Une tribune pour les luttes

Sinistre Journal de Fukushima

Compilation d’informations provenant de sites et blogs sur la toile (semaine du 17 au 29 avril 2012)

Article mis en ligne le mardi 8 mai 2012

- Dimanche 29 Avril 2012

• Fukushima Diary, A2webu et Scoop-It :
le taux de nodules de la thyroïde à Fukushima est 20 fois plus élevé qu’à Tchernobyl. En mars 2012, la Préfecture de Fukushima a mené un test de la thyroïde pour les moins de 18 ans dans 13 villes et villages tels que Minamisoma ville, Namiemachi, Iidatemura, Tomiokamachi etc .. Le résultat montre que des nodules thyroïdiens (≦ 5,0 mm) ou des kystes (≦ 20.0mm) ont été observés chez 13 460 personnes sur 38 114 (35,3%). Par rapport au pré-test de janvier, il a augmenté de 29,7% à 35,3%. ( +5,6%)
Yamashita Shunichi a mené un test de la thyroïde chez 120.000 personnes à Tchernobyl de mai 1991 à avril 1996, de 5 ans à 10 ans après Tchernobyl. Selon lui à Gomel, la ville la plus contaminée du Bélarus, le ratio des nodules thyroïdiens était de 1,74%, ce qui est 1/20ème de 35,3%. Les statistiques de Tchernobyl ont été faites de 5 ans à 10 ans après l’accident, alors qu’à Fukushima on n’en est qu’à un an depuis mars 2011.
http://fukushima-diary.com/2012/04/...

• Fukushima Diary et Scoop-It :
A Iwate, sur 132 personnes testées par la Préfecture, 119 ont des urines radioactives (au Césium).

Radiographie d’un oiseau mort contaminé de Fukushima.
Le Prof. Mori, de l’Université de Tokyo, a pris une photo d’une paruline brousse à Fukushima par autoradiographie. Il a fallu un mois pour capter le rayonnement de Césium 137. La paruline brousse a été retrouvé morte à Iidate mura en Décembre dernier.
Des tâches noires dans les parties d’aile montrent des particules radioactives collées sur les ailes. D’autres dans les parties du corps montrent des particules radioactives dans l’organisme. La concentration biologique s’est sans doute produite par l’ingestion de vers contaminés.
http://fukushima-diary.com/2012/04/...

• Fukushima Diary et Scoop-It :
mesures de radioactivité absolument catastrophiques à Fukushima, là où des enfants jouent, des familles se promènent. Un exemple : plus de 2μSv/h sur le bord d’une route.
http://fukushima-diary.com/2012/04/...

• GEN-4 :
les découvertes de poussière noire très radioactive se multiplient à Minamisoma. Un habitant de la ville a, semble-t-il, récupéré un échantillon de poussière noire qui afficherait une activité encore bien plus élevée que ceux dont nous parlions ces derniers jours. L’activité totale au contact de ce nouvel échantillon atteindrait près de 3000 CPS, soit environ 500 µSv/h. Pour mémoire, l’échantillon mesuré après tamisage par M. Oyama présentait une activité au contact d’environ 600 CPS, soit environ 100 µSv/h.

- 28 Avril 2012 :

• GEN-4 :
une autre analyse spectrométrique indépendante de la "substance noire".
Un échantillon de 4 grammes de la substance noire provenant de Fukushima-City a été analysé à l’aide d’un spectromètre Gamma. L’activité brute affichait plus de 12000 CPM.
L’auteur de l’analyse estime grossièrement l’activité de la source de 4g à environ 4500 Bq, soit une activité massique approximative supérieure à 1 MBq/kg. Il semble que ce type de poussière noire soit retrouvée assez couramment à Fukushima-City (300.000 habitants) à qui on ne délivre pourtant aucune mesure particulière de radioprotection. Qu’en serait-il en France si une catastrophe similaire se produisait à 50 Km d’une ville équivalente ?

