Une tribune pour les luttes

Nul n’a le droit d’interdire aux citoyens de ce pays de dénoncer l’impunité des violations israéliennes du droit international et la collusion de notre gouvernement avec la droite extrême au pouvoir en Israël !

Soutien à Stéphane Hessel

Revigorant ! A regarder vidéo mediapart : Soirée autour de Stéphane Hessel Avec Claude Alphandéry et Edgar Morin Moncef Marzouki et Radhia Nasraoui Darina Al-Joundi, Mahmoud Hussein et Elias Sanbar

Article mis en ligne le jeudi 10 février 2011

Stéphane Hessel et ses amis à la Colline

De Tunis au Caire et jusqu’à Paris, s’indigner, résister et créer : la vidéo
http://blogs.mediapart.fr/blog/la-r...
08 Février 2011
Après la révolution tunisienne, l’insurrection égyptienne. L’une et l’autre ont été à l’honneur de notre soirée du lundi 7 février au Théâtre de la Colline à Paris, organisée autour de Stéphane Hessel et de ses amis.

Retrouvez la vidéo intégrale de la soirée.
http://www.dailymotion.com/video/xg...
Les invités de la soirée :
Soirée autour de Stéphane Hessel
Avec
Claude Alphandéry et Edgar Morin
Moncef Marzouki et Radhia Nasraoui
Darina Al-Joundi, Mahmoud Hussein et Elias Sanbar

Mediapart publie également le texte de l’intervention de Mahmoud Hussein.


Soutien à Stéphane Hessel
par Nurit Peled-Elhanan, mère israelienne d’une victime d’attentat, _ professeur à l’université hébraique de Jérusalem, prix Sakharov du Parlement européen.


Cher Monsieur Hessel, chère Madame Shahid, chers participants,

Je suis désolée de ne pouvoir assister à cette importante conférence. Mais je tiens à exprimer mon admiration à Monsieur Hessel, et à tous les participants et à vous assurer que je suis de tout cœur avec vous.

J’ai lu l’éditorial du président du CRIF se félicitant de l’interdiction de notre conférence et remerciant des philosophes et écrivains hypocrites et ignorants, qui pérorent sous les ors des salons parisiens et pensent briller en étalant leur prose "politiquement correcte" tout en ignorant de manière étonnante la vie réelle des gens dans les Territoires palestiniens occupés et le caractère dictatorial du gouvernement israélien actuel.

L’ignorance et l’hypocrisie de ces gens n’est pas une négligence, mais un crime, car ils encouragent la tendance fasciste qui menace de nous noyer tous, en Israël, en Palestine et en France.

En 2010, trente lois racistes visant les citoyens palestiniens d’Israël ont été proposées en Israël et, pour la plupart, approuvées. Elles séparent des familles.

Elles permettent de confisquer des maisons et des terres, de refuser les traitements médicaux nécessaires à des invalides, de détruire les maisons des Bédouins, de discriminer des écoles quand elles sont druzes ou palestiniennes, d’incarcérer des enfants.

Bien plus, la justice, qui devrait de protéger les gens contre cette terreur, obéit aux lois racistes d’un régime d’apartheid.

Comme en Afrique du Sud autrefois, toutes les discriminations anti-palestiniennes en Israël sont légales : nul n’est jamais puni pour les crimes perpétrés contre ces "non-citoyens".
En revanche, ce gouvernement où un Liebermann joue un rôle décisif considère comme un péché mortel la résistance non-violente à l’occupation, qui se développe dans les sociétés palestinienne et israélienne contre les crimes et la répression découlant de l’occupation.

Ces derniers temps, la police et l’armée israéliennes arrêtent des militants des droits humains lorsqu’ils sont juifs, comme Yonathan Polack, et les tuent s’ils sont palestiniens, tels Bassem Abu-Rahma et sa sœur, Jawahr.
Les organisations droits-de-l’hommistes en question sont désormais soumises à des enquêtes brutales et humiliantes par... les criminels contre l’Humanité qui nous gouvernent.
De surcroît, la pauvreté touche plus l’Israélien que jamais, et ses principales victimes sont les citoyens arabes.
Et le monde se tait… Et le CRIF soutient.

Cet appui au gouvernement le plus extrémiste de l’histoire d’Israël, engendré par une peur irrationnelle à l’égard de tous les goyim (non-juifs) et aussi par la crainte réflexe de toute critique, nous met tous en danger :
c’est la cause principale de la montée de l’antisémitisme en Europe.

