Une tribune pour les luttes

Fukushima, encore et toujours ...

Compilation d’informations du 26 mars au 1er avril 2012

Article mis en ligne le vendredi 6 avril 2012

1er Avril 2012 :
Scoop-It : un article publié par Science et Vie en décembre 1995, “Nucléaire et cancer” reprend l’enquête réalisée autour de La Hague par le Dr Jean-François Viel.
_ http://www.dissidentmedia.org/infon...

- 31 Mars 2012 :
Fukushima Diary :
Protestation des citoyens à Kyoto contre la politique gouvernementale qui éparpille les déchets radioactifs dans le pays entier.

Augmentation de la radioactivité détectée au Japon : du Strontium en 20 endroits différents ; 26 000 Bq/kg de Césium dans une rivière, etc.

Fukushima Diary et AIPRI :
La Société japonaise des oiseaux sauvages déclare que cette année les oiseaux sauvages ont diminué de 90%, phénomène jamais constaté auparavant.

Scoop-It :
Les dommages subis par les réacteurs de la centrale de Fukushima sont pires que prévus. Une enquête interne, publiée mardi 27 mars, révèle qu’ils émettent toujours un taux de radioactivité mortel pour l’homme.

2000 Watts :
« Le Premier Ministre Yoshihiko Noda a autorisé certains habitants de la zone-interdite (20 km de la Centrale de Fukushima) à retourner chez eux. Le Gouvernement juge que 20 millisieverts/an est une dose acceptable pour les villageois de Tamura City, Kawauchi et Minamisoma qui n’ont pas la possibilité de s’offrir les services d’un bon avocat. Pour ceux qui ont un bon avocat, ils auront droit à des dédommagements financiers et le luxe de ne pas retourner dans cet enfer. Avec 20 millisieverts, il ne devrait pas rester trop de survivants d’ici à une décennie. Bref, le Gouvernement japonais est en train de mener à l’abattoir quelques villageois. Ben, si on peut s’éviter de payer pour des dédommagements financiers, c’est tout ça d’économisé ».

- 30 Mars 2012 :
Blog de Fukushima :
un article récapitule les différents moyens utilisés pour diminuer l’impact de la catastrophe dans les esprits : Effacer Fukushima

Quelles sont ces « astuces », effectivement employées ?

1) Effacer les données

2) Etre frappé d’amnésie

3) Ne pas communiquer les informations sensibles

4) Une fois les cœurs fondus, ne jamais utiliser le mot « corium » et ne jamais parler de reprise de criticité.

5) Ne pas diffuser les images des explosions !

6) Nier une explosion si elle n’est pas visible

7) Faire des tours de magie pour démontrer l’innocuité de la radioactivité

8) Diffuser des cartes truquées

9) Ne jamais parler de plutonium

10) Modifier les seuils légaux

11) Eparpiller les déchets radioactifs dans tout le pays

12) Ne jamais utiliser le terme de catastrophe ; et toujours faire l’amalgame avec la catastrophe naturelle provoquée par le tsunami.

13) Diffuser des articles affirmant que l’accident n’a fait aucun mort.

14) Si par malheur il y a des morts, ne jamais dire que les personnes sont mortes à cause de la radioactivité.

15) Organiser la vie des territoires contaminés comme si rien ne s’était passé pour faire croire à la population que tout est normal. Exemple : les marathons sur les chemins contaminés de la préfecture de Fukushima.

16) Effacer des moteurs de recherche les liens directs vers des articles trop sensibles.

17) Et surtout, il faut à la fois minimiser et positiver ! C’est excellent pour le moral, et ça permet de ne pas à avoir à expliquer l’inexplicable.

Exemple : Ce n’est « pas une catastrophe nucléaire » (Eric Besson, ministre de l’industrie)

18) Pour finir, une bonne couche de désinformation. « L’accident de Fukushima n’est pas un accident nucléaire » (le Président de la République française, Nicolas Sarkozy)

Lire l’intégralité de l’article, avec les exemples et les sources, sur le Blog de Fukushima

GEN-4 : Selon l’agence United Press International (1), l’opérateur Tepco aurait déclaré : "Les niveaux d’eau contenus dans au moins un des réacteurs du site de Fukushima-Daiichi sont plus bas qu’estimé, ce qui induit la possibilité d’une nouvelle fusion du combustible nucléaire."

