Une tribune pour les luttes

CNPJDPI (Collectif National pour une Paix Juste entre Palestiniens et Israéliens)

Prisonniers politiques Palestiniens : l’Etat d’Israël doit respecter ses engagements !
Mahmoud Sarsak entre aujourd’hui dans son 90ième jour de grève de la faim.

+ N’attendons pas qu’ils soient dans des sacs mortuaires !
+ Liberté pour Nabil Al-raee et Zakaria Zubeidi

Article mis en ligne le mercredi 13 juin 2012

AFPS

Le pri­sonnier Mahmoud Kamel Mohammed Sarsak du camp de réfugiés de Rafah sud dans la bande de Gaza, athlète et joueur de l’équipe nationale Pales­ti­nienne de Football, a été arrêté par les auto­rités d’occupation israé­lienne à Beit Hanoun, au check­point d’Erez le 22/​07/ ​2009, alors qu’il se diri­geait vers Ramallah pour rejoindre le club de foot avec lequel il a signé un contrat.

Depuis cette date, il croupit dans des prisons israé­liennes sans incul­pation ni jugement en vertu de la loi de « com­battant illégal ».

À la mi-​​Mars, il a entamé une grève de la faim ouverte pour pro­tester contre son maintien en détention, sans charges ni preuves, et sans incul­pation. Mahmoud Sarsak entre aujourd’hui dans son 90ième jour de grève de la faim, son état de santé se dété­riore de jour en jour.

Il a besoin de votre soutien et de votre solidarité.

Vous pouvez lui écrire un message de solidarité et de soutien moral.

Vous pouvez écrire aussi à sa famille pour la soutenir.

Ecrivez, et nous nous enga­geons à trans­mettre vos mes­sages à Mahmoud Sarsak par l’intermédiaire de son avocat, sa famille et à travers les sta­tions de radio locales.

Sou­tenir Mahmoud Sarsak, c’est dénoncer la poli­tique cri­mi­nelle de la détention admi­nis­trative arbi­traire et illégale sans incul­pation et sans procès et refuser la mise à mort lente infligée par l’administration péni­ten­tiaire israé­lienne aux pri­son­niers palestiniens.

Écrivez à Mahmoud Sarsak, jusqu’à la date de 24.06.2012 par email, en anglais et en arabe : resalatomahmoudsarsek@​hotmai...

Nous nous engageons à transmettre vos messages.

Lire la lettre de Jean Claude Lefort à Mahmoud Al-​​Sarsak en français
http://www.france-palestine.org/IMG...
et en arabe http://www.france-palestine.org/IMG/pdf/_.pdf

Signer la pétition
https://www.change.org/fr/p%C3%A9ti...

Voir en ligne

http://www.france-palestine.org/Par...


Prisonniers politiques Palestiniens : l’Etat d’Israël doit respecter ses engagements !

Vendredi 8 juin 2012

Le 14 mai, la plupart des 1500 prisonniers politiques palestiniens ont accepté d’arrêter la grève de la faim qu’ils avaient engagée le 17 avril et même pour deux d’entre eux depuis fin février, suite à un accord signé entre les autorités israéliennes et le comité des prisonniers. Les principales revendications des grévistes étaient acceptées : droit aux livres et aux études, fin de la mise en cellule d’isolement, droit de visite des familles et surtout, l’engagement que les détenus « administratifs » seraient libérés.

La détention administrative est une détention arbitraire qui permet d’emprisonner, sur ordre militaire, sans inculpation, sans même accès au dossier, pour des périodes de six mois indéfiniment renouvelables. C’était une grande victoire, fruit de la détermination des prisonniers, de la solidarité du peuple palestinien et de la solidarité internationale. Mais deux semaines après sa signature, cet accord est déjà violé ! Les ordres de détention administrative ont été renouvelés pour une trentaine de prisonniers.

Les détenus menacent de s’engager dans une nouvelle grève de la faim si l’accord n’est pas respecté.

