Une tribune pour les luttes

Variations, revue de théorie critique

Le choix du petit, Numéro 13/14 - Printemps 2010 -

Article mis en ligne le vendredi 29 juillet 2011

http://theoriecritique.free.fr/

Variations revue de théorie critique à télécharger sans modération et sans les autorisations du contrôleur HADOPI


VARIATIONS, Revue internationale de théorie critique
Accès au téléchargement
libre et gratuit du numéro en cours.
La Haine, 2011

http://theoriecritique.free.fr/encours.html

ARCHIVES de la revue
Accès au téléchargement
libre et gratuit des anciens numéros.

http://theoriecritique.free.fr/archives.htm



Lecteurs et lectrices de Variations, vous pouvez nous soumettre vos écrits si vous le souhaitez, ils seront évalués par les comités de la revue en vue d’une publication. Nous nous ferons un plaisir de les lire et, si possible, de les publier en lien avec le numéro en cours de réalisation. Toutes les associations d’idées sont possibles dans une perspective de dépassement et de critique.

Prochaine parution
 : Variations 2012
Place Tahrir is Here !

Responsables de la publication : Denis Berger, Alexander Neumann, Lucia Sagradini.
Conception du site : Anne Kandel.


Tous les numéros affichés sont en téléchargement libre et gratuit.


Le choix du petit
Numéro 13/14 - Printemps 2010 -
Saison précédente

Lucia Sagradini (Chercheuse en sociologie / Paris)
Subjectivités rebelles contre identité nationale

John Holloway (Professeur de sociologie / Universita Autonoma de Puebla, Mexico)
A quelle distance est l’Amérique Latine ?

Mikkel Bolt Rasmussen (Chercheur en cultural studies / Université de Copenhague)
L’art interventionniste entre réforme et révolution :
l’Internationale situationniste, l’Artist Placement Group, L’Art Workers’Coalition

Greil Marcus (Journaliste et chercheur en sciences politiques / San Francisco)
Paris capitale du XXIème siècle de Malcom McLaren

Julien Bordier (Doctorant en sociologie / Paris 10, Nanterre)
La revanche des publics à l’attaque des industries culturelles

Jean-François Gava (Docteur en philosophie / Chercheur indépendant, CREALA)
Imitation, proximité, sensibilité. De l’échelle tribale du communisme

Nicolas Poirier (Docteur en science politique / Lycée Montesquieu, Herblay)
La lutte de classe chez Marx : reconnaissance ou dénégation ?
L’analyse critique de Castoriadis

Alexander Neumann (Sociologue / Institut für Sozialforschung, Saarbrücken)
Mondes du travail et espace public. Le faire et L’agir ?

Daniel Veron (Doctorant en sociologie / Paris 10, Nanterre)
Sans-papiers : d’un quotidien tactique à l’action collective

Stéphane Le Lay (Chercheur en sociologie / Paris)
Mètis et rire. Que nous apprennent les « petits » éboueurs ?

Josef Reindl (Sociologue / Institut für Sozialforschung, Saarbrücken)
L’abolition du vieillissement

Frank Jablonka (Docteur en sciences du langage / Université de Picardie, Amiens)
Rupture de la pédagogie et pédagogie de la rupture

Hélène et José Chatroussat (Revue Carré Rouge)
Grèves, rêves et turbulences de la vie militante à la fin du XXe siècle

Ce numéro a été réalisé avec le soutien de l’université de Copenhague
et des Amis de Variations (Maud Ingarao)

A télécharger en PDF : Numéro complet (970 ko) / La couverture (130 ko)

.............................................................................................................................

Wärmestrom
Le courant chaud en sciences humaines
Numéro 12 - Hiver 2008-2009 -
Saison précédente

Sommaire :

Alexander Neumann (Chercheur en sociologie, Paris-Rouen)
Le courant chaud de l’Ecole de Francfort

Lucia Sagradini (Chercheuse en sociologie, Montréal)
Subjectivité rebelle, espace public oppositionnel, démocratie sauvage

Jock Young (Prof. de sociologie, Londres)
Ce vent qui nous fouette : Les insurrections urbaines en Europe

Micha Brumlik (Directeur de l’institut de pédagogie et de socio-psychologie, Francfort)
Fascisme et masse

David Benhaïm (Psychanalyste, Montréal)
Meurtre, héritage traumatique et transmission

Julien Bordier (Doctorant, Nanterre)
Au sujet de la personnalité autoritaire (Adorno)

Hors-champ

José et Hélène Chatroussart (revue Carré rouge)
Parcours non balisés

Pierre Bourdieu (1930-2002)
Nous vivons dans une époque de restauration

A télécharger en PDF
.............................................................................................................................

