Une tribune pour les luttes

Incendie à Pantin :
C’est toujours les mal logés qui meurent dans les incendies

+ CIP-IDF : Ce matin à l’aube, à Pantin ...
FTCR : Encore un drame de l’immigration
MRAP : " Ce n’est pas l’immigration irrégulière, comme le dit Claude Guéant, qui a provoqué ce drame : c’est le manque de solidarité."
Rassemblement à Pantin vendredi 30 septembre à 18h devant le squat incendié, passage Hoche.

Article mis en ligne le vendredi 30 septembre 2011

RASSEMBLEMENT A PANTIN DEMAIN VENDREDI 30 SEPTEMBRE 2011 A 18 HEURES

DEVANT LE SQUAT INCENDIÉ

PASSAGE HOCHE métro HOCHE PANTIN

CONTRE LA POLITIQUE ANTI-IMMIGRÉS DU GOUVERNEMENT RESPONSABLE DE LA MORT DE Six migrants

POUR HÉBERGEMENT D’URGENCE POUR LES JEUNES MIGRANTS DES RÉVOLUTIONS DU PRINTEMPS ARABE

Six migrants d’Egypte et de Tunisie sont morts, mercredi 28 septembre, dans l’incendie du squat qu’ils occupaient à Pantin, ville de la banlieue parisienne.

Il s’agit de l’un des incendies les plus meurtriers depuis celui de l’hôtel Paris-Opéra du 15 avril 2005 où 25 personnes d’origine africaine, dont 10 enfants, sont mortes.

L’Etat refuse d’accorder des places d’urgence, particulièrement en Ile-de-France pour héberger les jeunes migrants, qui sont obligés de s’abriter dans des squats dangereux.

Des dizaines de jeunes Tunisiens arrivés en France dans la foulée de la chute du régime de Ben Ali, au mois de janvier, se sont retrouvés à dormir dans la rue.

Le gouvernement de M Sarkozy porte une lourde responsabilité dans ce drame inhumain. Nous lui demandons d’accueillir sans délais touts les migrants en situation de détresse dans des centres d’hébergement en Ile-de-France, à Marseille et ailleurs.

Nous renouvelons notre appel à régulariser les enfants des révolutions du printemps arabe venus en France.

Paris le 29 septembre 2011

Signataires : FTCR – UNI*T –UTIT idf – MRAP – LDH – GISTI – ATTAC – PCF – FASE – ATMF – ADTF - Collectif d’Ailleurs nous sommes d’ici – PCOT - AMIS DE BOUAZIZI - Coordination Contre le Racisme et l’Islamophobie - Réseau Féministe « Ruptures - Gauche Unitaire – EELV – UD CGT 93 – FSU 93 – pg - L’union syndicale Solidaires – EMCEMO - l’Union Démocratique Bretonne - Les Alternatifs – CRLDHT – AMF – CEDETIM - L’inter-collectif de soutien aux luttes des peuples du monde arabe (InterCo) - Le Manifeste des libertés- DAL – ATF – FASI – LUTTE OUVRIÈRE – CORELSO – NPA – RESF 93 – PCOF - secrétariat international CNT – PIR - APTC.corse – PTT France – RNAC – RESF - CPR


SIX MIGRANTS MORTS BRULES
DANS UN SQUAT A PANTIN

Paris le 28 septembre 2011,

Le bureau fédéral de la FTCR s’incline devant les 6 morts tunisiens, libyens et égyptiens décédés lors de l’incendie d’un squatt à Pantin, ce mercredi 28 septembre 2011 et présente ses condoléances aux familles.

Diverses voix se sont élevées pour dénoncer « un drame de la misère, et de la solitude ». Nous soulignons quant à nous, que c’est aussi le drame de l’indifférence et de l’irresponsabilité politique qui a conduit à limiter toujours plus les places d’hébergement d’urgence. Ces jeunes, qui, pour la plupart ont contribué « aux printemps arabe » dans chacun de leur pays et notamment en Tunisie, se sont heurtés à l’implacable « réal politique » française et européenne de l’immigration, qui d’une part, glorifie «  le désir de liberté de ces peuples » et d’autre part laisse périr dans les flammes du mépris et de l’indifférence ceux-là même qui ne demandaient qu’à vivre libres et dignes dans le pays « des droits de l’homme »

Nous ne les oublierons pas !,

Le bureau fédéral de la F.T.C.R.

contact chez citoyensdesdeuxrives.eu


Incendie à Pantin : le MRAP fait part de son indignation et de sa grande tristesse

vendredi 30 septembre 2011

Le Mouvement contre le Racisme et pour l’ Amitié entre les Peuples tient à faire part de son indignation et de sa grande tristesse suite à l’incendie survenu mercredi 28 septembre 2011 à Pantin (Seine Saint-Denis), où six jeunes hommes ont trouvé la mort, et d’autres ont été blessés.

