Une tribune pour les luttes

Fermeture des camps de rétention.

Communiqué au nom de tous les retenus du camp de rétention de Vincennes en grève de la faim.

Témoignage du 8 mars : "mes enfants et ma liberté ne sont pas périmés"

Article mis en ligne le mercredi 9 mars 2011

Un nouveau "Brouck"


Centre de rétention de Vincennes : "mes enfants et ma liberté ne sont pas
périmés"

Depuis jeudi 24 février les prisonniers du centre de rétention de
Vincennes multiplient les actes de révolte pour réclamer l’arrêt des
expulsions et leur remise en liberté et pour protester contre les
violences policières subies par un retenu et contre leurs conditions
d’enfermement.
Il est important pour les détenus que ces révoltes sortent des murs, que
se soit en passant des coups de fil aux cabines, en diffusant au maximum
l’information, ou toute autre action qui peut faire écho à cette révolte.
Liberté pour tous et toutes !

Témoignage recueilli le mardi 8 mars par aufondpresduradiateur chez no-log.org

« La, ça va pas du tout. Comme d’habitude y a des gens qui ont fait la
grève de la faim. Chaque jour ils ramènent des gens de force. Et avec du
scotch comme d’habitude. Ils nous calment avec des cachets, on ne sait pas
comment on va sortir de cet enfer. J’ai vu le juge et le juge il est avec
la préfecture. Il m’a mis 15 jours. Même la justice elle fait pas son
travail. Bonjour 15 jours. Je sais pas pourquoi ils nous ramènent à la
justice. Tu vois le juge, il voit ton visage, il pose juste comme
question « Il est où ton passeport ? » Après il te donne 15 jours. Tu
termines 15 jours, ils te ramènent en justice et encore c’est la même
chose. Le juge il dit qu’il change pas ce qu’a décidé le premier juge.

Dimanche il y a tous les 3 blocs qui ont fait la grève. Nous le bloc 2 on
a écrit sur un grand drap, on a crié : «  Libérez les sans papiers ! » On a
fait une manifestation à l’intérieur du centre, ils ont ramené la police
en force et on a mis les draps sur les grillages sur la façade où vous
avez fait la manifestation à l’extérieur du centre samedi, dans ce coin
là, vers l’entrée. Après la police est venue et ils ont arraché les draps.
On avait écrit «  Libérez les sans-papiers ». On a crié à l’intérieur,on a
fait un petit peu une grande manifestation.

Maintenant c’est comme d’habitude, la même chose. Il est venu le grand
gradé. Il a parlé avec moi. Il m’a dit « Vous savez pourquoi vous êtes là
 : parce que vous avez pas de papiers »
. Je lui ai expliqué mon cas, il m’a
dit tes papiers sont périmés. Je lui ai dit mes papiers sont périmés
d’accord mais mes enfants et ma liberté ne sont pas périmés. Voilà il est
venu nous voir et la dernière fois on a mis le feu, le feu ici à
l’intérieur . Ils ont ramené l’hélicoptère, ils ont ramené les gendarmes,
des centaines de gendarmes. On a des photos du jour où il y avait les crs
et l’hélicoptère.

Le plus de gens expulsés c’est les algériens. Si il peut y avoir quelque
chose pour aller au consulat d’Algérie, il faut faire la manifestation à
coté du consulat algérien. Les gens qui sont très expulsés ici, tous les
jours, c’est les Algériens. Tu rentres, ils te voient, ils te renvoient
direct même si t’as pas de passeport. T’as rien du tout, t’as rien, rien
mais ils t ’envoient en Algérie.