"La beauté est dans la rue"
Numéro spécial - Mai 68 au présent
Printemps 2008 - Saison précédente

Dans ce numéro spécial, notre onzième livraison, il ne s’agit pas de faire un énième opuscule sur Mai 68. Il ne s’agit ni d’encenser, ni d’exhumer des « lendemains qui ont chanté ». Nous ne cherchons pas, à travers notre regard, une éventuelle dévotion à 68 ou à ses héros, nous nous proposons bien au contraire de reprendre à notre compte l’esprit de 68, afin d’y puiser un nouveau souffle.
C’est pourquoi nous avons proposé à nos auteurs de reprendre des mots d’ordre, des slogans de 68 et de les réactualiser dans l’expérience qu’ici et maintenant nous devons affronter, tous ensemble. Les auteurs : Lucia Sagradini, Michal Kozlowski,Stéphane Le Lay, Michal Herer, Alexander Neumann, Patrick Cingolani, Francis Dupuis-Déri, Fernando Matamoros, Denis Berger et David Benhaïm.

A télécharger en PDF
.............................................................................................................................

Les Frontières
de la politique
Printemps 2007 -
Saison précédente

Cette nouvelle livraison de Variations s’offre aux lecteurs alors que les frontières de la politique ont été malmenées et dérangées par les principaux candidats à la présidentielle, et qu’un homme a pu prendre le pouvoir grâce à un discours de rejet, celui de Mai 68, mais aussi celui de l’Autre et de la différence. Cette édition de printemps propose de revenir sur une série de thèmes de lutte et de révolte devant ce type de discours idéologique régressif.
Nous ouvrons ce numéro sur la pensée de la complexité et le prolétariat. Dans un long entretien, Edgar Morin entre dans les détails de sa culture intellectuelle. Sa pensée originale puise dans des expériences venues d’ailleurs, la culture séfarade, la rupture avec le marxisme soviétique, la lecture et la rencontre d’auteurs étrangers, les réflexions dialectiques et une inspiration écologique arrimée au projet de l’émancipation. Oskar Negt et Alexander Kluge décèlent la pertinence et la persistance du concept de prolétariat, après le déclin de sa signification ouvriériste. La compréhension de l’expérience prolétarienne et celle de ses formes publiques constituent un antidote intellectuel à la démocratie élitiste, plébiscitaire et anhistorique. Maurice Décaillot cherche à saisir l’économie solidaire comme un élément d’une refondation démocratique de la société, qui entre en résonance avec la capacité d’auto-organisation des acteurs. Lucia Sagradini fait apparaître les pratiques transgressives qui permettent de passer de la dictature à la démocratie et à l’espace public, grâce à une recherche qu’elle a menée sur les actions artistiques de rue en Argentine. Denis Berger témoigne du mur auquel il s’est heurté lors de sa tentative de s’engager comme militant opposé au stalinisme aux côtés du Parti Communiste Français ; son récit éclaire singulièrement et violemment pourquoi ce modèle politique et ses pratiques ne peuvent pas perdurer. Florent Jakob choisit un registre philosophique plus classique pour aborder les limitations techniques ou sentimentales de l’action politique. Aldo Häsler opère un déplacement de terrain, approchant la question de l’engagement et de la distanciation politique par l’exil d’Ernest Manheim, sociologue critique, qui a dû fuir le régime nazi. L’essentiel de l’essai de Häsler concerne le scepticisme légitime qui s’empare de Manheim face au tournant barbare de la culture occidentale.
Le Hors-champ présente des considérations contemporaines au sujet du Quartett de Heiner Müller (Laure Couillaud), il déconstruit allégrement, mais pertinemment, le musée du Quai Branly (Julien Bordier), et démonte la philosophie du pouvoir avec Hannah Arendt (Lucas Martin).

