Une tribune pour les luttes

Pour gagner plus et travailler moins

Que les patrons passent à la caisse

Article mis en ligne le dimanche 6 février 2005

En voulant permettre "de travailler plus pour gagner plus", le gouvernement Raffarin-Sellière enfonce le clou toujours un peu plus loin dans son offensive contre le monde du travail. Son discours aux salariés précaires pourrait se résumer ainsi : "si vous voulez ne pas être sur la paille, brisez vous la santé" !

Une attaque d’autant plus facile à l’égard des 35h que nous sommes en présence d’un jeu de dupes. En effet, les 35h de l’ex-gauche plurielle s’étaient soldées par la flexibilité et l’intensification du travail, 35h payées 35 pour beaucoup de salariés et le blocage des salaires dans de nombreuses branches du privé mais aussi du public (aux PTT notamment).

Bien à l’opposé d’une véritable réduction du temps de travail sans baisse du salaire, sans flexibilité et avec embauches correspondantes.

Ce gouvernement est du reste parfaitement en phase avec ce que le Medef appelait "la refondation sociale". Toutes ses mesures ne visent qu’à jouer la carte du contrat individuel contre le droit collectif, la compétence contre la qualification, les primes contre le salaire... en définitive il s’agit de faire reposer sur les épaules de chaque salarié et chômeur la responsabilité de leur condition sociale.

Mais faut-il rappeler que le capitalisme, ce n’est pas la liberté et des relations décontractées entre salariés et employeurs ? Que toute loi doit être analysée en fonction des rapports de force concrets dans les entreprises, c’est-à-dire des rapports de dépendance et de contrainte entre les salariés et leurs employeurs (Etat et patronat) ?!

SE BATTRE POUR LA REDISTRIBUTION DES RICHESSES !

Communistes libertaires et syndicalistes révolutionnaires, nous nous battons dans les mobilisations et les luttes sociales pour une redistribution des richesses au profit des salariés, des précaires, des chômeurs, de toutes celles et ceux d’en bas.

Cela veut dire que nous opposons à ce gouvernement de la démolition sociale, des revendications qui s’en prennent aux profits et aux privilèges des patrons, gens de la finance et autres rentiers. Mais aussi et surtout que l’on rende aux travailleurs, la totalité de la richesse produite en France par des mécanismes de redistribution sociale à la source (ce qui constitue le salaire indirect).

PRÉPARER LA RIPOSTE SOCIALE ?

Temps de travail, salaire, garanties collectives, formation professionnelle, sur tous ces sujets, nous avons subi des reculs importants. S’il est nécessaire de montrer à Raffarin qu’il va trop loin, la réponse sera insuffisante si nous ne faisons pas un bilan de la situation présente.

Face à un gouvernement thatchérien, nous ne pourrons pas résister longtemps si nous ne parvenons pas à remettre au centre de toute stratégie de lutte la question de l’organisation collective des salariés sur les lieux de travail. Des milliers de militants syndicaux combatifs s’interrogent au même titre que les salariés sur les grèves "carrées" de 24h car la question d’un affrontement global se pose mais faute de perspectives, les directions confédérales proposent une stratégie dilatoire... en pariant sur une éventuelle alternance en 2007.

Nous n’avons pas la prétention de détenir la solution mais nous pensons qu’il faut aujourd’hui sortir des croyances en un Etat neutre qui servirait d’équilibre entre le patronat et les salariés. De même qu’il faut remettre au centre des débats l’alternative de société et donc le projet de société. Nous n’avancerons pas dans les mobilisations sans boussole.

Pour notre part, nous militions pour une société égalitaire et autogestionnaire, et nous cherchons avec d’autres à construire la résistance (syndicalisme combatif, auto-organisation, démocratie directe...).

32 HEURES TOUT DE SUITE
SANS FLEXIBILITÉ
avec MAINTIEN DES SALAIRES
et EMBAUCHES CORRESPONDANTES !

*************

Constitution européenne

POUR UN NON ANTICAPITALISTE ET INTERNATIONALISTE !

La régression sociale généralisée depuis 25 ans va trouver sa consécration dans le projet de Constitution européenne. Il s’agit pour les capitalistes d’interdire toute remise en cause par les peuples de leurs politiques réactionnaires en les gravant dans le marbre institutionnel.

Nous devons nous y opposer énergiquement car une victoire possible sera une claque aux Raffarin-Sellière en France comme en Europe. Mais nous savons que c’est avant tout le redémarrage des luttes sociales dans les entreprises et dans la rue qui sera décisif pour retrouver les voies d’un autre futur que le cauchemar libéral pour des millions de personnes.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Alternative Libertaire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 80

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4475