Une tribune pour les luttes

Rebellyon-info

Nouvelle Calédonie 24 septembre

Le 24 septembre, journée de deuil pour le peuple Kanak

Article mis en ligne le samedi 24 septembre 2011

Avec les liens :
http://rebellyon.info/Le-24-septembre-journee-de-deuil.html

Le 24 septembre 1853, un colon Français pose le pied à Balade, un village sur une île du Pacifique Sud, la Kanaky. Il prend possession de l’île au nom de la France. Cette date symbolise aujourd’hui le jour de la prise de possession et le début du colonialisme en Kanaky.
Depuis 1853, les kanak ont été relé­gués géo­gra­phi­que­ment, économiquement et poli­ti­que­ment dans leur propre pays. Ils ont été dépos­sé­dés de leurs terres, ce qui revient pour eux à la perte de leur iden­tité. Ils ont vu aussi leurs moyens de sub­sis­tance s’amoin­drir et leurs sites sacrés confis­qués.

De 1888 à 1946, ils furent confi­nés dans des réser­ves et régis par le Code de l’indi­gé­nat qui les main­te­nait en dehors du droit commun.

Les Kanak ont tou­jours mani­festé leur oppo­si­tion à cette colo­ni­sa­tion, mais les inces­sants sou­lè­ve­ments furent tous répri­més bru­ta­le­ment par l’admi­nis­tra­tion fran­çaise.

Parmi les plus mémo­ra­bles résis­tan­ces, il y a le sou­lè­ve­ment de 1878 conduits par Ataï et d’autres chefs kanak visant la prise de la capi­tale, Nouméa, à la date anni­ver­saire du 24 sep­tem­bre.

Le 24 sep­tem­bre est devenu une date anni­ver­saire, sym­bo­li­sant la prise de pos­ses­sion du pays par la France, mar­quant le début de la colo­ni­sa­tion. C’est une jour­née de deuil pour le peuple kanak.

A de nom­breu­ses repri­ses, la date anni­ver­saire a été sym­bo­li­que­ment reprise :

Pierre Declercq, leader indé­pen­dan­tiste de l’UC [1], assas­siné par les mili­ces loya­lis­tes [2], est sym­bo­li­que­ment enterré le 24 sep­tem­bre 1981 (son assas­sin court tou­jours).

Le Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste est fondé sym­bo­li­que­ment le 24 sep­tem­bre 1984.

Radio Djiido Kanaky, la radio indé­pen­dan­tiste est elle aussi créée un 24 sep­tem­bre.

Kanaky indépendante !

P.-S.
Actualités sociales (de la Kanaky) et rendez vous de soutien : Solidarité kanaky
Un peu plus d’infos sur l’histoire de la colonisation de la Kanaky sur Le Bulletin Solidarité Pacifique

Notes
[1] Union Calédonienne, parti politique indépendantiste
[2] Les milices loyalistes sont fidèles à la France et opposées à l’indépendance



2003 Nouvelle Calédonie 150 années après annexion

Le 24 septembre de cette année a marqué un événement important pour le peuple kanak : le 150e anniversaire de la prise de possession de leur pays par la France.

Relégués géographiquement, économiquement et politiquement dans leur propre pays, les Kanak furent dépossédés de leurs terres, ce qui revenait pour eux à la perte de leur identité, ils virent leurs moyens de subsistance s’amoindrir et leurs sites sacrés confisqués. De 1888 à 1946, ils furent confinés dans des réserves et régis par le Code de l’indigénat qui les maintenait en dehors du droit commun.

Les Kanak ont pourtant toujours manifesté leur opposition à cette colonisation : le reste de leur histoire fut marqué par d’incessants soulèvements qui furent tous réprimés brutalement et impitoyablement par l’administration française. Parmi les plus mémorables et les plus sanglants, citons celui de 1878 conduits par Ataï et celui de Noël en 1917, après l’enrôlement forcé de nombreux Kanak pour la Première guerre mondiale. Dans les années 1980, le pays fut déchiré par un conflit entre la population kanak autochtone, l’État français et la communauté caldoche. C’est ce conflit qui a forcé l’État a envisagé à long terme un processus pouvant mener à l’indépendance et qui a débouché en 1988 sur les Accords de Matignon, puis en 1998 sur l’Accord de Nouméa.
L’accord de Nouméa

Le 5 mai 1998, l’Accord de Nouméa fut signé entre les représentants du gouvernement francais, le parti anti-indépendantiste calédonien RPCR et le parti indépendantiste FLNKS. L’Accord organise la vie politique de Kanaky jusqu’au référendum d’autodétermination qui doit avoir lieu dans 10 à 15 ans, prévoyant un transfert progressif et irréversible des pouvoirs de l’État français à Kanaky.
L’Accord de Nouméa reconnaît l’existence de la communauté kanak autochtone, il reconnaît les ombres de la période coloniale ainsi que le fait que la colonisation a laissé un traumatisme durable au sein de la communauté kanak. Il souligne la nécessité de la décolonisation, mais aussi la nécessité du partage du pouvoir entre toutes les communautés présentes pour la construction de leur destin commun. Néanmoins, la mise en œuvre de l’Accord de Nouméa reste difficile, du fait que le RPCR, proche du Président Chirac, loin de coopérer, tend à boycotter l’esprit de l’accord.

Traditionnellement, le 24 septembre est considéré comme un jour de fête par la communauté caldoche, les descendants des colons français. Depuis quelques années, les Kanak ont fait de ce jour un jour de deuil où ils commémorent la perte de leur souveraineté sur Kanaky. Au début de cette année, un « Comité 150 ans après » s’est constitué pour réfléchir à la manière dont pourrait être commémoré le 150e anniversaire de la prise de possession.
Dans une interview à Radio Australie, Jacques Boengkih, porte-parole du Comité, espérait que ce 150e anniversaire serait l’occasion d’aborder les problèmes auxquels est confrontée Kanaky dans une perspective nouvelle, celle du « destin commun » inscrit dans l’Accord de Nouméa.

Le temps fort de cette commémoration a été la présentation du Mwâ kâ, un totem de 12 mètres de haut. Traditionnellement, le totem symbolise l’esprit de la maison et il a un rôle protecteur. Le Comité 150 ans après avait prévu, à l’origine, de planter le Mwâ kâ sur la Place des Cocotiers, la place principale de Nouméa. La permission ayant été refusée par le maire de Nouméa, il a été érigé provisoirement dans la cour de la Province Sud. Environ 5000 Kanak venus de tout le pays participaient à cette commémoration, ainsi que des membres des diverses communautés de Kanaky. Grands absents tout au long de la journée : la communauté caldoche, malgré une courte visite de Jacques Lafleur, président de la Province Sud.

(Pacific News Bulletin, Édition française, No 8 Septembre – Octobre 2003)

http://www.ecsiep.org/cms/index.php...


Le Mwâ Ka est un totem de 12m de haut. Son nom signifie "maison de l’humanité".C’est le lieu où se tiennent les discussions.
On peut diviser les gravures en huit sections cylindrisques représentant les huit regions de Nouvelle Calédonie, selon la coutume.
Sur une pirogue en béton à deux coques, le Mwâ Ka symbolie se le mât, mais aussi le poteau central de la case. Les arrangements floraux de la place où il se trouve representent des etoiles et des lunes, symbolisant la navigation.
Le Mwâ Ka a été conçu par la communauté kanak pour commemorer le 24 septembre, à savoir l’anniversaire de l’annexion de la Nouvelle Calédonie par les français en 1853.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Histoire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 175