Une tribune pour les luttes

110 Rroms devaient être expulsés par charter aujourd’hui depuis Marseille. 69 seulement des "volontaires" se sont finalement présentés.

Article mis en ligne le mardi 14 septembre 2010

Fresque d’ Ella et Pitr

— -

Présent sur place, Alain Fourest, président de l’association « Rencontres Tsiganes en Provence-Alpes-Côte d’Azur », a dénoncé une «  sinistre mascarade, scandaleuse, illégale ».

« Ces familles repartent le ventre serré (...), elles ont le choix entre rentrer de force dans le pays dont ils sont originaires ou mourir de faim et être harcelées quotidiennement par la police, voire même dans certains cas, par le voisinage », a-t-il affirmé.

Sur les 110 Roms attendus par Alain Testot, directeur de l’OFII, seulement 69 se sont présentés, en provenance des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse.

Voir vidéo :

http://actu.orange.fr/france/soixan...


Un Airbus spécialement affrété doit décoller mardi après-midi de l’aéroport de Marseille-Provence avec à bord une centaine de Roms, adultes et enfants.

Ils seraient rassemblées en fin de matinée à lOffice français de l’immigration et de l’intégraton (OFII )(61 bd Rabatau 13008) puis devant le stade vélodromepour être acheminées par bus à l’aéroport de Marignane.
Ils devraient embarquer sur le vol commercial OB26 (Hall 1) de 14h sur la compagnie Blue Air pour
Bucarest Baneasa.

Ce vol pour Bucarest, serait basé sur le volontariat avec une aide au retour !!! (On sait comment on les convainc : la carotte et beaucoup de bâton !)

Le Parlement européen soulignait il y a quelques jours que :"

les expulsions collectives sont interdites par la Charte des droits fondamentaux et par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et que ces mesures sont contraires aux traités et au droit de l’Union européenne, car elles constituent une discrimination fondée sur la race et l’appartenance ethnique ainsi qu’une violation de la directive 2004/38/CE relative au droit des citoyens de l’Union et des membres de leurs familles de circuler librement dans l’Union européenne ;

Voir Mille Bâbords 15017
Résolution du Parlement européen du 9 septembre 2010 sur la situation des Roms et la libre circulation des personnes dans l’Union européenne

Renate Weber, Eurodéputé roumaine, ALDE :
« En 2010, la France, berceau des droits de l’homme, utilise une tricherie. Elle profite de l’ignorance de la plus vulnérable population de l’Europe, les Roms, et paie 300 euros pour un adulte et 100 euros pour un enfant, à condition qu’ils quittent le territoire français.
Ainsi, le gouvernement français prétend qu’il s’agit de rapatriement volontaire, considérant avec cynisme que cet indigne achat de conscience des Roms est une aide humanitaire.
"


"Au delà de la gesticulation gouvernementale que représente cette nouvelle affaire, c’est avant tout un coup d’éclat pour flatter l’électorat de droite extrème et faire diversion quant à la réforme des retraites. C’est aussi une dilapidation de l’argent des contribuables, car à n’en pas douter, ces familles reviendront pour accéder en France à une vie meilleure.

Quant au "volontariat" du retour (ces familles comprennent-elles toutes ce qu’elles signent ?), il s’explique sûrement plus par le choix d’échapper momentanément au harcèlement quotidien que subit la population Roms depuis des semaine dans les Bouches du Rhône (destruction de squats...) que par une réelle volonté de retour en Roumanie."

FG

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 17 septembre 2010 à 11:31, par

    Par Cécile Kovácsházy, maître de conférences en littératures comparées,

    11 septembre 2010.

    http://www.mediapart.fr/club/editio...

    "Depuis quelques semaines, il semblerait que la langue française se soit enrichie d’un nouvel idiome : lesRoms (en un mot). Car on n’entend point dans la sphère publique parler d’un Rom ou d’un autre, et encore moins entend-on parler un Rom. LesRoms... Comme si un Rom les valait tous, comme s’ils étaient tous pareils... tous ces prétendus « fils du vent », qui seraient essentiellement ou culturellement des nomades, de « véritables Européens », des gens « tellement libres ». Or ces qualificatifs, arborés comme neutres voire mélioratifs, induisent juridiquement et politiquement qu’une partie de la population européenne est transnationale et n’appartient à aucun lieu, ne participe d’aucune nation ; elle n’aurait donc aucun droit. Ces épithètes quasi homériques justifieraient alors qu’on traitât les Roms en deçà des lois – et c’est bien ce que fait le gouvernement français depuis 2007 au moins.

    Ne faut-il pas arrêter l’ethnicisation de nos discours, aussi bien intentionnés soient-ils ? Ne faut-il pas arrêter les identifications culturalistes ? Les familles roms, toutes roms qu’elle sont, ne se réduisent évidemment pas à ce seul point commun. Je serais même tentée de dire : il n’y a pas de Roms. Il n’y a que des personnes espagnoles, françaises, hongroises, roumaines, suédoises, etc. qui se trouvent avoir une culture, des traditions, des désirs particuliers – comme tout le monde, n’est-ce pas ?

    (...)

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 740