Y a des gens qui mangent pas, y a des gens qui se suicident. Moi
personnellement j’ai fait 3 tentatives de suicide. Je suis monté 1 fois
sur le grillage, la 3ème fois j’ai mis le feu sur moi et ainsi de suite.
Et je le ferai si je me libère pas. Je le ferai jusqu’à ce qu’ils me
libèrent. Il y a un Chinois ici il a sorti son ventre. Il avait un avion
prévu. Ici vous verriez c’est un abattoir. Y a des gens qui se coupent les
veines. Le Chinois qui a coupé son ventre, il y a même ses organes à
l’intérieur qui sont sortis. Nous on le voit chaque jour ici. Ils nous
tuent avec des médicaments qui psychiatrisent et tout ça. Surtout si vous
pouviez faire quelque chose il faudrait aller manifester à côté du
consulat algérien. Le consul algérien c’est un vrai salaud. Il renvoie
tous les Algériens même si t’as pas de preuve. T’as pas de preuve il
t’envoie en Algérie. »

aufondpresduradiateur chez no-log.org - _ www.aufondpresduradiateur.fr

Numéros des cabines de Vincennes :
bâtiment 1 01.45.18.12.40 /
01.45.18.02.50 / 01.45.18.59.70.
Bâtiment 2 : 01 48 93 69 47 / 01 48 93 69 62 / 01 48 93 90 42
âtiment 3 : 01 48 93 99 80 / 01 43 76 50 87 / 01 48 93 91 12

Petit rajout par rapport à l’Algérie : il arrive que "par erreur" l’Algérie accepte de délivrer des laissé-passer à des personnes qui sont d’une autre nationalité. Dans ce cas les personnes sont incarcérées en Algérie avant d’être de nouveau renvoyées en centre de rétention vers le pays qui les a expulsées. Cela s’est passé il y a peu de temps en Italie. Voir http://www.dirittodicritica.com/201...


la sénatrice Alima Boumediene sera présente.
Nous attendons d’autres députés et/ou sénateurs.


Pour s’y rendre :

RER A qu’on peut prendre à Gare De Lyon
En direction de Gare De Boissy St Leger
Jusqu’à Gare De Joinville Le Pont
11 mn De Avenue Jean Jaurès, Joinville-le-Pont à Avenue de l’Ecole de Joinville, Paris
A la Gare De Joinville Le Pont, prendre Avenue Jean Jaurès sur 224 m
Prendre à droite Avenue des Canadiens et continuer sur 41 m
Prendre à droite Route de la Pyramide et continuer sur 244 m
Prendre à gauche Avenue de l’Ecole de Joinville et continuer sur 221 m


Compte-rendu de la "Présence solidaire" devant le centre de rétention de Vincennes du samedi 5 mars 2011.

Cet après-midi 5 mars à Vincennes, solidarité avec les sans-papiers enfermés ici et ailleurs

Samedi après-midi devant le centre de rétention de Vincennes s’est tenu un rassemblement à l’appel du collectif de vigilance du 12ème arrondissement. Ce rassemblement faisait écho à la lutte menée depuis plus d’une semaine par les personnes dites sans-papiers enfermées dans cette prison spéciale pour étrangers. En effet, depuis le 24 février, en réponse aux violences qu’ils subissent de la part des policiers et à leur enfermement les retenus de Vincennes enchaînent protestations, résistances aux expulsions et grèves de la faim. Plusieurs d’entre eux ont été hospitalisés suite aux violences policières et l’un d’eux qui a été accusé de rébellion est convoqué devant un juge le 16 mars pour un procès en correctionnelle.

Bien que les forces de l’ordre aient empêchés la cinquantaine de manifestants et manifestantes de rester proches du centre et les aient maintenus à distance, les prisonniers ont pu entendre les slogans qui une heure et demi durant ont été criés : « Liberté pour tous » « Libérez nos camarades » « Pierre par pierre nous détruirons les centres de rétention ». Avant d’être éloignés des abords du centre par les gendarmes mobiles, nous avons également pu entendre qu’à l’intérieur ils répondaient à nos cris par celui de «  Liberté ! ». A travers les barreaux un prisonnier nous a hurlé «  Ils nous frappent ici, les policiers nous frappent ! »

Différents tracts, avec notamment les témoignages de retenus de Vincennes* récoltés durant la semaine ont été distribués aux personnes qui en ce jour ensoleillé venaient pour une petite ballade dans les bois.

