Une tribune pour les luttes

Communiqué RESF du 2 octobre 2011

Condamnation et illustration des dégâts provoqués par la chasse à l’enfant à la mode de Guéant

+ RESF 63 : Mort de la petite El Medina
+ Dramatique suite d’une OQTF : une maman enceinte tente de se suicider à Lens.

Article mis en ligne le dimanche 2 octobre 2011

Famille Dzhanaraliev au CRA de Rennes avec le père emprisonné séparément


http://www.educationsansfrontieres.org/article38833.html

Ci-dessous trois histoires qui, chacune à leur façon, témoignent des drames engendrés par la volonté délibérée du Ministre de l’Intérieur, Ministre de la Chasse à l’enfant d’atteindre coûte que coûte l’objectif de 30 000 expulsions qui lui a été assigné par le candidat Sarkozy dont il est le collaborateur zélé. Le 29 septembre, 10 membres de la même famille (8 enfants de 2 à 18 ans) ont été expulsés du CRA de Rennes : images saisissantes et vidéo http://www.educationsansfrontieres..... Une famille rom avec deux enfants (2 ans et 4 ans) expulsée au Kosovo (certificat médical confisqué par la police), une famille serbe avec deux enfants pareillement menacée au centre de rétention du Mesnil-Amelot.

Et l’histoire kafkaienne d’une mère belge et deux de ses enfants (dont une Française) bloquées au Congo,

Pratiques odieuses, violences, traitement dégradant des enfants et des parents, libertés prises avec la légalité, ce qui se passe à l’occasion des expulsions doit être connu ! La sarkozie est aux abois. Elle s’en prend d’autant plus férocement aux sans papiers pour, espère-t-elle, reconquérir l’électorat d’extrême-droite raciste retourné chez Le Pen et sauver son prince, sa cour, ses prébendes et ses combines.

Les fonctionnaires de police, ceux des préfectures, chargés d’exécuter des missions déshonorantes ont des syndicats : ils ont les moyens de faire savoir que trop c’est trop, qu’ils ne sont pas devenus policiers pour mettre des enfants, des bébés parfois, derrière les barreaux, pour menotter les parents devant les enfants et pour convoyer des familles comme du bétail vers des destinations qu’elles refusent. Quant aux préfets, certains gagneraient peut-être à avoir l’échine un peu moins souple. On ne se grandit pas à servir une politique inhumaine avec des moyens dégradants.


EXPULSION D’UNE FAMILLE DE 8 ENFANTS A RENNES

Voir le récit à l’adresse : http://www.educationsansfrontieres....

La vidéo de leur arrestation : http://www.educationsansfrontieres....

L’humanité selon Claude Guéant

Jeton et Jaha Azemi ont été arrêtés à Belfort le 17 septembre avec leurs deux enfants, Meschidée 4 ans, scolarisé en maternelle, et son frère de 2 ans. Ils ont été enfermés au CRA de Metz. Au Kosovo, Jaha militait pour la scolarisation des enfants roms. Arrivés en France en avril 2009, ils se sont installés à Belfort. Leur demande d’asile a été rejetée. Le 24 septembre, les parents (la mère est enceinte) et leurs deux enfants ont été emmenés à Roissy où un avion en direction du Kosovo les attendait. Jeton, le père a refusé d’embarquer. La famille a été à ramenée à Metz pour y être à nouveau enfermée. Le Juge des libertés et la Cour d’appel ont confirmé la rétention.

Ils ont été expulsés lundi 26 septembre dernier à 6 h du matin. La maman avait passé la nuit de vendredi à samedi à l’hôpital à cause de contractions (elle est enceinte, la naissance est prévue fin décembre !) et un certificat médical contre-indiquait tout voyage. La police s’est emparée du certificat et la famille n’a pas pu le récupérer. Nous avons manifesté devant la préfecture vendredi soir, plusieurs familles sont menacées à Belfort.
On sait que la famille AZEMI n’a aucun point de chute au Kosovo et ne bénéficie d’aucune aide. Jeudi soir, au téléphone, Jeton disait que ses enfants avaient faim et que la boulangerie leur avait refusé du pain. Monsieur Guéant doit être fier de lui !

TROIS ET SIX ANS :

LE TOUR DE FRANCE DES PRISONS POUR ENFANTS ?

Idriz et Mizafere E. sont Serbes… d’origine albanaise, ce qui n’est pas rien. Ils ont deux enfants de trois et six ans.

