Une tribune pour les luttes

Actu-chômage

Et revoilà la fraude sociale !

+ Revalorisation du Smic depuis 2007 : 10 cigarettes par jour !
+ Attention, une prime peut en cacher une autre
+ Grâce à la réforme fiscale, Liliane Bettencourt sera imposée à 4%, comme un contribuable touchant 1.300 euros par mois...

Article mis en ligne le mercredi 20 avril 2011

Dessin de Babouse


Revalorisation du Smic depuis 2007 : 10 cigarettes par jour !

http://www.actuchomage.org/20110419...

Mardi, 19 Avril 2011

Le Smic mensuel net a été revalorisé de 18 euros en 2011, de 8 euros en 2010, de 10 euros en 2009, de 20 euros en 2008 et de 22 euros en 2007.

Soit 78 euros d’augmentation nette par mois entre 2007 et 2011, moins de 3 euros par jour, la moitié du prix d’un paquet de cigarettes.

Sur les 5 dernières années donc, les Smicards ont vu leur salaire quotidien augmenter de la valeur de 10 cigarettes ou d’à peine 2 litres de Super sans plomb.

Vive le Président du Pouvoir d’Achat… des riches et des nantis !

Y


A lire avec les liens :
http://www.actuchomage.org/20110416...

Et revoilà la fraude sociale !

Samedi, 16 Avril 2011

C’est un marronnier que l’UMP agite au moins une fois par an. Cette fois-ci, c’est Xavier Bertrand qui s’y colle, tentant à son tour de détourner l’attention des Français de la fraude en col blanc en pointant plutôt celle qui serait pratiquée par les pauvres et les salariés malades.

Mais la fois précédente, le Monsieur Anti-fraude du gouvernement s’appelait Eric Woerth (… bonjour la crédibilité) ! Avec lui, malades, privés d’emploi, « modestes » ou pauvres, tous étaient des suspects en puissance et pour les contrôler, Monsieur Woerth avait mis le paquet en créant une cellule spéciale, la DNLF — Délégation nationale de lutte contre la fraude — afin de croiser à la perfection les fichiers informatiques du Fisc, de l’Urssaf, de la Sécurité sociale, de la CAF, de Pôle Emploi et même des Douanes, sur la base du NIR (numéro de Sécu). Imparable !

A l’époque, le magazine L’Expansion — qu’on ne peut qualifier de gauchiste — avait critiqué ces gesticulations gouvernementales avec beaucoup d’objectivité, concluant que «  le discours qui vise à traquer les fraudes des profiteurs pauvres, comme les RMIstes, permet de mieux faire passer la pilule auprès des classes moyennes  ».... Ensuite, à l’occasion d’un rapport de l’Urssaf publié en août dernier (comme par hasard en pleine période de vacances : forcément, les JT ne l’ont pas relevé), L’Expansion a également souligné qu’en matière de fraude sociale, les plus gros fraudeurs sont les entreprises.

Pourtant, à écouter Xavier Bertrand et ses sbires, ce sont toujours les particuliers — salariés en arrêt maladie, allocataires du RSA… — qu’on met en avant. Or, le montant annuel des petites fraudes aux différentes prestations versées par le régime général de la Sécurité sociale est évalué entre 2 et 3 milliards d’euros (Cour des comptes, 2010). En comparaison, le manque à gagner annuel causé par le travail dissimulé se situe entre 6 et 12 milliards (Conseil des prélèvements obligatoires, 2007).

Pourtant, à écouter Xavier Bertrand, tous les beaux efforts de la DNLF pour gratter ces 9 à 15 milliards que coûterait la fraude sociale à notre Sécu exsangue, toutes branches confondues, ne suffisent pas : le ministre du Travail et de la Santé veut « passer à la vitesse supérieure ». Soit.

Mais que fait Christine Lagarde ?

« Passer à travers les contrôles va devenir mission impossible », promet le ministre. Si seulement son homologue de Bercy pouvait en dire autant à propos de la fraude fiscale ! Car celle-ci représente en moyenne, selon les évaluations, quelque 45 milliards d’euros par an de manque à gagner pour les caisses de l’Etat. A côté, la fraude sociale, c’est de la petite bière !

Mais de cette lutte-là pas un mot, pas une déclaration annuelle, aucun volontarisme fermement affiché. Punir les délits financiers ? Traquer l’évasion fiscale ? Vous n’y pensez pas, ma chère : c’est pas le moment de recruter.