• Scoop-It : l’image des irradiés de France qu’on nous cache.
• Scoop-It : dans la Dépêche de Tahiti, un article de Jacky Bryant :
“Tirer les leçons de Tchernobyl et de Fukushima”. Extrait : « Selon les Nations unies, 8,4 millions de personnes en Ukraine, Biélorussie et en Russie ont été irradiées des suites de l’accident de Tchernobyl”, a rappelé, dans un communiqué, le Ministère de l’Environnement National, à l’occasion de l’anniversaire de l’accident nucléaire, avant d’évoquer les risques sanitaires dus à l’ingestion de produits alimentaires contaminés.
Selon Jacky Bryant, en septembre 2011, après l’accident de Fukushima, une étude de la Société allemande de radioprotection vient de sonner l’alerte, rappelant qu’aucune dose radioactive ne peut être considérée comme “négligeable” pour la santé humaine. “C’est pourtant ce qu’affirme la loi française sur l’indemnisation des victimes des essais nucléaires ; ce qui permet aux autorités de la France de rejeter la quasi-totalité des dossiers de demande d’indemnisation des personnels des sites d’essais et des populations de Polynésie française et du Sahara”, déplore le candidat écologiste, qui estime qu’il faut “tirer les leçons de Tchernobyl et de Fukushima”.

- 26 Avril 2012 :

• Fukushima Diary et Scoop-It :
du Plutonium et du Strontium détectés à Minamisoma : 0.038 Bq / kg (2.47Bq/m2) de plutonium 238 ont été mesurés dans Minamisoma. On a également mesuré 0,047 de Plutonium Bq / Kg 239 et 240, et 0,73 Bq / kg de Plutonium 241 ; 8,5 Bq / kg de Strontium 89, et 50 Bq / kg de Strontium 90.
Note : Le plutonium répond aux définitions admises de « polluant ». Il fait partie des éléments présentant une radio-toxicité très élevée. Le plus dangereux est le Pu 241, qui est extrêmement radioactif (mille fois plus que les précédents), est un émetteur β- (donc plus pénétrant que les particules alpha), et présente dans sa chaine radioactive des émetteurs de rayons gamma durs particulièrement dangereux, comme l’américium 241.

• Fukushima Diary :
substance noire très radioactive détectée au Japon, 4,2 millions de Bq/kg.

• Blog de Paul Jorion : un article de François Leclerc, « Bataille de l’eau contaminée à Fukushima ».
pauljorion.com/blog/?p=36373%3Fp%3D...

• Scoop-I t : donne une carte des dépôts de Césium de Fukushima dans le monde.

• 2000 Watts : le dernier réacteur nucléaire vient de s’arrêter au Japon. _ Ainsi, depuis Fukushima, tous les réacteurs sont à l’arrêt et la production électrique a été remplacée par du diesel ou du gaz. Cependant, deux réacteurs ont réussi les tests de stress et devraient être remis en service d’ici quelques jours.

- 25 Avril 2012 :

• Blog de Fukushima : un article fait le point sur la situation à Fukushima
http://fukushima.over-blog.fr/artic...

• Fukushima Diary :
le gouvernement japonais tend de plus en plus à préférer l’évacuation à la décontamination : c’est plus économique, parce que « décontaminer » (qui n’est qu’un mot, on ne sait pas décontaminer) coûte cher, et n’est pas efficace.

• Fukushima Diary :
les émissions de Césium du réacteur 2 de Fukushima ont augmenté de 700%. C’est 7 fois plus qu’en mars 2012 : 7 millions de Bq/h, ce qui approche des 10 millions de Bq/h d’Octobre 2011.Tepco n’en donne pas d’explication.

• Fukushima Diary : de plus en plus de pissenlits mutants à Tokyo. Vidéo.

• GEN-4 :
faibles doses. La regrettée Pr. Alice Stewart estimait qu’à dose absorbée équivalente, une exposition prolongée était plus nocive qu’une exposition brève. Contrairement à ce que les experts affirment habituellement, « plus la dose radioactive est distribuée lentement, plus elle est nocive et tend à induire des cancers et des problèmes génétiques ».

- 24 Avril 2012 :

• Aweb2u :
lors d’un colloque sur la radiothérapie qui s’est tenu le 21/04/2012, le président Yamashita Shunichi a interdit l’enregistrement de conclusions évocatrices de nodule thyroïdien. Quand on examine la carotide par échographie ultrasonore pour le traitement de la sclérose artérielle lors de son travail ordinaire, on peut aussi voir la thyroïde. On détecte souvent ainsi une tumeur de la thyroïde. L’échographie peut être pratiquée par un médecin ou par un ingénieur, et l’un et l’autre sont censés enregistrer des résultats évocateurs de tumeur de la thyroïde ou de kyste, même si l’examen était à l’origine destiné à explorer la carotide. Toutefois, Yamashita Shunichi a demandé aux médecins lors du colloque de ne pas enregistrer les résultats, car cela provoque « des inquiétudes inutiles chez les patients ».
http://fukushima-diary.com/2012/04/...