A télécharger en PDF


Subjectivités
libres et critique
de la répression
Automne 2006 - Saison précédente

Face aux discours répressifs qui envahissent les médias, les discours politiques, les écoles et les esprits, Variations propose d’avancer vers une critique globalisante du phénomène. Cette livraison aborde l’enfance sans entraves, la jeunesse en révolte, la prise de parole des salariés, la résistance aux abstractions totalitaires, le cri de négativité des zapatistes et leur refus de s’identifier à un monde fait de guerres et de carcans.
Oskar Negt renverse la table de l’école traditionnelle, en abordant les promesses de la pédagogie alternative. Il met en relief les relations de réciprocité entre la proximité corporelle, la levée des inhibitions et l’autonomie des enfants. Alain Bertho saisit la révolte des banlieues comme un moment de crise propice au lancement d’un chantier de recherche anthropologique, pouvant inspirer une critique politique. Il amorce le dépassement des interprétations traditionnelles, qui cherchent à éclairer la subjectivité à partir d’une position d’extériorité aux acteurs. Alex Neumann entame une démarche similaire, qu’il illustre par la prise de parole des salariés. Les soubassements conceptuels de ce projet proviennent d’un héritage délaissé de la Théorie critique, qu’il s’efforce de mettre à jour. Lucia Sagradini investit les brèches des appareils répressifs, en montrant les chemins détournés par lesquels Winston Smith, protagoniste du roman 1984, arrive à se réapproprier son autobiographie en dépit du mensonge totalitaire. Soizic Bonvarlet évoque le souvenir de l’enfance berlinoise de Walter Benjamin, poète, philosophe et refuznik. Manière de dire que la mélancolie et la rêverie sont des refuges indispensables, au vu de la modernité cynique qui nous assaille. John Holloway nous accorde un entretien au cours duquel il reprend l’idée d’un refus radical du monde tel qu’il se donne, inspiré de la dialectique négative d’Adorno. L’« Autre campagne » du sous-commandant Marcos est discutée à partir de cet angle décalé. Fernando Matamoros Ponce approfondit cette réflexion en puisant dans les ressources de l’imaginaire indigène et dans les cultures de la rébellion.
Hors champ, deux articles conspuent le discours conservateur de la valeur-travail. Stephen Bouquin rend hommage à Jean-Marie Vincent, en soulignant son apport conceptuel à la sociologie contemporaine. Il insiste sur l’originalité du concept de travail abstrait, issu de la pensée de Marx, et qui signale les transformations du travail sous les conditions de la socialisation marchande. Philippe Maingault constate pour sa part que le mouvement contre le contrat première embauche s’est accompagné, entre autres, d’une idéalisation implicite du contrat à durée indéterminée, qui laisse pourtant à désirer. Le point d’orgue de ce numéro est un entretien avec Denis Berger et Michel Lequenne, permettant de passer en revue les riches expériences politiques et théoriques des deux intellectuels communistes, formés par le trotskisme critique, le surréalisme et d’autres expériences vivantes.

A télécharger en PDF
..............................................................................................................................

Mouvement social
et politiques
de la transgression
Printemps 2006 - Saison précédente

Ce numéro de Variations explore l’élan transgressif des mouvements contemporains, en avançant des idées qui sortent des discours sociaux-démocrates lénifiants et des schémas marxistes-léninistes peu imaginatifs.
Nous publions l’épilogue du livre de John Holloway Changer le monde sans prendre le pouvoir, qui a marqué le mouvement altermondialiste. Dans son texte, l’auteur aborde la question décisive « Que faire ? », en évitant de tomber dans les pièges de l’action instrumentale des partis traditionnels. • Les principaux arguments de son livre sont introduits par Ret Marut. • Patrick Cingolani revient sur les thèses de Negri et Hardt au sujet de la multitude et de l’Empire, en saluant la place accordée à la subjectivité des salariés, mais en regrettant le penchant vers la clôture systémique et totalisante de leur théorie. • Alex Neumann prolonge ces réflexions historiques vers une critique radicale de la manière dont le gouvernement de la gauche plurielle a tenté d’organiser le plébiscite en faveur de sa politique, en partant de l’exemple des 35 heures. Il mobilise des concepts issus des premiers travaux de Jürgen Habermas, permettant de retrouver le sens premier de la Théorie critique. • Adrien Thomas examine les structures sociales et étatiques qui entravent l’inscription du syndicalisme dans un mouvement social permanent, en montrant les apories de la CGT de l’énergie. • Michal Koslovski rappelle et interprète la dynamique du syndicat Solidarnosç, issu d’un puissant mouvement social dont les non-dits politiques peuvent expliquer sa conversion en groupuscule conservateur. Deux recensions, de Julien Bordier, au sujet de La Haine de la démocratie et de Philippe Maingault, au sujet de Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre, complètent cette discussion. Trois textes hors-champ soumettent au débat des contributions originales concernant la dialectique négative d’Adorno (Laurent Plet), une performance situationniste scandinave (Mikkel Bolt-Rasmussen) et le théâtre de Sarah Kane (Laure Couillaud).