Le sinistre est survenu vers 6 heures du matin dans un immeuble muré où s’étaient abrités des migrants tunisiens et égyptiens, arrivés récemment en France suite aux révoltes des peuples de la rive Sud de la Méditerranée qui se sont battus pour plus de démocratie. Comme les révolutions ne se font pas en quelques jours, et parce que les conditions économiques étaient aggravées par la situation à la frontière libyenne, de nombreux jeunes ont traversé la mer au risque de leur vie, espérant trouver en France un travail qui leur permettrait tout simplement de survivre et tenter d’échapper plus vite à la misère.

Face à ce drame humain notre pays porte une grande responsabilité. Nicolas Sarkozy déclarait dans une allocution télévisée le 27 février dernier, prendre acte de l’immense espoir de ces révoltes citoyennes, allant jusqu’à dire que « nous ne devons avoir qu’un seul but : accompagner, soutenir, aider les peuples qui ont choisi d’êtres libres.... Si toutes les bonnes volontés ne s’unissent pas, ils peuvent tout aussi bien sombrer dans la violence et déboucher sur des dictatures pires encore que les précédentes. ».

Mais en réalité, si quelques citoyens, et certaines municipalités, ont manifesté leur solidarité, l’Etat n’a fait preuve d’aucune “bonne volonté” pour résoudre le problème, bien au contraire. Le montant de l’aide au retour prévu par les accords franco-tunisiens a été réduit au taux minimum. Les jeunes tunisiens, égyptiens, libyens sont, depuis des mois, pourchassés par la police, dorment dans des squares, n’ont que rarement accès à l’hébergement d’urgence, en grave crise actuellement. C’est tout cela qui a conduit certains d’entre eux à décider de s’installer dans un immeuble muré où ils ont été prisonniers des flammes.

Ce n’est pas l’immigration irrégulière, comme le dit Claude Géuant, qui a provoqué ce drame : c’est le manque de solidarité. Il est urgent pour la France et l’ensemble des pays membres de l’ Union Européenne d’unir leurs forces et d’accomplir leur devoir fondamental d’ouverture et d’accueil, et non pas de susciter, parmi les citoyens français et Européens, la peur d’une invasion de réfugiés du Sud Méditerranéen sur les rivages du Nord.


<http://www.droitaulogement.org/>

COMMUNIQUE

Paris le 28 09 2011

Droit Au Logement fait part de sa tristesse après l’incendie d’un immeuble dégradé à Pantin, apporte sa solidarité aux rescapés, et présente ses condoléances aux familles des victimes, qui sont souvent arrivés en France au péril de leur vie.

Droit Au Logement exige que les sinistrés soient relogés décemment, et régularisés, comme il se doit après un tel drame, d’une part pour des raisons humanitaires, évidentes pour tout le monde, d’autre part parce que ces incendies sont la conséquences de l’incapacité des pouvoirs publics en matière de lutte contre la crise du logement.
_ Droit Au Logement rappelle, que depuis le retour de la spéculation immobilière et l’aggravation de la crise du logement, les incendies meurtriers se sont multipliés, et frappent invariablement les mal logés, le plus souvent migrants de pays du Sud.

Leur statut locatif ne change rien, ces incendies tuent : des locataires en titre y compris de logements sociaux, ( Saint Denis 2001, la Haye les roses 2005, Vincent Auriol 2005, Tourcoing 2006, Dijon 2010, Saint Ouen 2010, cité du labyrinthe 2011 ...) d’occupants hébergés dans des hôtels meublés par les services sociaux (Paris Opéra 2005, Asnière 2009), , de squatters par nécessité (Rue du roi doré 2005, Saint Denis 2008), ou d’habitants de bidonville (2009, 2010 et 2011) ...,

Les incendies semblent plus meurtriers et plus nombreux que dans les années 90.

Le surpeuplement, conséquences de la crise du logement, est une des causes de l’importance du nombre de victimes particulièrement chez les migrant et les précaires.
Le climat spéculatif, qui fait monter les prix aggrave la situation et contraint les locataires ou les sans logis à trouver des expédiants pour se loger ...y compris des micro logements, à des prix défiant toute concurrence.
Les secteurs soumis à la spéculation immobilière ou à des opérations d’urbanisme sont aussi souvent un caractère a renforcé le surpeuplement dans les grandes agglomérations,

Droit Au Logement demande la mise en place de politiques pour loger convenablement toute la population, à prendre des sanctions contre les marchands de sommeil, à mettre en œuvre les lois en faveur des mal-logés (DALO, Accuei inconditionnel des sans logis, loi de réquisition ...), la baisse des loyers et des charges, la réalisation massive de logements sociaux...

Un toit c’est la Loi !

