Une tribune pour les luttes

Observatoire des inégalités.

La pauvreté en France.

La France compte entre 4,3 et 7,8 millions de pauvres selon la définition adoptée...
et aussi des très riches...

Article mis en ligne le mardi 28 septembre 2010

http://www.inegalites.fr/spip.php?article270

le 28 septembre 2010

Depuis la fin des années 1990, la baisse de la pauvreté est interrompue.

L’état des lieux :

La France comptait entre 4,3 et 7,8 millions de personnes pauvres en 2008, selon la définition de la pauvreté utilisée (seuil à 50 % ou à 60 % du niveau de vie médian, voir ci-dessous). Le taux de pauvreté va de 7,1 à 13,2 %.

Les niveaux de vie des personnes démunies ne sont pas comparables à ce que l’on rencontre dans les pays les plus pauvres. En 2008, le seuil de pauvreté pour une personne seule est de 791 euros mensuels au seuil à 50 % du niveau de vie médian, et de 949 euros mensuels pour le seuil à 60 %. Il n’empêche que des millions d’enfants, d’hommes et de femmes vivent en marge des normes de la société. Ils n’aspirent pas seulement à manger, mais aussi à avoir un logement décent, à étudier ou à travailler, à se soigner... comme les autres.

La tendance :

La pauvreté a baissé des années 1970 au milieu des années 1990. Elle est ensuite restée plutôt stable jusqu’au milieu des années 2000. Depuis, les taux sont restés stables (rappelons qu’il existe une incertitude de + ou - 0,5 point) mais le nombre de personnes pauvres est reparti à la hausse : + 500 000 entre 2002 et 2008 selon le seuil à 50 %. Il ne s’agit pas d’une "explosion", mais le mouvement est d’autant plus inquiétant que la progression du chômage depuis la mi-2008 risque d’aggraver les choses.

(...)

(http://www.inegalites.fr/spip.php?a...)


Par ailleurs, certaines populations ne sont toujours pas prises en compte.

Il s’agit des personnes qui vivent hors logement, dans des foyers ou qui n’ont pas de domicile (environ 2 % de la population). On essaie d’améliorer la connaissance de ces personnes, notamment pour celles qui font une déclaration de revenus ou qui perçoivent des prestations sociales. Pour les autres, la prochaine enquête sur les sans-domicile de 2012 permettra d’évaluer le non-recours aux prestations sociales et donnera des éléments sur leurs revenus.

La question des hauts revenus : une prise en compte encore meilleure des revenus financiers modifierait sans doute les données en niveau, mais pas le diagnostic de forte progression qui a été déjà effectué pour la période 2004-2007.


Selon l’INSEE le salaire médian en France est maintenant de 1580 € / mois (pour un temps plein dans le privé),), ce qui signifie que 50% des salariés français gagnent moins que cette somme ; l’autre moitié, plus.

20% des salariés gagnent plus de 2.380 €/mois.

10 %, les plus riches ont quant à eux au moins 2 962 €/mois de salaire.


La petite frange du 1% la plus riche de la population perçoit 5,5% des revenus d’activité, 32% des revenus du patrimoine et 48% des revenus exceptionnels déclarés (plus-values, levées d’options). Et le nombre de personnes riches grimpe fortement : entre 2004 et 2007, le nombre de personnes dépassant les 100.000 euros de revenus annuels s’est accru de 28%, et celui dépassant les 500.000 euros de 70%.


Dans les Bouches-du-Rhône, un enfant sur quatre vit dans un ménage pauvre (1 sur 5 en France) et 35% des familles monoparentales ont un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté (32,5% dans la région).
Avec conjoints et enfants, ce sont pas moins de 320 000 habitants de Paca qui sont concernés. À ces familles pauvres s’ajoutent de très nombreuses familles modestes vivant tout juste au-dessus de ce seuil de pauvreté.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 745