A télécharger en PDF :
..............................................................................................................................

La Théorie critique
Héritages hérétiques
Automne 2005 - Saison précédente

Avec cette livraison de Variations, il s’agit de revisiter la Théorie critique. L’anniversaire d’Adorno en 2003 a été l’occasion, ou peut-être le prétexte, pour se (re)pencher sur l’École de Francfort. Les nombreuses publications et manifestations témoignent du grand intérêt qui existe pour cette théorie, mais aussi d’un certain embarras : que faire de cette Théorie critique ?
Les différentes contributions à ce numéro de Variations approfondissent le rapport de la Théorie critique avec les pratiques sociales et la production intellectuelle – dépassement d’une théorie du dépassement – à travers trois grands axes
de réflexion :
Quelles sont les argumentations incontournables de la Théorie critique ?
Quid de l’élaboration d’une critique de la société capitaliste qui vise son dépassement ?
Quels sont les manques, les points aveugles de la Théorie critique ; y a-t-il un « chaînon manquant », touchant à la subjectivité et au monde vécu ? Enfin, la question des limites inhérentes de la Théorie critique. C’est de l’intérieur même de la Théorie critique que pourrait se construire la critique de la Théorie critique.
Dans les dix articles du dossier, nous présentons différents aspects de cette réflexion : une invitation au débat sur l’École de Francfort, mais également sur l’état et les avenirs possibles des théories critiques de notre époque. Les deux articles hors champ sont consacrés à l’analyse de la situation sociale et politique en Europe : une analyse du référendum sur la Constitution européenne en France ainsi qu’une analyse de la social-démocratie allemande.

A télécharger en PDF :
..............................................................................................................................

Barbaries,
résurgences,
résistances
Printemps 2005

Barbaries, résurgences, résistances tente de mettre en relation trois dimensions qui perturbent l’imaginaire de la modernité libérale, des missions occidentales civilisatrices et de l’idéologie du progrès. Les formes actuelles de la barbarie vont du terrorisme à la torture, de la mondialisation capitaliste au mépris quotidien, de l’antisémitisme à l’homophobie et de l’état de guerre au règne de la peur. Elles révèlent autant de résurgences d’un passé fait d’expropriations, d’exploitations, de régressions fascistes, staliniennes, obscurantistes et sadiques.

Jean-Marie Vincent nous livre un essai sur les ressorts actifs de la barbarie, au sein même de nos sociétés éclairées et civilisées. • Denis Berger et Alex Neumann mettent en perspective trois thèmes : la critique du capital et du fétichisme de la marchandise ; la critique de l’État et des bureaucraties ; la critique des idéologies et théories traditionnelles. • Jean-Marie Vincent revient sur le « grand mouvement social » du printemps 2003. Il en explore les limites pour permettre un dépassement, qui concerne in fine toute l’histoire du mouvement ouvrier depuis l’après-guerre. • Bertrand Geay montre comment la sociologie critique peut affronter la demande conformiste de l’État, afin d’examiner les raisons sociales de l’échec scolaire et de la violence à l’école. • Alain Bertho accuse le passage d’une démarche pédagogique à une posture répressive, dont le sens politique réside dans le conditionnement des déshérités à une guerre de tous contre tous. • Jean-Claude Paye et Gilbert Achcar signalent l’extension impériale des États-Unis, le premier en analysant les dispositifs judiciaires et administratifs qui garantissent la vassalité européenne, le second en décrivant la visée hégémonique de l’empire nord-américain au niveau stratégique et militaire. • La partie consacrée au débat invite à (re)lire Le Capital, dont la pertinence apparaît presque chaque jour. Le dialogue entre Antoine Artous et Tran Hai Hac s’établit sous la forme d’un échange de courriers, introduit par Jean-Marie Vincent. Trois textes hors-champ tentent de transgresser les frontières de l’idéologie : Maria Eleonora Sanna par le recours à Foucault, Emmanuel Valat par la promesse utopique et Gérard Da Silva par le rire perturbant de Rabelais. Tous trois posent la question de l’imaginaire politique. Lucia Sagradini commente une parution récente au sujet de la mémoire des déportés, tandis que Denis Berger fait vivre la mémoire collective à sa manière, en formulant une critique fondamentale du trotskysme.

