre les hommes eux-mêmes. La loi est l’un des outils dont dispose le pouvoir en place pour réagir, en criminalisant cette bio militante pour justifier la répression, et en harcelant les paysans qui s’engagent dans cette voie.

Vive la résistance !

Des paysans, des scientifiques et différentes organisations se mobilisent, en prenant le risque de s’opposer à la loi, qu’elle soit française ou européenne. Ils le payent au prix fort (convocations à la gendarmerie, procès, amendes, suicides...). En première ligne de la lutte contre un système néolibéral devenu fou, leur courage est exemplaire. Ils font partie des nouveaux résistants.


Comment les soutenir ? Comment agir ?

Le système en place essaye de nous faire croire qu’il n’y a pas d’alternative. Or si, il y en a. Un peu partout en France, dans nos campagnes et sur Internet, la résistance s’organise pour construire un autre monde. Et vous pouvez y prendre part :

D’abord en vous informant
. Lisez les médias alternatifs, les blogs et autres sites qui relaient ces luttes. Parlez-en autour de vous. Allez voir les documentaires qui présentent ces alternatives : "Solutions locales pour un désordre global" de Coline Serreau, mais aussi "Sans terres et sans reproches" de Stéphanie Musard le Moing et Eric Boutarin, qui illustre les problèmes d’accès à la terre, les combats mais aussi l’enthousiasme des paysans du Lot.


En choisissant leurs produits
. Dans la mesure du possible, évitez les circuits de la grande distribution. Adhérez à une AMAP pour les produits frais. Pour les autres produits, participez aux commandes groupées de circuits alternatifs tels que ceux que nous développons avec la Coopérative Atanka. Non seulement vous soutiendrez les paysans qui réinventent l’agriculture de demain, mais en plus vous allez vous régaler !

En interpellant vos élus. Ce sont eux qui ont voté ces lois qui criminalisent les paysans, et eux seuls qui aujourd’hui peuvent les défaire. Interpellez-les à chaque occasion sur les sujets qui vous tiennent à cœur : OGM, subventions, accès à la terre...


Participez aux pétitions et actions de soutien.
Privilégiez les pétitions et actions concrètes s’articulant avec une lutte précise. Nous avons ainsi lancé une pétition de soutien aux agriculteurs en lutte contre l’obligation de vaccination FCO. Les premiers procès commencent à se tenir, et grâce à la mobilisation des consommateurs engagés aucune condamnation n’a pour l’instant été prononcée ! C’est une victoire ! Ensemble, nous en remporterons d’autres !

Philippe Lelong
Coopérative Atanka

Pour en savoir plus :

aspro-pnpp.org
kokopelli.asso.fr
petioteric.fr

atanka-actions.com

< !—>

 

< !—>

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4245