Une tribune pour les luttes

Un vent islandais sur le printemps espagnol

"Los Indignados !"
Le mouvement du 15 mai en Espagne continue par l’occupation permanente de l’espace public

Cinq mois après le mouvement tunisien, au tour de l’Espagne ?
Des rassemblements en soutien à Paris et à Marseille.

Article mis en ligne le dimanche 22 mai 2011

"Je ne suis pas anti-système. Le système est anti-moi."


"La décision de descendre dans la rue répond à un sentiment général
Et non pas à une revendication particulière comme une série de points d’un programme. Dans la rue, vous pouvez voir des personnes de tous les âges, opinions politiques, de toutes les conditions sociales. Des étudiants en chemises jaunes, des chômeurs, des punks, des retraités, des entrepreneurs, des enseignants … , des journalistes … On trouve de tout. Littéralement tout.
- Ne vous attendez pas à un accord sur les mesures à prendre, c’est impossible. Mais s’il y a une chose sur laquelle il existe bien un accord c’est la nécessité d’un CHANGEMENT. Et un retour en arrière n’est pas envisageable."

"Los indignados",( les indignés), "No les votes"(Ne vote pas pour eux), "No tenemos casa, nos quedamos en la plaza" (nous n’avons pas de maison, nous restons sur la place), "Joventud sin futuro" (Jeunesse sans avenir) : "Sin casa, sin curro, sin pensiòn, sin miedo » ( sans toit, sans boulot, sans allocation, sans peur), "Democracia real ya !" (Une vraie démocratie, maintenant !), "No pagues la crisis deotros ; Rebelate "Ne paie pas la crise des autres, rebelle-toi.

Suivre les événements en direct :
http://www.soltv.tv/soltv2/index.html


20 mai 2011

Des rassemblements en soutien à Paris et à Marseille.

Le 20 mai à 20 h. à Marseille sur le Vieux Port devant l’hôtel de ville. Même rendez-vous demain .
Et aussi, samedi 21 à 16h : Notre Dame de la Garde avec des soleils déssinés sur les mains ou sur les épaules, à la Préfecture à 19h .
Dimanche 22 mai 11h : Consulat Général d’Espagne (38, rue Edouard Delanglade) Casserolade
à la Préfecture à 19h

JPEG - 78.8 ko
JPEG - 70.3 ko

La "spanish revolution" débarque à Paris.
Jeudi 19, un premier rassemblement devant l’ambassade... qui s’est terminé sur le Trocadéro
Vendredi 20 : un rassemblement assez important Place de la Bastille
Regardez les photos commentées ici :
http://antonin.moulart.org/la-basti...
Plus de photos : http://www.flickr.com/photos/482485...
Prochain rassemblement : Samedi 21/05 à 15 h à Bastille
Soyons encore plus nombreux !


21 mai 2011

Des milliers de personnes rassemblées sur la Puerta del Sol à Madrid ont accueilli vendredi à minuit par un "cri muet" l’interdiction de manifester, observant aux 12 coups de l’horloge une minute de silence symbolique, des rubans de scotch collés sur la bouche.
Puis, très vite, les cris ont repris, sur fond de percussions : "maintenant nous sommes tous illégaux", hurlait la foule, estimée à 19.000 personnes selon un décompte établi pour l’agence espagnole Efe par une société spécialisée.

http://www.rue89.com/ibere-espace/2...
La « Spanish revolution » lance un « cri muet » d’indignation
Par Elodie Cuzin | Journaliste avec vidéos

_______________________________________________

SpanishRevolution-panoramica Plaza del Sol-18 de mayo -21h00
http://www.youtube.com/watch?v=vnVE...

— -

Galerie de photos du journal de gauche "Publico" :



http://www.publico.es/espana/376435/indignados-con-el-sistema/slideshow#5 



Liste des villes où se déroulent des occupations de places publiques :
 



http://tomalaplaza.net/2011/05/18/ciudades-que-convocan-a-tomar-sus-plazas/

— -

http://www.presseurop.eu/fr/content...
Un vent islandais sur le printemps espagnol

— -

jeudi 19 mai 2011

http://erasmusmadrileno.blogspot.co...

