Une tribune pour les luttes

Le Colonel Kadhafi a-t-il versé 50 millions d’euros pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 ?

avec "L’immigré préféré de Guéant"

Article mis en ligne le lundi 30 avril 2012

28 avril 2012

Par kitetoa

Mediapart vient de publier un document qui a toutes les apparences d’un document officiel libyen.On peut y lire que la Libye de Kadhafi avait décidé de verser 50 millions d’euros pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2007. Un chiffre à rapprocher des 20 millions officiellement dépensés pour cette course au pouvoir.

Reflets a été à l’origine de révélations sur la vente par Amesys, avec l’appui du gouvernement français, d’une solution d’écoute globale des communications via Internet en Libye.

Nous avons donc à la tête de l’Etat un homme qui a commencé par aider un dictateur notoire, soutien du terrorisme international durant des décennies, à pourchasser ses opposants, les faire emprisonner et torturer. Mais qui dans un deuxième temps, par pur opportunisme et pour prendre en marche le train des révolutions arabes, a envoyé les troupes françaises bombarder le même dictateur. Depuis, Nicolas Sarkozy se présente comme le sauveur des opposants libyens. Opposants qu’il contribuait auparavant à faire emprisonner. L’interlocuteur d’Amesys était, rappelons-le, le chef des services secrets, Abdallah Senoussi. Un homme recherché par la justice internationale pour son implication dans des attentats, dont celui qui avait coûté la vie à de nombreux français (Vol UTA).

Le document publié par Mediapart, s’il est authentique -nul doute que la justice se penchera très vite dessus- ajoute encore au cynisme de Nicolas Sarkozy. Dans ce cas, il aurait été chercher un financement extrêmement important auprès de Mouammar Kadhafi pour ensuite le faire destituer, prix du rétablissement de son image auprès des peuples qui se soulevaient dans la région, Michèle Alliot-Marie ayant plombé très lourdement l’image de la France en proposant d’envoyer les forces anti-émeutes soutenir Zine ben-Ali.

(...)

Moussa Koussa signataire de la note est actuellement réfugié au Qatar, pays particulièrement ami de Nicolas Sarkozy et qui est également client d’Amesys pour un très joli système d’écoute global des communications Internet. Quant à Bachir Saleh, destinataire de la note, il a été exfiltré par la France. Le Canard Enchaîné qui a révélé cette histoire rocambolesque ajoutait une précision apportée par Reflets dans son édition du 18 avril (Page 8) : Bachir Saleh, protégé par les autorités françaises, réfugié à Paris, est toujours recherché par… Interpol…

Voici ce que disait le Canard Enchaîné le 18 avril :

L’immigré préféré de Guéant

LE plus proche collaborateur de Kadhafi, Bachir Saleh, accueilli en France à bras ouverts, gratifié dans les meilleurs délais, via Guéant, d’un permis de séjour au nom du regroupement familial, comme l’a raconté « Le Canard » le 4 avril, c’était déjà insolite. Mais le ministre de l’Intérieur qui protège un délinquant recherché par Interpol, c’est encore plus fort.
Car il n’y a pas de doute. La fiche de l’intéressé (que « Le Canard » a consultée), petite photo à l’appui, est sans équivoque. Nom : Bashir al-Shrkawi (soit, en arabe dans le texte, « celui qui vient de l’Est », en fait le troisième nom de Saleh). Date de naissance : 1946. Né au Niger et de nationalité libyenne. Infraction : escroquerie. Réclamé par la Libye. Tel est le CV de Bachir Saleh, que la France couve comme le lait sur le feu.
Pourquoi tant de sollicitude attendrie, de touchantes attentions ? Peut-être parce que, au-delà du cas familial, Saleh était l’homme de confiance du Guide, celui qui savait tout sur tout le monde, y compris sur les petits – et gros – cadeaux faits par le colonel à ses amis français. Imaginez qu’il se mette à rédiger ses Mémoires ! Il en aurait, des histoires marrantes à raconter sur les visites des amis français, les valises, les commissions, le financement des campagnes. Une grenade dégoupillée en plein Paris ferait moins de dégâts. Peut-on refuser quelque chose à cet homme-là ? Du coup, le ministre de la Sécurité a décrété la mobilisation générale. Et tout le monde a été mis à contribution.
Lors de son exfiltration rocambolesque via la Tunisie, racontée par « Le Canard », l’ambassadeur et Sarko boy Boris Boillon a personnellement accompagné le caissier de Kadhafi à l’avion. Le jet privé, immatriculé en Suisse, qui l’a amené sur le tarmac du Bourget était celui du très serviable homme d’affaires Alexandre Djouhri. En parallèle, Saleh étant né au Niger, les réseaux de la Françafrique ont mis à sa disposition un passeport diplomatique du meilleur effet pour passer entre toutes les gouttes. Intouchable, désormais.
Sur l’avis de recherche international qui colle aux semelles de son protégé, le ministre de l’Intérieur n’a pas souhaité s’exprimer. Il est comme ça, Guéant. Quand il fait le bien en apportant son aide à un étranger pourchassé, il n’aime pas que ça se sache.

Brigitte Rossigneux

http://reflets.info/le-colonel-kadh...

Retour en haut de la page

2 Messages

  • Le 30 avril 2012 à 15:11, par Decrauze

    Avec cette affaire, le pompon du quinquennat est sorti. Du Fouquet’s, pour une entrée en fanfare, au pipeau tenté pour une sortie calamiteuse avec soupçon de financement nauséabond, le tour de piste s’assombrit. N’oublions pas qu’ayant au moins fréquenté de près les arcanes douteuses de la campagne de Balladur, il ne pouvait que faire montre d’une voracité tous azimuts pour atteindre le pouvoir suprême. Décidément, ce 1er Mai sera bien son dernier, comme Président.

  • Le 4 mai 2012 à 10:48, par

    de : TUNIS

    L’ancien premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi a confirmé le financement par le régime de Moammar Kadhafi de la campagne électorale du président français Nicolas Sarkozy en 2007, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat Béchir Essid, qui a également transmis ces déclarations à Mediapart.

    (...)

    Incarcéré depuis plus d’un an dans la prison de Mornag, près de Tunis, pour "franchissement illégal de la frontière", M. Mahmoudi est sous le coup d’une extradition décidée par la justice tunisienne. Selon son avocat, il craint d’être livré aux nouvelles autorités libyennes "en raison probablement des secrets qu’il détient".

    "M. Mahmoudi était peiné et perplexe de voir M. Sarkozy s’en prendre au régime libyen (déchu) et être l’instigateur de l’offensive de l’OTAN contre son pays, alors que, disait-il, nous l’avons aidé et contribué à sa réussite" électorale, a relaté l’avocat.

    (...)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/mond...

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 735