Allez comprendre... Avec l’UMP, la lutte contre la fraude est inversement proportionnelle aux montants qui sont en jeu : plus les pertes sont volumineuses et préjudiciables pour l’économie, moins la lutte est vigoureuse ; plus les sommes sont modestes, plus l’arsenal répressif est renforcé. Mamie Zinzin et les voleurs en col blanc peuvent, eux, continuer à dormir tranquille.

SH



Attention, une prime peut en cacher une autre

Mercredi, 20 Avril 2011

Comme c’est étrange. Pourtant plus généreuse que « la prime de 1.000 euros », de cette autre prime on ne parle guère...

L’Etat n’a pas lésiné : cette prime discrète se monte à 160.000 euros. C’est le montant de l’économie que réaliseront quelque 1.900 foyers fiscaux déclarant un patrimoine de plus de 16 millions d’euros, grâce à la réforme prévue du barême de l’ISF.

Entre 2,5 et 4 millions de patrimoine, la prime sera un peu moins généreuse : 5.500 euros. Entre 1,3 et 2,5 millions, elle sera carrément mesquine : 1.700 euros. Les calculs sont de l’économiste Thomas Piketty, cité par le blog du Monde Contes publics. (…)


Pourquoi en parle-t-on moins ?
Bizarre ! Logiquement, le gouvernement devrait communiquer. Voilà une belle et bonne réforme, celle de l’ISF, qui contrebalance la piteuse capitulation sur le bouclier fiscal. Une belle et bonne réforme qui va enrayer la fuite à l’étranger des cerveaux, des talents, des emplois, des forces vives et qui, au total, profitera à la croissance, laquelle générera des emplois et une hausse du pouvoir d’achat. Baroin, Lagarde, devraient se succéder aux micros d’Aphatie et d’Elkabbach pour s’en féliciter. Bizarre.

Même Le Figaro est discret. Le journal comique devrait pourtant se féliciter de cette mesure sociale qui réjouit le cœur de son lectorat. Il avait une occasion en or : il est allé rendre visite à Liliane Bettencourt. Une visite pleine de sollicitude du patron Mougeotte en personne :
« Comment vous portez-vous ? »
« On vous a vue assister à des collections de couture, et participer à des manifestations. Aimez-vous toujours sortir et voir des amis ? »
« Vous avez également pu retrouver vos petits enfants… »
« Avez-vous régularisé votre situation avec l’administration fiscale ? »

Que des questions délicates et attentionnées. Mais hélas, la question qu’eût dicté l’actualité, la seule, n’a pas été posée :

« Le gouvernement va supprimer le bouclier fiscal, qui vous avait permis de vous faire rembourser 30 millions d’euros en 2008. Vous avez dû en concevoir du chagrin, voire de la déception. L’allègement de l’ISF vous a-t-il consolée ? »

Incompréhensible pudeur.

(Source : Arrêt sur images)


Par mail "Les mots ont un sens"

Liliane Bettencourt paiera (encore) moins d’impôts grâce à la réforme fiscale

Grâce à la réforme fiscale, les contribuables qui paient l’ISF (Impôt sur la fortune) et bénéficient du bouclier fiscal vont payer moins d’impôts pendant un ou deux ans. En effet, le taux de l’impôt sur la fortune devrait être largement abaissé dès 2011 ou 2012 pour compenser la suppression du bouclier fiscal.

Autant qu’un contribuable touchant 1.300 euros nets par mois

Mais ce bouclier « est lui calculé sur les revenus perçus deux ans auparavant », révèle le Canard enchaîné mercredi. Si bien que les contribuables concernés devraient bénéficier à la fois du bouclier fiscal et payer un ISF moins élevé pendant encore un an, voire deux si la réforme de l’ISF s’applique dès 2011. Le Canard enchaîne a calculé l’impact de la réforme sur les impôts de la femme la plus riche de France, Liliane Bettencourt. Elle devrait payer 10 millions d’euros d’impôt, quatre fois moins qu’en 2010.

Ce qui porte le taux d’imposition effectif global des revenus de Liliane Bettencourt à 4%, autant qu’un contribuable touchant 1.300 euros nets par mois.

Retour en haut de la page

1 Message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 745