GEN-4 :
L’ingénieur en chef ayant participé à la création des robots "Quince" qui interviennent sur les parties les plus radioactives du site de Fukushima-Daiichi, M. Eyiki Koyanagi, a déclaré au JT que les robots ne pourront travailler que deux à trois heures dans une ambiance extrêmement radioactive équivalente à celle mesurée au sein du confinement de l’unité n° 2.

La Préfecture de Fukushima vient de confirmer que 18700 Bq/kg de césium ont été retrouvés dans une espèce de saumon sauvage prélevé dans la rivière Niida, près du village d’Itate. Cette activité représente une quarantaine de fois la valeur légale admissible pour la consommation.

2000 Watts :
« La pêche est interdite dans un périmètre de 20 km autours de la Centrale de Fukushima car il est bien connu que les poissons ne sortent pas de cette zone. Du coup, Tepco annonce qu’elle allait débuter des études pour mesurer les taux de contamination des animaux marins dans ce périmètre. Des études ont déjà débuté au delà des 20 km et les résultats sont rayonnants.

Tepco, l’opérateur de la Centrale, demande une rallonge à l’Etat japonais. Bah, pas une montagne, une paille de 12 milliards de dollars pour compenser les habitants et 10 milliards $ pour des réserves et quelques millions pour les bonus des dirigeants. Au total, la facture se monte à 40 milliards de $. En se foutant un peu de la gueule du monde, le Président de Tepco Toshio Nishizawa a indiqué qu’il refusait d’opérer les changements de management que demande le Gouvernement. Tiens à l’école, on m’avait toujours dit que celui qui paie décide... ».

- 29 Mars 2012 :
2000 Watts :
les Japonais de "Japan Aerospace Exploration Agency" viennent de développer une camera qui permet de "voir" la radioactivité. Un détecteur de rayons-gamma couplé avec un angle de 180 degrés a permis de visualiser la contamination au Césium dans le village de Iitate (Préfecture de Fukushima) sur les bâtiments et le paysage. Les taux de contamination au Césium sont visualisés avec 6 couleurs différentes. (voir photo ci-dessous) Le professeur Tadayuki Takahashi désire miniaturiser cette caméra pour permettre de décontaminer les zones. Sur la photo (voir lien) : en jaune clair les traces de Césium en face de ce supermarché.
http://www.2000watts.org/index.php/...

- 28 Mars 2012 :
_ Fukushima Diary :
18 700 Bq/Kg (1 BQ = 1 désintégration par seconde) dans du poisson pêché à Iidate mura

AIPRI :
(extrait) « Etude de cas d’une poussière ultra-fine de plutonium 238 enfermée dans les tissus : une particule radioactive interagit avec la matière biologique comme un véhicule fou sans frein interagit avec la foule de piétons qui l’arrête.

_ GEN-4 :
Le Professeur Yamauchi, de l’Université de Kobé, a de nouveau réclamé l’évacuation de Fukushima-City le 18 février. La ville de Fukushima-City, 300.000 habitants, est située à un peu plus de 60 km à l’Ouest du site accidenté de Fukushima-Daiichi. Elle était bien située "sous le vent" des retombées induites par l’accident de Fukushima-Daiichi mais une telle évacuation aurait été - et serait probablement toujours - très, très délicate à mettre en œuvre. Le débit moyen de dose est estimé à environ 8 µSv/h sur la place de Fukushima-City où est installé un dosimètre géant, soit environ 70 mSv/an. Fin avril 2011, certains points chauds affichaient en ville des valeurs proches des 100 microSv/h, soit près de 900 mSv/an.

_ GEN-4 :
extraits d’un article de Karl Grossman, journaliste aux USA.
“La radioactivité qui s’est abattue au Japon durant de nombreux mois va avoir d’énormes conséquences sur la population du Japon. Le type d’accident qui s’est produit à Fukushima Daiichi « ne s’est jamais produit auparavant – une catastrophe à réacteurs multiples survenue dans un rayon de 200 kilomètres de 30 millions de personnes » note le Dr Alexey Yablokov, auteur principal de Chernobyl : Consequences of the Catastrophe for People and the Environment (Tchernobyl : conséquences de la catastrophe pour la population et l’environnement). Le Dr Yablokov, un biologiste, et deux autres scientifiques, dans ce livre de 2009 publié par la New York Academy of Sciences, ont découvert que 985 000 personnes sont mortes entre 1986, année de l’accident de Tchernobyl, et 2004, à cause de la radioactivité libérée lors de l’accident. Il prévoit que le nombre de victimes de Fukushima sera plus important encore. « Le désastre de Fukushima sera bien pire que Tchernobyl », reconnaît le Dr Janette Sherman, toxicologue et éditrice dudit livre sur Tchernobyl. Elle souligne également que la catastrophe de Fukushima impliquant plusieurs centrales nucléaires avec leurs piscines de combustibles usagés touche une partie du Japon bien plus peuplée que la région entourant Tchernobyl.