Plusieurs retenus ont été joints par téléphone durant le rassemblement via les cabines téléphoniques du centre**.

2 élues ont pu, comme le souhaitaient les retenus, accéder au centre (voir article dépêche afp qui évoque notamment le rassemblement et cette visite : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2... )

Au cours du rassemblement plusieurs personnes ont pris la parole pour relayer la situation des retenus et demander la fermeture des centres de rétention. La situation des Tunisiens, Egyptiens et Lybiens interpellés mardi soir gare de Lyon à leur descente du train Nice-Paris lors d’une vaste rafle organisée conjointement par la police et la sncf et enfermés depuis à Vincennes, a également été évoquée. Plus généralement, des interventions ont aussi eu lieu pour évoquer celles et ceux qu’on appelle les migrants et contre lesquels depuis plusieurs années une véritable guerre est menée . Que ce soit avec les sans-papiers qui en ce moment en Italie et en Belgique se battent dans les centres de rétention où ils sont enfermés, que ce soit avec celles et ceux qui au péril de leur vie et au mépris de l’armada déployée par l’Europe tentent de franchir la mer Méditerranée (11 000 morts noyés depuis 20 ans), que ce soit avec les 300 grévistes de la faim qui en Grèce*** depuis 40 jours demandent des papiers, que soit avec toutes les personnes qui dans les trains, les gares, les rues et les ports sont pourchassées, dénoncées et arrêtées au prétexte qu’elles tentent de vivre ailleurs que là où elles sont nées, que ce soient avec toutes celles et ceux qui luttent pour la liberté de circulation et d’installation .... solidarité sans papiers ni frontières !

*Témoignage du 1er mars http://paris.indymedia.org/spip.php...

**Cabines du centre de rétention de Vincennes

BATIMENT 1unité haut 01 45 18 12 40 01 45 18 02 50 01 45 18 59 70

unité bas 01 43 96 02 68 01 45 18 08 20 01 43 96 59 39

BATIMENT 2 01 48 93 69 47 01 48 93 69 62 01 48 93 90 42

BATIMENT 3 01 48 93 99 80 01 43 76 50 87 01 48 93 91 12

*** Rassemblement de solidarité le lundi 7 mars 2011 de 18h à 20h devant l’ambassade de Grèce
http://www.demosphere.eu/node/23134


Le « Collectif Vigilance Paris 12e pour les droits des étrangers/RESF »

Se déclare totalement solidaire des étrangers enfermés dans le centre de rétention de Vincennes, en grève de la faim depuis 9 jours.
Nombre d’entre eux sont originaires des pays arabes en révolution ou proches de cet état : Tunisie, Egypte, Lybie, Algérie, Maroc.

Avec les grévistes, nous exigeons :
- la cessation immédiate du chantage de la suppression des visites en cas de poursuite de la grève de la faim.
-le respect de leur dignité et de leurs droits en particulier l’accès aux soins et la possibilité de voir un médecin,
- l’arrêt de toutes les violences, les brimades, et les menaces à leur encontre, - - - la suspension de signature des laisser passer des consulats des pays arabes en cours de révolution.

Le « Collectif Vigilance pour les droits des étrangers-RESF-Paris 12ème » :

- Exige l’arrêt de toutes les expulsions
- Demande la fermeture de tous les CRA
- Appelle à une :

Présence solidaire devant le centre de rétention de Vincennes,
samedi 5 mars à 15h

RER A2 : Joinville le Pont

Le 3 mars 2011

Collectif Vigilance Paris 12e pour les droits des étrangers/RESF
contact : bureau chez collectif12.com
http://www.collectif12.com/ Tel 06 45 25 95 95


( Au fond près du radiateur a recueilli ce témoignage, c’est une émission de radio sur fréquence paris pluriel)

Témoignages audio de l’intérieur du centre de rétention de Vincennes ce Mardi 1er Mars à 11h15. Le son fait 5mn

Vous pouvez les télécharger à partir de ce lien : http://www.megaupload.com/?d=R0ZKJY3W

Centre de rétention de Vincennes – Bâtiment 2 – Mardi 1er Mars 2011 (11h15)

Plusieurs retenus ont refusés de nous parler par le biais des cabines
téléphoniques publiques installées dans le centre à cause des caméras
présentes juste en face et des écoutes de conversations par
l’administration du centre. Toutefois un retenu a accepté.