Ce sont ces Juifs-là, ces philosophes et écrivains ignorants et hypocrites qui alimentent la haine qui s’affirme contre les autres Juifs. D’autant qu’ils combattent la liberté de pensée en France et ailleurs, et prétendent interdire toute critique contre la politique criminelle et raciste d’Israël.
Ainsi la fascisation nous menace vous et nous, ici et là-bas. Les Juifs français devraient comprendre que soutenir un régime fasciste et cruel n’est ni juif ni humain et se rappeler la leçon de Hillel : "Aimez votre prochain comme vous-mêmes, voilà à quoi se résume toute la Torah."

Ici, à Jérusalem, notre prochain, c’est le Palestinien. La moitié de la population dominée par Israël est palestinienne.
C’est pourquoi soutenir Israël, c’est soutenir les citoyens d’Israël, juifs comme arabes. Soutenir Israël signifie soutenir des personnes comme Haneen Zoabi, qui lutte avec un courage et une ténacité admirables pour une vraie démocratie.
Lutter pour un Etat d’Israël démocratique, c’est inséparablement lutter pour une Palestine libre,
C’est aussi militer pour les droits des "non-citoyens" d’Israël, c’est-à-dire les Palestiniens des Territoires occupés, traités comme des esclaves, concentrés et incarcérés dans des camps énormes au sein même de leur propre pays, privés de tous les droits humains et civils.

Soutenir Israël, cela veut dire libérer Israël de son régime criminel, des accords illégaux, des colonies de larrons, boycotter leurs marchandises - produits de terres volées, de l’eau volée, et changer Israël en un pays où chacun peut vivre dans la dignité.

Tels sont les principes de sa Déclaration d’Indépendance d’Israël que les juifs du CRIF ont oublié - à moins qu’ils ne l’aient jamais lue ?

Moi, mon grand-père a signé cette Déclaration, et je ne peux donc pas l’oublier.

J’espère que ce message arrivera aux oreilles de ces Juifs français que rend sourds la propagande du régime raciste d’Israël, des oreilles bouchées par le terrorisme intellectuel du CRIF.

Nurit Peled-Elhanan, mère israelienne d’une victime d’attentat,
professeur à l’université hébraique de Jérusalem,
prix Sakharov du Parlement européen.

.


Pourquoi a-t-on annulé la conférence de Hessel ?


PAR UN GROUPE DE PROFESSEURS DE L’ECOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Nous apprenons avec stupeur et indignation par un communiqué du Conseil représentatif des institutions juives de France que la rencontre prévue le 18 janvier à l’Ecole normale supérieure avec Stéphane Hessel a été annulée à la demande du Crif. Un homme qui a dédié toute sa vie au combat pour la liberté se voit ainsi interdit de parole pour avoir rappelé les droits du peuple palestinien.

Cette intervention n’est pas un fait isolé. Il y a longtemps déjà que le Crif et des personnalités qui lui sont liées exercent la calomnie et l’intimidation à l’égard des militants, artistes ou universitaires juifs et israéliens coupables de s’opposer aux violations du droit international perpétrées par l’Etat israélien. Ils ont notamment réussi à faire partir de France un cinéaste israélien dont les films ne leur plaisaient pas. Aujourd’hui cette institution affirme sans ambages son droit de décider qui a, en France, le droit ou non de parler d’Israël et de la Palestine. Elle n’a pas sans intention choisi de le faire en un lieu symboliquement associé à l’idée de la libre recherche. Si la directrice de l’Ecole normale supérieure a accepté son diktat, elle a déshonoré sa fonction. Il en va de même pour la ministre de l’Enseignement supérieur s’il est avéré qu’elle est personnellement intervenue pour faire annuler la rencontre prévue.

Ces faits sont inadmissibles. Le droit de critiquer les actes du gouvernement israélien comme de tout autre gouvernement doit être respecté sur notre territoire. Aucune institution n’a le droit de nous prescrire, en fonction des intérêts particuliers qu’elle représente, ce que nous devons dire, écrire, voir et entendre.

Signataires : Alain Badiou (ENS 1956, professeur émérite à l’Ecole normale supérieure), Etienne Balibar (ENS 1960, professeur émérite à l’université de Paris-ouest), Ivar Ekeland (ENS 1963, professeur à l’University of British Columbia, Vancouver), Jean-Marc Lévy-Leblond (ENS 1958, professeur émérite à l’université de Nice), Marie-José Mondzain (ENS 1962, directrice de recherches au CNRS), Jacques Rancière (ENS 1960, professeur émérite à l’université Paris-VIII) et Emmanuel Terray (ENS 1956, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales).


Le CRIF se félicite d’avoir obtenu l’interdiction de la rencontre prévue à l’ENS avec Stéphane Hessel et de nombreux invités de premier rang. Les réactions indignées se multiplient, tant parmi les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure (lire la lettre d’un élève à la directrice), que parmi les professeurs (lire la tribune d’Eric Fassin : l’ironie de Voltaire). Pour Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme, "le Crif joue avec le feu". Dominique Vidal dénonce "l’autisme et l’arrogance" de Richard Prasquier, le président du CRIF, et lance un appel : "Théo Klein réveille toi, ils sont devenus fous !"

