Une tribune pour les luttes

Pour faire régner la peur, on recommence à arrêter des enfants et des sans-papiers dans et aux portes des écoles.

Stupeur et indignation : VAZGEN, 6 ans, est enfermé au centre de rétention de Nîmes.

Voir vidéo du rassemblementde vendredi 14 janvier à Nîmes.
Faxez, mailez pour demander sa libération.
Le petit Vazgen est enfin libre ainsi que sa famille .

Article mis en ligne le mercredi 19 janvier 2011


Rassemblement le vendredi 14/01/2011 à Nîmes pour Vazgen (le 15/01/2011 rassemblement au Le Puy-en-Velay)
http://www.dailymotion.com/video/xg...



RESF30 Réseau Education Sans Frontières du Gard

DAVID et son fils VAZGEN, 6 ans, sont enfermés au centre de rétention de Nîmes, avec VANINE, la compagne de David

Dimanche 9 janvier, 2011


Un enfant de 6 ans arrêté et mis en rétention
envoyé par ProtegeonsScotty. – L’actualité du moment en vidéo.

Arrestations aux abords des écoles, lycéens arrachés de leurs écoles et menacés d’expulsion, familles au bord du démembrement
« Il convient, pour des raisons évidentes, d éviter que cela conduise à des démarches dans l’enceinte scolaire, ou dans ses abords. Je vous demande en tout état de cause de conduire ce type d’opération particulièrement délicate avec humanité et discernement.
Vous veillerez en outre à ne pas mettre avant la fin de l’année scolaire l’éloignement des familles dont un enfant est scolarisé depuis plusieurs mois. « 
Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, circulaire du 31/10/2005 
 
 Arrestations aux abords des écoles, lycéens arrachés de leurs écoles et menacés d’expulsion, familles au bord du démembrement : en 2011 c’est aussi inacceptable  !

Préfet : richard.didier@haute-loire.pref.gouv.fr

Il sera remplacé à partir du 16 janvier par denis.conus chez haute-loire.pref.gouv.fr

Préfecture de la Haute-Loire : 6 avenue du Général-de-Gaulle BP 321 43011 Le Puy-en-Velay Cedex

Téléphone :04 71 09 43 43  Télécopie : 04 71 09 78 40

Secrétaire général : .robert.rouquette@haute-loire.pref.gouv.fr

Service des étrangers : fax : 04 71 09 98 19 

josette.crespin@haute-loire.pref.gouv.fr

sylvianne.groll@haute-loire.pref.gouv.fr


RESF37


Le Réseau Education Sans Frontières d’Indre-et-Loire communique :

Stupeur et indignation :
un sans-papier arrêté devant une école

Le Réseau Education Sans Frontières d’Indre-et-Loire (RESF37) s’indigne de l’arrestation de Mr Nasko Agovic à proximité de l’école Paul Bert à Tours, alors qu’il venait y chercher son neveu à la sortie des classes, vendredi 7 janvier à 16 h 30.

Mr Agovic est en France depuis plusieurs années (dont 5 à Tours), il est Rom du Kosovo et un retour dans cette région, où le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU reconnaît que la sécurité des Roms n’est pas assurée, le mettrait en danger. Un avocat s’occupe de son dossier de régularisation, des démarches sont en cours, il doit pouvoir en attendre sereinement les résultats.

Il participe à l’éducation de son neveu Almir, orphelin, qui a déjà subi de nombreux traumatismes alors qu’il n’a que huit ans. L’arrestation de son oncle devant tous ses camarades de classe l’a profondément choqué, ainsi d’ailleurs que les autres enfants de l’école.

Mr Agovic, détenu au local de rétention du commissariat de Tours après son arrestation, sera présenté le lundi 10 janvier devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD). Nous exigeons sa libération immédiate.

Le RESF37 condamne cette arrestation déloyale et ces pratiques inhumaines, qui sont une honte pour notre pays, Le RESF37 les dénoncera haut et fort à chaque fois qu’elles se produiront. Nous sommes très inquiets face à cette atteinte à la dignité humaine élémentaire et nous appelons enseignants et parents, ainsi que tous les citoyens, à la vigilance.

Tours le 9 janvier 2011


http://www.educationsansfrontieres.org/rubrique43.html

RESF URGENT ET IMPORTANT

8 janvier 2011

Arrestations aux abords des écoles, lycéens arrachés de leurs écoles et menacés d’expulsion, familles au bord du démembrement

"Il convient, pour des raisons évidentes, d éviter que cela conduise à des démarches dans l’enceinte scolaire, ou dans ses abords. Je vous demande en tout état de cause de conduire ce type d’opération particulièrement délicate avec humanité et discernement.

