Une tribune pour les luttes

Chiapas : Libération de 7 paramilitaires auteurs du massacre d’acteal

Article mis en ligne le vendredi 2 mars 2012

Après 14 ans et un mois du massacre de 45 indigènes tzotziles à Acteal, municipalité de Chenalho, Chiapas, la Court Suprême de Justice de la Nation (SCJN) a ordonné la liberation immédiate de 7 indigènes qui avaient été condamnés pour les délits d’homicides, liésions, port d’arme à feu sans licence et port d’arme d’usage réservé.

Les ministres du tribunal maximal se sont accordés sur la "reconnaissance de l’innocence" solicitée par Juan Pérez Hernandez, Juan Santiz Vasquez ou Juan Sanchez Vazquez, Lorenzo Gomez Jiménez, Mariano Pérez Jimenez, Agustin Pérez, Bartolo Luna Pérez et José Ruiz Tzucut. Le premier avait été condamné a 35 ans de prisons et les 6 autres à 36 ans et trois mois de prison.

Cette décision s’est donnée après qu’en aout 2009, la SCJN ordonna la liberté de quelques 30 accusés du massacre laissant les bases pour que 20 autres soient libérés après, avec l’argument que fut violer le processus judiciaire, que le Bureau du Procureur Général de la République a fabriqué des preuves accusatrices et que la sentence était basée sur des déclarations de témoins qui avaient vu un album photographique grâce au ministère public.

Le 22 février fut convoquée une conférence de presse, où la table directive des Abejas, le centre des droits de l’homme Fray Ba, et la Paroisse ont donné leur parole :

A l’opinion Publique,
Aux moyens de communication de l’état, Nationaux et Internationaux,
Aux médias alternatifs,
A la sixième Internationale,
Aux adhérents de l’Autre Campagne,
Aux organisations indépendantes,
Aux défenseurs des Droits de l’homme, non gouvernementaux ONG,
Frères et Sœurs, et ceux qui ne le sont pas,

Les gardiens de la mémoire et de l’espoir que nous sommes aujourd’hui, nous, "Les Abejas", conscients des actions injustes de l’état, nous ne pouvons-nous taire ou rester en silence car nous savons et que nous sommes sur que la passivité est ennemi de la justice et de la paix que nous cherchons tant, et pour laquelle nous luttons jours après jours. C’est pour cela, que de nouveau, depuis la géographie chiapanèque, nous sommes présents sur ce site de conscience pour l’humanité, pour exprimer notre parole vraie, parole qui ne peut être tergiversée, ni utilisée par une autre personnes ou d’autres groupes qui n’ont pour unique intérêt le pouvoir de l’argent et la politique élitiste.

http://2.bp.blogspot.com/-ETSqgPvjV3M/T0_PLiZ5oMI/AAAAAAAAAeo/KXjsqqRiQTI/s1600/100_6652.JPG

Les partis électoraux, ont commencé à faire leur précampagne, mais aujourd’hui ils ne peuvent continuer à occulter le vrai visage de l’ineptie et la perversité de la domination et de l’usure. Donc l’histoire nous a donné raison, qu’ils ne cherchent uniquement le pouvoir et l’argent, que simplement ils se réduisent à être de simple marionnettes des multinationales qui depuis des décennies ont saccagé notre pays. C’est pour cela qu’aujourd’hui, qu’ils arrêtent de tromper les personnes qui ignorent leur propre histoire, par tant de gouvernement qui la dissimule.

Pour eux, ils voient que les peuples organisés nous sommes conscients, c’est pour ça que l’état cherche de différentes manières de continuer à nous manipuler, d’avoir le contrôle sur le peuple. Alors aujourd’hui, le gouvernement offre de l’argent pour acheter les consciences comme ils l’ont fait en 2008 aux compagnons de l’organisation qui se sont divisés. Il offre la prison à ceux qui ne se vendent pas, il donne la mort à ceux qui crient liberté, et à celui qui exige la justice il leur offre le cimetière et condamne à perpétuité !

Au contraire, à ceux qui ont servi l’état mexicain pour massacrer le peuple qui lutte pour la vie, il les libère de manière graduelle, les gratifie et les considère comme héros ou patriote, un exemple : ce sont les paramilitaires libérés, ex-prisonniers du massacre d’Actéal, qui, cela fait à peine 21 jours, le 1 février pour être exact, la dite cour suprême de justice de la nation a ordonné la liberté immédiate à 2 paramilitaires reconnus !

JPEG - 2.4 Mo
100_6652

Comme nous l’avons soutenu dans nos communiqués et dénonciation publiques, il est bien claire que le massacre de 45 indigènes tzotziles fut un crime d’état de lèse-majesté et qui a été planifié avec des intérêts majeurs et pour un but bien défini qui est de détruire et stopper la forces des organisations non gouvernementales qui sont en lutte et dénoncent les injustices et les impunités ; nous disons cela pour le suivant :
1/ le gouvernement mexicain fut responsable par gestion
2/ par omission car, alors que se déroulait le massacre, à 200 mètres se trouvait un détachement de la sécurité publique, et ils n’ont rien fait pour intervenir, certains d’entre eux regardant les paramilitaires entrés au massacre et,
3/ Pour couvrir le crime, l’état mexicain avec la complicité de la SCJN a commencé la libération massive des paramilitaires prisonniers pour le massacre depuis le 12 aout 2009 jusqu’à aujourd’hui

Cette libération massive a été ordonné par la coupole de l’administration de justice mexicaine (SCJN) qui affirme que furent violés les droits de l’hommes aux paramilitaires prisonniers auteurs du massacre d’acteal, ils disent aussi qu’il n’y a pas de preuves suffisantes pour les condamner à la prison et que les charges contre eux ont été préfabriquées, malgré tous les témoignages des survivants qui ont vu et reconnu ceux qui participaient au massacre, qui sont leur famille proches, les voisin et les personnes environnante de la communauté !

