Une tribune pour les luttes

Comité de soutien pour Abdelkebir Ourmail, sans papier, détenu au CRA de Sète.

Il faut libérer et régulariser Abdelkebir Ourmail, qui vit en France depuis près de 10 ans et dont la compagne est enceinte.

Merci aux Sètois pour leur mobilisation exemplaire.

Article mis en ligne le dimanche 11 juillet 2010

L’Onde Violette 69 demande aux autorités françaises de libérer et de
régulariser ABDELKEBIR OURMAIL, d’origine marocaine en France depuis
2001 et âgé de 30 ans, il vit depuis 2 ans avec sa compagne qui est
enceinte.

Il était jusqu’à présent au CENTRE DE RETENTION
ADMINISTRATIF DU MESNIL- AMELOT (77) dans lequel a eu lieu une
intoxication alimentaire fin juin.
Suite à cette intoxication et
d’autres disfonctionnements intérieurs, la Sénatrice Alima
Boumedienne- Thiery a saisi la Commission Nationale de Déontologie et
de la Sécurité, suite à cela notre ami Abdelkebir a été entendu par la
C.N.D.S..
Suite à tout cela, Abdelkebir qui ne se laisse pas faire subit des
pressions venant aussi bien de la police que de la gendarmerie.

Voici en résumé la journée d’ Abdelkebir, ce samedi 10 juillet
2010 :
- Réveillé à 4 heures du matin par 6 gendarmes qui l’emmènent sans lui
dire où.
- Départ à 5 heures du matin dans une voiture de la gendarmerie
accompagné de 4 gendarmes qui lui disent qu’ils l’emmènent à Sète pour
l’emmener sur un bateau en direction du Maroc.
- Arrivée au C.R.A de Sète à 14 heures, il est emmené dans sa chambre
et refuse de manger.
- 16h10 : premier embarquement sur le bateau, à ce moment là
Abdelkebir demande à voir soit le médecin soit le commandant, on lui
répond « Tu montes et tu auras tout ». Ni le médecin ni le commandant
ne se présentent, c’est alors qu’il fait un malaise et qu’enfin un
médecin vient et lui fait deux piqures et appelle les pompiers qui
l’emmènent à l’hôpital. A ce moment là, un policier du C.R.A lui dit :
« Tu es un gamin, t’as pas les couilles, tu vas aller au bled, même si
tu fais un malaise
 »
Le médecin donne son accord à la police pour le ramener au bateau.
- Lors de sa sortie de l’hôpital, il se fait insulter par trois
gendarmes et un policier.

Deuxième tentative d’embarquement : Abdelkebir ne veut pas sortir de
la voiture, les forces de l’ordre l’obligent à sortir en le tirant
violemment par les mains et en l’insultant. Il a très mal aux mains et
demande à voir le médecin, nouveau refus de la part des gendarmes qui
l’insultent à nouveau.
- Le commandant s’adresse à Abdelkebir en arabe en lui disant qu’il ne
le ramènerait pas au Maroc. Le refus du commandant est à honorer car
de ce fait Abdelkebir est ramené au C.R.A de Sète.
- Fin de la journée.

Nous demandons au Ministère de l’Immigration, Identité Nationale et de
l’Intégration et du Développement Solidaire, au préfet de l’Hérault,
la libération et la régularisation de Abdelkebir Ourmail.

Nous demandons le soutien de tous les partis politiques, les
syndicats, les associations.

Pour mettre la pression au Gouvernement, nous vous demandons de
contacter :
Préfecture de l’Hérault au : 04 67 61 61 61
Et
Le Ministère de l’Immigration, Identité Nationale, Intégration et du
Développement Solidaire au : 01 77 72 61 00

Merci à toutes et tous de faire diffuser d’urgence ce communiqué car
Abdelkebir est toujours expulsable, son moral est à zéro, il n’en peut
plus.

Françoise : 06 65 25 38 29
Grégory : 06 48 90 03 43

ONDE VIOLETTE 69

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 905