Une tribune pour les luttes

Communiqué de presse adopté lors de la session de formation

organisée par le FFM de Marseille à Casablanca

Article mis en ligne le mardi 21 décembre 2004

Communiqué de Presse

Réunies à l’Ecole de la Citoyenneté et de l’Egalité, à Casablanca, entre le 13 et le 17 décembre 2004, des cadres associatifs de différents pays de la Méditerranée, les associations :

-  Action Solidaire (Maroc)
-  Espace pour l’Avenir (Maroc)
-  CIOFEM (Maroc)
-  réseau Ligue Démocratique des Droits des Femmes ASSISTANCE des Centres d’Ecoute et d’Orientation Juridique (Maroc)
-  École de l’ Égalité et de la Citoyenneté (Maroc)
-  Les sections de la Ligue Démocratique des Droits des Femmes de Rabat, Amazmiz, Beni Mellal, Mohamédia,F. Ben Saleh, Ouarzazatz, Larache et Casblanca au Maroc
-  Femmes en Communication (Algérie)
-  Djaizairouna (Algérie)
-  Forum Femmes Méditerranée (Marseille-France)

• Ont constaté les avancées considérables pour les Droits des Femmes des nouvelles disposition du Code de la Famille au Maroc et notamment :
-  l’abrogation de la règle « d’obéissance contre entretien »
-  la reconnaissance du principe de l’égalité
-  un certain équilibre dans les articles pour lever les préjudices

• Ont exprimé leurs inquiétudes quant à son application notamment au niveau des tribunaux. Un an après, plusieurs rapports font état de violations et de non-respect de l’esprit de la réforme.

• Ont regretté que l’Algérie ne se soit pas encore engagée dans la même voie pour inscrire l’égalité juridique entre hommes et femmes au cœur des principes qui régissent la société

• Ont souhaité que les victimes du terrorisme obtiennent enfin un statut.

• Ont demandé aix Etats Nationaux d’abroger les conventions bi-latérales qui contiennent des dispositions contraires à l’égalité et d’appliquer la loi du domicile pour l’égalité entre hommes et femmes.

Les associtions ont denoncé la montée des intégrismes religieux qui s’en prennent non seulement aux droits des femmes mais également à la démocratie, à la liberté et à la paix. Elles ont déclaré leur détermination à les combattre.

Les associations se sont engagées :

• à poursuivre leurs actions et à développer des projets pour mutualiser les expériences, les savoirs-faires, les compétences, les talents et ressources des femmes de Méditerranée.

• à renouveler l’expérience de formation solidaire

• à inventer les modalités d’un tourisme solidaire avec des projets générateurs de revenus, respectant le cadre de vie des habitants et l’environnement et bénéficiant en priorité aux femmes et aux personnes défavorisées.

• à mobiliser les femmes d’Europe et de Méditerranée pour une participation active à la Marche Mondiale des Femmes qui aura lieu à Marseille les 28 et 29 mai 2005.

• à maintenir une reflexion autour du thème « Femmes de Méditerranée : entre violences et stratégies de liberté » au cours d’une rencontre le 27 mai 2005 à Marseille

Les associations interpellent l’Union Européenne sur le partenariat euroméditerranéen, initié à Barcelone en novembre 1995 qui prévoyait un développement durable, la démocratie, l’égalité et la prospérité partagée. Va-t’il enfin se concrétiser ou se réduire à une politique « de bon voisinage » ?

Par ailleurs, les associations refusent le prétexte de relativisme culturel pour ne pas appliquer les conventions internationales relatives aux droits des femmes.

Les femmes d’Europe et de Méditerranée sont déterminées à obtenir l’Égalité des Droits et des Chances pour toutes.

Fait à Casablanca le 17 décembre 2004

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65 | ... | 4525

Forum Femmes Méditerranée c'est aussi ...

0 | 5