Une tribune pour les luttes

Rassemblement national des opposantEs à la construction du nouvel aéroport pharaonique, inutile et pernicieux de Notre-Dame des Landes

les 8, 9 et 10 juillet 2011, sur le site de l’aéroport près de Nantes.
Village autogéré.

Article mis en ligne le dimanche 10 juillet 2011

http://ete-2011-resistance-ndl.blogspot.com/


Collectif de lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes.

http://lutteaeroportnddl.wordpress.com/

GIF - 240.5 ko

Pour préparer tous/toutes ensemble le village long autogéré, et ce de manière sereine et conviviale, il est prévu de se réunir sur la ZAD du 1 au 9 juillet (et ce tous les soirs)

Plusieurs lieux sur/en dehors de la ZAD pourront vous recevoir durant cette semaine de préparation du village.

Un squat de copains/copines servira de point d’accueil/d’info du 1er juillet au 11 juillet. Il s’appelle l’inter-minables et il porte mal son nom :)

Ca se passe au 117 route de Rennes, à Orvault (Nantes), tu peux venir avec le bus 32 ou 25, arrêt Bout des Pavés.


Rassemblement national des opposantEs à la construction du nouvel aéroport pharaonique, inutile et pernicieux de Notre-Dame des Landes

Programme des 3 jours

PDF - 915.5 ko
2011_06_03_FLYER_couleur_3jours_resistance

Les 8, 9 et 10 juillet 2011, sur le site, lors du rassemblement
national des opposantEs, se tiendront des débats sur
les thèmes ci-dessous.

Le samedi 9, en fin d’après midi, un meeting rassemblera tous les responsables politiques nationaux
porteurs du NON à ce projet inutile, destructeur de terre nourricière et accapareur de deniers publics.

Le dimanche 10, les associations nationales et locales pourront aussi s’exprimer et seront
soutenues par des représentants d’autres luttes actuelles.

La réussite de ces trois jours de mobilisation nationale est essentielle pour obtenir l’arrêt définitif du
projet. Il en est encore temps. Les décideurs, acteurs économiques et politiques, doivent reculer
maintenant.

Le projet d’aéroport contre lequel nous luttons collectivement
est emblématique à plus d’un titre

1 - Productivisme
• Les décideurs locaux ont repris ce projet de la fin des années 60, période où le pétrole coulait à flot au prix de
4 $ le baril.
• Ce projet promettait d’être à l’époque la plate forme transatlantique pour le Concorde.
• Aujourd’hui, il ambitionne d’être simplement le transfert de l’aéroport International actuel de Nantes-Atlantique
à 20 km au nord de Nantes, aéroport visant 9 millions de passagers en 2050 avec 100 000 mouvements.
• Pour voir grand, il est prévu 2 pistes et un parking automobile de plus de 7000 places.
• Ces perspectives grandioses sont en contradiction avec la notion de sobriété aujourd’hui à l’ordre du jour. Le
pic pétrolier a été dépassé ou le sera dans les prochaines années. Les ressources pétrolières vont se raréfier.
Le transport aérien ne pourra pas et ne devra pas se développer dans un tel contexte.
• Les engagements européens et les préconisations du GIEC doivent entraîner dans les prochaines années
une diminution des émissions de gaz à effet de serre, de façon à limiter le changement climatique. Cela
impose de mettre en place des politiques de sobriété.

