Une tribune pour les luttes

Le Petit Criminel N°0

"Le mouvement s’essouffle"

Article mis en ligne le mercredi 11 juin 2003

"Le mouvement s’essouffle" dixit Raffarin, repris par les media. Or, mardi 10 juin, nous étions, rien qu’à Marseille, plus de 200 000 manifestants.

Nous voulons, par ce journal, participer à la création d’un contrepouvoir médiatique. Il est urgent que chacun de nous en soit partie prenante. Soyez rédacteur du Pe tit c riminel en nous envoyant vos infos, vos témoignages. Créez votre propre journal ou diffusez celui-ci. Intervenez sur les radios, exprimez-vous partout, partagez, soyez actifs, prenez les choses en main. Ne laissez pas la télé, la
radio transformer vos pensées et vos actes.

Ce journal essaiera au fil des jours et des événements de témoigner des luttes ici mais aussi ailleurs, en Europe, dans le monde.

Non seulement le mouvement ne s’essouffle pas, mais il s’élargit et s’approfondit. Bien sûr, l’arrogance du gouvernement y est pour quelque chose, mais c’est aussi parce que les gens sont de plus en plus nombreux à comprendre que le système actuel ne pourra jamais nous permettre de vivre dignement dans la justice et la
démocratie réelles. Nous sommes toujours plus nombreux à
comprendre que la logique du profit maximum se manifeste dans les "guerres contre le terrorisme" comme dans les "plans sociaux", dans la dette extérieure qui saigne des populations entières comme dans la suppression de tous les acquis sociaux, dans la corruption généralisée comme dans la répression de toute résistance (si dans le privé, les salariés ne sont pas encore en grève, ce n’est pas que
la situation leur convienne mais bien parce qu’ils risquent leur emploi).

Partout sur la planète, l’empire se déchaîne : le G8, l’OMC, la Banque Mondiale, les bombardiers étasuniens, et le matraquage télévisuel n’en sont que piliers les plus visibles. Les diplomates, les organismes internationaux, mais aussi les "réformateurs" et les organisations qui prônent l’isolement et l’émiettement des luttes en sont des défenseurs peut-être plus difficiles à démasquer. Mais le
seul véritable élément qui puisse nous empêcher de changer le
monde, ce serait le manque de confiance en nous, en notre capacité à nous unir, à lutter ensemble pour en finir une fois pour toutes avec les privilèges, l’exploitation, l’injustice et la répression.

N’oublions jamais que nous sommes des milliards ("alors qu’ils ne sont que 8", comme on disait à Evian), et surtout que sans nous ils ne sont rien. Une bonne façon de le leur rappeler serait de déclarer partout la grève générale reconductible.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 985