Une tribune pour les luttes

Agoravox

Les malades paieront ou s’arrêteront de se soigner !

Jean-François Chalot

Article mis en ligne le mercredi 30 mars 2011

http://www.agoravox.fr/actualites/s...

4 mars 2011

Le gouvernement sonne le glas de l’assurance maladie, solidaire....

Aujourd’hui il fait passer la franchise hospitalière de 91 à 120 € et demain il liquidera le service public de santé... A moins que l’on arrive par nos mobilisations à la chasser !

La franchise hospitalière passe de 91 à 120 € !

Les malades paieront ou arrêteront de se soigner !

Depuis septembre 2006, chaque patient doit acquitter d’un forfait de 18 € pour tout acte (sauf exception) dont le montant est supérieur ou égal à 91 €. Ce forfait doit être versé au professionnel ou à l’établissement de santé qui a pratiqué cet acte.

Certaines personnes ne sont pas concernées par cette franchise de 18€ (par exemple les femmes enceintes de plus de six mois, les personnes atteintes d’une affection de longue durée (ALD), les bénéficiaires de la CMU (couverture maladie universelle).

Tous les autres doivent payer, même ceux qui ont du mal à boucler leurs fins de mois et ne relèvent pas de la CMU.

A la suite de la publication fort discrète d’un décret du gouvernement, la franchise hospitalière est passée la semaine dernière de 91 € à 120 €, il s’agit d’une hausse de 32 %.

Comme l’explique très bien la Filpac-CGT

« Les assurés sociaux ne seront plus remboursés à 100% après acquittement du forfait de 18 euros pour un acte au dessus de 91 euros.

Les assurés sociaux voient le seuil de 91 euros passé à 120 euros ! En dessous de ce nouveau palier, les assurés sociaux devront payer 20 % du montant de l’acte.

Exemple : un acte à 100 euros.

Avant, le seuil étant à 91 euros, l’assuré était pris en charge à 100%, moins la "franchise" de 18 euros.

Après, le seuil étant de 120 euros, l’assuré paiera 20 %, soit 20 euros, plus la franchise de 18 euros.

La destruction de la branche santé et l’écrasement du salarié continuent.

D’autant que les mutuelles vont répercuter cette augmentation sur leurs tarifs. »

Aujourd’hui de plus en plus de personnes ne peuvent pas se payer une mutuelle santé et devant les difficultés de gestion budgétaire qu’ils connaissent, ils hésitent à se faire hospitaliser.

Le forfait hospitalier, institué par le décret du 31 mars 1983, en application de la loi du 9 janvier 1983 a instauré la participation des malades aux frais hospitaliers.

Si son tarif d’origine a été fixé à 20 Frs, il a augmenté régulièrement et fortement pour atteindre aujourd’hui 18 €.

Le gouvernement «  socialiste » de l’époque a ouvert là une brèche dans laquelle se sont engouffrés tous les gouvernements libéraux qui se sont succédé !

Le Professeur André Grimaldi dans son livre «  l’hôpital malade de la rentabilité » publié en 2009 nous livre une histoire vraie édifiante qui fait froid dans le dos :

« Un patient du service de diabétologie de l’hôpital de la Pitié-Salpétrière a renoncé à l’hospitalisation prescrite par son médecin en raison d’une plaie de pied diabétique pour éviter d’avoir à payer le forfait hospitalier. Résultat : il a été hospitalisé en urgence un mois plus tard devant l’aggravation de sa plaie, et la seule solution fut l’amputation »

L’urgence c’est de supprimer le forfait hospitalier et d’en revenir aux principes même de la sécurité sociale quand elle a mis en place la solidarité.

Jean-François Chalot


Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 750