Fuyant les mauvais traitements, ils sont arrivés en France en 2008. Leur demande d’asile a été définitivement rejetée en mai 2010, une OQTF leur a été signifiée en novembre par la préfecture de l’Aube.

Ils étaient logés au foyer d’Adoma de Troyes. Le 27 juillet, la police s’y est présentée pour interpeller la famille E. Le mari n’étant pas présent, les policiers ont arrêté la femme et les deux enfants qui ont été placés au CRA de Metz. Le JLD de Metz a les libérés au 5ième jour de rétention.

Libéré, la famille s’est présentée à son ancien domicile. Les responsables d’Adoma leur en a interdit l’entrée : demande d’asile rejetée, plus de domicile, les enfants à la rue. C’est comme ça sous Sarkozy.

Après des semaines de galère (hébergement à droite et à gauche ou dans la rue, hospitalisation de la mère, tentative de se faire héberger chez des proches à Strasbourg puis retour à Troyes), la famille E. a de nouveau été arrêtée et placée en rétention, au Mesnil-Amelot, cette fois le 30 septembre ou les enfants attendent derrière les grilles et au milieu de dizaines de policiers mais avec un toboggan une expulsion qui serait l’honneur de M. Guéant.

Dernière heure : nous apprenons que la famille E. vient d’être libérée sur décision du Tribunal administratif de Melun.

2 octobre 2011
_______________________________

Réseau national des militants,collectifs d’établissements, syndicats et associations pour l’information et le soutien aux jeunes scolarisés étrangers sans papiers

educsansfrontieres chez free.fr /
www.educationsansfrontieres.org

Adresse postale : c/o EDMP 8 impasse Crozatier 75012 Paris

Contact : Richard Moyon 06 12 17 63 81 getmr chez wanadoo.fr


COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU RESF 63

Mort de la petite El Medina Bezjacu

Clermont-Ferrand, le 22 septembre 2011

Dans la nuit du 20 au 21 septembre 2011, Basrijé Bezjacu donnait naissance - à 26 semaines de grossesse - à une petite El Médina décédée dans les heures qui ont suivi.

Le 17 août dernier, Francis Lamy, préfet du Puy-de-Dôme, ordonnait l’arrestation à Clermont-Ferrand de la famille Bezjacu, et son transfert au Centre de Rétention de Lille. Cette famille Rom Kosovar, avec trois enfants de 10, 7 et 3 ans dont la maman était enceinte de 5 mois, était libérée quatre jours plus tard par un juge des libertés et de la détention. Dans sa décision, il soulignait au sujet de la mère que « le risque d’atteinte à sa santé et à la santé du bébé, consécutif au stress induit par la situation de rétention qui lui a été notifiée au petit matin, immédiatement suivie d’un déplacement géographique d’une durée de 10 heures, est totalement disproportionné au regard de l’objectif d’éloignement poursuivi par les autorités [...] Il ressort de l’ensemble de ces éléments que le traitement subi par cette famille est inhumain et dégradant. »

Ce qui n’empêchait pas le Secrétaire Général de la Préfecture, Jean-Bernard Bobin, de déclarer aux journalistes de La Montagne, dans l’édition du 22 août 2011 : « Le tribunal nous a donné raison sur tous les points. » Et Martine Couderc, directrice départementale de la police, de rajouter trois jours plus tard : « La prise en compte des besoins de la famille se fait dans des conditions humaines auxquelles tout fonctionnaire de police est très attaché. [...] Nous laissons le temps aux familles de préparer leurs bagages, nos véhicules sont équipés de lait maternisé, de couches-culottes, de sièges bébés. De plus, l’interpellation ne peut pas mal se passer, nous n’avons pas de pouvoir de coercition dans ce cadre-là de mission, les familles nous suivent de leur plein gré. [Le trajet vers Lille s’est passé] sans souci particulier. »

Pourtant, dès le retour de la famille à Clermont-Ferrand, madame Bezjacu était hospitalisée en urgence au service des grossesses à haut risque pour un décollement du placenta. L’un des médecins déclarait aux journalistes que « sur un plan de logique médicale, c’est une évidence que ce décollement du placenta est la conséquence directe de ce trimballement à Lille et du choc de l’arrestation. »

Aujourd’hui, une famille est en deuil ; la population clermontoise éplorée et choquée.

