Une tribune pour les luttes

Confédération Paysanne des Bouches du Rhône, Syndicat pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs Pélissanne

Le Maire PS de St. Martin de Crau, délégué à l’agriculture au Conseil Général, porte plainte contre la Confédération Paysanne

suite à une mobilisation citoyenne et paysanne contre le bétonnage des terres agricoles à "St-Parpaing-de-Crau".

Article mis en ligne le mardi 26 juillet 2011

Pélissanne, le 26 juillet 2011

Pour dénoncer le bétonnage des terres agricoles et la spéculation foncière, la Confédération Paysanne des
Bouches-du-Rhône a porté l’initiative d’une mobilisation citoyenne et paysanne dimanche 26 juin 2011 à St-Martin-de-Crau.

La Commune de St-Martin-de-Crau a été choisie à la fois pour une dénonciation globale, car emblématique du
gaspillage des terres agricoles, et pour une action locale puisque 65 ha de terres agricoles étaient menacés par
la nouvelle mouture du Plan Local d’Urbanisme (qui a depuis été validé par le Préfet malgré notre alerte).

Cette mobilisation a rassemblé une centaine de personnes devant la Mairie autour d’une pyramide de paniers
vides.
Pour cette occasion, la commune de St-Martin-de-Crau a été rebaptisée St-Parpaing-de-Crau, au moyen
d’étiquettes apposées à la colle à tapisserie sur les panneaux d’entrée de ville.
Cette journée militante a été relayée par les médias locaux : la Provence, la Marseillaise, le journal de France 3.
Une lettre a été envoyée au Préfet.

Cette mobilisation a visiblement dérangé la municipalité de St-Martin-de-Crau, qui a déposé une plainte contre
la Confédération Paysanne des Bouches-du-Rhône pour dégradation de biens publics.
En cause le papier et la
colle à tapisserie appliqués sur les panneaux d’entrée de ville.
La plainte a été déposée par Claude Vulpian, Maire PS de St-Martin-de-Crau et délégué à l’agriculture au
Conseil Général des Bouches du Rhône
dont il est aussi le vice-président.

Nous dénonçons la politique d’urbanisme obsolète portée par M.Vulpian

L’actualité brûlante des pertes de terres agricoles se confirme pourtant de jour en jour : ce mois de juillet ont
eu lieu les assises de Lille regroupant les acteurs nationaux principaux du foncier (SAFER, délégués des
communautés urbaines...). Ils lancent un cri d’alarme : 74’000 ha de terres agricoles disparaissent chaque
année en France
. A ce rythme là et avec la spéculation foncière qui va avec, la souveraineté alimentaire devient
illusoire. La dépendance à l’alimentation industrielle, avec le cocktail de pesticides, maladies et pollutions qu’elle
entraîne, augmente dangereusement.
Ces assises ont permis de dénoncer la stratégie d’urbanisation menée jusqu’à aujourd’hui et qui ne répond plus
aux réalités territoriales. C’est cette politique d’urbanisme obsolète que M.Vulpian mène sur sa commune.

Il faut sauver les terres nourricières restantes pour garantir des produits de qualité et des circuits
courts ! Ceci devrait être une préoccupation pour les élus, surtout s’ils sont responsables de l’agriculture.

Confédération Paysanne des Bouches du Rhône
10 avenue Général de Gaulle 13 330 Pelissanne - Tel/fax : 04-90-55-78-23 - _ Courriel : conf13 chez free.fr


http://www.citizenside.com/fr/photo...

DOSSIER DE PRESSE

« PRINTEMPS DES TERRES »
du Collectif de Défense des Terres Fertiles 13

dimanche 26 juin 2011 – St Martin-de-Crau,
dimanche 7 novembre 2010 – Gémenos,
samedi 6 mars 2010 – Tarascon...

Dans les Bouches du Rhône, les terres agricoles représentent 34 % des superficies (55 % au niveau
national). En 2008, le prix d’1 ha de terre nue y était de 19 660 € (presque 4 fois plus que la moyenne
nationale).

Constatant que toutes les bonnes volontés seraient utiles pour avancer sur la question du foncier agricole, la
Confédération Paysanne 13 a constitué, en octobre 2009, le Collectif de Défense des Terres Fertiles des
Bouches du Rhône,
qui regroupe, en plus de notre syndicat, citoyens, consommateurs, associations (la
Confédération Paysanne, ATTAC, les Paniers Marseillais, Filière Paysanne, l’Association de Défense de l’Espace
Rural, NACICCA, Agir Pour la Crau, l’Etang Nouveau, Alliance Provence, l’Equitable Salonaise, Terre de Liens
PACA, Arènes, WWF PACA, les magasins Biocoop, Bioconsomm’Acteurs, le Collectif 13 de l’Alliance pour la Santé
).
Paysans, associations, individus... tous citoyens et mobilisés pour préserver ensemble les terres agricoles de
notre département.

