Une tribune pour les luttes

A Marseille, solidarité concrète pour des familles Rroms contre répression et inhumanité.

+ Lettre de Jean Sicard à la suite du courrier envoyé aux habitants du quartier St Pierre par Bruno Gilles, maire du secteur, Marine Pustorino et Renaud Muselier.

Article mis en ligne le mercredi 29 février 2012

Jean Sicard (...) Marseille
militant droitsdel’hommiste, comme disent d’aucuns
à
Mairie des 4e et 5e arrondts (3e secteur)

Monsieur le Maire,

Je vous écrit suite à vos propos dans La Marseillaise du 24 février et à votre lettre aux habitants du quartier St Pierre du 25 février.
Ainsi donc vous avez 2 casquettes ; mais celle de chrétien, humaniste donc, est largement dissimulée par celle de Maire de secteur, soucieux du plaisir (jolie définition de l’intérêt général) de ses administrés.
Curieux tout de même qu’en tant que libéral (je pense), vous trouviez normal de vous mêler d’une affaire privée : la location d’un bâtiment par un propriétaire à des locataires. Vous n’avez cependant pas l’outrecuidance de certains de vos administrés rencontrés sur le marché le 23 février ; lesquels prétendent qu’on a expulsé de braves gens (se sont-ils mobilisés en leur faveur ?) afin de mettre "ces gens-là".
Car c’est bien de cela qu’il s’agit : opposer de braves gens à d’autres, qui seraient par nature infréquentables. Ce qui est la définition du racisme. Et vous n’y échappez pas.
Il y a à 50 m du bâtiment de l’archevêché un appartement à louer. Si d’aventure il me prenait de le louer, devrais-je passer par l’avis du CIQ ? Non bien sûr, vous n’oseriez pas. Mais avec les Rroms tout est permis.
Et par exemple l’interdiction de travailler (jusqu’en 2014) là où ils ont pensé s’établir. D’autres pays d’Europe ont levé cette interdiction ; d’autres ne l’ont pas mise en oeuvre. Sont-ils envahis ?
Encore autre chose. Les Rroms viennent vivre à l’Ouest parce que les poubelles y sont plus riches. Ce qui en dit long sur le mal qu’ils font ici et sur notre niveau de gaspillage. Et c’est ces misérables que vous stigmatisez ! Mais dans votre missive vous invoquez des problèmes de sécurité du bâtiment, d’insalubrité. Quelle tendre sollicitude.
Enfin il ne vous est pas venu à l’idée qu’aller à la rencontre de ces gens, plutôt que s’en défier, pouvait faciliter une cohabitation. Comme cela se pratique à Lille, Choisy le Roy, Bordeaux...
Pour conclure, ce qui vous dérange, c’est que, en tant que chrétien, ce soit le 1er d’entre eux à Marseille, l’Archevêque, qui se montre en accord avec la foi. Ces Rroms de St Pierre viennent d’un campement près de l’église St Martin. Tout un symbole n’est-ce pas ? St Martin, soldat romain, coupant son manteau en 2 pour en donner la moitié à un pauvre hère.
_Honte à vous.

Jean Sicard

PS : vous pouvez bien entendu transmettre mon courrier à vos adjonts, co-signataires de votre lettre, R.Muselier et M.Pusturino. Comme je le fais suivre à mes amis.


Voir aussi

Roms : Une lettre polémique + une pétition de CIQ = un nouveau déménagement

Une pétition lancé par un CIQ et un courrier de Bruno Gilles, Marine Pustorino et Renaud Muselier ont créé la polémique autour des Roms logés par l’archevêché à Saint-Pierre. Des associations sont décidés à porter plainte contre les élus. Les Roms quant à eux vont être relogés par HMP.
http://www.marsactu.fr/societe/roms...


Familles rroms installées par l’archevêché : l’humanisme a ses raisons que la politique ignore

par Med’in Marseille

Publié le 25 février 2012

http://www.med-in-marseille.info/spip.php?article1783

avec vidéos

Dix familles, soit une vingtaine d’enfants et le double d’adultes, se sont installées dans l’effervescence jeudi matin, dans un lieu mis à disposition par l’archevêché de Marseille. Le cœur de la bâtisse inoccupée, située dans le quartier St-Pierre et gérée par l’AMPIL, bat de nouveau avec leur arrivée. Un emménagement teinté d’excitation contenue et finalement quiet, malgré la fronde opposée par les détracteurs du projet - CIQ et maire de secteur en tête. Ces derniers ont renoncé à manifester ; le bras de fer s’est joué la veille sur le terrain administratif, avec la délivrance d’OQTF à tous les Rroms mis à l’abri.