Le préfet du Puy-de-Dôme Francis Lamy, le Secrétaire Général de la Préfecture Jean-Bernard Bobin, la directrice départementale de la Sécurité Publique Martine Couderc vont-ils s’exprimer demain dans les médias pour dire qu’ils ont eu raison sur tout ? Que madame Bezjacu, son mari et leurs trois enfants sont partis au Centre de Rétention de Lille de leur plein gré dans des voitures munies de couches-culottes ? Ou bien vont-ils expliquer par voie de presse que madame Bezjacu n’a pas accouché prématurément et que la petite El Médina n’est pas morte ?

A moins qu’ils ne se taisent en un silence assourdissant...

Nous, militants du Réseau Éducation Sans Frontières 63, nous ne nous tairons pas.

NE NOUS TAISONS PAS

RASSEMBLEMENT
MERCREDI 28 SEPTEMBRE A 18H
DEVANT LA PRÉFECTURE DE CLERMONT-FERRAND

Nous nous opposons, plus que jamais, à la traque des étrangers, leur arrestation, leur emprisonnement dans les Centres de Rétention et leur expulsion. Nous dénonçons et condamnons, inlassablement, cette politique de l’immigration inhumaine et dégradante, à l’origine de drames quotidiens et qui engendre la mort.


Communiqué RESF 59/62

DRAMATIQUE SUITE d’UNE OQTF : UNE MAMAN ENCEINTE TENTE DE SE SUICIDER À LENS

Il y a quelques heures Mme HAMADOU, enceinte de 8 mois et demi, vient de se suicider. L’intervention de la police et des pompiers va peut-être permettre d’éviter l’irrémédiable.

M et Mme HAMADOU ont du fuir l’Algérie parce qu’ils y étaient en danger. Ils sont venus en France avec Alicia, leur première fille, pour reconstruire une vie paisible. Séréna, leur deuxième fille, est née à Lens en décembre 2009. Ils n’ont pas eu le droit d’asile.

Leur demande de titre de séjour a été rejetée par la préfecture qui a décerné une OQTF le 23 septembre 2011 à l’encontre des parents. La préfecture montre son humanité en ne brisant pas cette famille, elle écrit "d’autant plus que M a aussi une OQTF" sur l’OQTF de Mme, "d’autant plus que Mme a aussi une OQTF" sur l’OQTF de Monsieur...

La cellule familiale n’est donc pas brisée ! Mais les enfants ? Séréna né en France ? On n’éloigne pas les enfants mineurs .... Par humanité, ils devront accompagner leurs parents ? Epoque sinistre de triste mémoire où des enfants devaient partir pour ne pas être séparés de leurs parents... Bien sûr, la destination n’est pas la même. Le principe ? pas éloigné en tout cas

mardi 4 octobre 2011.

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 4 octobre 2011 à 10:40, par

    source : AFP

    Des étudiants étran­gers récem­ment diplô­més de grandes écoles (HEC, Polytechnique, Sciences Po), réunis dans le "col­lec­tif 31 mai", ont réclamé lundi "le retrait" de la cir­cu­laire Guéant qui a pour effet de les empê­cher de tra­vailler en France et de les mena­cer d’expulsion.

    "Une nou­velle vague de refus d’autorisations de tra­vail vient de tom­ber. Nous deman­dons donc le retrait de la cir­cu­laire Guéant", a déclaré à l’AFP la porte-parole du col­lec­tif, Fatma Chouaieb.

    En rai­son de cette cir­cu­laire des ministres de l’Intérieur, Claude Guéant, et du Travail, Xavier Bertrand, visant à réduire l’immigration pro­fes­sion­nelle, de nom­breux diplô­més étran­gers de niveau mas­ter ayant eu des pro­po­si­tions d’embauche se sont vu refu­ser depuis cet été l’autorisation de travailler.

    La confé­rence des grandes écoles (CGE) et celle des pré­si­dents d’universités (CPU) ont déjà vive­ment cri­ti­qué cette cir­cu­laire, le pré­sident de la CPU, Louis Vogel, la jugeant "très grave".

    "Si nous ne trou­vons pas de solu­tion, nous n’attirerons plus ces étudiants" et "c’est fatal à long terme : les diplô­més déçus d’aujourd’hui ne risquent pas d’être les avo­cats de notre écono­mie quand ils occu­pe­ront demain des postes de res­pon­sa­bi­lité", a écrit lundi dans Le Figaro le direc­teur de HEC, Bernard Ramanantsoa.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 900