Movimiento del 15-M

Depuis dimanche dernier, un mouvement de protestation contre la politique du gouvernement et la crise financière, qui prend chaque jour une dimension plus importante, fait frémir l’Espagne. Le mouvement du 15-M (15 mai) a organisé des manifestations dans 50 villes espagnoles.

A Madrid, des milliers de personnes se sont réunies pour défiler. Arrivée à la Puerta del Sol, la place principale de la ville, elles ont été délogées par la police. Cette démonstration de force des autorités n’a fait que conforter les manifestants dans leurs propos : la dénonciation d’un gouvernement qui refuse de les écouter, le ras-le-bol généralisé face à des politiques qui ne répondent pas aux problèmes de la population. Le soir-même ils sont donc revenus sur la place de la Puerta del Sol, encore plus nombreux et avec de quoi dormir. Depuis, Sol est devenu un forum, un lieu d’expérimentation démocratique et aussi un lieu de vie pour certains. Le mouvement, lancé par l’association née il y a quelques mois "Democracia real ya !" (Une vraie démocratie, maintenant !) et auquel se sont joint de nombreuses micro-associations dont "Joventud sin futuro" (Jeunesse sans avenir, dont le slogan "Sans logement, sans travail, sans retraite, sans peur" est évocateur) est maintenant aux mains des citoyens réunis à Sol. Ceux-ci ne veulent en effet être associés à aucun parti politique (contre lesquels ils manifestent) ni syndicat. Jusqu’à maintenant, aucune sorte de violence n’a fait intrusion dans les manifestations, que ce soit à Madrid, Malaga, Saint-Jacques de Compostelle, Barcelone ou encore Mallorque. Hier, à Madrid, le rassemblement avait même pris un air festif grâce à quelques concerts improvisés. Les occupants de la Puerta del Sol comptent tenir la place jusqu’à dimanche, jour des élections municipales.

La mairie de Madrid a d’ailleurs adopté une résolution afin d’interdire la manifestation et y a opposé son véto pour raisons électorales, invoquant le fait qu’elle pourrait influer sur le droit des citoyens à choisir librement de leur vote. Ce à quoi les-dits citoyens ont répondu par l’article 21.1 de la Constitution espagnole qui stipule que "Le droit de réunion pacifique et sans armes est reconnu. L’exercice de ce droit ne sera pas soumis à une autorisation préalable." L’interdiction prononcée n’a cependant pas eu d’effets immédiats : la place est toujours remplie de manifestants et entourée d’un dispositif policier conséquent.

D’un côté, cet évènement est réellement impressionnant, du fait de son ampleur, de sa durée et surtout de son calme. Il est clairement préparé et organisé sur le modèle des révolutions arabes, et avant cela des manifestations étudiantes en Grèce d’il y a trois ans. Depuis cinq jours, les protestataires se relaient nuit et jour, assurant une veille permanente et permettant aux étudiants d’aller à l’université et aux salariés de se rendre à leur travail sans pour autant perdre le fil de la contestation. Cette capacité d’organisation et de solidarité, illustré par le mot d’ordre la foule : "Indignados y organizados", est exemplaire. Dès dimanche soir, un service de restauration gratuite, alimenté par les dons des habitants de la ville, s’est mis en place. De même, des comités ont été instaurés : alimentation, communication, logistique/nettoyage, action afin de structurer le mouvement et d’éviter les débordements. L’autre point admirable est le calme de la police. Certes, plus de 500 policiers sont mobilisés dans le centre ville. Mais en France, je suis à peu près sûre que les attirails anti-émeutes et les lacrymos auraient pollué le paysage depuis longtemps. En fait, je suis persuadée qu’un mouvement pareil n’aurait pas pu éclore.

Mais dans une certaine mesure, ce phénomène est également inquiétant. Il s’agit en effet d’un rassemblement de personnes qui se sentent totalement mises hors du système politique actuel et qui préfèrent s’organiser seules (certes très bien mais en-dehors de tout cadre institutionnel de la société). Le fait qu’elles ne se reconnaissent dans aucune formation politique ou syndicale est un signal fort de la difficulté qui attend les responsables espagnols. Et du point de vue français, ce n’est pas vraiment encourageant lorsqu’on sait qu’ici la gauche est au pouvoir depuis sept ans et que la situation sociale est la même, voire pire à certains égards, qu’en France. Dans la manifestation actuelle, une forte majorité de "ni-ni" est représentée. Ni PSOE (équivalent PS) ni PP (équivalent UMP). Mais aussi "ni étudiant, ni salarié". Dans la foule on trouve aussi bien des étudiants d’une vingtaine d’années, que des jeunes diplômés au chômage, ou encore des cinquantenaires en situation précaire. Toute une population qui revendique le droit à une vraie démocratie tout en rejetant les institutions démocratiques en place.