A télécharger en PDF :
..............................................................................................................................


VARIATIONS, Revue internationale de théorie critique
Accès au téléchargement
libre et gratuit du numéro en cours.
La Haine, 2011

http://theoriecritique.free.fr/encours.html

ARCHIVES de la revue
Accès au téléchargement
libre et gratuit des anciens numéros.

http://theoriecritique.free.fr/archives.htm



Lecteurs et lectrices de Variations, vous pouvez nous soumettre vos écrits si vous le souhaitez, ils seront évalués par les comités de la revue en vue d’une publication. Nous nous ferons un plaisir de les lire et, si possible, de les publier en lien avec le numéro en cours de réalisation. Toutes les associations d’idées sont possibles dans une perspective de dépassement et de critique.

Prochaine parution
 : Variations 2012
Place Tahrir is Here !

Responsables de la publication : Denis Berger, Alexander Neumann, Lucia Sagradini.
Conception du site : Anne Kandel.


Tous les numéros affichés sont en téléchargement libre et gratuit.


Le choix du petit
Numéro 13/14 - Printemps 2010 -
Saison précédente

Lucia Sagradini (Chercheuse en sociologie / Paris)
Subjectivités rebelles contre identité nationale

John Holloway (Professeur de sociologie / Universita Autonoma de Puebla, Mexico)
A quelle distance est l’Amérique Latine ?

Mikkel Bolt Rasmussen (Chercheur en cultural studies / Université de Copenhague)
L’art interventionniste entre réforme et révolution :
l’Internationale situationniste, l’Artist Placement Group, L’Art Workers’Coalition

Greil Marcus (Journaliste et chercheur en sciences politiques / San Francisco)
Paris capitale du XXIème siècle de Malcom McLaren

Julien Bordier (Doctorant en sociologie / Paris 10, Nanterre)
La revanche des publics à l’attaque des industries culturelles

Jean-François Gava (Docteur en philosophie / Chercheur indépendant, CREALA)
Imitation, proximité, sensibilité. De l’échelle tribale du communisme

Nicolas Poirier (Docteur en science politique / Lycée Montesquieu, Herblay)
La lutte de classe chez Marx : reconnaissance ou dénégation ?
L’analyse critique de Castoriadis

Alexander Neumann (Sociologue / Institut für Sozialforschung, Saarbrücken)
Mondes du travail et espace public. Le faire et L’agir ?

Daniel Veron (Doctorant en sociologie / Paris 10, Nanterre)
Sans-papiers : d’un quotidien tactique à l’action collective

Stéphane Le Lay (Chercheur en sociologie / Paris)
Mètis et rire. Que nous apprennent les « petits » éboueurs ?

Josef Reindl (Sociologue / Institut für Sozialforschung, Saarbrücken)
L’abolition du vieillissement

Frank Jablonka (Docteur en sciences du langage / Université de Picardie, Amiens)
Rupture de la pédagogie et pédagogie de la rupture

Hélène et José Chatroussat (Revue Carré Rouge)
Grèves, rêves et turbulences de la vie militante à la fin du XXe siècle

Ce numéro a été réalisé avec le soutien de l’université de Copenhague
et des Amis de Variations (Maud Ingarao)

A télécharger en PDF : Numéro complet (970 ko) / La couverture (130 ko)

.............................................................................................................................

Wärmestrom
Le courant chaud en sciences humaines
Numéro 12 - Hiver 2008-2009 -
Saison précédente

Sommaire :

Alexander Neumann (Chercheur en sociologie, Paris-Rouen)
Le courant chaud de l’Ecole de Francfort

Lucia Sagradini (Chercheuse en sociologie, Montréal)
Subjectivité rebelle, espace public oppositionnel, démocratie sauvage

Jock Young (Prof. de sociologie, Londres)
Ce vent qui nous fouette : Les insurrections urbaines en Europe

Micha Brumlik (Directeur de l’institut de pédagogie et de socio-psychologie, Francfort)
Fascisme et masse

David Benhaïm (Psychanalyste, Montréal)
Meurtre, héritage traumatique et transmission

Julien Bordier (Doctorant, Nanterre)
Au sujet de la personnalité autoritaire (Adorno)

Hors-champ

José et Hélène Chatroussart (revue Carré rouge)
Parcours non balisés

Pierre Bourdieu (1930-2002)
Nous vivons dans une époque de restauration

A télécharger en PDF
.............................................................................................................................