D’une église l’autre, d’une vie à l’autre. Ils quittent un terrain jouxtant l’édifice de St-Martin d’Arenc (Marseille 2e), frappée d’un arrêté de péril, pour un bâtiment de l’archevêché avec vue sur l’église St-Pierre (5e). Ils quittent des tentes pour un toit, le froid pour le soleil qui baigne à travers d’immenses fenêtres les pièces encore un peu nues. Dix familles rroms sont entrées jeudi matin dans un lieu mis à disposition par Mgr Pontier et dont la gestion a été confiée à l’AMPIL (Action méditerranéenne pour l’insertion sociale par le logement).

L’archevêque de Marseille s’était illustré en 2010 en cosignant avec deux autres représentants de la foi chrétienne une lettre dans laquelle ils en appelaient à « des solutions [...] individuelles, généreuses, raisonnables ». Face à l’inanité de l’interpellation des pouvoirs publics, qui au contraire et malgré la rudesse de l’hiver ont renforcé les mesures d’éloignement et d’expulsion de campements ces derniers mois, l’archevêché a décidé de prendre le taureau par les cornes en ouvrant pour quelques mois l’une des maisons de son parc foncier.

http://www.dailymotion.com/video/xp...

(...)


Communiqué de la Fédération L.D.H. des Bouches du Rhône

Ce matin 23 février, 10 place Paul Lapeyre à Marseille à l’initiative de la L.D.H. 13, de Rencontres Tsiganes, de Médecins du Monde, de la CIMADE, du Secours Populaire et du Secours Catholique, en présence de paroissiens de l’Eglise St Pierre toute proche, plusieurs dizaines de personnes ont accueilli dix familles de ROMS (47 adultes et 19 enfants).

Ces familles intègrent un immeuble mis à disposition par l’archevêché de Marseille en dépit de l’opposition du Sénateur-Maire UMP de Secteur Bruno Gilles. Cet immeuble sera géré par une association l’AMPIL œuvrant inlassablement pour les sans logis.

Depuis des mois ces familles sont pourchassées, harcelées à l’initiative du Préfet et du maire J-C Gaudin qui se soucie assez peu à ce niveau de la crise catastrophique du logement social dans sa ville.

Par ailleurs des centaines de ROMS expulsées de Marseille se sont réfugiées sur le plateau de l’Arbois, près d’Aix dans des conditions misérables et qui vont recevoir sans doute pour toute réponse une nouvelle intervention policière.

Parallèlement, J-C Gaudin multiplie les procédures au Tribunal Administratif, par des arrêtés de péril pour insalubrité, par la saisine des commissions de sécurité. Ces procédures n’ont qu’un seul but : persécuter les familles ROMS.

Le discours de Grenoble de Sarkozy continue de faire des dégâts avec des protagonistes qui ne craignent pas d’afficher leur inhumanité et parfois leur xénophobie.

Plus que jamais la LDH 13 demande à la Préfecture et à la Mairie de Marseille d’organiser une réunion en vue de mettre en œuvre d’autres solutions que la répression et la négation de la dignité humaine.