Il ne reste plus qu’à attendre dimanche et voir les résultats des élections. Et après ça, comment la situation va évoluer...

Publié par Marie
Erasmus madrileño

Intervention d’Agustín García Calvo, Madrid, 19 mai 2011
Traduction de la retranscription :
Marjolaine François et Manuel Martinez

PDF - 146.9 ko
CalvoPuertadelSol

18 mai 2011

La révolution espagnole : tous sur la place !
avec une vidéo.

http://blogs.mediapart.fr/blog/mima...

18 Mai 2011 Par mima

Pas grand-chose dans les medias français (trop préoccupés par DSK, sans doute) mais le mouvement des jeunes Espagnols qui se placent sous le signe de Stéphane Hessel et d’Indignez-vous (ils s’appellent los indignados, les indignés) prend de l’ampleur. (...)
Parmi les slogans entendus sur cette vidéo : "No tenemos casa, nos quedamos en la plaza, nous n’avons pas de maison, nous restons sur la place", "el pueblo unido jamas sera vencido, le peuple uni ne sera jamais vaincu" qui date des mouvements révolutionnaires en Amérique du sud .On entend aussi no nosvamos, nous ne partirons pas ou yes we camp, oui nous campons ou encore "nous ne sommes pas sur facebook nous sommes dans la rue. Leur couleur est le jaune, celle du soleil disent-ils...
(...)

— -

Vista aérea de la concentración en Sol 17M #acampadasol
http://www.youtube.com/watch?v=ar2n...

— -

Les jeunes Espagnols dans la rue pour clamer leur ras-le-bol, avec vidéo
http://www.lemonde.fr/europe/articl...

Jeunes, chômeurs, fonctionnaires, ils étaient plus d’un millier mardi soir à la Puerta del Sol, au cœur de Madrid, répondant à des appels lancés sur les réseaux sociaux pour réclamer des réformes politiques et sociales. Des centaines d’entre eux y ont passé la nuit, où l’occupation se poursuivait mercredi.
"Nous sommes las du chômage, de la corruption des politiques. C’est toujours pareil. Je suis sans travail et je ne vois pas comment je vais en avoir un bientôt", confiait ainsi un chômeur de 25 ans. "Il faut qu’ils sachent comment nous nous sentons, ce sont toujours les mêmes qui gagnent."(...)

"Que les coupables paient pour la crise", "ils appellent cela démocratie, mais cela ne l’est pas", proclament slogans et pancartes.

— -

Manifestations de masse en Espagne avec liens
http://www.actuchomage.org/20110518...


17 mai 2011

"
Ce dimanche a été marqué par un mouvement sorti de nul part. Des dizaines de milliers de jeunes, dans une cinquantaine de ville espagnoles, ont manifesté durant l’après-midi. A l’appel de deux collectifs – Democracia real ya et Juventud sin futuro – ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes qui se sont retrouvées, suite à un appel lancé via les réseaux sociaux, et particulièrement Facebook

Democracia real ya
http://www.facebook.com/democraciarealya
http://democraciarealya.es/

Juventud sin futuro (jeunesse sans futur, un collectif de précaires et d’étudiants espagnols)
http://www.facebook.com/juventudsinfuturo

A Madrid, les manifestants se sont retrouvés sur la place de Cibeles, et ont parcouru la rue d’Alcala jusqu’à atteindre le point central de la capitale espagnole, la Puerta del Sol. Une centaine de personnes a décidé de camper sur place, et de rester ainsi de manière continue jusqu’au 22 mai, date des prochaines élections.

Les revendications portées par les cortèges ont largement tourné autour des problèmes de précarité, de chômage et de manque de perspectives personnelles et professionnelles. Au centre des mécontentements, la gestion de la crise, dont les contestataires jettent la faute aux hommes politiques et aux banquiers.