2 - Absence de pertinence économique
• L’aéroport International actuel de Nantes-Atlantique est loin d’être saturé :
avec une piste accueillant environ 40 000 mouvements, alors que d’autres aéroports internationaux à
une seule piste vont jusqu’à 200 à 300 000 mouvements (Genève, Gatwick, San Diego).
avec son aérogare actuelle qui autorise 4,5 millions de passagers et peut sans difficulté être agrandie si
nécessaire.
• Les prévisions délirantes de trafic ne sont qu’une extrapolation des études passées qui promettaient, dans les
années 70, entre 5 et 9 millions de passagers en l’an 2000 ; elles ont prouvé leur pertinence, puisque nous
sommes à 3 millions de passagers en 2010.
• Les promoteurs du projet ont parié, pour l’étude économique contenue dans le document de référence de
l’enquête publique, sur un pétrole à 60 $ en 2025 ; il est d’ores et déjà autour de 110 $ début 2011 et ce n’est
pas fini....
• L’accroissement du trafic low cost, souhaité par les promoteurs du projet, n’est pas garanti et est socialement
insupportable.
• Un Débat Public est en cours sur l’interconnexion Sud des LGV en Ile de France. Le dossier mentionne en
page 56 : « En complétant le réseau de contournement au sud de l’Ile de France, [...] le projet facilite l’accès
à la plate-forme aéroportuaire de Paris-Charles De Gaulle depuis les régions de la façade Atlantique ».
La politique aéroportuaire du HUB parisien pour les vols internationaux est confirmée, avec l’amélioration de
l’inter modalité Rail-Air pour le pré acheminement des passagers. La viabilité économique du projet de Notre-
Dame-des-Landes sera obligatoirement impactée par cette interconnexion.

3 - Dégradation du service
• Le transfert de l’aéroport international actuel de Nantes-Atlantique vers Notre Dame des Landes ferait passer
son accès depuis Nantes de 10 km à 20 km
• A Nantes, son accès est disponible par le transport public, facilement améliorable avec des liaisons ferrées
déjà à proximité de l’aérogare. A Notre Dame des Landes, aucune liaison ferrée en vue, sauf à investir
150 M€ pour un Tram-Train ou 2 Milliards d’euros pour une LGV Nantes-Rennes.
• En tout état de cause, l’accès depuis Nantes passerait de 15 min à 30 min par voie routière. Belle aubaine
pour les taxis qui se frottent officiellement les mains avec des courses 2 fois plus chères.
• A cela, s’ajoute les mouvements des personnels liés aux activités aéroportuaires qui feraient en moyenne
60km aller-retour quotidiennement avec les frais inhérents à se changement.

4 - Gaspillage d’argent public
• La plateforme de Notre Dame des Landes coûterait aux contribuables 245 millions d’euros (pour l’instant)
avec des avances dites remboursables si les bénéfices prévus se réalisent, alors que concessionnaire VINCI
ne règle que 310 millions d’euros. La conclusion de l’enquête publique de avril 2007 qualifiait ce projet de
« pari sur l’avenir ».
• Les infrastructures complémentaires d’accès promises (Tram-Train ou LGV) par les présidents des
collectivités locales, mentionnées pour le projet mais pas financées, seraient, elles aussi, payées par les
contribuables des collectivités locales partenaires.

5 - Destruction de terres
• Le bétonnage des bocages à Notre Dame des Landes concernerait 2000 ha de terre agricole (terre
d’élevage), largement exploitée aujourd’hui. Cela s’ajouterait aux 279.000 hectares de surface agricole
perdue entre 2006 et 2009 en France, l’équivalent de près de la moitié d’un département français.
• La biodiversité serait notablement perturbée avec un chamboulement considérable des zones humides.
• Les 600 emplois actuels relevant des activités agricoles sur 80 fermes seraient plus ou moins détruits.
• Le contexte de crise alimentaire dans le monde impose de s’orienter vers la souveraineté alimentaire des
peuples et de défendre les terres agricoles, en France comme partout ailleurs.


6 - Aménagement du territoire

• Le transfert des emplois liés à l’aéroport, du Sud-Loire au Nord-Loire déstructurerait et déséquilibrerait encore
davantage le Sud par rapport au Nord avec les mouvements pendulaires domicile-travail induits, en totale
contradiction avec les orientations inscrites dans le Plan de Développement Urbain de Nantes-Métropole.
• L’abandon de la piste de Nantes Atlantique utilisée par le groupe Airbus mettrait ce groupe aéronautique dans
une position fragile puisque aucun site industriel de l’avionneur ne fonctionne sans piste à proximité et
contraindrait là encore les collectivités locales au maintien de cette piste.
• La plateforme projetée générerait une coupure de plusieurs routes, ce qui imposerait aux résidents et
exploitants agricoles de longs détours par l’est ou l’ouest de l’infrastructure.