Le Collectif s’est donné plusieurs missions :

- créer un réseau de correspondants locaux capables de s’investir dans les révisions de POS, PLU et SCOT
- convaincre habitants, propriétaires fonciers et politiques de la nécessité de préserver les terres agricoles
- appuyer localement les porteurs de projets
- se mobiliser contre des projets entrainant la perte injustifiée de terres agricoles.

— -

Dimanche 26 juin 2011

QUAND ST-MARTIN-DE-CRAU
DEVIENT
ST-PARPAING-DE-CRAU

Le Collectif de Défense des Terres Fertiles 13 a appelé citoyens et paysans à se mobiliser le dimanche 26
juin à St-Martin-de-Crau, contre le projet de PLU sur la commune et de manière plus large pour dénoncer
le bétonnage effréné de terres agricoles.
Dans la lignée des actions militantes menées à Gémenos en novembre
2010 et à Tarascon en mars 2010, cette mobilisation d’associations et de citoyens de tous bords avait pour
objectif de tirer la sonnette d’alarme auprès des citoyens, des pouvoirs publics et des élus.


Saint-Parpaing-de-Crau

A l’occasion de la mobilisation, la commune de
St-Martin-de-Crau a été rebaptisée St-
Parpaing-de-Crau afin de dénoncer la politique
d’urbanisation qui y est menée.

Sur cette commune nous constatons que les terres agricoles sont menacées par l’urbanisation (pas moins de 709
permis de construire accordés en 2009 sur la commune) assortie de spéculation immobilière, par la construction
de réseaux de routes et de plateformes logistiques. Ce bétonnage de terres :
- menace la sauvegarde des terres agricoles et par là directement la souveraineté alimentaire du territoire,
- accentue les risques d’inondation et compromet l’alimentation en eau de la population locale,
- nuit gravement à la biodiversité et notamment à des espèces patrimoniales protégées,
- entraîne d’importantes nuisances paysagères.

La commune est en cours d’élaboration du PLU et ce document prévoit notamment :
- l’urbanisation de 10 ha en AOC Foin de Crau,
- l’extension urbaine avec la construction de plus de 1000 logements entre 2010 et 2014
- une atteinte à des zones classées Natura 2000 (intérêt faunistique et floristique).


Une mobilisation réussie...

Une centaine de personnes étaient présentes pour une matinée sur la place de la Mairie autour d’une pyramide de
paniers vides, symbole de la disparition des terres agricoles qui menace notre souveraineté alimentaire, puis pour
une après-midi conviviale et militante chez un paysan de la commune.

La mobilisation a été relayée par la presse (La Provence et La Marseillaise éditions d’Arles du 27/06/2011) ainsi
que la télévision (19/20 de France 3 du 26/06/2011).

Nous considérons cette mobilisation comme un témoignage fort de la priorité qu’il faut donner à la
préservation des derniers espaces agricoles du département.

... le Maire en colère : PLU adopté, plainte déposée

Malgré cette mobilisation, suivie d’une lettre d’alerte au Préfet ainsi qu’à M.Vulpian, Maire de St-Martin-de-Crau,
la version du PLU que nous contestions a été adoptée par le Conseil Municipal quelques jours plus tard.
_ La Confédération Paysanne a été victime d’un dépôt de plainte de la part de M.Vulpian, Maire PS de St-
Martin-de-Crau et délégué à l’agriculture au Conseil Général des Bouches-du-Rhône. En cause, le papier et la
colle à tapisserie apposés sur les panneaux d’entrée de ville.

Aucune dégradation n’a été causée par la mobilisation, mais visiblement cette dernière a dérangé la
municipalité de St-Parpaing-de-Crau...

— -

Dimanche 7 novembre 2010

UNE
FOIRE AGRICOLE MOUVEMENTEE A
GEMENOS

Depuis 2010, le Collectif de Défense des Terres Fertiles du Pays d’Aubagne et de l’Etoile s’intéresse
notamment au PADD (projet d’aménagement et de développement durable) de Gémenos.
Dans ce cadre, nous
avons rencontré M. le Maire afin de le sensibiliser sur l’importance de la préservation du foncier agricole sur son
territoire.


