Une tribune pour les luttes

Résolution du Parlement européen du 9 septembre 2010 sur la situation des Roms et la libre circulation des personnes dans l’Union européenne

Article mis en ligne le mardi 14 septembre 2010

http://www.europarl.europa.eu/sides...

Le Parlement européen

(...)

A. considérant que l’Union européenne est fondée sur les principes consacrés par la Charte des droits fondamentaux et les traités de l’Union européenne, parmi lesquels figurent les principes de la non-discrimination, des droits spécifiques définissant la citoyenneté de l’Union et du droit à la protection des données personnelles,

B. considérant que la mise en œuvre de ces principes est assurée par les directives 2000/43/CE, 2000/78/CE, 2004/38/CE et 95/46/CE précitées,

C. considérant que les 10 à 12 millions de Roms européens continuent de subir des discriminations systématiques graves, en matière d’éducation (en particulier la ségrégation), de logement (notamment les expulsions forcées et les mauvaises conditions de vie, souvent dans des ghettos), d’emploi (un taux d’emploi particulièrement bas) et d’égalité d’accès aux systèmes de santé et à d’autres services publics, et que leur niveau de participation politique est incroyablement bas,

D. considérant qu’une majorité d’entre eux sont devenus des citoyens de l’Union européenne après les élargissements de 2004 et de 2007, si bien qu’eux-mêmes et les membres de leur famille ont le droit de circuler et de séjourner librement sur le territoire des États membres,

E. considérant que de nombreux Roms et communautés roms qui ont décidé de s’installer dans un État membre autre que celui dont ils sont ressortissants se trouvent en situation de particulière vulnérabilité,

F. considérant que des renvois et des retours de Roms ont eu lieu dans différents États membres, notamment en France récemment, où le gouvernement a fait procéder soit à l’expulsion soit au retour "volontaire" de centaines de citoyens roms de l’Union, entre les mois de mars et d’août 2010,

G. considérant que les autorités françaises ont invité les ministres de l’intérieur de l’Italie, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Espagne, de la Grèce, du Canada, des États-Unis, et, ultérieurement, de la Belgique, ainsi que des représentants de la Commission, à participer à une réunion organisée à Paris en septembre pour aborder les questions d’’immigration" et de libre circulation relevant de la compétence de l’Union européenne, à laquelle les autres États membres n’ont pas été conviés, et que le ministre de l’intérieur italien a fait part de son intention de préconiser un durcissement de la législation européenne en matière d’immigration et de libre circulation, notamment à l’égard des Roms,

H. considérant que cette attitude est allée de pair avec une vague de stigmatisation des Roms et de dénigrement général des Tziganes dans le discours politique,

I. considérant que le tribunal administratif de Lille a confirmé sa première décision du 27 août 2010 annulant les arrêtés préfectoraux de reconduite à la frontière prononcés à l’encontre de sept Roms, en estimant que les autorités n’avaient pas prouvé l’existence d’une "menace pour l’ordre public",

J. considérant qu’il n’a de cesse d’inviter la Commission à mettre sur pied une stratégie de l’Union visant à promouvoir les principes de l’égalité des chances et de l’insertion sociale pour les Roms en Europe,

K. considérant que l’Union européenne dispose de divers outils de lutte contre l’exclusion des Roms, à l’instar de la nouvelle possibilité, prévue dans le cadre des Fonds structurels, de consacrer jusqu’à 2 % de la contribution totale du Fonds européen de développement régional (FEDER) aux dépenses de logement en faveur des communautés marginalisées, laquelle entrera en vigueur dans le courant de l’année 2010, ou bien des possibilités qu’offre le Fonds social européen,

L. considérant que les progrès réalisés dans la lutte contre la discrimination à l’encontre des Roms visant à leur garantir leur droit à l’éducation, à l’emploi, à la santé, au logement et à la libre circulation dans les États membres ont été inégaux et lents, et que les Roms devraient être mieux représentés dans les structures gouvernementales et l’administration publique au sein des États membres,

1. rappelle que l’Union européenne est d’abord et avant tout une communauté fondée sur des valeurs et des principes qui visent à y préserver et à y encourager l’existence d’une société ouverte et inclusive ainsi que la citoyenneté de l’Union, en particulier en interdisant toutes les formes de discrimination ;

2. souligne que le droit de tous les citoyens de l’Union et des membres de leurs familles de circuler et de séjourner librement dans toute l’Union constitue un pilier de la citoyenneté de l’Union telle qu’elle est définie par les traités et mise en œuvre par la directive 2004/38/CE, que tous les États membres sont censés appliquer et respecter ;

3. se déclare vivement préoccupé par les mesures prises par les autorités françaises ainsi que par les autorités d’autres États membres à l’encontre des Roms et des gens du voyage prévoyant leur expulsion ; les prie instamment de suspendre immédiatement toutes les expulsions de Roms et demande à la Commission, au Conseil et aux États membres de formuler la même demande ;

