Une tribune pour les luttes

ALERTE : Toujours les expulsions sans relogement !

Expulsion du campement Chanterelle le mardi 12 juillet

Demain matin, lundi 18 à partir de 8h30, les familles Roms de Marseille ont décidé de s’installer devant l’Hotel de Région pour manifester leur désarroi face aux expulsions à répétition. Soyons nombreux à les soutenir

Article mis en ligne le lundi 18 juillet 2011

action soutenue par Rencontres Tsiganes, LDH, Artriballes, Latcho Divano, Action pour la Vie...

Après l’expulsion des familles du terrain de Chanterelle mardi matin, et comme les autres années en été, l’accumulation des expulsions au mois de juin et début juillet ont conduit ceux qui n’ont trouvé aucune solution à la Porte d’Aix.

Mais la situation s’est durcie, cette fois les tentes sont formellement interdites, ils ne peuvent s’installer derrière les pelouses, sur l’extension de l’autoroute où ils étaient jusqu’en janvier par peur des agressions violentes qu’ils ont subies et se retrouvent en plus, sous la pluie avec quelques bâches plastiques comme refuge !

Malgré la présence régulière de Médecins du monde et l’aide de quelques assos où particuliers, nous sommes peu nombreux à avoir pu aider dans cette situation d’urgence à nouveau.

Le Conseil Régional nous a reçu mardi dernier avec une délégation dont 5 représentant des familles concernés et n’ayant pour l’instant pas de réponses, ni solutions, les Roms ont décidés de s’installer devant leurs locaux à partir de 8H30, pour manifester leur désarroi face aux expulsions et éviter d’être viré de la Porte d’Aix où ils sont en sursit depuis quelques jours !

MERCI DE VENIR NOMBREUX LES SOUTENIR !!!

Framboise


Soutenons les familles toujours rassemblées sans abri et aujourd’hui sous la pluie à la Porte d’Aix et qui risquent d’être de nouveau expulsées !

17 juillet

Les familles Roms expulsées de "Chanterelle" sont toujours dans l’attente de solution d’hébergement à la Porte d’Aix. Pour certains d’entre eux, c’est la 15° expulsion !
Pour le moment la police tolère leur présence, mais refuse tout signe d’installation !

Ces familles devraient être, dans les heures à venir, à nouveau chassées.
Nous pouvons au minimum par notre présence prévenir les dérapages policier, témoigner, apporter un minimum de soutien moral et matériel, alerter dans nos réseaux, les médias, interpeller les responsables politiques, institutionnels etc. Notre intervention, même si elle semble dérisoire et si elle s’accompagne d’un réel sentiment d’impuissance, gène objectivement l’intervention policière.

Passons les voir... Rassemblons nous à la première alerte.


Témoignage

6 h : les familles sont réveillées, 8 cars de police, des journalistes, une dizaine de personnes qui tenaient à être présentes pour que l’expulsion se déroule au moins sans violence et surtout que les familles Roms puissent sauver les quelques affaires de la machine à écraser les tentes, les constructions en carton, les quelques meubles, les signes du vivre ensemble depuis quelques mois sur le camp Chanterelle.
10 h : tout est fini : les Roms attendent, où aller ? Certaines familles sont déjà parties en quête d’un nouvel endroit où reconstruire un bout de vie précaire, ceux qui attendent, la majorité, aimeraient bien aller dire leur colère, ensemble, à la mairie. Mais on leur a dit que des "élus" allaient venir leur parler, alors ils croient encore à l’impossible...
10 h 30 : les élus continuent à parler, les familles se mettent en route, une, deux, toutes s’en vont, à la file, direction la gare...
Midi : Les familles Roms expulsées sont à la Porte d’Aix et ne savent où aller !