DAL fédération est membre des réseaux :
NOVOX : Réseau international des mouvements de lutte des “sans” http://www.novox.org/
RéSEL : ”Réseau stop aux expulsions de logement” http://www.stopauxexpulsions.org/
_ ATTTAC : Association altermondialiste contre la spéculation financière


CIP-IDF

Ce matin à l’aube, à Pantin,

Ce matin à l’aube, à Pantin, 6 personnes sont mortes brûlées ou asphyxiées dans l’incendie du petit immeuble où, avec une vingtaine d’autres, elles s’étaient réfugiées depuis quelques semaines.

Ces 6 personnes seraient selon le préfet Lambert « des Tunisiens et des Égyptiens probablement en situation irrégulière », victimes selon Claude Guéant, qui s’est également rendu sur place, « des filières criminelles, qui rançonnent les candidats à l’immigration et qui après leur avoir fait miroiter l’espoir d’une vie meilleure, les laissent tomber et les laissent face à une vie d’errance et de malheur » [1].

Depuis le 1er septembre, la mairie de Paris n’héberge plus les migrants récemment arrivés de Tunisie, Egypte ou Lybie. Tous ceux qui grâce à la lutte, et notamment grâce aux occupations d’immeubles et bâtiments publics qui se sont succédées en mai et juin [2], avaient réussi à obtenir pour quelques semaines des places d’hébergements dans des foyers ou hôtels sont retournés dormir là où ils le peuvent : à droite, à gauche dans des squares et des parcs, harcelés par la police municipale ou nationale, à droite à gauche dans des maisons ou bâtiments inoccupés qui foisonnent à Paris et en proche banlieue.

Comme le rappelait ce matin à Pantin un jeune Tunisien qui a réussi à échapper à l’incendie : «  On n’est pas venu ici pour dormir dehors » . Quoi de plus logique et normal quand on n’a pas d’endroit où dormir que d’en réquisitionner un qui ne sert à personne ?

Le maire de Pantin, Bertrand Kern reconnaît cette légitimité aux habitants de l’immeuble, puisque selon ses propos : «  C’est tragique ! C’est un drame de la misère humaine. Il s’agit de migrants récemment arrivés. Certains étaient chassés d’un square parisien, près de La Villette. Ils se sont introduits dans ce petit immeuble pour y dormir ».
En même temps, il annonce [3] qu’il comptait faire évacuer l’immeuble d’ici peu : « On allait saisir la préfecture pour demander son évacuation, mais le drame est arrivé plus vite ».

Comme si le drame n’était pas déjà là avant l’incendie. Comme si le drame ce n’était pas déjà de n’avoir rien d’autre à proposer pour ceux qui se disent de gauche que «  évacuer, arrêter, enfermer, expulser, évacuer, arrêter, enfermer, expulser …. ».

Le président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, a évoqué lui un "nouveau drame lié au manque de places en hébergement d’urgence, qui a mené ces personnes à se mettre à l’abri dans des locaux pas du tout faits pour ça.... un drame de la misère, de l’immigration, de l’absence de solidarité de l’Europe avec un pays qui s’est battu pour plus de démocratie".

Derrière les paroles de ce dernier que l’on pourrait juger sympathiques si on met de côté des années de politiques répressives en matière d’immigration et de coups tordus de la part du parti de Mr Bartolone, on peut se demander ce que cela signifie cette expression « le drame de l’immigration » ?

Oui des drames il y en a :
• des milliers de morts noyés en Méditerranée
• des milliers de gens emprisonnés, harcelés, battus, violés dans des centres de rétention, sur des bateaux, des prisons,ou dans des camps érigés avec l’argent et la bénédiction de l’union européenne
• des gens qui dorment dehors, harcelés par les flics et autres charognards et qui pour manger n’ont d’autre solution que mendier, voler ou se soumettre aux diktats des professionnels de la charité.

Six hommes sont morts, d’autres ont été blessés, d’autres vont retourner vivre dehors. Ce n’est pas un drame de l’immigration mais un drame directement causé par les politiques de contrôle des flux migratoires. Ce n’est pas non plus un drame de la misère comme le dit aussi Mr Bartolone, c’est juste l’un des visages de la misère.

Ces dernières semaines, à Montreuil et à Vincennes, plusieurs squatts où vivaient, dans des conditions ni insalubres ni dangereuses des migrants qui en ont eu assez de dormir dehors, ont été expulsés. Il en reste quelques uns. Toujours plus prompts à construire des prisons et des centres de rétention que des logements, il est à craindre que les responsables politiques se saisissent opportunément de l’évènement pour faire « évacuer » ces squatts au plus vite. Comme d’habitude, ils diront que c’est dans l’intérêt des habitants.

Ce qui serait aussi dramatique c’est que face à cela nous soyons incapables de réagir, par épuisement, par résignation, par peur de la répression, de la misère... ou bernés par la chimère d’un changement qui ne pourrait intervenir que grâce aux prochaines élections.


(...)

http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5865

Retour en haut de la page
Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ... | 4480

D.A.L. Droit Au Logement c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40