Une tribune pour les luttes

La mort provoquée d’un être humain est toujours un scandale.

Pensons aux 529 morts en France en 2010 dans des accidents du travail le plus souvent dans le bâtiment,

et jamais honorés, sans compter les milliers qui meurent tous les ans de maladies professionnelles.
Mais on peut être scandalisé aussi par " l’ignoble mascarade funèbre" électorale de Sarkozy à Marseille utilisant la mort cérébrale du policier blessé mortellement à Vitrolles auprès de qui il aurait été pour ses derniers instants !

Article mis en ligne le vendredi 9 décembre 2011


Voir mille Bâbords 16040

La plus grande insécurité, c’est au travail.
"700 accidents mortels, 400 suicides par an, 4500 handicapés, ... Plusieurs millions de salariés sont exposés à des produits cancérogènes, mutagènes ou toxiques."


http://www.plumedepresse.net/mort-d...

Le policier était en état de mort cérébrale avant la visite présidentielle : l’ignoble mascarade funèbre de Sarkozy

8 décembre 2011

Pour se faire réélire, Nicolas Sarkozy est vraiment prêt à tout – mais qui en doutait ? Il était aujourd’hui en visite à Marseille et La Provence consacre plusieurs dépêches à l’événement. « Le président de la République vient tout juste d’arriver à l’Hôtel de police de Marseille, peut-on lire à 10h34. Nicolas Sarkozy a salué le patron de la Police judiciaire, Roland Gauze et le préfet de police, Alain Gardère. Pour rappel, ce crochet du chef de l’Etat (il est dans la ville pour participer au congrès du Parti populaire européen) est lié aux derniers événements dans la cité phocéenne. Notamment l’agression d’un policier, toujours entre la vie et la mort, qui a reçu plusieurs balles de kalachnikov lors d’une course-poursuite.
« Deuxième dépêche à 10h59, qui titre Fusillade : Nicolas Sarkozy s’est rendu au chevet du policier gravement blessé : « Avant de se rendre à l’Hôtel de police de Marseille, ce matin Nicolas Sarkozy est allé à l’hôpital Nord, au chevet du policier gravement blessé et qui lutte toujours entre la vie et la mort. Pour rappel, le sous-brigadier Éric Lales, 37 ans, du commissariat d’Aix, a été victime d’une rafale de kalachnikov après une course-poursuite, à hauteur de Vitrolles sur l’A7. »
La troisième dépêche annonce 36 minutes plus tard en titre Fusillade de l’A7 : le policier Éric Lales est mort : « Au terme de sa visite à l’Hôtel de police de Marseille, le président de la République a annoncé ce matin, à l’issue de sa rencontre avec les forces de l’ordre, le décès du policier Éric Lales, 37 ans, du commissariat d’Aix, qui a été victime d’une rafale de kalachnikov après une course-poursuite, à hauteur de Vitrolles sur l’A7 dans la nuit de dimanche à lundi 28 novembre. Le président de la République s’était rendu au chevet du sous-brigadier quelques heures auparavant. »
La Provence consacre enfin une dernière dépêche à la visite du président-candidat, titrée Sarkozy annonce l’attribution de 150 fusils à pompe pour les Bac : «  Au cours de sa rencontre avec les policiers marseillais (à l’Hôtel de ville de Marseille), Nicolas Sarkozy a annoncé l’attribution, pour les Brigades anti-criminalité (Bac) des Bouches-du-Rhône, de 150 fusils à pompe d’ici la fin de cette année. Le président de la République a , par ailleurs, affirmé qu’une réflexion va être menée – avec les constructeurs automobiles – sur le renforcement des pare-brise des véhicules de police afin qu’ils soient plus résistants aux balles. » Plus question du policier décédé, mais un rapport tout de même : le sous-brigadier appartenait justement à la Bac. Et entre parenthèses, la Bac est déjà équipée de fusils à pompe.

(...)

Voilà donc un président-candidat en mal de voix sécuritaires qui vient danser sur un cadavre en s’appropriant littéralement son agonie, qu’il prétend avoir partagée. Jusqu’où l’indécence peut-elle donc être repoussée ?

(...)


Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 9 décembre 2011 à 10:31, par

    Blénod-lès-Pont-à-Mousson. Hier vers 10 h, un ouvrier intérimaire est décédé suite à un accident du travail au centre de production thermique EDF. Employé dans l’entreprise mosellane « Sommet », sous-traitante d’EDF, spécialisée dans la mécanique industrielle de chaudronnerie et de serrurerie, l’homme, originaire de Thiaucourt, effectuait, avec son chef d’équipe, des travaux de maintenance sur une goulotte rotative (machine mobile destinée à drainer le charbon jusqu’à la centrale).

    Pour David Touvet, procureur adjoint de Nancy, la question est de savoir pourquoi et comment cette machine a pu être en fonction alors qu’une opération de maintenance avait lieu au même moment ».

    http://www.estrepublicain.fr/actual...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 750