« Moi j’ai deux enfants ici en France. Je m’appelle Younès. Ça fait trois
fois que je fais la grève de la faim. Depuis quatre jours, j’ai rien
mangé. La vie ici c’est une catastrophe. Tout le monde prend des
médicaments, ils deviennent psycho. Des suicides, du sang partout. Chaque
jours il y a quelqu’un qui tente de se suicider puisqu’à chaque fois ils
nous font les listes avec nos noms pour nous renvoyer dans nos pays
d’origines. Comme nous les algériens, si le consule te vois, il te renvois
tout de suite au bled. Et moi j’ai deux enfants ici, ça fait 11 ans que je
suis en France et je risque l’expulsion à tout moment. J’ai deux enfants
qui sont nés sur le territoire français ! Le juge qui m’a jugé il est pas
normal. Même un animal il abandonne pas ces enfants. Personne ne souhaite
laissé ses enfants et vivre à des kilomètres et des kilomètres loin de ses
enfants. C’est incroyable mais vrai ! Et lui (le juge), il m’a fait ça. Il
y a des gens ici qui sont malade, vraiment malade. J’ai un ami ici, à
côté, il a eu un accident de voiture en France, il est algérien. Il a des
broches dans son corps et ils veulent le renvoyer après demain.

Avant hier on a fait une grève, ça a brûlé un petit peu dans le centre. Il
y avait l’hélicoptère, la gendarmerie en force, tout ça juste pour essayer
de nous faire peur. Il y a des gens qui ont essayés de s’évader, de partir
du centre. C’est des gens qui sont pauvres. Les arrestations à l’extérieur
visent les gens qui n’ont pas d’argent pour pas qu’ils puissent accéder à
un avocat pour les faire sortir. Si tu payes un avocat ils vont te faire
sortir mais si tu as un avocat d’office, tu restes ici. Parce que t’es
pauvres. Voilà la France. Ils sont violent tout le temps. Toujours il y a
des gens qui sont ramenés de force. Il partent de force, scotché. Ils
prennent trois quatre personnes, il les scotchent et ils les expulsent.
C’est pour ça qu’on est en grève aujourd’hui. On est plusieurs dizaines
dans tout le centre. Il y a toutes les nationalités. Mais des-fois il y en
a qui en ont marre et qui ne suivent pas et d’autres qui nous suivent pour
la grève de la faim.

Je confirme que c’est dans le bâtiment 1 qu’il y a le
plus de monde qui fait la grève de la faim. Ici on vit l’enfer. La plupart
des gens ils sont devenus psychiatriques. Ils nous donnent que des
médicaments pour se calmer, pour dormir et pour pas faire les bêtises. Il
y a deux jours quand ça a brûlé il y avait l’hélicoptère on se croyait
dans un film policier. Ici bien sur c’est une prison, c’est la même chose
que la prison. En prison ils t’enferment presque toute la journée, ils te
donnent peut être une heure pour circuler. Ici tu es moins enfermé mais
c’est la même chose.
 »

aufondpresduradiateur@no-log,org – www.cache-radiateur.fr


Ce matin 28 : menaces et chantages aux grévistes de la faim du CRA de Vincennes

Le commandant, toujours le même "moustache" , leur a déclaré que les visites
étaient supprimées pour les grévistes de la faim !

Beaucoup craignant de ne pas voir leur famille cèdent à ces menaces
illégales arbitraires et Scandaleuses.

