Une tribune pour les luttes

Soutien au maire de Norrent-Fontes (62)

Appel des associations venant en aide aux exilés sans refuge

+ Quai SALAM no14

Article mis en ligne le lundi 31 janvier 2011

28 janvier 2011 -

En décembre 2010, suite à la mobilisation des associations qui ont demandé à l’État de respecter la loi en matière d’hébergement, cent mille euros ont été débloqués pour qu’à Calais, les migrants puissent dormir à l’abri du froid.
Le conseil municipal de Norrent-Fontes a alors logiquement demandé une subvention pour l’accueil hivernal des migrants qui passent par sa commune. Par lettre du 24 décembre 2010, le préfet du Pas-de-Calais a mis le maire en demeure de détruire un abri d’infortune, sans tenir compte des hommes et des femmes qui s’y abritent.
Il y est tenu pour responsable de la présence de migrants dans sa commune.

Aucun maire ne peut être tenu pour responsable de cela. C’est la politique migratoire de l’Union Européenne, décidée par ses gouvernements, qui crée ce phénomène de migration incessante entre États membres.

Le 10 janvier dernier, le préfet s’est enfin engagé à proposer des solutions administratives et d’hébergement aux personnes présentes dans le camp de Norrent-Fontes.
Les 20 et 23 janvier, des agents de l’OFII (Offi ce Français de l’Immigration et de l’Intégration) et de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale ont rencontré les exilés.

Nous, signataires du présent appel, déclarons que :

* » Si les propositions annoncées se limitent à la législation actuelle, aucune solution ne sera trouvée. Certes, les migrants peuvent demander l’asile à la France. Mais en s’appuyant sur le règlement Dublin II, la France les expulsera en Italie ou en Grèce, par où la plupart d’entre eux sont rentrés en Europe, même si ces pays ne les ont pas accueillis, et, comme la Grèce, ne respectent pas le droit d’asile.

* » Si les propositions sont, par contre, de réelles issues au désespoir dans lequel se trouvent ces personnes, alors nous demandons qu’elles s’appliquent aussi à tous les migrants qui traversent notre pays.

À Calais, à Paris, à Nice, à Cherbourg, à Grande-Synthe, à Téteghem, à Steenvoorde, à Boulogne, à Angres, comme à Norrent-Fontes, des exilés sans refuge sont en errance, coincés par le règlement Dublin II. Il serait injuste de venir en aide uniquement aux migrants de passage à Norrent-Fontes. Comme nous ne pouvons pas tous les inviter à venir dans ce village, ce que nous ferions volontiers, il faut trouver une solution globale.

Nous soutenons le maire de Norrent-Fontes qui prend courageusement et humainement ses responsabilités.

Nous ne nous battrons pas pour défendre quelques bâches clouées sur des palettes si personne ne s’y abrite.
Nous demandons à l’État de prendre enfin ses responsabilités : que le camp soit ou non détruit, il faut enfin tenir compte de ces gens qui errent sur nos routes, de leurs histoires, des règlements européens qui les empêchent de demander l’asile en France.

La fermeture du camp de Sangatte en 2002 comme le « nettoyage » médiatisé de la jungle des Afghans à Calais en septembre 2009 et comme tant d’autres opérations policières du même ordre ont amplement montré que les destructions des camps et squats d’infortune ne fait jamais disparaître les migrants. Elles les dispersent et les contraignent à se dissimuler davantage, ce qui permet ensuite aux responsables politiques et à l’administration de crier victoire en toute mauvaise foi. Quoi qu’il arrive à Norrent-Fontes, les exilés ne disparaîtront pas. Et nous, citoyens, nous serons encore là pour les aider à lutter contre le froid et les maladies, pour les aider à défendre leurs droits. Le 29 janvier 2011

Organisations signataires Amnesty International secteur Nord-Pas-de-Calais – La Belle Étoile – Carrefour des solidarités du littoral nord – Collectif Fraternité Migrants (Angres) – Collectif de soutien des exilés du Xe (Paris) – Dom’Asile – Flandre Terre Solidaire – Français langue d’accueil – Gisti – Itinérance Cherbourg – Ligue des droits de l’Homme (fédération du Pas-de-Calais) – La Marmite aux Idées – Salam Nord-Pas-de-Calais – Terre d’errance Flandre Littoral – Terre d’errance Steenvoorde – terre d’errance Norrent-Fontes – Secours catholique, délégation du Pas-de-Calais – Les amis de Klimato, RESF.