Vous veillerez en outre à ne pas mettre avant la fin de l’année scolaire l’éloignement des familles dont un enfant est scolarisé depuis plusieurs mois. "

Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, circulaire du 31/10/2005

Arrestations aux abords des écoles, lycéens arrachés de leurs écoles et menacés d’expulsion, familles au bord du démembrement : en 2011 c’est aussi inacceptable !

1/ VAZGEN, 6 ans, arrêté dans son école, placé en centre de rétention vendredi 7 janvier. Ils ont osé... !.

Ce qui se fait souvent loin de chez nous est devenu réalité chez nous en Haute-Loire, à LANGEAC (4 000 habitants)

Vendredi 7 janvier 2011, à 15h30, les gendarmes sont venus en tenue de ville chercher, à son école, VAZGEN, 6 ans, accompagnés de son père David ASRYAN, d’origine arménienne-russe. Un choc pour la communauté éducative et pour le collectif de soutien aux demandeurs d’asile qui tente depuis de longs mois d’aider à la régularisation de cette famille.

Après une garde à vue de David et de sa compagne Vanine (20 ans), les gendarmes ont accompagné David ASRYAN à l’école à 15h30 pour y chercher Vazgen en prenant des précautions : tenue civile et choix du moment pour ne pas paniquer les enfants ; appréciez le "tact" ! Aux amis arrivés sur place, il a été interdit de faire une bise à David et Vazgen !

Vazgen est scolarisé depuis près de 4 ans à Langeac. David était vert . Les 3 gendarmes pas très à l’aise. Vazgen sans siège rehausseur et sans ceinture, assis entre son père et un gendarme, ne semblait pas du tout effrayé et nous a fait un beau sourire.

Les enseignants choqués et les enfants trouveront la chaise de Vazgen vide lundi matin. Vanine a été elle aussi emmenée au centre de rétention de Nîmes. Dans quel état doit être cette jeune fille de 20 ans qui ne parle pas français....et dont l’état de santé est fragile. Le JLD vient de confirmer leur placement en rétention pour 15 jours.

Leur histoire :

Indésirables en Arménie, les parents de David se sont exilés en Russie où David a vécu la majeure partie de sa vie. A la suite de persécutions politiques, il a dû fuir en France où sa demande d’asile a été rejetée par l’OFPRA puis la CNDA. (Cour nationale du droit d’asile).

Il attendait la réponse d’un nouveau dossier auprès de la CNDA. Vanine, arrivée depuis 6 mois, n’a pas encore présenté de demande à l’OFPRA. Mais le Préfet a appliqué la loi de façon implacable ! La demande en cours n’est pas suspensive d’une mesure d’éloignement.

NON ! La place d’un enfant n’est pas en centre de rétention. !

Attention à éviter les propos évoquant l’enfermement des enfants en d’autres temps, si vous ne voulez pas être accusé de diffamation

Préfet : richard.didier@haute-loire.pref.gouv.fr

Il sera remplacé à partir du 16 janvier par denis.conus chez haute-loire.pref.gouv.fr

Préfecture de la Haute-Loire : 6 avenue du Général-de-Gaulle BP 321 43011 Le Puy-en-Velay Cedex

Téléphone :04 71 09 43 43  Télécopie : 04 71 09 78 40

Secrétaire général : .robert.rouquette@haute-loire.pref.gouv.fr

Service des étrangers : fax : 04 71 09 98 19 

josette.crespin@haute-loire.pref.gouv.fr

sylvianne.groll@haute-loire.pref.gouv.fr

2/ Sami Abdalla, 18 ans, élève de CAP peinture au LP de Gelos (64), est sur le point d’être expulsé, simplement parce qu’il est devenu majeur. C’est inacceptable.

Sami est égyptien. Arrivé seul en France à l’âge de 15 ans, pris d’abord en charge par l’ASE Sami Abdalla est arrivé au Pôle Relais Insertion du lycée des Métiers du bâtiment de Gelos, près de Pau dans les Pyrénées-Atlantiques, il ya deux ans, y a appris le français et s’est préparé à intégrer la classe de CAP où il étudie avec succès depuis la rentrée de septembre 2010.

L’OQTF que lui a envoyée début mai, juste après l’anniversaire de ses 18 ans, le préfet des Hautes Pyrénées, ne lui est pas parvenue. Il en a eu connaissance quand il s’est rendu à la mi-juin à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques pour régulariser sa situation. Trop tard :le juge a déclaré irrecevable sa contestation de cette OQTF.