7 - Déroulement du processus de décision
L’ensemble de ce projet s’est déroulé dans un total déni de démocratie avec :
• Un débat public demandé par les opposants, qui s’est tenu en 2003, n’a pas retenu l’étude contradictoire
_ réclamée par les associations, ni débattu du fond du sujet à savoir : « Une nouvelle infrastructure est-elle
nécessaire ?
 » ; le débat public a porté sur l’aménagement de Notre Dame des Landes. Mais il a au moins eu
le mérite de prouver par a+b la non saturation de la plateforme actuelle.
• Une enquête publique et une décision gouvernementale d’utilité publique en 2008 sans prise en considération
des réserves formulées ni de l’évolution des données de base et sans motivation aucune.
• Une communication insolente et méprisante basée sur des assertions manifestement erronées.
• Un lobbying actif des promoteurs du projet auprès des acteurs du Grenelle de l’environnement et dans tous
les organes officiels des collectivités locales sans place pour les oppositions au projet.

5
L’organisation de la lutte

L’opposition à ce projet s’est structurée depuis plus de 30 ans et ce sont maintenant près de 40
organisations syndicales, de défense du cadre de vie, de l’environnement, d’agriculteurs ou politiques qui
sont rassemblées dans la Coordination des associations et mouvements politiques opposés au projet
d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
De plus un rassemblement d’élus comprend maintenant près de 1000 membres et une association
d’élu(e)s, le CéDpa, se sont constitués pour faire entendre les voix démocratiques contre ce projet. Ils
travaillent collectivement à une opposition offensive au projet dans le champ institutionnel.

Sur le terrain les formes d’actions se multiplient et se diversifient :
• occupations de terres acquises par le Conseil général et réservées au projet, où s’installent
de nouveaux habitants,
• présence quotidienne d’opposants devant certains lieux nantais symboliques,
• multiples formes d’information vers la population, etc...

Ce combat a désormais un écho national. L’ampleur du refus des populations directement concernées et la
force de la mobilisation ont largement pesé sur les dernières élections, régionales et cantonales, avec une
nette poussée des voix pour les organisations qui se battent contre le projet.
Aucune organisation de défense de l’environnement ne s’est déclarée pour ce projet et la liste des
organisations présentes dans la Coordination est significative d’un très large front commun pour s’opposer
à la construction de ce nouvel aéroport.
Sur l’échiquier politique : d’une part le PS et l’UMP soutiennent le projet, en sont les acteurs et écrasent toute
opposition en leur sein,
d’autre part, Les Alternatifs, le MoDem, Europe Ecologie-Les Verts, le NPA, le PG,
Le Mouvement pour la Décroissance, l’Alliance Ecologiste Indépendante, Breizhistance l’ont clairement et
régulièrement combattu, rejoints récemment par Debout la République. D’autres sont en train de le
rejoindre.
Le PCF est divisé : si la fédération 44 soutient le projet avec une vision totalement productiviste, les
fédérations de Vendée et de la Sarthe y sont opposées et de nombreux communistes locaux participent à la
mobilisation..

Un collectif national contre ce projet d’aéroport à Notre Dame des Landes a été constitué cet hiver

Maintenant, pour gagner il s’agit d’établir un rapport de force national conséquent avant les prochaines
élections présidentielles et législatives de l’année 2012.
Les thématiques soulevées par cette lutte seront au coeur des débats à venir : énergie, emploi,
environnement, démocratie, développement...
Lors de notre rendez-vous de juillet, des moments de convivialité seront organisés à côté des débats
politiques avec des concerts, des actions symboliques, le tout dans une ambiance festive...


OCL

http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1014

Projet d’aéroport de Notre Dame des Landes : occupation militaire et sabotages

Rassemblement en opposition aux forages pour la tour de contrôle - jour 2

Les forages géotechniques pour la tour de contrôle du projet d’aéroport sont en cours à La Rolandière à Notre-Dame-des-Landes du 6 au 9 juin 2001, avec un déploiement policier jamais vu jusqu’alors.

Lundi 6 juin. Les engins ont pénétré de force dans la parcelle en défonçant la haie à la pelleteuse. Celle-ci était encadrée d’un impressionnant convoi de camions militaires. Le tout sous la surveillance d’un hélicoptère. On se croirait en guerre !