• Japon : feu vert pour le redémarrage partiel d’une centrale à Ohi. “Sans danger et nécessaire”, c’est en ces termes que le gouvernement japonais a donné son feu vert le 13 avril au redémarrage de deux réacteurs nucléaires, dans l’ouest du pays. Motivée par une pénurie d‘énergie, cette décision ne manque pas de déclencher des protestations. A Tokyo, des militants anti-nucléaires, tout de blanc vêtus, ont amorcé une grève de la faim.
http://fr.euronews.com/2012/04/24/j...

Les premiers débris de Fukushima arrivent en Alaska. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine, près de 20 millions de tonnes pourraient s’échouer sur les côtes ouest de l’Alaska et du Canada. (…) Déjà, des isotopes radioactifs se trouvent dans la chaîne alimentaire de la faune marine et les produits chimiques dissous dans l’eau ont probablement déjà rejoint les côtes américaines. On dénombre de nombreuses morts prématurées chez plusieurs espèces du fait des irradiations.
http://www.zegreenweb.com/sinformer...

• Réseau Sortir du Nucléaire : à lire, l’Appel aux bons vivants :
http://www.alliance-ecologiste-inde...

- 23 Avril 2012 :

• GEN-4 et Fukushima Diary :
selon Kyodo News, Tepco s’apprêterait à pomper l’eau "souterraine" du site pour la rejeter directement dans l’Océan Pacifique.
La situation des sous-sols de Fukushima-Daiichi (re)devient extrêmement préoccupante.
C’est le genre d’information qui fait froid dans le dos ! Tepco, ne contrôlant apparemment plus du tout la situation de l’eau contaminée stockée dans les sous-sols des bâtiments des unités 1-4 de Fukushima-Daiichi, réfléchirait à installer une douzaine de puits de pompage qui permettraient de puiser une partie de l’eau souterraine des nappes phréatiques pour la rejeter dans l’océan Pacifique, sans doute avant qu’elle ne pollue l’eau de ses égouts hautement radioactifs et prêts à déborder !

L’opérateur estime pouvoir ainsi pomper et se débarrasser d’environ 1000 tonnes par jour de cette manière et ainsi diminuer de moitié les débits d’eau rejetés dans les sous-sols. Autrement dit, d’après Tepco, la moitié des eaux emplissant les égouts des bâtiments proviendrait des nappes phréatiques. Quelque chose nous échappe dans cette communication : si les nappes phréatiques fuient vers les égouts des bâtiments, alors l’eau des sous-sols des bâtiments fuit forcément vers les nappes phréatiques, ce qui revient à dire que Tepco espère stocker son eau radioactive dans les nappes phréatiques, si ce n’est déjà fait ? On peut également estimer que l’opérateur entend se débarrasser à peu de frais d’une eau souterraine forcément plus ou moins contaminée par ses propres fuites.

A l’évidence, les informations communiquées par l’opérateur ces derniers jours sont profondément troublantes, que ce soit sur les problèmes de confinement ou sur le problème de "gestion" de l’eau contaminée. L’impression donnée par ces communications est plutôt celle d’une perte de contrôle que d’une reprise en main. Un opérateur en "mode panique" ?

• BistroBar :
un diplomate japonais explique dans une vidéo de 7 mn, avec sous-titres en français, les risques encourus si la piscine du réacteur N° 4 s’effondre.
http://youtu.be/
Transcription en français :
http://conxientia.fr/non-classe/aki...

