Une tribune pour les luttes

Communiqué du Caddris / Collectif Aixois pour la Dignité et les Droits des Roms des Immigrés et des Sans-Papiers

Bidonvilles aixois
L’expulsion n’est pas la solution !

R.V du mardi 17 avril à 8 h 30 au TGI d’Aix.

Article mis en ligne le mercredi 18 avril 2012

Premier compte-rendu mercredi 18 avril 2012

Maryse Joissains contre les Roms : la défense s’organise

Les Roms des camps des Trois-Sautets et de Luynes sont d’ores et déjà expulsables au 30 avril. Mais le combat, en référé, continue pour ceux de Vasarely et l’Arbois.

http://www.laprovence.com/article/a...


Communiqué du Caddris / Collectif Aixois pour la Dignité et les Droits des Roms des Immigrés et des Sans-Papiers

Bidonvilles aixois : L’expulsion n’est pas la solution !

Depuis maintenant plusieurs mois le Collectif Aixois pour la Dignité et les Droits des Roms des Immigrés et des Sans-Papiers (CADDRIS) appelle au dialogue et à la construction de solutions face aux bidonvilles qui ont ressurgi en Pays d’Aix. Mais si nous ne voulons plus voir ces campements de fortune c’est justement au nom du fait qu’il faut mener une lutte implacable contre la misère. Oui il faut s’attaquer à la précarité, au dénuement et pas à celles et ceux qui en sont victimes.

C’est pourtant bien, hélas, ce que fait la Mairie d’Aix-en-Provence en recourant, par référés, au concours de la force publique à l’encontre les habitants des bidonvilles.
Ainsi les habitants du campement de Vasarély sont convoqués le MARDI 17 AVRIL à 08 H 30 au Tribunal de Grande Instance d’Aix-en-Provence, impasse des Frères Pratesi au Jas de Bouffan.

Ce bidonville n’entraîne pourtant pas de trouble à l’ordre public. Les personnes s’y trouvant ne sont en aucune manière agressives. Elles saluent volontiers les visiteurs et engagent la conversation. Certaines d’entre elles maîtrisent parfaitement le français et avec les autres la compréhension est aisée du fait de la romanité des langues employées.

Il n’existe actuellement aucune solution alternative car nos appels au dialogue sont restés vains. Les seules réponses avancées par la Mairie sont uniquement basées sur la répression et l’Etat ne fait pas face à ses missions de cohésion sociale. Rappelons que les expulsions d’Août 2010, sur ce même campement n’ont strictement rien changé à une situation qui actuellement se dégrade. L’action des travailleurs sociaux et des bénévoles est en effet lourdement handicapée par le climat d’angoisse que font régner ces recours à la force publique.

D’éventuelles nouvelles expulsions seraient injustes humainement pour des résidents dont certains sont là depuis plusieurs années. Elles seraient également aussi coûteuses qu’inefficaces. Elles seraient enfin illégales au regard du droit européen. Dans une décision du 29 Mars 2012 le Parlement Européen a rappelé aux Etats qui pratiquent des restrictions sur l’accès au travail et la circulation à faciliter l’intégration des communautés ROMS, en leur reconnaissant les mêmes droits et devoirs qu’aux autres citoyens de l’Union européenne.

Nous refusons le recours à la force et appelons l’Etat comme la Mairie, qui seraient alors soutenues par le Département, la Région et l’Europe, à construire des alternatives durables aux bidonvilles aixois.

TOUS ENSEMBLE, DISONS NON AUX EXPULSIONS !

LE CADDRIS APPELE LES AIXOISES ET LES AIXOIS A MANIFESTER LEUR SOLIDARITÉ EN ÉTANT MASSIVEMENT PRÉSENTS À L’AUDIENCE DU TRIBUNAL LE MARDI 17 AVRIL À 08 H 30 AU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D’AIX-EN-PROVENCE, IMPASSE DES FRÈRES PRATESI, AU JAS DE BOUFFAN

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65 | 70 | 75 | 80 | ... | 4525