Les retombées de Fukushima ont déjà causé des morts aux USA, comme l’ont déterminé le Dr Sherman et l’épidémiologiste Joseph Mangano du Radiation and Public Health Project. Les Dr Sherman et Mangano ont croisé les données sur la mortalité infantile des Centers for Disease Control and Prevention avec les données des retombées de Fukushima de l’Environmental Protection Agency et ont découvert que la mortalité infantile flambe avec une moyenne de 35 % dans huit villes à l’ouest des Montagnes rocheuses, incluant San Francisco et Seattle, et de 48 % à Philadelphie durant les dix semaines qui ont suivi l ’accident survenu le 11 mars 2011.

La mortalité infantile, définie comme la mort d’un enfant au cours de sa première année d’existence, est considérée comme un premier étalon de mesure des effets de la radiation parce qu’il y a une croissance rapide des divisions cellulaires à ce stade, augmentant les impacts de la radioactivité. Le cancer est une conséquence subséquente. « Une augmentation globale de cancers peut être attendue des fuites de Fukushima » souligne le Dr Sherman, qui a été un expert du National Cancer Institute (…).

Pourtant, selon l’Institut de l’énergie nucléaire et les représentants de l’industrie atomique , « aucun dommage sanitaire n’est attendu parmi la population japonaise en conséquence des incidents de Fukushima. » Mangano dit au contraire que « c’est sans doute la preuve la plus claire de la désinformation et du déni que pratiquent les responsables publics et privés du nucléaire ».

GEN-4 :
à Fukushima, la fuite du corium vers la nappe phréatique se confirme.

- 27 Mars 2012 :
Blog de Fukushima :
où est le corium du réacteur n° 2 de Fukushima Daïchi ? Après un premier essai pour essayer de mesurer le niveau de l’eau dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2, Tepco évaluait la hauteur de l’eau de refroidissement à 3 m. Or Tepco a constaté le 26 mars une hauteur de seulement 60 cm en fond de cuve de confinement. Cette nouvelle mesure, implacable, nous rapproche à nouveau du « scénario du pire », et cela le jour même où le candidat Nicolas Sarkozy affirme que l’accident de Fukushima n’est pas un accident nucléaire.

L’image du Mainichi Daily News (http://fukushima.over-blog.fr/) représentant grossièrement la coupe du réacteur n°2 est totalement surréaliste : elle montre le corium comme une matière inerte qui se serait sagement confinée en fond de cuve de réacteur (RPV) et en fond de cuve de confinement (PCV). Elle essaie de faire croire aux Japonais que la situation est toujours sous contrôle, alors qu’il n’en est rien. Pourquoi ?

1) Parce qu’elle ne montre pas le percement du fond de la cuve du réacteur.

2) Parce qu’elle ne montre pas le creusement du fond de la cuve de confinement.

3) Parce qu’elle ne montre pas les dégâts occasionnés par l’explosion qui s’est produite dans la piscine torique le 15 mars 2011 à 6h10 et qui lui a fait perdre son étanchéité.

4) Parce qu’une hauteur d’eau de 60 cm est ridicule pour refroidir une masse de 94 tonnes de combustible fondu.

5) Parce que la température de 48,5 50°C des 60 cm d’eau en fond de cuve semble incompatible avec la présence de corium qui a une décroissante thermique extrêmement lente. » (...)

Fukushima Diary :
Tepco, qui vient de mesurer le niveau de radioactivité dans la cuve du réacteur, annonce jusqu’à 73Sv/h (100 000 fois le niveau pendant les contrôles périodiques). A ce niveau de radioactivité, un être humain est atteint de vomissements en une minute, et décède en 8 minutes. Il est impossible pour un humain d’y travailler.

