Une tribune pour les luttes

La Gay Pride à Lyon samedi 12 juin avait pour mot d’ordre « Droit au séjour, Droit d’asile » .

12 000 manifestant-e-s pour soutenir Saïd enfermé au camp de rétention de Lyon et menacé d’expulsion.

Article mis en ligne le mardi 15 juin 2010

Avec photos
http://www.fierte.net/


12 000 manifestant-e-s pour soutenir Saïd.

La 15e marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans de Lyon, qui s’est déroulée ce samedi 12 juin 2010 entre l’Avenue Verguin et la Place Bellecour a rassemblé 12 000 manifestant-e-s soit 2 000 personnes de plus que l’année passée à la grande satisfaction des organisateurs.

« Droit au séjour, Droit d’Asile : ne transigeons pas ! Protégeons les Lesbiennes, Gays, Bi et Trans » tel était le mot d’ordre de cette 15e marche des Fiertés qui figurait sur la banderole de tête. Pour la tenir, des militants associatifs et quelques élu-e-s de la Gauche Plurielle, principalement des élu-e-s de la Ville de Lyon et du Conseil Régional. Ces collectivités locales soutiennent la Lesbian and Gay Pride de Lyon depuis plusieurs années. Présents également deux députés du Rhône et une députée Européenne.

12 000 manifestant-e-s sont venu-e-s témoigner de leur solidarité avec Saïd. Il est actuellement retenu au Centre de rétention administrative de Saint Exupéry et peut être expulsé à tout moment vers l’Algérie, ou il risque trois ans de prison. Vers 15h30, les 12 000 manifestants ont crié afin de se faire entendre par la préfecture et que celle-çi fasse enfin preuve d’humanité.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon restera vigilante et mènera un dialogue ferme avec la Préfecture du Rhône pour obtenir sa libération, l’abrogation du refus de séjour assorti d’éloignement qui le frappe ainsi que sa régularisation.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon ne transigera pas. Nicolas SARKOZY doit tenir ses promesses de campagne faîtes en 2007 : «  si vous êtes persécutés pour votre orientation sexuelle, vous devez pouvoir bénéficier du droit d’asile ». Avec Saïd, nous lui donnons l’occasion de le faire. Il doit ordonner à la Préfecture du Rhône de réexaminer en urgence la situation de Saïd car celui-çi doit rester en France.

Rappel :

En cas de retour en Algérie, les menaces sur sa vie sont réelles. Ses parents, algériens, l’ont rejeté et menacé de le tuer, en raison de son homosexualité. La législation algérienne réprime sévèrement tous comportements homosexuels. Saïd risque donc trois ans de prison. En Algérie l’homophobie est importante : les gays affirmés, comme les garçons un peu trop « efféminés » sont victimes d’insultes, de brimades, de coups et de viols punitifs.

En France, Saïd a trouvé amour et sécurité avec René, son compagnon depuis trois ans. Pacsés, ils ont construit ensemble une relation affective stable qui n’a pas été prise en compte alors qu’au regard des critères de la circulaire du 30 octobre 2004, Saïd aurait du pouvoir se voir délivrer un certificat de résidence algérien vie privée et familial.



Une Gay Pride triste ? Expulsion imminente d’un Gay

L’ARDHIS, la Lesbian and Gay Pride de Lyon et la fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme dénoncent le risque d’expulsion imminente d’un homosexuel originaire d’Algérie, en France depuis plusieurs années.

Retenu au Centre de rétention administrative de Saint Exupéry, Saïd peut être expulsé à tout moment.

La 15e marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans doit être l’occasion pour chacun de nous de montrer notre solidarité avec Saïd et de demander au Préfet du Rhône sa libération, l’abrogation du refus de séjour assorti d’éloignement qui le frappe et sa régularisation.

En cas de retour en Algérie, les menaces sur sa vie sont réelles. Ses parents, algériens, l’ont rejeté et menacé de le tuer, en raison de son homosexualité. La législation algérienne réprime sévèrement tous comportements homosexuels. Saïd risque donc trois ans de prison. En Algérie l’homophobie est importante : les gays affirmés, comme les garçons un peu trop « efféminés » sont victimes d’insultes, de brimades, de coups et de viols punitifs.

En France, Saïd a trouvé amour et sécurité avec René, son compagnon depuis trois ans. Pacsés, ils ont construit ensemble une relation affective stable qui n’a pas été prise en compte alors qu’au regard des critères de la circulaire du 30 octobre 2004, Said aurait du pouvoir se voir délivrer un certificat de résidence algérien vie privée et familiale.

Aujourd’hui, durant la 15e marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans, la Lesbian and Gay Pride de Lyon organise une Minute de cri afin de protester contre cette expulsion imminente. Un message de soutien à Saïd sera diffusé sur l’ensemble des chars, invitant les milliers de manifestants à faire entendre le cri d’alarme de Saïd :

“Des lesbiennes, Gays, Bi et Trans étrangers se trouvent, chaque année, expulsés alors qu’ils risquent de lourdes peines ou des violences dans leur pays. Hier Saïd, un jeune algérien homosexuel et amoureux de René, son compagnon français a été arrêté et placé en centre de rétention. Si nous ne faisons rien, il sera renvoyé dans son pays où il est menacé de mort ! La préfecture ne doit pas l’expulser ! Exigeons sa remise en liberté immédiate ! Faisons entendre sa voix et celles de tous ceux et de toutes celles qui sont comme lui, menacés d’expulsion ! "

Saïd ne doit pas être pas la victime des dérives d’une politique d’immigration qui vise "à faire du chiffre" au mépris de la dignité humaine et de la règlementation.

L’ARDHIS, la Lesbian and Gay Pride de Lyon et la fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme demandent au Préfet du Rhône d’entendre raison et demandent à ses services de réexaminer en urgence la situation de Said aux fins de lui délivrer un certificat de résidence algérien « Vie privée et familiale » dans les meilleurs délais.


Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 740