Interview du diplomate Akio Matsumura qui nous prévient que la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon peut finalement se transformer en un évènement capable de mettre en péril toute vie sur Terre.
S’exprimant lors d’une audience publique de la commission budgétaire de la Chambre des Conseillers le 22 Mars 2012, l’ambassadeur Mitsuhei Murata a averti que "si le bâtiment estropié du réacteur 4 (avec 1.535 barres de combustible dans la piscine de combustible usé à 30 mètres au-dessus du sol) s’effondre, non seulement cela va provoquer l’abandon forcé des six réacteurs à cause des radiations dégagées, mais cela affectera aussi la piscine de combustible usé commune contenant 6375 barres de combustible, située à 50 mètres du réacteur 4".

Dans les deux cas, les barres radioactives ne sont pas protégées par une enceinte de confinement. Elles seront dangereusement exposées à l’air libre. Ce serait certainement provoquer une catastrophe mondiale comme nous n’en avons jamais connu. Il a souligné que la responsabilité du Japon vis-à-vis du reste du monde est incommensurable. Une telle catastrophe aurait une incidence sur nous tous pour des siècles. L’ambassadeur Murata nous a informés que le nombre total des barres de combustible irradié sur le site de Fukushima Daiichi à l’exclusion des cuves des réacteurs est de 11421.

Matsumura a ensuite questionné Robert Alvarez, ancien conseiller principal auprès du secrétaire et secrétaire adjoint à la sécurité nationale et de l’environnement au Département de l’Energie US, sur l’impact d’une telle catastrophe supplémentaire à Fukushima. Contenir les radiations ne sera pas un mince exploit, a expliqué Mr. Alvarez. "Le combustible irradié ne peut pas être simplement soulevé dans les airs par une grue comme s’il s’agissait de fret ordinaire. Afin d’éviter l’exposition aux rayonnements sévères, les incendies et les explosions possibles, il doit être transféré en tout temps dans l’eau et dans des containers secs fortement blindés ».

Il a ensuite déclaré que les 11138 assemblages de combustibles usés stockés à l’usine de Fukushima contiennent *entre autres* "134 millions de curies de césium 137, soit environ 85 fois la quantité de Cesium 137 relâché lors de l’accident de Tchernobyl, selon les estimations du Conseil National Américain sur la Radioprotection." "Il est important pour le public de comprendre que les réacteurs qui ont été en exploitation pendant des décennies, tels que ceux sur le site de Fukushima-Daiichi, ont généré quelques-unes des plus grandes concentrations de radioactivité sur la planète", a-t-il conclu.
Matsumura admet que c’est un nombre impressionnant et difficile à comprendre. Il a écrit que 85 fois plus de césium 137 que Tchernobyl "détruirait l’environnement mondial et notre civilisation. Ce n’est pas sorcier, pas plus que ça ne concerne le débat pugilistique sur les centrales nucléaires. Il s’agit d’une question de survie de l’humanité."

Mitsuhei Murata a envoyé une lettre au Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon. "Il n’est pas exagéré de dire que le sort du Japon et du monde entier dépend du réacteur N°4. Ceci est confirmé par les experts les plus fiables, comme le Dr. Arnie Gundersen ou le Dr. Fumiaki Koide", écrivait-il à Ki-Moon. "Le monde a été fait très fragile et vulnérable. Le rôle de l’Organisation des Nations Unies est de plus en plus vital. Je vous souhaite la meilleure des chances dans votre noble mission."
Pas un mot encore pour savoir si cette situation s’est même imprimée sur l’écran radar des Nations Unies.

• sur le blog de Paul Jorion, un article de François Leclerc : « Début d’inventaire à Fukushima »
http://www.pauljorion.com/blog/?p=3...

P.-S.

Faite à partir des sites Internet suivants :
Le Blog de Fukushima :
http://fukushima.over-blog.fr/
Fukushima Diary (en anglais) :
http://fukushima-diary.com/

Et aussi :
AIPRI : http://aipri.blogspot.com/
Aweb2u : http://aweb2u.free.fr/dotclear/
BistroBar : http://bistrobarblog.blogspot.fr/
Blog de Paul Jorion : http://www.pauljorion.com/blog/
GEN-4 : http://www.gen4.fr/
Scoop-It : http://www.scoop.it/t/fukushima-inf...
2000 Watts (journal « Le Temps » de Genève) :
http://www.2000watts.org/index.php/...

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 11 mai 2012 à 11:44, par

    Bonjour,

    Merci pour ces informations, le constat est vraiment inquiétant et il devrait faire réfléchir.
    sexe hard

    film hard

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Nucléaire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 130