Fukushima Diary :
de plus en plus de « substance noire » dans les rues de Tokyo. Radioactivité de 0.5μSv/h à 1μSv/h et plus.

GEN-4 :
Radioactivité intense dans le tiers inférieur du confinement, réacteur 2 de Fukushima.Tepco mesure 73 Sv/h 4 m au-dessus de la flaque de 60 cm d’eau. Ce très mauvais chiffre, combiné avec un niveau d’eau très bas dans le confinement, fait qu’il est maintenant pratiquement certain que l’essentiel du combustible est "descendu" et que le confinement n’est plus étanche.

- 26 Mars 2012 :
Aweb2u :
selon l’expert américain Arnie Gundersen, des échantillons du sol de Tokyo seraient considérés comme des déchets radioactifs aux USA. « (…) il y a quelques semaines, j’étais à Tokyo ; j’ai pris quelques échantillons. Je n’ai pas cherché un "hot spot". Je suis juste allé avec cinq sacs en plastique et quand j’ai trouvé un endroit, j’ai ramassé de la poussière et je l’ai mise dans un sac. Un de ces échantillons vient d’une fissure dans le trottoir. Un autre de ces échantillons venait d’une aire de jeu pour les enfants qui avait été préalablement décontaminée. Un autre échantillon venait de la mousse sur le côté de la route. Un autre échantillon provenait de la toiture d’un immeuble de bureaux où j’étais. Et le dernier échantillon était juste en face de la rue du centre judiciaire principal dans le centre de Tokyo.

J’ai ramené ces échantillons, je les ai déclarés aux douanes, et je les ai envoyés au laboratoire. Et le laboratoire a déterminé que TOUS seraient considérés comme des déchets radioactifs ici aux Etats-Unis et devraient être livré au Texas pour être éliminés.

GEN-4 et 2000 Watts :
selon Tepco, le niveau d’eau dans le réacteur 2 est ridiculement bas.
« Il ne reste que 60 cm d’eau dans la cuve du Réacteur 2, au lieu des 3 mètres espérés. C’est en effectuant une nouvelle endoscopie que Tepco, l’opérateur de la Centrale, a découvert cette mauvaise nouvelle. Il ne reste que 60 cm d’eau alors que les liquidateurs injectent plus de 9 tonnes d’eau par heure afin de stabiliser la température du combustible nucléaire. La cuve du Réacteur 2 a été transformée en véritable passoire, ce qui ne va pas faciliter la tâche quand il va falloir aller rechercher le combustible. Mais il y a une bonne nouvelle : la température du réacteur reste à 48 degrés Celsius. La mauvaise nouvelle : le combustible semble être presque entièrement sorti de la cuve et doit se balader quelque part dans les sous-sols du bâtiment.

GEN-4 :
M. Yukitero Naka est patron de l’une des sociétés travaillant pour Tepco, Tohoku Enterprise, qui employait jusqu’à 80 ingénieurs sur le site de Fukushima-Daiichi. Les dossiers sanitaires de ses employés montrent que la plupart ont déjà atteint les limites d’exposition réglementaires et sont ainsi devenus indisponibles. Il ne sait pas où il va pouvoir trouver assez de personnel qualifié pour poursuivre les travaux sur le site. Si Tepco doit suivre le site sur 40 années au minimum, alors QUI va-t-il envoyer travailler sur le site ?

Scandale nucléaire en Corée du Sud : un incident sérieux a été étouffé le mois dernier. Le groupe Électrogène s’est arrêté inopinément et, à la suite d’erreurs humaines, le réacteur est resté isolé de toute source d’alimentation électrique durant 12 minutes.

P.-S.

Faite à partir des sites Internet suivants :
Le Blog de Fukushima : http://fukus...

Fukushima Diary (en anglais) :
_ http://fukushima-diary.com/

Et aussi : AIPRI :
_ http://aipri.blogspot.com/
Aweb2u :
_ http://aweb2u.free.fr/dotclear/

GEN-4 :
_ http://www.gen4.fr/

Scoop-It :
_ http://www.scoop.it/t/fukushima-inf...

2000 Watts (journal « Le Temps » de Genève) :
[>http://www.2000watts.org/index.php/energytrend/nucleaire/
accident-nucleaire-japon.html]

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Nucléaire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 205