Une tribune pour les luttes

Communiqués en protestation contre le blocage de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration aux travailleurs grévistes sans papiers

Les forces de l’ordre comme seule réponse !
Libérez la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

LDH, CGT-culture, Comité de soutien aux travailleurs sans papiers grévistes 12e, Collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers-RESF.

Article mis en ligne le dimanche 30 janvier 2011

Communiqué de Ligue des Droits de l’Homme du 28 janvier 2011

Libérez la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Depuis des mois, les travailleuses et travailleurs sans papiers grévistes réclament du gouvernement une reconnaissance de leur qualité de travailleur et qu’il soit mis fin à la discrimination qu’elles et ils subissent.

S’ils ont trouvé place à la CNHI, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, c’est non seulement parce que les pouvoirs publics, depuis trop de temps, tergiversent et tentent d’épuiser les grévistes en délivrant au goutte à goutte des autorisations provisoires de séjour, mais aussi dans le but de rappeler, dans ce lieu symbolique, l’apport économique, social et humain à la France de ces femmes et de ses hommes issus de l’immigration.

Cette occupation pacifique avait été rendue possible et paisible grâce à un accord avec la direction de la CNHI. Or, aujourd’hui, soumise à la pression du gouvernement, cette dernière a de fait jugé bon de dénoncer cet accord en faisant appel à la police, qui depuis ce matin empêche les grévistes de pénétrer dans le hall du palais de la Porte dorée.

La LDH demande le retrait immédiat des forces de police, la réouverture de la CNHI à ces visiteurs qui, pour être singuliers, qui sont tout autant légitimes que les autres.

Face à des travailleurs qui ne veulent que le respect de leurs droits, il est plus que temps que le gouvernement le reconnaisse et mette en place les moyens de la régularisation rapide de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs sans papiers.

La LDH, partie prenante de la grève des sans-papiers depuis son début au sein du groupe des onze organisations syndicales et associatives, appelle à se rendre devant la CNHI pour manifester notre soutien aux personnes et notre refus de la force comme réponse à des revendications sociales légitimes.


Communiqué de la CGT-culture

Travailleurs Sans Papiers
Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration
Les forces de l’ordre comme seule réponse !

Les travailleurs-es sans papiers en lutte depuis des mois pour la régularisation de leur situation, occupaient le 7 octobre 2010 la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI) avec le soutien de la CGT et l’ensemble des organisations syndicales et associations du groupe des 11 (CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires, LDH, CIMADE,
RESF, Autremonde, Femmes Egalité, Droit Devant).

Le très important mouvement de grève des travailleurs sans papiers, près de 7000 grévistes, en 2009 sur leur lieu de travail (chantier BTP, commerces, services, ...) a permis d’obtenir des textes ouvrant la régularisation par le travail.

Mais le règlement des dossiers a pris énormément de retard alors que les accords passés avec le ministre de l’immigration arrive à échéance en avril 2011. Plus de 3000 dossiers ont été déposés dans les préfectures. Par contre celles-ci ont opéré une discrimination à l’encontre des grévistes déclarés alors qu’un accord prévoyait la
prise en compte des périodes d’activité préalable à la grève. Cette situation de blocage est à l’origine de l’occupation de la CNHI jour et nuit par plusieurs centaines de travailleurs sans papiers. Cette occupation a permis d’ouvrir le droit à déposer valablement, même s’ils n’avaient pas de contrat de travail, un dossier et d’avoir un récépissé de la préfecture (donnant droit à travailler sur le territoire national en attendant que le dossier de
régularisation aboutisse).

Cette première étape avait permis de lever l’occupation de nuit et la réouverture de la CNHI en décembre 2010 tout en organisant une présence de jour des grévistes au sein de l’établissement dans une « Ambassade des Travailleurs Sans Papiers » en accord avec la direction de la CNHI. Celle-ci s’engageait par écrit à ne pas faire appel à la force publique le temps de régler la situation des dossiers bloqués en préfecture.

Aujourd’hui la direction de la CNHI prend prétexte dans un communiqué de presse de « problèmes récurrents », de « situation dégradée », de « non respect des règles intérieures », d’ « insalubrité », de « menaces à l’encontre du personnel » de la CNHI, de l’Aquarium et de la RMN pour faire intervenir les forces de police autour de la CNHI et
en interdire l’accès aux Travailleurs Sans Papiers depuis 8h30 ce matin.