Témoignage et photos de Jean

Chanterelle : un terrain arboré, entre la gare et la place Leverrier, cédé il y a quelques années à la Mairie de Marseille par un établissement religieux, à condition qu’elle y fasse des équipements collectifs avec des espaces verts. Depuis la Mairie aimerait bien y construire un ensemble immobilier avec des jardins... privatifs. Ce à quoi des citoyens, des élus s’opposent.
L’année dernière, le 15 mai, le Front de Gauche (PC et PG) avait organisé un pic-nic de protestation contre ce changement de destination. Le 26 juin, c’était au tour du Resf d’utiliser ce bel endroit, pour un pic nic aussi, de fin d’année.
Ce matin à 6h, il y avait 4 militants (ils seront une 15aine vers la fin de l’opération à 10h) pour assister et témoigner de l’évacuation programmée d’un campement de Roms installés là depuis plusieurs semaines. Des Roms qui, avec l’aide de riverains (pas tous opposés à leur présence donc) avaient tenté de maintenir les lieux à peu près propres.
Les médias, eux, étaient là : FR3 et LCM, rejoints bientôt par La Marseillaise. Ils ont eu le mérite de rester sur place plusieurs heures (mention spéciale à la journaliste de LCM demeurée jusqu’au bout), ce qui ne plaît jamais aux autorités.
Celles-ci justement : une petite 10aine de fourgons de CRS et des policiers en civil, une représentante du propriétaire (la Mairie), une entreprise du BTP réquisitionnée (ATPR) avec tracto pelle et camion benne, 3 ou 4 employés municipaux. Des policiers, dont certains reconnaissaient ne pas aimer le travail qu’on leur faisait faire, d’autres goguenards ou même, plus rarement, à l’insulte facile.
Et des roms (une bonne 100aine) : personnes âgées, hommes, femmes, enfants, bébés. Résignés : ils ont l’habitude. Problème cette fois : ils n’étaient pas partis à l’avance (hier) car d’expulsion en expulsion, ils ne savaient pas où aller, la plupart des espaces possibles leur étant un à un interdits. Cependant ils ne disparaîtront pas, ils existent.
Sur place pas de SAMU, d’assistantes sociales, d’infirmières...
A 10h enfin un élu est apparu : un adjoint (PS) de P.Menucci, maire de secteur, lequel avait fait de belles promesses quand il était venu le 10 juin. _ Et c’est tout.
Cet élu n’avait bien entendu rien à proposer pour résoudre l’urgence immédiate de la situation. Il a rappelé qu’à son avis, cette expulsion arrangeait bien la mairie centrale : elle montrait aux riverains que mieux valait un projet immobilier, qu’un espace qui pouvait être envahi facilement.
Les Roms, qui avaient entassé dans des caddies, leurs pauvres affaires, avant que la pelleteuse n’écrase le campement, sont partis en file par le bd Flammarion vers... la Porte d’Aix ; où à midi ils étaient regroupés à l’ombre des pins, sous le regard attentif des CRS de 2 fourgons.
On sait que sur cette place, cet hiver, d’autres roms (ou les mêmes) ont été agressés à plusieurs reprises.
Jean 6/4

JPEG - 4.5 ko

Les Roms qui occupent le terrain de Chanterelle (rue commandant Mages - 13001 Marseille) seront expulsés demain 12 juillet à 6h. Un CRS venu faire un repérage du terrain ce soir nous l’a confirmé.

Faites circuler l’info
Merci


PLUS DE CENT PERSONNES ADULTES ENCORE SUR LE TERRAINS ET UNE TRENTAINES D’ENFANTS !!!

Confirmation reçu de la part de l’huissier donc aucun doute

CEUX QUI AVAIENT TROUVE UN TERRAIN LA SEMAINE DERNIÈRE ONT ÉTÉ EXPULSES 2 JOURS APRÈS, IL N YA A CE JOUR PAS DE SOLUTION POUR CES FAMILLES COMME POUR TOUTES LES AUTRES EXPULSES CES DERNIÈRES SEMAINES

MERCI DE FAIRE TOURNER L’INFO ET DE VENIR AFIN D’ASSURER UN DÉPART SANS VIOLENCE ET QU’ILS PUISSENT GARDER LEURS TENTES ET BAGAGES.

Retour en haut de la page

3 Messages

  • Le 12 juillet 2011 à 08:19, par

    je soutient les familles rroms mais malheureusement je ne peu pas venir les soutenir aujourd huit. j espere que vous serez nombreux pour que l expulsion se face dans le calme et sans incidants .
    merci a tous .

  • Le 18 juillet 2011 à 16:53, par

    IL EST OÙ LE 2ÈME + LE 3ÈME + LE 4ÈME COMMENTAIRES

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 735