"La beauté est dans la rue"
Numéro spécial - Mai 68 au présent
Printemps 2008 - Saison précédente

Dans ce numéro spécial, notre onzième livraison, il ne s’agit pas de faire un énième opuscule sur Mai 68. Il ne s’agit ni d’encenser, ni d’exhumer des « lendemains qui ont chanté ». Nous ne cherchons pas, à travers notre regard, une éventuelle dévotion à 68 ou à ses héros, nous nous proposons bien au contraire de reprendre à notre compte l’esprit de 68, afin d’y puiser un nouveau souffle.
C’est pourquoi nous avons proposé à nos auteurs de reprendre des mots d’ordre, des slogans de 68 et de les réactualiser dans l’expérience qu’ici et maintenant nous devons affronter, tous ensemble. Les auteurs : Lucia Sagradini, Michal Kozlowski,Stéphane Le Lay, Michal Herer, Alexander Neumann, Patrick Cingolani, Francis Dupuis-Déri, Fernando Matamoros, Denis Berger et David Benhaïm.

A télécharger en PDF
.............................................................................................................................

Les Frontières
de la politique
Printemps 2007 -
Saison précédente

Cette nouvelle livraison de Variations s’offre aux lecteurs alors que les frontières de la politique ont été malmenées et dérangées par les principaux candidats à la présidentielle, et qu’un homme a pu prendre le pouvoir grâce à un discours de rejet, celui de Mai 68, mais aussi celui de l’Autre et de la différence. Cette édition de printemps propose de revenir sur une série de thèmes de lutte et de révolte devant ce type de discours idéologique régressif.
Nous ouvrons ce numéro sur la pensée de la complexité et le prolétariat. Dans un long entretien, Edgar Morin entre dans les détails de sa culture intellectuelle. Sa pensée originale puise dans des expériences venues d’ailleurs, la culture séfarade, la rupture avec le marxisme soviétique, la lecture et la rencontre d’auteurs étrangers, les réflexions dialectiques et une inspiration écologique arrimée au projet de l’émancipation. Oskar Negt et Alexander Kluge décèlent la pertinence et la persistance du concept de prolétariat, après le déclin de sa signification ouvriériste. La compréhension de l’expérience prolétarienne et celle de ses formes publiques constituent un antidote intellectuel à la démocratie élitiste, plébiscitaire et anhistorique. Maurice Décaillot cherche à saisir l’économie solidaire comme un élément d’une refondation démocratique de la société, qui entre en résonance avec la capacité d’auto-organisation des acteurs. Lucia Sagradini fait apparaître les pratiques transgressives qui permettent de passer de la dictature à la démocratie et à l’espace public, grâce à une recherche qu’elle a menée sur les actions artistiques de rue en Argentine. Denis Berger témoigne du mur auquel il s’est heurté lors de sa tentative de s’engager comme militant opposé au stalinisme aux côtés du Parti Communiste Français ; son récit éclaire singulièrement et violemment pourquoi ce modèle politique et ses pratiques ne peuvent pas perdurer. Florent Jakob choisit un registre philosophique plus classique pour aborder les limitations techniques ou sentimentales de l’action politique. Aldo Häsler opère un déplacement de terrain, approchant la question de l’engagement et de la distanciation politique par l’exil d’Ernest Manheim, sociologue critique, qui a dû fuir le régime nazi. L’essentiel de l’essai de Häsler concerne le scepticisme légitime qui s’empare de Manheim face au tournant barbare de la culture occidentale.
Le Hors-champ présente des considérations contemporaines au sujet du Quartett de Heiner Müller (Laure Couillaud), il déconstruit allégrement, mais pertinemment, le musée du Quai Branly (Julien Bordier), et démonte la philosophie du pouvoir avec Hannah Arendt (Lucas Martin).