Nous vous appelons à venir nombreux pour le rassemblement de soutien à Stéphane Hessel, demain mardi 18h30 place du Panthéon. Il prendra la parole aux côtés des invités initialement prévus (Leila Shahid, Michel Warschawski, Benoist Hurel, Daniel Garrigue), ainsi que d’un grand nombre de personnalités solidaires, scandalisées par cette atteinte grave à nos libertés pilotée par les inconditionnels de la droite israélienne au pouvoir.

Merci de diffuser largement ce message. 
Pour rappel, le communiqué des organisateurs, ici.

A demain,
Om. pour l’équipe de coordination. 

Signez et faites signer l’appel : www.collectifpaixjustepalestine.org 

LE CRIF REVENDIQUE LA CENSURE DE STEPHANE HESSEL ET L’ATTEINTE A LA LIBERTE D’EXPRESSION A L’ENS

Grand rassemblement contre la censure et pour le respect des libertés démocratiques

Communiqué publié sur Mediapart le 14 janvier à 00h55.

Nous apprenons avec stupeur la décision de Mme Canto-Sperber, la directrice de l’Ecole Normale Supérieure, de retirer la réservation de la salle accordée pour la tenue d’une rencontre exceptionnelle avec Stéphane Hessel mardi 18 janvier. Cette conférence s’inscrivait dans la lignée de l’appel qui a reçu les signatures prestigieuses de personnalités politiques et intellectuelles de sensibilités très diverses, et de plus de 10000 citoyens. Voir et signer l’appel.

Le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) revendique cette victoire de la censure, et remercie ses amis : Valérie Pécresse (ministre de l’enseignement supérieur), Bernard-Henry Lévy, Alain Finkielkraut, Claude Cohen-Tanoudji, Arielle Schwab. Tous, selon lui, seraient intervenus activement pour bâillonner Stéphane Hessel et ses prestigieux soutiens.

Mobilisées pour les droits démocratiques et contre les menaces visant Stéphane Hessel et les prévenus de la campagne BDS, de nombreuses personnalités devaient effectivement s’exprimer à la tribune ou par des messages :

- Benoist Hurel (secrétaire général adjoint du Syndicat de la Magistrature)
- Leila Shahid (ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union Européenne)
- Haneen Zoabi (députée au parlement israélien)
- Michel Warschawski (Israélien, fondateur du Centre d’Information Alternative, AIC)
- Nurit Peled (mère israélienne d’une victime d’attentat, fondatrice du cercle des familles endeuillées, Prix Sakharov pour la paix du parlement européen)
- Elisabeth Guigou (députée, ancienne Ministre de la Justice et Garde des Sceaux)
- Daniel Garrigue (député, porte parole de République Solidaire)
- Gisèle Halimi
- ... et bien d’autres…

300 personnes étaient déjà inscrites pour cette conférence, exclusivement annoncée sur Mediapart. La direction de l’ENS a déjà reçu de nombreux mails de protestation, auxquels elle répond par le déni...

Le comportement indigne de la directrice d’un des hauts lieux de l’intelligence française et de celles et ceux qui ont fait pression sur elle pose de nombreuses questions auxquelles nous répondrons, avec nos invités et amis, lors du rassemblement auquel appellent les organisations ayant soutenu cette conférence.

Rendez-vous mardi 18 janvier à 18h30 pour un grand rassemblement contre la censure et pour le respect des libertés démocratiques.
Place du Panthéon,
devant l’édifice où sont inhumés les grands hommes de la république, dont notamment Rousseau et Voltaire.

Nul n’a le droit d’interdire aux citoyens de ce pays de dénoncer l’impunité des violations israéliennes du droit international et la collusion de notre gouvernement avec la droite extrême au pouvoir en Israël !

Organisations signataires : AFPS (Association France Palestine Solidarité), CCIPPP (Campagne Civile pour la Protection du Peuple Palestinien), CJPP5 (Comité Paix Juste Palestine 5ème), Génération Palestine, GUPS (Union Générale des Etudiants de Palestine, UJFP (Union Juive Française pour la Paix), Femmes en Noir

Extrait de l’intervention de Stéphane Hessel mercredi 12 janvier chez Frédéric Taddéi dans l’émission "Ce soir ou jamais" sur France 3. Il s’exprime sur une de ses principales indignations : la politique du gouvernement israélien à l’encontre des Palestiniens :
http://www.mediapart.fr/club/editio...

Voir aussi Mille Bâbords 15565
Pétition: Solidarité avec Stépha...

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 650