Une tribune pour les luttes

La solidarité ne doit pas devenir un délit

Pétition de soutien à Joël Brochier et à Armand Giangreco.

Non à la criminalisation des actions citoyennes

Article mis en ligne le dimanche 1er mai 2011

Pour signer :
http://www.educationsansfrontieres.org/article35530.html

PÉTITION DE SOUTIEN À JOËL BROCHIER ET À ARMAND GIANGRECO

LA SOLIDARITE NE DOIT PAS DEVENIR UN DELIT !

Non à la criminalisation des actions citoyennes !

Le 10 novembre 2010, la Police de l’Air et des Frontières des Hautes Alpes tentait pour la seconde
fois d’arrêter un jeune Algérien le jour de son mariage, à la Mairie d’Aspres-Sur-Buëch.
Le grand-père de la mariée, Armand GIANGRECO a agi comme l’aurait fait tout grand-père, en
accompagnant sa petite-fille et son futur mari à la mairie.
Un militant de Réseau Education Sans Frontières et responsable syndical, Joël Brochier, a défendu
le droit pour ce jeune couple de se marier, comme l’ensemble des personnes présentes (une
soixantaine d’amis, citoyens et militants), dans une action pacifique et déterminée, devant une
machine policière répressive pour qui être en situation irrégulière est un grave délit. _ Face à cette
solidarité, les policiers n’ont pas hésité à faire usage de la violence, allant jusqu’à lancer des gaz
lacrymogènes sur la foule et la mariée, enceinte de surcroît.
L’action pacifique de tous a permis aux époux de faire valoir leur liberté fondamentale et
constitutionnelle de se marier.

Quatre mois plus tard, Armand GIANGRECO et Joël BROCHIER sont convoqués à la gendarmerie
et interrogés dans le cadre d’une enquête préliminaire pour « outrages, menaces et violences à
agents de la force publique ». Ils risquent 3 ans d’emprisonnement et 45.000 € d’amende.
Ces accusations sont dénuées de tout fondement et jettent le discrédit sur les militants, citoyens,
parents, amis, venus soutenir un jeune couple et son droit légitime au mariage.

Nous, simples citoyens, militants associatifs, politiques ou syndicaux, nous déclarons solidaires
des deux du mariage d’Aspres-sur-Buëch.
Nous exigeons l’arrêt des poursuites contre ces deux personnes. Cette enquête ne vise qu’à
stigmatiser et à criminaliser l’action citoyenne, politique, militante et humaniste.
Faire respecter un droit ne peut pas devenir un délit !


Premières organisations signataires :

Union syndicale SOLIDAIRES, NPA, Fédération des syndicats SUD Education, SOLIDAIRES05, SUD Education05, RESF05, NPA05, PG05, PCF05, Association Citoyenne du 15 mars,

Premiers signataires :

Annick COUPÉ (secrétaire générale de l’Union syndicale SOLIDAIRES), Olivier BESANCENOT (Porte parole du NPA), Martin Billard (Député).


Caisse de solidarité : chèque à l’ordre de l’Union syndicale solidaires 05.Merci de préciser au dos "Soutien mariage d’aspres" à renvoyer à la Bourse du travail, 3 rue David Martin, 05 000 Gap.


GAP (Hautes Alpes)

Non à la répression contre Joël Brochier, militant RESF.

PDF - 750.5 ko
communique de presse N°1 - la solida
PDF - 674.7 ko
COMMUNIQUE DE PRESSE N°2 _ la solida

Le 9 novembre 2010, le RESF 05 a organisé une mobilisation pour permettre le mariage de Cyndie et Farid avant que ce dernier ne retourne dans son pays d’origine. La mobilisation a été à la hauteur de cet acte : plus de cinquante personnes, militants et simples citoyens, ont répondu présents, et Joël Brochier n’était qu’un parmi ceux-là.

Cette action de RESF 05, soutenue par de nombreux syndicats, associations et partis politiques, a permis de mettre en échec cette politique de rafles et de chasse à l’étranger qui bafoue les droits de l’homme : le mariage a pu avoir lieu.

Ce vendredi 4 mars, Joël Brochier, syndicaliste et militant du RESF des Hautes-Alpes, ainsi que le grand-père de la mariée, ont été convoqués à la brigade de gendarmerie de Gap pour être auditionnés dans une enquête préliminaire pour « outrages, menaces et violences à agents de la force publique ».

Face à ce nouveau cas de répression de militants du mouvement social, Sud éducation 05 apporte son soutien à Joël Brochier et exige l’abandon de toute poursuite à son égard comme à l’égard du parent de la mariée. Sud éducation 05 s’associe pleinement à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales, politiques et associatives engagées dans le RESF afin de créer un collectif « Aspres-sur-Buëch, la solidarité n’est pas un crime ! »

De plus, Joël Brochier opposé à tout fichage à caractère massif de la population (base élève, sconet, etc.), a refusé le prélèvement ADN, ce qui le met sous le coup d’un nouveau délit puni par un maximum de 15 000€ d’amende et un an d’emprisonnement.

Sud éducation 05 appelle l’ensemble des collègues à participer activement à ce collectif, qui se réunira très prochainement, et à le faire connaître. Il s’agit de dénoncer avec force la criminalisation de la solidarité et la répression grandissante qui s’abat sur les militants qui refusent ces politiques antisociales et xénophobes.

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 650