4. souligne que les expulsions collectives sont interdites par la Charte des droits fondamentaux et par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et que ces mesures sont contraires aux traités et au droit de l’Union européenne, car elles constituent une discrimination fondée sur la race et l’appartenance ethnique ainsi qu’une violation de la directive 2004/38/CE relative au droit des citoyens de l’Union et des membres de leurs familles de circuler librement dans l’Union européenne ;

5. s’inquiète vivement en particulier de la rhétorique provocatrice et ouvertement discriminatoire qui a marqué le discours politique au cours des opérations de renvoi des Roms dans leur pays, ce qui donne de la crédibilité à des propos racistes et aux agissements de groupes d’extrême droite ; rappelle dès lors les décideurs politiques à leurs responsabilités et rejette toute position consistant à établir un lien entre les minorités et l’immigration, d’une part, et la criminalité, d’autre part, et à créer des stéréotypes discriminatoires ;

6. rappelle à cet égard que la directive 2004/38/CE prévoit, à titre exceptionnel uniquement, des restrictions à la liberté de circulation et à l’expulsion de citoyens de l’Union et impose à ces mesures des limites spécifiques et bien définies ; relève, en particulier, que les décisions d’expulsion doivent être évaluées et adoptées sur une base individuelle, et tenir compte des circonstances personnelles ainsi que du respect nécessaire des garanties procédurales et des obligations de réparation (articles 28, 30 et 31) ;

7. souligne également que, conformément à la directive 2004/38/CE, l’absence de revenus ne peut en aucun cas justifier une expulsion automatique des citoyens de l’Union (considérant 16 et article 14) et que les restrictions à la liberté de circulation et de séjour pour des raisons d’ordre public, de sécurité publique ou de santé publique ne peuvent se fonder que sur un comportement individuel et non sur des considérations générales relevant de la prévention ni sur l’origine ethnique ou nationale ;

8. souligne, en outre, que le relevé des empreintes digitales des Roms expulsés est illégal et contraire à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (article 21, paragraphes 1 et 2), aux traités et au droit de l’Union européenne, en particulier aux directives 2004/38/CE et 2000/43/CE, et qu’il constitue une discrimination fondée sur l’origine ethnique ou nationale ;

9. prie instamment les États membres de respecter pleinement leurs obligations en vertu du droit de l’Union et de supprimer les incohérences existant dans l’application des exigences de la directive relative à la libre circulation ; demande une nouvelle fois aux États membres de revoir et d’abroger leurs lois et dispositions qui instaurent directement ou indirectement, à l’encontre des Roms, des discriminations fondées sur la race et l’appartenance ethnique, et demande au Conseil et à la Commission de contrôler l’application par les États membres des traités et directives sur les mesures destinées à lutter contre la discrimination et relatives à la liberté de circulation, en particulier en ce qui concerne les Roms, et, si tel n’est pas le cas, d’adopter les mesures qui s’imposent, notamment en lançant des procédures en manquement ;

10. considère que la situation des Roms en Europe ne peut en aucun cas affecter l’accession à venir de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace Schengen, ni les droits de leurs citoyens ;

11. regrette profondément la réaction tardive et réservée de la Commission, pourtant gardienne des traités, lorsqu’il s’est agi de vérifier la conformité des actions menées par les États membres avec le droit primaire et la législation de l’Union, et plus particulièrement les directives susmentionnées sur la non-discrimination, la libre circulation et le droit à la confidentialité des données personnelles ; confirme l’inquiétude que lui inspirent les implications de la répartition actuelle des responsabilités concernant les politiques relatives aux Roms entre les membres de la Commission et appelle à une coordination horizontale étroite capable d’assurer à l’avenir une réaction rapide et efficace ;

12. invite la Commission à soutenir fermement les valeurs et les principes inscrits dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et les traités et à réagir sans attendre en procédant à une analyse exhaustive de la situation en France et dans tous les États membres quant à la conformité des politiques qui y sont menées à l’égard des Roms avec la législation de l’Union, notamment sur la base des informations fournies par les ONG et les représentants des Roms ;

13. s’inquiète vivement de ce que, en dépit de l’urgence de la question, la Commission n’ait pas encore répondu jusqu’ici à la demande qu’il lui a faite en janvier 2008 et en mars 2010 d’élaborer une stratégie européenne sur les Roms, en coopération avec les États membres ; invite à nouveau la Commission à mettre sur pied une stratégie européenne globale sur l’insertion des Roms ;

14. estime que l’Union et tous les États membres doivent assumer ensemble la responsabilité qui leur incombe de promouvoir l’intégration des Roms, laquelle nécessite une approche globale au niveau de l’Union prenant la forme d’une stratégie de l’Union concernant les Roms, fondée sur les engagements pris lors du deuxième sommet relatif aux Roms à Cordoue :
- la prise en compte de la problématique des Roms dans les politiques européennes et nationales sur les droits fondamentaux et sur la protection contre le racisme, la pauvreté et l’exclusion sociale,
- une meilleure conception de la feuille de route de la plate-forme intégrée sur l’insertion des Roms et l’établissement de priorités pour les objectifs clefs et les résultats attendus,
- la garantie, fondée sur une vérification de l’utilisation des ressources, que les instruments financiers existants de l’Union parviendront aux Roms et les aideront à améliorer leur intégration sociale ; l’introduction de nouveaux critères propres à garantir que l’utilisation des fonds permettra de mieux résoudre les problèmes des Roms ;