Cette litanie infamante envers les Travailleurs Sans Papiers est un montage de toute pièce de la Direction de la CNHI pour reporter la responsabilité de la rupture des accords passés sur le dos des personnels de la CNHI, de l’Aquarium et de la RMN. En fait, ceux-ci avaient prévenu la CGT-Culture que la direction de la CNHI tentait de leur
faire écrire depuis quelques jours des témoignages sur de prétendues violences ou exactions qu’ils auraient subis de la part des Travailleurs Sans Papier sans rapport avec la réalité de la cohabitation, certes complexe, depuis des semaines.

Mais rien n’arrête la lâcheté de cette Direction, en charge en principe de la mémoire de l’immigration, qui utilise les vieux préjugés contre les travailleurs immigrés et tente d’opposer les salariés entre eux pour faire intervenir les forces de police contre ceux-ci ! Le Ministre de la Culture n’échappera pas à ses responsabilités quand à la situation de tension créé par cette intervention musclée et des suites qui en découleront, au prétexte qu’il n’a pas
été mis au courant de celle-ci ! D’ailleurs, effectivement, est-il réellement au courant de ce qui se passe au Ministère de la Culture ?

Quand à la responsabilité du triste sire Hortefeux, Ministre de l’immigration et de son cabinet, elle est totale et à l’image de son double langage qui d’un coté fait mine d’avancer sur les conditions de délivrance des récépissés et des titres de séjour et de l’autre fait tout pour que dans les préfectures on applique le plus lentement possible ces mêmes recommandations !

Les Travailleurs Sans Papiers travaillent ici ! Vivent ici !
Payent impôts et taxes ici,
Ils doivent être régularisés immédiatement !

Le 28 janvier 2011

12 rue de Louvois, 75002 Paris
01.40.15.51.70/71
01.40.15.51.77
Mel : cgt-culture chez culture.gouv.fr / Internet : www.cgt-culture.fr


Communiqué du 28 janvier 2011

La direction de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration a décidé de fermer ses portes aux travailleurs sans papiers grévistes malgré l’accord établi en décembre dernier qui garantissait l’accueil des grévistes en journée dans des locaux qui leur étaient réservés.

Un important déploiement des forces de l’ordre devant les grilles bloque depuis ce matin, vendredi 28 janvier 2011, l’accès à la CNHI.

- Nous protestons devant ce non respect d’un accord et la rupture de la convention établie et signée par la direction de la CNHI et la CGT.
- Nous dénonçons la violence brutale et indigne qui est faite à ces travailleurs et travailleuses en lutte pour leur régularisation.
- Nous demandons la réouverture et l’accueil immédiat des grévistes.
- Nous réclamons au gouvernement le respect de ses engagements du 18 juin 2009.
- Nous exigeons la délivrance immédiate des récépissés concernant les 3000 dossiers déposés par les syndicats depuis août 2009 et qui sont toujours sans réponses .
- Nous appelons les citoyens, les syndicats, les partis politiques à venir apporter leur
soutien sur place devant la CNHI à la Porte Dorée Paris 12 .

Comité de soutien aux travailleurs sans papiers grévistes 12e : SUD PTT 12e,
SUD Rail12e, UL_CGT 12e,ATTAC 12e, Ligue des Droits de l’Homme 12e, Commune Libre d’Aligre,CNT- nettoyage, PS 12e, PC 12e, Les Verts 12e, Gauche Alternative 12e, NPA 12e, PG 12e et des citoyens du 12e
Lutter pour la régularisation des travailleurs sans papiers
C’est agir pour tout les travailleurs

Le collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers-RESF
Attac Paris 12e, Bougeons la gauche, CGT Saint Antoine, CGT Cheminots gare de Lyon, la Chorba, CIMADE, Commune libre d’Aligre, FCPE 12e, Gauche alternative 12e, LDH 12e, Les petits Baudelaire, Les Verts 12e, Maison des étudiants des états de l’ouest africain, NPA 12e, PCF 12e, PG 12e, PRG 12e, PS 12e, SEM (Synergie Europe Méditerranée), SUD rail gare de Lyon, SUD PTT 12e, Zone de Droit et des habitants du 12e.

contact : http://www.collectif12.com/ 06 45 25 95 95

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 905