A télécharger en PDF


Subjectivités
libres et critique
de la répression
Automne 2006 - Saison précédente

Face aux discours répressifs qui envahissent les médias, les discours politiques, les écoles et les esprits, Variations propose d’avancer vers une critique globalisante du phénomène. Cette livraison aborde l’enfance sans entraves, la jeunesse en révolte, la prise de parole des salariés, la résistance aux abstractions totalitaires, le cri de négativité des zapatistes et leur refus de s’identifier à un monde fait de guerres et de carcans.
Oskar Negt renverse la table de l’école traditionnelle, en abordant les promesses de la pédagogie alternative. Il met en relief les relations de réciprocité entre la proximité corporelle, la levée des inhibitions et l’autonomie des enfants. Alain Bertho saisit la révolte des banlieues comme un moment de crise propice au lancement d’un chantier de recherche anthropologique, pouvant inspirer une critique politique. Il amorce le dépassement des interprétations traditionnelles, qui cherchent à éclairer la subjectivité à partir d’une position d’extériorité aux acteurs. Alex Neumann entame une démarche similaire, qu’il illustre par la prise de parole des salariés. Les soubassements conceptuels de ce projet proviennent d’un héritage délaissé de la Théorie critique, qu’il s’efforce de mettre à jour. Lucia Sagradini investit les brèches des appareils répressifs, en montrant les chemins détournés par lesquels Winston Smith, protagoniste du roman 1984, arrive à se réapproprier son autobiographie en dépit du mensonge totalitaire. Soizic Bonvarlet évoque le souvenir de l’enfance berlinoise de Walter Benjamin, poète, philosophe et refuznik. Manière de dire que la mélancolie et la rêverie sont des refuges indispensables, au vu de la modernité cynique qui nous assaille. John Holloway nous accorde un entretien au cours duquel il reprend l’idée d’un refus radical du monde tel qu’il se donne, inspiré de la dialectique négative d’Adorno. L’« Autre campagne » du sous-commandant Marcos est discutée à partir de cet angle décalé. Fernando Matamoros Ponce approfondit cette réflexion en puisant dans les ressources de l’imaginaire indigène et dans les cultures de la rébellion.
Hors champ, deux articles conspuent le discours conservateur de la valeur-travail. Stephen Bouquin rend hommage à Jean-Marie Vincent, en soulignant son apport conceptuel à la sociologie contemporaine. Il insiste sur l’originalité du concept de travail abstrait, issu de la pensée de Marx, et qui signale les transformations du travail sous les conditions de la socialisation marchande. Philippe Maingault constate pour sa part que le mouvement contre le contrat première embauche s’est accompagné, entre autres, d’une idéalisation implicite du contrat à durée indéterminée, qui laisse pourtant à désirer. Le point d’orgue de ce numéro est un entretien avec Denis Berger et Michel Lequenne, permettant de passer en revue les riches expériences politiques et théoriques des deux intellectuels communistes, formés par le trotskisme critique, le surréalisme et d’autres expériences vivantes.

A télécharger en PDF
..............................................................................................................................

Mouvement social
et politiques
de la transgression
Printemps 2006 - Saison précédente

Ce numéro de Variations explore l’élan transgressif des mouvements contemporains, en avançant des idées qui sortent des discours sociaux-démocrates lénifiants et des schémas marxistes-léninistes peu imaginatifs.
Nous publions l’épilogue du livre de John Holloway Changer le monde sans prendre le pouvoir, qui a marqué le mouvement altermondialiste. Dans son texte, l’auteur aborde la question décisive « Que faire ? », en évitant de tomber dans les pièges de l’action instrumentale des partis traditionnels. • Les principaux arguments de son livre sont introduits par Ret Marut. • Patrick Cingolani revient sur les thèses de Negri et Hardt au sujet de la multitude et de l’Empire, en saluant la place accordée à la subjectivité des salariés, mais en regrettant le penchant vers la clôture systémique et totalisante de leur théorie. • Alex Neumann prolonge ces réflexions historiques vers une critique radicale de la manière dont le gouvernement de la gauche plurielle a tenté d’organiser le plébiscite en faveur de sa politique, en partant de l’exemple des 35 heures. Il mobilise des concepts issus des premiers travaux de Jürgen Habermas, permettant de retrouver le sens premier de la Théorie critique. • Adrien Thomas examine les structures sociales et étatiques qui entravent l’inscription du syndicalisme dans un mouvement social permanent, en montrant les apories de la CGT de l’énergie. • Michal Koslovski rappelle et interprète la dynamique du syndicat Solidarnosç, issu d’un puissant mouvement social dont les non-dits politiques peuvent expliquer sa conversion en groupuscule conservateur. Deux recensions, de Julien Bordier, au sujet de La Haine de la démocratie et de Philippe Maingault, au sujet de Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre, complètent cette discussion. Trois textes hors-champ soumettent au débat des contributions originales concernant la dialectique négative d’Adorno (Laurent Plet), une performance situationniste scandinave (Mikkel Bolt-Rasmussen) et le théâtre de Sarah Kane (Laure Couillaud).