Le droit de grève ne peut faire l’objet de chantage, et encore moins celui
imprescriptible du droit de visite ! " ici , nous n’avons aucun droit"
disent ils.

Hier , dimanche, une pétition a été signée par les retenus, demandant la
visite d’un médecin , ce qui leur avait refusé ce week end,

Ils ont besoin de soutien et revendiquent toujours l’arrêt des expulsions
pour tous et l’arrêt des signatures des laissez passer des consulats .
L’isolement, et le défaut de soutien des associations en France en lutte
solidaires avec les révolutions de leurs pays est préjudiciable à leurs
compatriotes harcelés maltraités et expulsés.


Communiqué au nom de tous les retenus DE VINCENNES :

" Nous Algériens Tunisiens Egyptiens Libyens Marocains, et tous les
ressortissants d’autres pays, continuons notre grève de la faim entamée
depuis
4 jours au centre de rétention de Vincennes : Grève de la faim jusqu’à la
mort.

Il y a des retenus qui sont en France, "intégrés" depuis 15 à 20 ans,
beaucoup ont toute leur famille en France, et la France nous expulse !

Nous exigeons la fin de toute expulsion vers ces pays où nos dirigeants,
dictateurs, et corrompus, nous ont obligés de partir pour survivre.
Pour certains d’entre nous , une expulsion les exposerait à de la prison, et
torture si ils étaient remis aux autorités de leur pays.

Le harcèlement et contrôles policier tous les jours, nous demandons
simplement de pouvoir vivre dignement avec une carte de séjour mais toujours
refusée.

Les révoltes dans nos pays en guerre civile n’empêchent pas les consulats
de signer pour notre expulsion : des vols tous les jours sont affichés !

Nous sommes dans cette prison , maltraités, de grandes violences et
tabassages cette nuit par des CRS cagoulés. Il n’y a plus de chauffage, et
d’eau chaude.

Nous exigeons la protection de la France, de l’aide et solidarité , l’arrêt
immédiat des expulsions vers ces pays .

Nous continuons notre grève de la faim, et refuserons à Vincennes tout
embarquement ou départ pour l’avion. "

Fait à Vincennes samedi 26 février. à 10h.


Fasti :

La Fasti apporte tout son soutien aux grévistes de la faim du Centre
Administratif de rétention de Vincennes elle exige

1°) Que cesse l’abject chantage de la suppression de visite s’il n’est pas
mis fin à cette grève

2°) Que le droit des personnes retenues dans les C.R.A. soit respecté en
matière de soins

3°) Que cesse les multiples menaces, brimades et violences dont ils sont
l’objet

4°) le respect de la chartre des droits de l’Homme pour des hommes et des
femmes enfermés pour défaut de titre de séjour

Nous réaffirmons notre exigence dans nos revendications :
- Fermeture de tous les C.R.A.
- Arrêt des signatures des laissez passer des consulats
- Arrêt des expulsions
- Arrêt de la politique Européenne d’externalisation des frontières

***************************************************

FTCR

COMMUNIQUE DE SOUTIEN DE LA F.T.C.R.

Paris le 1er mars 2011

La F.T.C.R. soutien les revendications des grévistes de la faim du Centre
Administratif de rétention de Vincennes

La F.T.C.R. demande le rétablissement immédiat des visites ainsi que tous
les droits des retenus surtout en matière de santé et de soins.

La F.T.C.R. demande que les retenu ne fassent pas lobjet de violence ou de
brimades.

La F.T.C.R. demande le respect des conventions internationales et
européennes en matière de droits humains dans tous les centres de rétention
en France.

La F.T.C.R. rappelle que les délits liés aux séjours ne doivent plus être
privatifs de libertés.

Elle demande l’arrêt des expulsions, la fermeture des centres de rétention
et l’arrêt de la délivrance des visas dans l’attente de la renégociation des
accords de reconduites et de réadmissions avec les gouvernements issus des
révolutions arabes.

Pour la F.T.C.R. le président Tarek BEN HIBA

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 905