15. déplore vivement le manque de volonté politique affiché par les États membres lors du deuxième sommet sur les Roms, auquel seuls trois ministres ont assisté, et invite les États membres à adopter des mesures concrètes en vue d’accomplir les engagements pris dans la déclaration commune du sommet faite par le trio de présidences ;

16.
estime qu’il est essentiel que soit établi un programme précis de développement ciblant simultanément tous les domaines politiques connexes et rendant une intervention immédiate possible dans les zones de "ghettos" confrontées à de graves désavantages structurels ; invite la Commission et les États membres à veiller à ce que les mesures en faveur de l’égalité des chances soient strictement appliquées lorsque les programmes opérationnels seront mis en œuvre, de manière à ce que les projets n’entérinent pas la ségrégation et l’exclusion des Roms, de façon directe ou indirecte ; souligne qu’il a adopté, le 10 février 2010, un rapport sur l’éligibilité des interventions dans le domaine du logement en faveur des communautés marginalisées, qui permet lesdites interventions au bénéfice de groupes vulnérables dans le cadre du FEDER, et appelle à une mise en œuvre rapide du règlement révisé afin que les États membres puissent activement recourir à cette possibilité ;

17.
réclame la mise en œuvre effective de politiques orientées vers les femmes roms, qui sont victimes d’une double discrimination : en tant que Roms et en tant que femmes ; demande donc à la Commission et aux États membres, en collaboration avec les ONG, de réaliser des campagnes de sensibilisation ciblant les femmes roms ainsi que le grand public et d’assurer la pleine mise en œuvre des dispositions pertinentes pour lutter contre les habitudes culturelles discriminatoires et les modèles patriarcaux, prévenir une polarisation et s’attaquer aux stéréotypes sexistes largement répandus et à la stigmatisation sociale qui sous-tendent la violence contre les femmes, et veiller à ce qu’il n’y ait pas de justification de la violence pour des raisons de coutumes, de traditions ou de considérations religieuses ;

18.
exprime son inquiétude quant au rapatriement forcé de Roms vers les pays des Balkans occidentaux, où ils risquent de se retrouver sans abri et d’être victimes de discriminations ; invite la Commission, le Conseil et les États membres à veiller à ce que les droits fondamentaux des Roms soient respectés, et notamment leur droit à une aide et à un suivi appropriés ;

19.
recommande que le Conseil adopte une position commune sur la politique structurelle et les Fonds de préadhésion qui traduise l’engagement politique européen de promouvoir l’intégration des Roms et de veiller à ce que les principes fondamentaux communs en matière d’intégration des Roms soient pleinement pris en compte dans chaque révision des programmes opérationnels correspondants, notamment en vue de la prochaine période de programmation ; invite instamment la Commission à analyser et évaluer les effets sociaux obtenus à ce jour des investissements réalisés dans le cadre des Fonds de préadhésion et des Fonds structurels visant les groupes vulnérables, à en tirer des conclusions et à mettre au point de nouvelles stratégies et de nouvelles règles si cela est jugé nécessaire dans ce domaine ;

20.
demande que l’Union européenne et les États membres mobilisent les fonds nécessaires pour soutenir les projets concernant l’intégration des Roms, que la distribution de ces fonds aux États membres, la manière dont ils sont utilisés et la bonne mise en œuvre des projets soient soumises à un contrôle et que l’efficacité de ces projets fasse l’objet d’une évaluation, et invite la Commission et le Conseil à publier un rapport sur ce sujet assorti de propositions utiles ;

21.
encourage les institutions de l’Union européenne à associer les communautés roms, depuis la base jusqu’aux ONG internationales, au processus d’élaboration d’une politique globale pour les Roms au niveau de l’Union, y compris sous tous les aspects de la planification, de la mise en œuvre et de la supervision, et les invite également à tirer profit de l’expérience acquise grâce à la Décennie pour l’intégration des Roms 2005-2015, du plan d’action de l’OSCE et des recommandations du Conseil de l’Europe, des Nations unies et du Parlement lui-même ;

22.
charge sa commission compétente, en coopération avec les parlements nationaux et après consultation de l’Agence des droits fondamentaux, qui devrait élaborer un rapport, ainsi que des ONG et organismes qui se consacrent aux droits de l’homme et aux problèmes des Roms, de suivre la question et de préparer un rapport sur la situation des Roms en Europe, en s’appuyant sur les résolutions et rapports antérieurs du Parlement ; préconise à cet effet d’instituer un mécanisme d’évaluation de pair à pair au niveau de l’UE afin de contrôler et de garantir la conformité de l’action des États membres ;

23.
demande instamment aux États membres de respecter strictement les obligations qui leur incombent en vertu de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale en mettant immédiatement en œuvre les recommandations présentées par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’Organisation des Nations unies au cours de sa 77e session ;

24.
charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux gouvernements et aux parlements des États membres et des pays candidats, ainsi qu’au Contrôleur européen de la protection des données, au Conseil de l’Europe et à l’OSCE.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 835