Une tribune pour les luttes

Comité international de soutien à Adlène Hicheur

Un physicien du Cern détenu sans jugement en France depuis plus de 18 mois

Avec les "lois" actuelles, personne n’est à l’abri d’une détention arbitraire
Les ressemblances avec Guantanamo ...

Article mis en ligne le mardi 26 avril 2011

A lire avec tous les liens
http://soutien.hicheur.pagesperso-orange.fr/

AUJOURD’HUI, 24 Avril 2011, C’EST LE 563ieme JOUR DE DÉTENTION PROVISOIRE (Plus de 18 mois !) POUR NOTRE COLLÈGUE ADLÈNE HICHEUR qui pour avoir fréquenté des sites internet "douteux" est incarcéré depuis plus d’une année à Fresnes sans qu’aucun élément concret et objectif ne vienne justifier cette détention abusive qui ne correspond à aucun des critères* énoncés par la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

LES POLITIQUES SÉCURITAIRES ENTRÉES EN VIGUEUR DEPUIS 2001 ONT FAIT RECULER L’ÉTAT DE DROIT, ET AUJOURD’HUI PERSONNE N’EST À L’ABRI D’UNE ARRESTATION ET D’UNE DÉTENTION SANS PREUVES, SUR LA BASE DE SIMPLES SOUPÇONS.

REJOIGNEZ LE COMITÉ DE SOUTIEN POUR DÉNONCER CE DÉNI DE JUSTICE QUI DÉSHONORE NOTRE PAYS.

Dossier de presse : memo résumant les principaux points du dossier au 28 mars 2011 (pdf)

PDF - 184.4 ko
DossierDePresseAH-28mars2011

Dernières nouvelles :


19 avril 2011 :

Le règne de l’arbitraire et du présumé coupable se poursuit.
Une audition d’Adlène a eu lieu aujourd’hui chez le juge d’instruction. Ce dernier refuse de clore l’instruction avant septembre, juste un mois avant la date limite après extension (le renouvellement du mandat de dépôt aura lieu début juin). Ceci laisserait un mois au procureur pour les réquisitions, avec la possibilité de continuer à bloquer Adlène en prison, en attente du procès, pour plusieurs mois. Un vrai scandale et un chef d’œuvre de mauvaise foi digne de Machiavel ! Ayant parfaitement coopéré et répondu sans résultat à toutes les questions de la justice jusqu‘à présent, Adlène, en accord avec son avocate et compte tenu du traitement qui lui est réservé, a désormais résolu de ne plus parler et refuse de répondre aux questions du juge, comme la procédure lui en donne le droit.

Nous avons également appris que plusieurs membres de la famille et certains amis avaient été entendus par la police (pour la première fois en 18 mois d’enquête !!!) .

30 mars 2011 :
Nos collègues Suisse ont alerté le bureau Londonnien d’Amnesty International qui a accusé réception et confirmé qu’il suit le cas d’Adlène. Courant Février, le comité a de son côté alerté les bureaux Francais d’Amnesty International (AI) et de Human Rights Watch (HRW).

25 mars 2011 :
nouvelle demande de mise en liberté examinée (à huis clos, comme d’habitude) par la chambre de l’instruction et nouveau refus (prévisible compte tenu de l’audition programmée pour le 19 Avril) . Que faire face à un tel AUTISME ? toutes vos suggestions sont les bienvenues.

23 mars 2011 :
article de Médiapart http://www.mediapart.fr/journal/fra...
(...)"Près d’une centaine de chercheurs, dont le prix Nobel de physique Jack Steinberger (CERN) et Jean Ziegler, vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, ont envoyé une lettre au président de la République Nicolas Sarkozy, en décembre 2010. Ils s’étonnent « qu’en France, patrie des droits de l’homme, il soit possible de maintenir une personne incarcérée, sans preuve matérielle avérée ni chef d’accusation précis, durant des périodes aussi longues ». "

(...)

Le comité de soutien demande la libération, au besoin assortie d’un contrôle judiciaire, de M. Adlène Hicheur jusqu’à ce que l’instruction présente ses conclusions. Si des faits concrets et avérés devaient le mettre en cause, M. Adlène Hicheur comme tout citoyen doit avoir droit à un procès contradictoire dans des délais raisonnables. En l’absence de charges convaincantes M. Adlène Hicheur doit être complètement innocenté et dédommagé du préjudice grave causé par une incarcération injustifiée.