«  Sin casa, sin curro, sin pensiòn, sin miedo » littéralement « sans toit, sans boulot, sans allocation, sans peur  » pouvait-on lire dans le texte d’appel. Internet a emboité le pas à ce nouveau type de contestation. Sur le site twitter, des hashtag se sont créés pour suivre le déroulé des événements (#15m #15mayo #spanishrevolution), ainsi que l’occupation de la Puerta del Sol jour et nuit (#acampadasol).

Est-on en train de connaître une nouvelle ère dans la contestation de la jeunesse ? A l’image des printemps du monde arabe, largement poussés par toute une classe d’âge et son utilisation du web, l’histoire récente nous apprend qu’il suffit d’une étincelle, dans certaines circonstances, pour embraser un système entier, et le faire vaciller."

http://evry91.mondoblog.org/2011/05...


Comunicado de prensa de “Democracia real YA” (17/05/2011)

En más de 60 ciudades del Estado, ciudadanos de distintos sectores sociales han salido con fuerza y determinación bajo el lema de “Democracia real ¡YA ! No somos mercancía en manos de políticos y banqueros”.

Se estima que más de 130.000 personas tomaron las calles de las localidades convocadas, así como en las concentraciones de apoyo en otros países europeos. Consideramos el resultado un éxito rotundo, pues las convocatorias han sido principalmente forjadas en las redes sociales y organizadas por ciudadanos anónimos. Un éxito no solo por ser una convocatoria apartidista y asindical, sino por la fuerza y creatividad de las movilizaciones. Las marchas desbordaron con creces las previsiones de los organizadores.

Los organizadores se desmarcan y rechazan cualquier incidente violento ocurrido después de la manifestación en Madrid. Según la información de la que disponemos, los incidentes violentos fueron mínimos, siendo la mayor parte de las acciones posteriores protestas de desobediencia civil pacífica ante las cuales las Fuerzas de Seguridad del Estado actuaron de forma desmedida. Condenamos la brutal represión policial y mostramos nuestra solidaridad con aquellos heridos, así como con los detenidos de manera injustificada por acciones de resistencia pacifica sin que mediara provocación alguna, para los que pedimos la inmediata puesta en libertad sin cargos.

Queremos mostrar nuestro malestar por ciertas afirmaciones e informaciones aparecidas en los medios de comunicación, donde se declara que Democracia real YA promueve la abstención o el voto nulo. Totalmente falso, ya que la plataforma se mantiene neutral en este aspecto. También recalcar que fue una convocatoria apartidista y asindical, y no apolítica, tal y como insisten otras fuentes.

Democracia real YA apoya las acampadas espontáneas convocadas para esta misma semana. Convocatorias también desprovistas de símbolos políticos o sindicales y promovidas por asistentes a las manifestaciones del domingo, pero no convocadas directamente por Democracia real YA ni por los organizadores de las manifestaciones del 15 de mayo. DRY no convoca las acciones y por tanto tampoco convoca como colectivo a los medios de comunicación para hablar de ese tema. Los propios acampados como ciudadanos independientes responderán a los medios a este respecto.

Por último, pedimos a los medios de comunicación, apelando al sentido de ética profesional periodística, que cubran las sucesivas manifestaciones de la forma más objetiva posible, así como que se dirijan a Democracia real YA para informarse de cualquier tipo de movilización impulsada por la misma. También pedimos que no incurran en omisión o manipulación de la información, ya que ha habido medios que no mencionan que hubo manifestaciones en 60 ciudades españolas, hecho que es una realidad y, por tanto, es también noticia.

Tras la convocatoria del 15 de mayo las acciones continuarán. Esta movilización ha sido el principio de una serie a largo plazo. La plataforma, horizontal, asamblearia y abierta a la participación de trabajadores/as, parados/as, estudiantes, jóvenes, jubilados/as, hipotecados/as…, seguirá trabajando en sus objetivos. Nos mueve la firme convicción de profundizar el camino que entre todos y todas hemos empezado. Creemos que es posible una sociedad más justa. Y vamos a demostrarlo.

Próximamente explicaremos cuáles serán los siguientes pasos y convocatorias.


Ces manifestations n’ont trouvé aucun écho dans la presse française.

Vidéos de la répression policière à Madrid transmises par @CNTvision

http://lechatnoiremeutier.wordpress...

— -

Retour en haut de la page

7 Messages

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1090