Des interpellations ont eu lieu. Bien que du bétail soit présent dans le pré, des grenades lacrymogènes ont été lancées à de nombreuses reprises sur les manifestants, obligés par les forces de l’ordre à se replier dans un champ de maïs.

La Rolandière se situe sur la route entre Vigneux et Notre-Dame-des-Landes, entre le carrefour des Ardillères et la route des Fosses Noires. Les photos sont en ligne sur le site de l’ACIPA.

Sabotages

Mercredi 8 juin, d’autres forages concernant l’implantation de pylônes électriques destinés au futur aéroport étaient prévus le long de la voie express Nantes-Rennes, au lieu dit "la Chanais".

L’entreprise Fondasol qui devait exécuter ces travaux a provisoirement renoncé : son matériel est paralysé suite à des actions de sabotages découvertes lundi 6 juin.

Prochains rendez-vous - rappel

- Tous les samedis matin de 10h30 à 12h30 place Royale à Nantes : La Coordination des Opposants au Projet d’Aéroport qui luttent depuis quarante ans contre ce projet vous invite à venir créer l’événement sur la Place Royale, pour inviter les Nantais à notre rencontre de juillet et pour distribuer des tracts. Venez faire du bruit sur la place, apportez vos instruments de musique…La Vigie sera pendant cette action déplacée à la Place Royale.

- du 5 juin 17h au 9 juin à Notre-Dame-des-Landes : rassemblements contre les forages

- Mardi 14 juin à La Chapelle Basse Mer à 20h30 - salle des Associations : Réunion publique organisée par le Comité Loire Divatte contre le projet d’aéroport autour des thèmes : ceinture vivrière et souveraineté alimentaire ; intervention de la coordination des opposants à Notre Dame des Landes sur le thème de l’aéroport destructeur de terres agricoles.

- Samedi 25 juin à La Chapelle sur Erdre 10h à 17h ferme du Limeur : stand d’information aux portes ouvertes de la ferme

- Du Vendredi 8 au dimanche 10 juillet : POUR UN AUTRE CHOIX DE SOCIETE : 3 jours de résistance à Notre Dame des Landes 8, 9, 10 juillet 2011 (programme ci-dessous et en document à télécharger)

- Vendredi 8, à partir de 17h : accueil des campeurs sur le site, film-diaporama.

- Samedi 9, de 10h à 19h : journée de conférences débats : Energie/Climat – Justice Sociale – Souveraineté Alimentaire,etc... 17H : meeting politique national ;
A partir de 21h, concerts : HK et les Saltimbanks, IMG et fest noz ·

- Dimanche 10, grande fresque humaine animée, 11ème pique-nique des opposants à l’aéroport, interventions des associations et concert : Hungry Freaks, Daddy

A partir du 9 juillet : appel à un camp international de lutte et de résistance à l’aéroport

Les terrorismes d’Etat ne passeront pas !

En france, cette année, les saigneurs du monde se réunissent lors des sommets du G8 et du G20.

Parce que nos rêves sont leurs cauchemars, prenons le temps de construire un :

Village long international de résistance(s) et d’alternatives à partir du 9 Juillet (et ce durant trois semaines minimum).

Pour amplifier l’occupation et l’autonomie de cette zone bocagère de 2000ha menacée par un projet d’aéroport international, mais aussi pour prendre le temps de construire ensemble la/les résistance(s) face au capitalisme !

Créons notre propre avenir !

(ateliers divers, débats, animations,concerts... prévus) pour participer à l’organisation : lists.riseup.net/www/info/village-long-2011

L’emplacement du village sera transmis sur internet le samedi 9/07, au matin.

Collectif de lutte contre l’aéroport de NDDL et des militant(e)s du réseau NOG2011

P.-S.

quelques vidéos :

quelques vidéos :

http://pays-de-la-loire.france3.fr/...

http://www.youtube.com/watch?v=89cu...

http://www.wat.tv/video/revolte-sur...

http://www.youtube.com/watch?v=sAQo...

-->

info portfolio

Affiche_200x282pix
Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 965