Une tribune pour les luttes

Indigné-e-s de Mayotte

Mayotte : Naufrages de kwassas : coupables identifiés !

Article mis en ligne le vendredi 25 mai 2012

Avant l’instauration du visa Balladur en 1995 (une décision du Gouvernement Balladur sous la présidence de M. Mitterrand), les Comoriens se déplaçaient sans encombre entre les 4 îles, à bord de plus frêles embarcations que celles d’aujourd’hui, en arrivant à bon port sains et saufs. . Il en va tout autrement depuis que les Comoriens non maorais, doivent obtenir, avant de se rendre à Mayotte, un hypothétique visa français, délivré au compte goutte, après être passés sous les fourches caudines des tracasseries de l’administration française et des poursuites des gardes côtes

Naufrages de kwassas :
les Indigné-e-s accusent le Visa Balladur !

Une fois de plus à Mayotte, plusieurs dizaines de personnes viennent de perdre la vie dans des naufrages de kwassas : leurs embarcations se brisant sur le mur administratif que forme le Visa Balladur. Le vendredi 25 mai 2012, une quinzaine de membres des indigné-e-s de Mayotte, scandalisés par cette situation, ont ramené symboliquement l’Etat français à ses responsabilités.

Les Indigné-e-s de Mayotte se sont réunis devant le service des étrangers de la préfecture de Mayotte, déployant leur banderoles et distribuant des informations sur les droits trop souvent bafoués des personnes en attente de régularisation. Après une prise de parole, certain-e-s sont tombé-e-s à terre comme mort-e-s pendant que d’autres dessinaient le contour des corps à la craie, ramenant ainsi les corps des victimes devant leur bourreau.

L’Etat français pratique la technique du pyromane pompier, en imposant une loi meurtrière dans un premier temps, puis en s’autoproclamant sauveteur désœuvré. Depuis des siècles, les habitants de l’archipel des Comores circulaient librement d’une île à l’autre. Malheureusement, cette liberté a pris fin en 1995 avec l’instauration d’un visa restreignant les déplacements des populations et des marchandises. Cette aberration administrative « propre » à Mayotte est responsable d’environ 10 000 victimes dans les 70km de mer séparant Anjouan de Mayotte.

L’Etat français commandite donc depuis 17ans, avec la complicité de l’Etat comorien, des homicides avec préméditation. Tous ces morts auraient pu être évités ! Avant l’instauration de cette loi, ces naufrages en masse n’existaient pas ! Cette situation n’est pas une fatalité ! Elle est due à une décision politique qui peut être révoquée à tout moment. Il est essentiel que l’Etat français et les hommes politiques prennent leurs responsabilités : eux seuls peuvent arrêter cette hécatombe en abrogeant le Visa Balladur.

En tant que citoyen-ne-s, nous demandons des comptes à ces gouvernements, plus soucieux de leurs intérêts politiques et financiers dans la région que de l’épanouissement de la population qu’ils représentent. Rappelons que l’Etat Comorien se rend complice de cette politique migratoire assassine en acceptant la somme de 50 euros pour chaque expulsé-e.


jeudi 24 mai 2012

Une fois de plus à Mayotte, de nombreuses personnes viennent de perdre la vie dans un naufrage : leur embarcation se brisant sur le mur administratif que forme le Visa Balladur. Les Indigné-e-s de Mayotte invitent toutes les personnes scandalisées par cette situation à venir à une action coup d’éclat devant la Préfecture le vendredi 25 mai à 07H00 précise.

Peut-on parler de fatalité pour ces dizaines de malheureuses victimes ? Certainement pas !

Fort heureusement, le responsable de tous ces « meurtres » a pu être identifié. Il s’agit du Visa Balladur, une aberration administrative « propre » à Mayotte qui depuis 1995 compte environ 10 000 victimes dans ces 70km de mer. Nos investigations ont permis de remonter jusqu’au cerveau de ces meurtres en série : il s’agit de l’Etat français qui commandite depuis 17ans, avec la complicité de l’Etat comorien, des homicides avec préméditation.

L’Etat français pratique la technique du pyromane pompier, en imposant une loi meurtrière dans un premier temps, puis en s’autoproclamant sauveteur désœuvré. Toutes ces morts auraient pu être évitées ! Avant l’instauration de cette loi ces naufrages en masse n’existaient pas ! Cette situation n’est pas une fatalité ! Elle est dûe à une décision politique qui peut être révoquée à tout moment. Il est essentiel que la Préfecture et les hommes politiques prennent leur responsabilité, eux seuls peuvent agir par l’abrogation du Visa Balladur.

En tant que citoyen-ne-s, nous demandons des comptes à notre gouvernement :

1- Nous affirmons que tous ces responsables politiques peuvent être qualifiés de tueurs en série !

2- Nous invitons les familles des victimes à porter plainte contre l’Etat pour homicides prémédités.

3- Nous exigeons des excuses de la part du Préfet de Mayotte pour les familles des morts.

4- Nous exigeons l’arrêt pur et simple du Visa Balladur.

Nous refusons de participer indirectement en cautionnant ces morts par notre silence !

Les Indigné-e-s de Mayotte invitent toutes les personnes scandalisées par cette situation à venir à une action coup d’éclat devant la Préfecture le vendredi 25 mai à 07H00 précise.

Combien de milliers de morts faudra-t-il pour arrêter notre politique migratoire assassine ?

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 745