Marseille le 23 février 2012

JPEG - 198.8 ko

8h30 ce matin place Pol Lapeyre, à côté de l’église St Pierre (5e). 2 à 3 dizaines de militants s’apprêtent à l’accueil du bus de l’Ampil emmenant 10 familles de rroms (60 personnes). Celles qui campaient depuis plus de 2 mois dans la boue et sous la neige sous des tentes dans les jardins de l’église St Martin (3e). L’archevêché a proposé de les loger dans un local paroissial vide depuis des mois. Le curé est là. En attendant, les discussions vont bon train. Et bien sûr l’opération déplaît à certains : ""on" aurait chassé de braves gens hébergés ds ce local pour recevoir ceux-là, il va y avoir des vols, le quartier est perdu..." La presse la veille s’est fait l’écho de ces peurs fantasmées, de ces rumeurs. Le maire de secteur, B.Gilles, chrétien donc humaniste, dit vouloir d’abord faire plaisir (?) à ses administrés.
L’arrivée des 1ers occupants se fait dans la joie. Les locaux sont vastes... On fait la chaîne pour décharger les affaires.
La police (avertie, par qui ?) se pointe et a la prétention de contrôler quels sont les medias qui sont à l’intérieur, avant de renoncer. Mais elle repassera à 3 reprises voir s’il n’y a pas d’incident. Dans la rue les conversations n’ont pas cessé. Le président du CIQ fait tourner une pétition.
Il va falloir du temps pour que ces nouveaux habitants soient tolérés. Une journée Portes Ouvertes y suffira-t-elle ?
La vigilance reste de mise.
Jean 6/4

JPEG - 235.7 ko
JPEG - 228.8 ko
JPEG - 245.1 ko
JPEG - 235.7 ko
Avec le curé de la paroisse(béret)
JPEG - 241.3 ko

Marseille/Rroms : dans l’attente d’une table ronde, les expulsions se poursuivent par med-in-marseille

http://www.dailymotion.com/video/xp...


Réponse de la sénatrice PCF des Bouches du Rhône et conseillère des 4e et 5e arrondissements Isabelle Pasquet à la lettre scandaleuse de messieurs Gilles et Muselier diffusée aux habitants du quartier de Saint-Pierre suite à l’installation de familles Rroms dans des locaux prêtés par l’évêché.

PDF - 67 ko
rép à Muselier Gilles et Pustorino

Installation tranquille

24-02-2012

http://www.lamarseillaise.fr/societ...

(...)

Extirpés de l’insalubrité d’un terrain à Arenc, dix familles sont invitées à loger dans un bâtiment appartenant au diocèse de Saint-Pierre.

Les saints Pierre ou Martin ont du entendre le cri de désarroi de ces familles roms percer l’hiver. L’archevêché de Marseille les logera, quoiqu’en disent le CIQ du quartier et le maire UMP du secteur, dans un de ses bâtiments paroissiaux inusités, jusqu’au mois d’avril.
Les pièces vides sont meublées au fur et à mesure que les compagnons d’Emmaüs y ont apporté quelques lits, matelas, tables et chaises. Le bâtiment semble aussi étonné que ses nouveaux occupants de reprendre vie. On a déjà défini à qui reviendra les différentes chambres. Il reste encore du matériel à mettre en état de marche. Mais tous les visages rayonnent aujourd’hui, du grand-père confortablement assis dans un fauteuil et affublé pour ce déménagement de sa plus belle « veste d’homme », à Héléna, qui regarde ses enfants découvrir une maison, des murs et un toit, des lits, pour eux. Le visage et les mains encore couverts de suie et de terre, elle s’excuse : «  Le chauffe-eau n’est pas encore rempli, mais on va pouvoir se laver. »

« On s’inquiète des besoins »

Dans une autre pièce, étendue sur un matelas, bras en croix et bouche entrouverte, la petite Madalena, 6 ans, est tombée comme une mouche. « Ça lui fait du bien une sieste, note sa maman, elle n’arrivait jamais à dormir la journée sur le camp. » Dans le coin opposé, une dame aide la grande sœur de Madalena à s’occuper de la décoration à l’aide d’adhésif et de cartes colorées. «  C’est tout ce que j’avais sous la main, des cartes de vœux », précise cette « simple paroissienne, une voisine », venue donner un coup de main. «  J’ai su qu’il y avait des enfants, alors forcément, on s’inquiète des besoins », lâche la dame.
En dépit d’une levée de boucliers du CIQ Saint-Pierre relayée par le maire du 3e secteur, l’archevêché de Marseille tient bon sur sa décision. Ces familles ont subi toute une série d’expulsions, se sont réfugiées au pied de l’église Saint-Martin d’Arenc, sur un terrain interdit en raison du péril du bâti. Sans réponse municipale à la mise à l’abri de ces familles, l’église ouvre un abri. Les services d’hygiène et de sécurité n’ont pas manqué de vérifier les lieux. L’Association méditerranéenne pour l’insertion par le logement y gère l’accueil.

MYRIAM GUILLAUME

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 835