Mais nous avec la savoir que nous ont donné nos anciens mayas, nous savons bien pourquoi le gouvernement libère les paramilitaires, ce n’est pas pour l’absence de preuves suffisantes, mais parce que ils ont peur que les paramilitaires confessent, parlent et disent la vérité sur le massacre, ils ont été envoyé y missionné par l’état, ils se sont seulement fait tromper, en recevant de l’argent en échange de la vie d’innocents lutteurs pour un Mexique plus juste et libre !

Il est juste de juger les auteurs intellectuels car ce sera seulement comme ça que nous pourrons éviter que se répète un autre Acteal, si nous ne le faisons pas c’est laisser possible qu’il continu à se gérer d’autres crimes d’état comme le massacre d’Actéal !

Finalement nous voulons déclarer que nous sommes indignés que Zedillo se permette de citer les abejas pour sa défense face à la cour du Connecticut, USA, pour la demande posée contre lui pour le massacre d’Acteal ! Ce que nous avons dit c’est que la demande ne devrait pas être civile mais pénale, que les demandant devraient se montrer car nous les abejas nous n’avons pas accepté de changer par l’argent le sang de nos martyres, ni nous allier avec des politiques qui ont d’autres objectifs qui ne sont pas ceux du peuple. Mais jamais nous avons dit que Zedillo n’était pas responsable du Massacre d’Acteal et de la contre insurrection qu’il a provoqué, et qu’il ne devait pas être jugé ! Le cynisme de Zedillo n’a pas de limite lorsqu’il présente sa supposée aide aux victimes du massacre, quand il se félicite lui-même en se présentant comme le grand homme d’état qui a apporté la démocratie et la prospérité économique au Mexique, et quand il dit aux juges qu’ils ne devrait pas s’occuper de faits qui se sont déroulés il y a plus de 10 ans et à des milliers de kilomètres de distance. Cela donne une bonne idée de comment les technocrates voient l’éthique subordonnée au chiffre ! Dans un sens nous sommes d’accord avec ce que dit Zedillo dans sa défense expliquant implicitement qu’il a toujours été un fidèle allié des Etats Unis et qu’il est plus intéressé par ce que disent ces amis américains politiques et universitaires que ce que disent les indigènes massacrés par sa politiques de contre insurrection ou à un tout un peuple déçu par sa trahison aux accords de paix au Mexique. Sa défense nous confirme ce que nous avons toujours su : Zedillo a trahit les accords de San Andrés car il servait, non pas les mexicains, mais le gouvernement des Etats Unis, auprès de qui il supplie avec une abjection totale, qu’il lui concède l’immunité pour ne pas être jugé !

Non à l’impunité qui favorise l’impunité !
Justice pour les victimes du massacre d’Acteal et tous les massacres perpétrés par Zedillo, Salinas, Fox et Calderon !
Sanction contre tous les génocides, sans distinction de partis et de groupes politiques !

Atentamente,
La Voix de l’Organisation Société Civile "Las Abejas"

Après la lecture du communiqué par le président de la table directive des Abejas, une représentante de la parroisse de San Pedro Chenalho a lu le communiqué d’indignation face à la libération des paramilitaires :
"Le système de justice Mexicain libère et protège les criminels récompense les assassins et voleurs, nous continuons de vivre le vieux système romain qui condamne à moprt Jésus pour avoir dit la vérité et aidé le peuple et libéra à Barrabas le voleur, ainsi il continue à libérer les paramilitaires responsables du massacre, et continue de protéger sans enquêtes, Ernesto Zedillo, Emilio Chuaffet, Juili Cesar Ruiz Ferro, Mario Renan Castillo..."

Escuchar audio

Ensuite le président du centre des droits de l’Homme Frayba a lu son communiqué :
" Durant toutes ces années, les personnes survivantes du massacre d’Actéal, l’organisation Société Civile Las Abejas de Acteal et ce Centre des Droits de l’Homme avons demandé une enquête et des sanctions contre les auteurs matériels et intellectuels, cependant à 14 ans et deux mois de ce crime de lèse-majesté, il est évident que différentes parties du pouvoir de l’état mexicain cherchent à couvrir ce fait, tergiversant et en mettant des obstacles pour éclaircir les faits pour qu’on puisse connaitre la vérité historique."

http://acteal.blogspot.com/2012/02/comunicado-del-cdh-frayba-sobre-las.html

La conférence de presse s’est terminée par une cérémonie oecumenique pour commémorer les Martyres d’Acteal.

Lire le communiqué d’Espoir Chiapas
après la libération de 7 paramilitaires.
http://espoirchiapas.blogspot.com/2012/02/comunicado-de-espoir-chiapas-ante-la.html

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Tribune libre c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 230