19 ha risquent d’être perdus pour l’agriculture

Mais nous sommes toujours très inquiets concernant la révision de document d’urbanisme (PLU) prévue dans ce
PADD. En effet, celui-ci prévoit d’urbaniser en zone agricole, sur 19 hectares. Précisons que la compensation
prévue dans le projet ne nous semble absolument pas cohérente puisque le Maire veut classer en agricole une zone
qui est déjà consacrée à cette activité (plantation de vignes).

La fête au maire gâchée !

Le dimanche 7 novembre dernier, la commune de Gémenos a organisé sa foire annuelle RURALIA sur le thème de
l’agriculture et de la ruralité. Les 20 000 visiteurs qui se sont déplacés à cette occasion sont, à nos yeux, une
preuve que les habitants des Bouches-du-Rhône ont plus que jamais besoin du lien aux paysans et à la terre. Lors
de cette journée, la Confédération Paysanne 13 et le Collectif ont organisé une action militante, dont l’objectif
était d’alerter les citoyens, les pouvoirs publics et les élus locaux, sur le projet d’urbanisation du Maire et la
destruction d’un des derniers espaces agricoles de la commune.


Plus de 2000 signatures collectées sur la pétition

Nous avons proposé aux visiteurs de la foire de signer une pétition qui compte à ce jour 2163 signatures. Face à
l’écoute que nous avons eue de la part des citoyens et des médias, nous considérons cette mobilisation comme un
témoignage important de la priorité qu’il faut donner à la préservation des derniers espaces agricoles du
département, afin que ce lien aux paysans et à la terre plébiscité par les habitants ne deviennent pas seulement
symbolique et folklorique.

Depuis cette journée, nous avons sollicité un rendez-vous avec M. le Maire, cette demande est toujours sans suite
à ce jour. Un courrier accompagné de la pétition a été transmis au Préfet. Nous attendons sa décision finale.

— -

Samedi 6 mars 2010

FLEURS
CONTRE BETON A
TARASCON

Squatter les terres agricoles : c’était une piste d’actions du Collectif de Défense des Terres Fertiles,
animé par la Confédération Paysanne, lors de sa constitution. L’idée s’est concrétisée le samedi 6 mars
2010, à Tarascon.


Un projet d’agrandissement de zone d’activités

L’an dernier, la commune de Tarascon lançait une révision simplifiée de son POS (Plan d’Occupation des Sols).
L’objectif de la mairie est d’agrandir une Zone d’Activités Economiques ; elle propose d’utiliser une zone
communale de 31 ha, jusqu’à présent classée agricole et de la passer en zone NAE (donc constructible).


Une enquête publique défavorable au projet

L’enquête publique de septembre 2009 révélait plusieurs avis défavorables à cette modification de POS : ceux de
la DDE, de la DIREN, du PNR des Alpilles... jusqu’à celui de la DDAF qui avertissait que ces terres agricoles, de
haute valeur agronomique, sont prédisposées à un usage agricole.

Malgré tout, début 2010, le conseil municipal de Tarascon acceptait cette décision de révision du POS et le
dossier remontait alors sur le bureau du Préfet, qui devait la valider ou la refuser avant mi mars.


Une action pour interpeller le Préfet

C’est pourquoi le Collectif a organisé le samedi 6 mars à Tarascon l’action « le Printemps des Terres » : l’idée
était de squatter la parcelle et d’organiser une manifestation festive pour sa remise en culture symbolique. Le
matin, un tracteur travaillait le sol de la parcelle laissée en friche. Puis une centaine de militants (paysans,
citoyens, consommateurs...) se réunissaient pour un pique nique, suivi d’un semis de phacélie réalisé simultanément
par une quarantaine de personnes.

Les principaux médias régionaux s’étaient également déplacés pour l’occasion. L’objectif était d’interpeller le
Préfet, afin qu’il décide de maintenir ces terres en zone agricole, mais également de signifier à l’ensemble des
mairies que les paysans et les citoyens savent être vigilants concernant leur politique d’aménagement du
territoire.

Une victoire... et après ?

L’information nous est venue le 11 mars, de la mairie de Tarascon : le Préfet refuse la modification du POS votée
par Tarascon ! C’est une victoire pour notre Collectif, dont les forces sont désormais gonflées pour faire en sorte
que des projets d’agriculture paysanne se concrétisent sur ces 31 ha et pour continuer notre mobilisation pour
préserver nos terres agricoles !

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1180