Transmis par SALAM
http://www.associationsalam.org/

A lire :

PDF - 1.7 Mo
Quai Salam n°14

À Norrent-Fontes, un vent de solidarité souffle en faveur d’un accueil digne des migrants

http://www.lavoixdunord.fr/Region/a...

Dimanche 30.01.2011

Sommé par le préfet du Pas-de-Calais, en décembre, de démanteler le camp de migrants installé sur sa commune, ...

Marc Boulnois, le maire de Norrent-Fontes, a choisi de ne pas céder.

(...)

cinq cents citoyens, militants associatifs et une trentaine d’élus locaux et régionaux de tous bords (PS, PC, Verts), pour dénoncer la politique « sécuritaire » instaurée par l’État contre les migrants, « dont les droits fondamentaux sur notre territoire et la dignité ne sont pas respectés ». Une situation qui doit se régler à l’échelle nationale et européenne. «  Toute la région est particulièrement concernée. C’est un lieu de passage vers l’Angleterre. Nous refusons de voir mourir ces gens sur notre territoire », explique Damien Carême, maire de Grande-Synthe, cosignataire de l’appel.

« Je suis indignée de voir qu’un maire hospitalier, qui ne souhaite tout simplement pas voir des gens dormir dehors dans sa commune, soit mis en demeure. C’est inacceptable ! », poursuit Majdouline Sbaï, vice-présidente du conseil régional.

Une solidarité inédite qui pourrait bien être le point de départ d’une grande concertation à l’échelle régionale, «  le seul moyen de trouver des solutions concrètes et dignes ». Si l’élu est en attente d’une réponse du préfet, il est bien décidé à ne pas céder. « Regardez, c’est ubuesque ! Hier, on déclenchait de nouveau le plan grand froid dans le Pas-de-Calais. Les maires sont invités à mettre des salles à disposition pour les gens qui vivent dehors. Mais là, on me demande justement le contraire ! Ça montre qu’il y a encore beaucoup de choses à faire ! » •


Par un courrier en date du 24 décembre, le Préfet du Pas de Calais met en demeure le maire de Norrent-Fontes de démanteler un camp de réfugiés dans sa commune :

Un extrait du courrier de Pierre de BOUSQUET, Préfet du Pas-de-Calais :

« Dans ces conditions eu égard aux troubles graves et manifestes que le campement est de nature à occasionner à l’ordre public, particulièrement si de nouveaux migrants en situation irrégulière devaient être amenés à l’occuper de nouveau, je vous demande et vous mets en demeure dans un délai d’un mois suivant la réception de cette lettre, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire disparaitre le campement en cause et d’interdire à l’avenir l’utilisation de cette parcelle ou de toute autre parcelle du territoire communal, pour faciliter le franchissement clandestin de la frontière avec la Grande Bretagne. »

La réponse de Marc BOULNOIS, maire de Norrent-Fontes

1- Nous dénonçons le procédé : l’état menant sa politique absurde d’immigration n’a qu’à en assumer les conséquences. Il est hors de question d’utiliser le maire de Norrent-Fontes pour faire la chasse à l’homme. Nous sommes un village solidaire !

2- Nous dénonçons les arguments : l’état sanitaire est maintenu par l’effort des bénévoles, des infirmiers, de la commune pour l’eau, des communes voisines pour les douches et de la communauté Artois Lys pour les déchets. L’état n’a jamais aidé quand les températures descendaient en dessous de zéro. Ce sont les bénévoles et la commune qui accueillent les personnes aujourd’hui ! Le trouble à l’ordre public n’est pas généré par le campement. Les migrants sont de passage à Norrent-Fontes et ouvrent les camions pour passer en Angleterre depuis plus de 10 ans avec ou sans campement. Ce sont bien les politiques de la France et de l’Europe qui génèrent ces situations

3- Nous étudions dès aujourd’hui le dépôt d’un recours devant le tribunal administratif sur la forme comme sur le fond concernant cette « saute d’humeur ».

4- Nous réitérons notre demande au préfet d’aider la commune de Norrent-Fontes comme celle de Calais pour l’accueil cet hiver. L’état a octroyé 100 000 € à la maire de Calais (UMP) pour l’accueil hivernal des migrants.

5- Nous en appelons à la mobilisation des maires, des élus départementaux et régionaux, des députés, des sénateurs, des députés européens, pour intervenir auprès du préfet pour qu’il lève sa mise en demeure et apporte une aide financière à la commune de Norrent-Fontes.

Source : http://terreerrance.wordpress.com/2...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 905