Une tribune pour les luttes

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes

7 mai - Manif-occupation contre l’aéroport et son monde


Article mis en ligne le vendredi 6 mai 2011

INFOS PRATIQUES :
- Départ de La Paquelais à 10h , Nord est de Nantes (44)
- Possibilité d’arriver la veille, camping sur place
- Il y aura de l’action mais aussi une tambouille sur place, de la
danse, des interventions et échanges.
- Pour ceux/celles qui viennent de loin, qui voudraient aider à la
préparation en amont, ou rester pour l’installation après le 7 mai, il
sera possible de camper sur place.
- Venir si possible avec des outils, gants, sécateurs, bêches, crocs...
- Des aides sont bienvenues pour le projet de « ferme » : matériel
agricole – plants – semences – soutiens financiers...

Le réseau européen Reclaim the Fields
Des occupant-e-s de la ZAD

Contact : reclaimthezad (AT) riseup.net

www.reclaimthefields.org http://zad.nadir.org/

Contre l’aéroport et son monde !
Pour l’accès à la terre !

Pour une ferme en lutte, occupons les terres !

Depuis quarante ans, les décideurs et bétonneurs planchent sur un nouvel
aéroport à côté de Nantes pour parfaire leurs rêves voraces de métropole
et d’expansion économique. Il est censé atterrir sur 1650 hectares de
terres agricoles et hameaux : la ZAD (Zone d’Aménagement Différé,
autrement dit Zone À Détruire). Le projet d’aéroport de Notre Dame des
Landes, qui aurait pu être mis au placard comme un archaïsme gênant,
s’est aujourd’hui adapté jusqu’à devenir un symbole criant de l’arnaque
représentée par le « capitalisme vert » et de son arrogance idéologique.

La lutte arrive à un point charnière avec la signature, en janvier
dernier, de l’accord de construction et d’exploitation avec Vinci,
leader mondial de l’aménagement du territoire. L’offensive de propagande
tout azimut se renforce pour justifier un projet dont les décideurs
sentent bien qu’il est sur la brèche. Alors qu’ils envisagent de
démarrer leurs travaux dans les années qui viennent, nous savons que
cette lutte peut encore être gagnée et nous nous préparons pour que
toute tentative de bétonnage des terres leur coûte cher. Les exemples
des victoires remportées dans la région par le passé, entre autres
contre les projets nucléaires de Plogoff, du Carnet ou du Pellerin,
montrent que les entreprises les plus mégalomaniaques peuvent être
stoppées si la détermination est suffisante et que l’on se dote des
moyens adéquats.

En parallèle des nombreuses actions et en appui des agriculteur-trice-s
et habitant-e-s qui résistent alentour, de plus en plus de personnes ont
repris pas à pas, depuis deux ans, les maisons et terrains rachetés par
les maîtres d’œuvre de l’aéroport. Une base de résistance se construit
sur la ZAD : cabanes dans les arbres et au sol, potagers, maisons
réhabilitées, espaces de réunion et de travail, mais aussi une
boulangerie, un gîte, une bibliothèque ou un atelier de production
graphique. À l’heure actuelle, on compte déjà plus d’une soixantaine de
nouveaux-elles habitant-e-s de la ZAD, réparti-e-s sur plus d’une
quinzaine de lieux.

DANS CETTE DYNAMIQUE, LA MANIF-ACTION DU 7 MAI VISE À L’INSTALLATION COLLECTIVE D’UN PROJET AGRICOLE SUR DES FRICHES POUR DÉFENDRE CES TERRES, Y VIVRE, ET CONTRIBUER À L’ALIMENTATION DE LA ZAD ET DES ALENTOURS.

Cette initiative est le fruit de la rencontre entre Reclaim The Fields,
réseau européen de paysan-ne-s et de sans-terres, et des occupant-e-s de
la ZAD. Elle s’adresse à tout-e-s ceux/celles qui se battent sur le
devenir de l’agriculture, à ceux/celles qui font vivre depuis longtemps
la résistance locale et ne veulent pas se résigner, et à tout-e-s
ceux/celles qui voudraient rejoindre aujourd’hui la lutte.

NOUS VOUS INVITONS LE 7 MAI À UN MOMENT D’ACTION COLLECTIVE, DE
RENCONTRE ET DE FÊTE, ET VOUS PROPOSONS DE RESTER LES JOURS SUIVANTS POUR RENFORCER L’INSTALLATION.

Pour l’accès à la terre !

De nombreux-ses paysan-ne-s en devenir cherchent à cultiver la terre
dans des logiques critiques d’une industrie agro-alimentaire, synonyme
d’exploitation économique mondialisée, de destructions
environnementales, et de formatage gestionnaire de la société.
Ceux/celles-ci font face à une somme d’obstacles. Un des problèmes
majeurs est la difficulté d’accéder à des terres du fait du bétonnage,
de la mainmise des agro-maîtres, et de la politique d’agrandissement
constant des exploitations existantes.

De plus en plus de personnes et collectifs, notamment en ville,
cherchent à trouver des moyens de se nourrir sur des bases locales et
d’échanges directs ou à produire une partie de leur nourriture. Ce
processus se trouve lui aussi entravé par les politiques agricoles, les
formes actuelles d’urbanisation et l’accaparement des terres.

Il existe un ensemble conséquent de terres agricoles sur la ZAD. Malgré
les initiatives menées depuis des décennies pour en maintenir l’usage,
certaines sont en friches, d’autres pourraient être expropriées, et les
baux agricoles actuels menacent de ne pas être renouvelés du fait de
l’avancée des travaux. Toutes seront perdues si le projet d’aéroport
arrive à terme.

L’initiative du 7 mai est une étape dans la construction d’un mouvement
plus large pour libérer les terres.

Contre l’aéroport et son monde !

La lutte contre l’aéroport de Notre Dame est une lutte au carrefour
d’enjeux sur lesquels s’unir, croiser des problématiques et penser des
stratégies communes. À travers cette lutte, nous combattons
l’alimentation sous perfusion, la société industrielle et son
réchauffement climatique, les politiques de développement économique et
de contrôle du territoire, les mégalopoles et la normalisation des
formes de vie, la privatisation du commun, le mythe de la croissance et
l’illusion de participation démocratique...

Alors que les préliminaires à la construction s’intensifient, il s’agit
de trouver un nouveau souffle dans cette lutte, que ce soit en
s’opposant directement aux forages, prospections, enquêtes publiques,
éventuelles expulsions, en accentuant la pression sur les décideurs et
les compagnies liées au projet, mais aussi en construisant des moments
d’actions collectives massives. L’occupation de la ZAD est un des
leviers importants sur lesquels la lutte contre l’aéroport peut
s’appuyer. Ces formes d’occupation d’une zone menacée permettent de lier
construction et résistance. Elles connectent des expériences de vie et
de production et une dynamique offensive à même d’empêcher concrètement tout démarrage des travaux.

L’AÉROPORT NE PASSERA PAS ! ON NE SE LAISSERA PAS AMÉNAGER !



Voir aussi
http://www.millebabords.org/spip.ph...
http://www.millebabords.org/spip.ph...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 990