Bref résumé :

Voici plus d’un an, le 8 octobre 2009, notre collègue Adlène Hicheur était arrêté au domicile de ses parents à Vienne, dans l’Isère, puis après plusieurs jours de garde à vue était mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste[i]. Il est depuis incarcéré à Fresnes en détention provisoire. Il est à noter qu’Adlène est le seul mis en examen dans cette affaire.

Adlène a constamment clamé son innocence et se débat depuis son arrestation dans un univers digne de Kafka. Depuis plus d’une année toutes les demandes de mise en liberté provisoire présentées par l’avocate d’Adlène sont refusées, sans qu’aucune preuve tangible ne semble étayer les accusations. Sans que nous en connaissions les raisons objectives, la détention provisoire a de nouveau été prolongée de quatre mois fin janvier 2011. Les raisons justifiant l’arrestation et le maintien en détention provisoire d’Adlène depuis 16 mois sont très minces : discussion sur des forums internet qui pourraient être en lien avec des "organisations islamistes".

En tant que collègues d’Adlène, nous avons été choqués par son arrestation et sommes inquiets de son maintien en détention. Aucune évolution de sa situation ni perspective de procès ne semblent pour l’instant se dessiner et nous nous inquiétons de son avenir et de la possibilité qu’il ait, s’il était finalement innocenté des charges qui pèsent sur lui, de poursuivre sa carrière de chercheur en physique des particules. Compte tenu de cette situation qui semble devoir perdurer (la durée de la détention provisoire peut atteindre jusqu’à deux ans dans ce genre d’affaires), nous avons décidé la création d’un comité de soutien ayant pour but de prêter assistance et soutien à Adlène dans sa défense contre des accusations qu’il a toujours niées.

[i] De nombreux rapports internationaux ont souligné l’arbitraire de la législation antiterroriste française, dont les critères sont peu exigeants en matière de preuve lorsqu’il s’agit de décider de l’arrestation de suspects ou de l’ouverture d’une instruction par un juge. Sur la base d’indices minimes, voire inexistants, elle permet le maintien en détention provisoire des suspects pendant des mois, voire dans certains cas pendant des années, tandis que les liens étroits entre les juges d’instruction spécialisés et les services de renseignement dans les affaires de terrorisme mettent sérieusement à mal le droit des accusés à un procès équitable. (...)

*Les juges de Strasbourg reconnaissent quatre critères pouvant justifier la détention d’une personne avant jugement lorsqu’il subsiste des raisons plausibles de soupconner qu’elle a commis une infraction. Il s’agit :
* du risque de fuite
* du risque d’entrave à la bonne marche de la justice
* de la nécessité de prévenir la criminalité
* du besoin de préserver l’ordre public
Lorsque aucune raison de ce type ne peut être identifiée, le prévenu doit être libéré en vertu de l’article 5(3) de la CSDH


Source : http://science21.blogs.courrierinte...


Adlène Hicheur, toujours en détention sans jugement

Le 25 avril 2011, le physicien français Adlène Hicheur entame son 564ème jour de détention provisoire sans qu’aucun jugement sur le fond ne soit intervenu.
Au même moment aux Etats-Unis, The New York Times diffuse dans son dossier « The Guantánamo Files » un article intitulé «  Classified Files Offer New Insights Into Detainees », se référant à des dossiers divulgués par Wikileaks. Le Monde signale : « WikiLeaks publie des documents sur les prisonniers de Guantanamo », et publie le même jour un deuxième article à ce sujet avec le titre «  WikiLeaks : A Guantanamo, des adolescents victimes de machinations ». Al Jazeera commente « ’Guantanamo files’ : Dozens held were innocent ». Global Post souligne à son tour : « The U.S. released dozens of "high-risk" detainees from the Guantanamo Bay prison facility and held more than 150 innocent men for years ». The Telegraph dresse un constat analogue, tout comme le Nouvel Observateur. Dans un article avec le titre « A Bird’s Eye View - Jailed in the EU without charge », et se référant notamment à Adlène Hicheur, le Daily News (Turquie) écrit : « Humans are getting arrested in European Union countries, and their lives are being destroyed for no apparent reason ».
Sur Adlène Hicheur, Dennis Overbye écrivait récemment dans The New York Times : « Physicist’s Jailing Is Veiled in Mystery ». C’est sans doute, précisément, l’impression la plus troublante qui saisit le citoyen au vu des éléments connus de ce dossier et des dégâts humains causés par la longue détention sans jugement. Des conséquences humaines que dénonce le Comité International de Soutien à Adlène Hicheur (CISAH). (...)

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 735