Une tribune pour les luttes

Hôpital Nord : cardiaques et enfants indésirables !

Article mis en ligne le samedi 24 décembre 2011

Après la perte de son laboratoire de microbiologie, la cardiologie et la pédiatrie sont les prochaines victimes des restructurations à l’AP-HM.

En 2007, malgré une forte mobilisation des personnels et des médecins, l’hôpital Nord perdait son laboratoire de microbiologie sous prétexte d’une mesure d’économie jamais démontrée. Les prélèvements partent maintenant à la Timone, résultat, tous les services de soins doivent se passer d’examens dans l’urgence.
Les plateaux techniques supprimés à Ste Marguerite, les services et les urgences ont fermé !
Aujourd’hui, l’Hôpital nord sur la sellette ?... Des prétextes différents pour une même finalité : se saisir des opportunités de travaux, de départs en retraite des chefs de service, pour qu’à terme, le transfert de l’activité se fasse « naturellement » et insidieusement vers la Timone.

Une période de travaux en cardiologie de 4 mois impose l’arrêt de l’activité coronarographique, et une diminution des soins intensifs, en cause, le manque de moyens octroyés par l’APHM pour la continuité de cette activité pendant ces travaux. Simple oubli, les besoins des patients de toute la région continuent, eux à exister !
Tout laisse à penser que cette activité aura du mal à rouvrir, lorsqu’elle aura été déplacée ailleurs !
Vieille tradition à l’AP-HM où les fermetures dites momentanées se pérennisent toujours !
Le Directeur du pôle dit vouloir un fonctionnement de ce service « en toute sécurité » : soit mettre en adéquation l’offre de soin avec des effectifs réduits et des moyens techniques inappropriés. Faute
de quoi, arrêt de l’activité.
Nous ne pouvons admettre que les unités de cardiologie du Pr Paganelli, pôle d’excellence, à l’hôpital Nord, se réduisent considérablement à un service de proximité, ou à sa disparition au profit d’un transfert des actes vers la Timone ? La visée stratégique du Directeur Général serait atteinte
(réduire par n’importe quels moyens les déficits).

Concernant la pédiatrie, dès le mois de mai 2011, nous alertions direction de l’APHM, médecins et presse, sur les bruits de couloirs de fermeture des services d’enfants de l’Hôpital Nord avec un transfert des lits sur la Timone, à l’occasion des prochains départs à la retraite des Professeurs
Garnier et Alessandrini.

Aujourd’hui, la tactique semble moins brutale mais plus insidieuse et ravageuse à terme :
Le transfert de lits de réanimation polyvalente pédiatrique à la Timone condamnerait l’activité pédiatrique à l’Hôpital Nord : diminution et suppression d’activités chirurgicales de haut niveau, de
l’accueil des cas très graves en médecine et aux urgences pédiatriques.
Sans compter le risque de fermeture des lits de « grands brûlés » en réanimation pédiatrique qui pourrait envoyer les enfants sérieusement brulés sur Montpellier !

Les besoins en réanimation pédiatrique sur la Timone restent préoccupants et il est urgent d’y remédier, mais sans anéantir la pédiatrie à l’Hôpital Nord.
Ce n’est pas un combat Nord contre Timone mais la résistance contre la fermeture à terme de l’Hôpital Nord avec pour conséquences : un pôle central sur Marseille, la grande Timone et la réduction de l’offre de soin publique régionale !

L’hôpital Nord encore considéré récemment, comme incontournable plaque tournante pour le département et la région. Aujourd’hui en instance d’être amputé de services de pointes. Demain, hôpital pauvre pour des « quartiers pauvres » ?

Le virus du retour en force à l’équilibre financier injecté,
_ la lente disparition de l’hôpital Nord est inéluctable !

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4505

Sud Santé c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20