Sami a été arrêté mercredi par la police, alors qu’il rentrait en scooter d’un match de football organisé par le lycée. S’apercevant aussitôt qu’une OQTF était en cours contre lui, la Sécurité Publique a transmis Sami à la Police Aux Frontières qui l’a conduit le lendemain après-midi au Centre de Rétention Administrative d’Hendaye.

Vendredi en début d’après-midi le Juge des Libertés et de la Détention a prononcé sa mise en liberté immédiate assortie d’une assignation à résidence..

Il apprenait samedi qu’un vol était prévu lundi pour lui en direction de son pays d’origine. (vol retenu avant même son passage devant le JLD !)

Son avocate a aussitôt déposé un référé-liberté qui a été plaidé ce dimanche 9 janvier à 10 heures devant le tribunal administratif de Pau.

Informés par RESF 64, près de 100 personnes ont assisté, ce dimanche, à la séance du tribunal administratif. Et parmi elles, le proviseur du lycée de Sami, le proviseur adjoint, le conseiller principal d’éducation, la secrétaire et des enseignants du garçon étaient présents, ce que n’a pas manqué de souligner Me Lucas en commençant sa plaidoirie. De nombreux représentants de la CIMADE étaient également présents, ainsi que des élus territoriaux.

Le juge a rejeté la requête. Les commentaires de nombreux spectateurs après l’audience étaient scandalisés devant la comparaison faite alors par le juge entre les mutations des fonctionnaires et l’expulsion vers un destin inquiétant d’un jeune étranger en situation irrégulière.

A l’heure où ce compte-rendu est rédigé, on ne sait pas si Sami prendra l’avion ou pas demain. Mais dans tous les cas, une chaise sera vide, lundi, au lycée des métiers du bâtiment de Gelos, et c’est inacceptable. Le combat pour le droit de Sami à poursuivre ses études et à vivre ici commence !

Préfecture des Pyrénées Atlantiques 2 rue du Maréchal Joffre

64021 PAU CEDEX

Téléphone : 05 59 98 24 24 Télécopie :05 59 98 24 99

 Préfet : francois-xavier.ceccaldi@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr

Téléphone : 05 59 98 21 01 Télécopie :05 59 98 26 44

Secrétaire général : jean-charles.geray@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr

Téléphone :05 59 98 23 01 Télécopie :05 59 98 24 98

 

3/ Et quatre enfants qui attendent le retour de leur père : halte au démembrement des familles !

Urgence pour Mamisoa Calixte RAKOTOMALALA, malgache, en rétention depuis le 13 décembre, père de Hay Kathusca, 7 ans, et Syrandi Georgio, 4 ans, scolarisés en CP et en maternelle à Paris 15ème, présents au goûter des orphelins de Noêl.

Il sera présenté lundi à l’ambassade, un vol est prévu mercredi 12 janvier pour Antananarivo.

Pour protester (fermement mais sans injure ni diffamation) :

Préfecture de police de Paris

fax Préfecture de police P 75 : 01 53 71 67 23

mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat chez interieur.gouv.fr

Urgence : Samana TSHIBUYI, père de Cunégonde 5 ans et de Maximilien 4 ans doit être libéré !

Cela fait 23 jours que Samana TSHIBUYI, RDC, père de Cunégonde 5 ans et de Maximilien 4 ans scolarisés en maternelle à Juvisy (91) est enfermé dans la prison administrative pour étrangers de Palaiseau, séparé de sa compagne, réfugiée politique et de ses enfants. Tous les recours juridiques sont aujourd’hui épuisés, il doit être présenté le 12 janvier au consulat de RDC.

Pétition à signer :http://resf.info/P1764

Pour chacune de ces situations :

Ministère de la Rafle et du drapeau

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Secrétaire général secretariat-general@immigration-integration.gouv.fr

Secrétaire général : stephane.fratacci@immigration-integration.gouv.fr 

Au ministère de l’Intérieur Guillaume Larrivé (Directeur-adjoint du cabinet qui était déjà en charge des expulsions quand Sarkozy était ministre de l’Intérieur) guillaume.larrive@interieur.gouv.fr

Idem pour jean-marc.berlioz@interieur.gouv.fr

Matignon : http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/ecrire
Et là où se prennent les décisions
Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html <http://www.elysee.fr/ecrire/index.html>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration, immortel rédacteur du discours de Grenoble) maxime.tandonnet chez elysee.fr 


Tract :

TOURS : UN SANS PAPIER ARRETE DEVANT UNE ECOLE
C’EST ASSEZ !