A télécharger en PDF :
..............................................................................................................................

La Théorie critique
Héritages hérétiques
Automne 2005 - Saison précédente

Avec cette livraison de Variations, il s’agit de revisiter la Théorie critique. L’anniversaire d’Adorno en 2003 a été l’occasion, ou peut-être le prétexte, pour se (re)pencher sur l’École de Francfort. Les nombreuses publications et manifestations témoignent du grand intérêt qui existe pour cette théorie, mais aussi d’un certain embarras : que faire de cette Théorie critique ?
Les différentes contributions à ce numéro de Variations approfondissent le rapport de la Théorie critique avec les pratiques sociales et la production intellectuelle – dépassement d’une théorie du dépassement – à travers trois grands axes
de réflexion :
Quelles sont les argumentations incontournables de la Théorie critique ?
Quid de l’élaboration d’une critique de la société capitaliste qui vise son dépassement ?
Quels sont les manques, les points aveugles de la Théorie critique ; y a-t-il un « chaînon manquant », touchant à la subjectivité et au monde vécu ? Enfin, la question des limites inhérentes de la Théorie critique. C’est de l’intérieur même de la Théorie critique que pourrait se construire la critique de la Théorie critique.
Dans les dix articles du dossier, nous présentons différents aspects de cette réflexion : une invitation au débat sur l’École de Francfort, mais également sur l’état et les avenirs possibles des théories critiques de notre époque. Les deux articles hors champ sont consacrés à l’analyse de la situation sociale et politique en Europe : une analyse du référendum sur la Constitution européenne en France ainsi qu’une analyse de la social-démocratie allemande.

A télécharger en PDF :
..............................................................................................................................

Barbaries,
résurgences,
résistances
Printemps 2005

Barbaries, résurgences, résistances tente de mettre en relation trois dimensions qui perturbent l’imaginaire de la modernité libérale, des missions occidentales civilisatrices et de l’idéologie du progrès. Les formes actuelles de la barbarie vont du terrorisme à la torture, de la mondialisation capitaliste au mépris quotidien, de l’antisémitisme à l’homophobie et de l’état de guerre au règne de la peur. Elles révèlent autant de résurgences d’un passé fait d’expropriations, d’exploitations, de régressions fascistes, staliniennes, obscurantistes et sadiques.

Jean-Marie Vincent nous livre un essai sur les ressorts actifs de la barbarie, au sein même de nos sociétés éclairées et civilisées. • Denis Berger et Alex Neumann mettent en perspective trois thèmes : la critique du capital et du fétichisme de la marchandise ; la critique de l’État et des bureaucraties ; la critique des idéologies et théories traditionnelles. • Jean-Marie Vincent revient sur le « grand mouvement social » du printemps 2003. Il en explore les limites pour permettre un dépassement, qui concerne in fine toute l’histoire du mouvement ouvrier depuis l’après-guerre. • Bertrand Geay montre comment la sociologie critique peut affronter la demande conformiste de l’État, afin d’examiner les raisons sociales de l’échec scolaire et de la violence à l’école. • Alain Bertho accuse le passage d’une démarche pédagogique à une posture répressive, dont le sens politique réside dans le conditionnement des déshérités à une guerre de tous contre tous. • Jean-Claude Paye et Gilbert Achcar signalent l’extension impériale des États-Unis, le premier en analysant les dispositifs judiciaires et administratifs qui garantissent la vassalité européenne, le second en décrivant la visée hégémonique de l’empire nord-américain au niveau stratégique et militaire. • La partie consacrée au débat invite à (re)lire Le Capital, dont la pertinence apparaît presque chaque jour. Le dialogue entre Antoine Artous et Tran Hai Hac s’établit sous la forme d’un échange de courriers, introduit par Jean-Marie Vincent. Trois textes hors-champ tentent de transgresser les frontières de l’idéologie : Maria Eleonora Sanna par le recours à Foucault, Emmanuel Valat par la promesse utopique et Gérard Da Silva par le rire perturbant de Rabelais. Tous trois posent la question de l’imaginaire politique. Lucia Sagradini commente une parution récente au sujet de la mémoire des déportés, tandis que Denis Berger fait vivre la mémoire collective à sa manière, en formulant une critique fondamentale du trotskysme.

A télécharger en PDF :
..............................................................................................................................

-->
Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 2050