Vendredi 7 janvier 2011 à Tours, les flics ont encore une fois franchi la frontière de l’ignoble. Tels des prédateurs, ils ont attrapé leur proie sur un lieu où elle s’y rend à coup sûr. Ils ont arrêté un Rom (Nasko A.) originaire du Kosovo, venu chercher son neveu à l’école Paul Bert.
Il est détenu au commissariat de Tours en attendant que que le juge des libertés et de la détention statut sur son sort. Sera-t-il placé dans un camp de rétention ou bien libéré ?

Plusieurs questions viennent à l’esprit. Comment l’Etat peut-il tenter d’expulser des Roms originaires du Kosovo alors que l’ONU, à travers le HCR, a recommandé de ne pas les expulser en raison des violences racistes qu’ils subissent dans leur pays d’origine ? Est ce que le préfet se moque de Sarkozy ? Celui-ci, en 2008, avait déclaré que les arrestations de sans papiers aux portes des écoles devaient cesser ? Cet élan de ’’générosité’’ était survenu à la suite du tollé et des mobilisation que celles-ci avaient suscitées, principalement en région parisienne. Ne pas avoir de papier justifie-t-il que la police traumatise des enfants ? La chasse aux Roms serait-elle de nouveau à l’ordre du jour, malgré l’émoi engendré à la suite de l’affaire de Saint Aignan cet été ?

La police a pu agir quasiment en toute impunité. Aucun des enseignants n’est intervenu pour s’opposer aux chasseurs de sans papiers. Seules quelques parentes d’élèves se sont interposées pour tenter de mobiliser les autres adultes présents et ainsi empêcher l’arrestation. Une d’entre elle a failli être arrêtée à son tour.
L’intervention de certains parents d’élèves aurait pu éviter que la police l’embarque. On ne peut que regretter ce manque de solidarité. On s’émeut lorsque la chasse au Roms ou l’arrestation de sans papiers aux portes des écoles sont médiatisées. On reste passif quand ça arrive concrètement près de chez soi !

Encore une fois la politique xénophobe, raciste, de l’Etat conduit inévitablement a ce qu’il renie ses engagements, détruise des vies. Mais Hortefeux médiatisera avec satisfaction le bilan chiffré de la chasse aux sans papiers.
Ce n’est pas tolérable ! Les sans papiers sont des êtres humains. Ils ne sont pas des chiffres. Ils ne sont pas des proies livrées aux chasseurs assermentés. Comment peut-on briser des vies sous prétexte que des personnes ne sont pas nées au bon endroit et qu’il leur manque un vulgaire papier administratif ? Comment leur faire porter la responsabilité de la destruction des acquis sociaux ? Est-ce les sans papiers qui reculent l’âge de la retraite ? Ou est-ce le gouvernement, pour satisfaire les capitalistes, qui prend ce genre de décision ? Le XXe siècle a montré jusqu’où peuvent mener les politiques xénophobes et racistes. Lorsque que l’Etat construit des boucs émissaires, cela risque de conduire à des catastrophes sociales dont tous les exploités et les opprimés pâtiront.

Notre solidarité avec les sans papiers sera toujours intacte, vigilante et active. Car lorsque l’Etat agresse, enferme et expulse des sans papiers, nos libertés s’étiolent.
_ Qui sont les plus dangereux pour nos conditions de vie les sans papiers ou les capitalistes voulant engranger de plus en plus de profits en remettant en cause nos acquis sociaux, en détruisant de plus en plus la planète ? De nouvelles formes d’immigration apparaissent : celles dues au réchauffement climatique. D’un côté l’espace des déserts augmente, de l’autre les eaux montent. Des régions deviennent invivables pour l’humanité.

Y en marre que se soit toujours les mêmes qui trinquent, que certains soient transformés en boucs émissaires, pendant que d’autres se dorent la pilule au Fouquets, à Saint Tropez ou dans des îles dont ils ne savent même plus si ils en sont encore propriétaires !

LIBERATION IMMEDIATE ET REGULARISATION DE NASKO A.

DES PAPIERS POUR TOUS

FERMETURE ET DISPARITION DES CAMPS DE RETENTION

POUR LA LIBERTE DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION

NON A LA XENOPHOBIE ET AU RACISME D’ETAT

NON A LA POLITIQUE DU CHIFFRE

RASSEMBLEMENT DEVANT L’ECOLE PRIMAIRE DE PAUL BERT
LUNDI 10 JANVIER A 16 H 30

Tours, le 8/01/2011

SOIF D’UTOPIES
DAL 37
DES PARENTS D’ELEVES DE L’ECOLE PAUL BERT ET DES INDIVIDUS

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 900