Ils n’ont d’autres moyens que de mettre leur vie en danger pour faire respecter ces droits élémentaires et la parole donnée par les autorités israéliennes.

Il y a urgence !

Deux prisonniers sont particulièrement en danger : Mahmoud Sarsak, en grève de la faim depuis 80 jours et Akram Rikhawi, depuis 50 jours.

Le CNPJDPI (Collectif National pour une Paix Juste entre Palestiniens et Israéliens) en appelle au ministre des Affaires étrangères pour intervenir immédiatement auprès du gouvernement israélien pour qu’il respecte ses engagements et mette fin au drame humain qui est en train de se jouer.

Signataires : Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) - Alliance for Freedom and Dignity (AFD) - Alternative Libertaire (AL) - Américains contre la guerre (AAW) - Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) - Association des Tunisiens en France (ATF) - Association France Palestine Solidarité (AFPS) - Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) - Association pour la Taxation des Transactions et pour l’Aide aux Citoyens (ATTAC) - Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) - Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) - Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) - Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) - Cedetim / IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif Faty Koumba : association des libertés, droits de l’Homme et non-violence – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) - Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Paix (CJACP) - Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) - Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) - Confédération Générale du Travail (CGT) - Confédération paysanne - Droit-Solidarité - Europe-Ecologie / les Verts (EE-LV) - Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) - Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE) - Fédération Syndicale Unitaire (FSU) — Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine - La Courneuve-Palestine - - Le Mouvement de la Paix - Les Alternatifs - Les Femmes en noir - Ligue des Droits de l’Homme (LDH) - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Liberty (WILPF) (LIFPL) - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) - Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) - Mouvement Politique d’Education populaire (M’PEP) - Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Organisation de Femmes Egalité - Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) - Parti Communiste Français (PCF) - Parti de Gauche (PG) - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) - Une Autre Voix Juive (UAVJ) - Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) - Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) - Union syndicale Solidaires


N’attendons pas qu’ils soient dans des sacs mortuaires !

Mercredi 6 juin 2012 par le Bureau National de l’UJFP

L’Union Juive Française pour la Paix ( UJFP ) appelle toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté, épris de paix et de justice, à s’unir autour de l’appel de détresse envoyé de la prison de Ramlé en Israël par Mahmoud Sarsak et Akram Rikhawi, tous deux prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim illimitée pour que soient respectés leurs droits, que les autorités pénitentiaires israéliennes mettent fin aux pressions, brimades et autres tortures à leur encontre [*].

Nous appelons toutes et tous à exiger de nos responsables politiques qu’ils usent des moyens qui sont les leurs auprès du gouvernement israélien pour qu’il respecte ses engagements pris récemment avec les représentants des prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim.

A Mahmoud Sarsak, à Akram Rikhawi, nous vous disons :
Camarades, chers amis, par delà vos murs de prison, par delà les eaux et les terres, nous avons reçu votre appel, nous vous assurons de notre solidarité la plus absolue.

A tous les prisonniers politiques palestiniens enfermés dans les geôles israéliennes, à leurs familles, à vous tous, nous vous exprimons également notre solidarité vigilante, nous partageons vos exigences pour que soit mis fin au déni de droit dont vous êtes victimes.

A toutes et à tous, en France et part le monde, vous qui êtes épris de justice, nous vous demandons :
N’attendons pas que Mahmoud et Akram soient dans des sacs mortuaires !
Ensemble, brisons le silence qui entoure leur combat, arrachons le masque de cet Etat prétendument démocratique ! Liberté pour Mahmoud et Akram !

Le BN de l’UJFP le 6 juin 2012

[*] voir l’appel de Mahmoud et Akram sur le site d’ISM


En Palestine, liberté pour nabil al-raee et zakaria zubeidi

La Palestine occupée est le théâtre d’une banalisation de la violence exercée par l’armée d’occupation israélienne : chaque jour amène son lot d’arrestations sans motif, la nuit dans la plupart des cas. Nous assistons à un harcèlement exercé contre la résistance non-violente, que ce soit au village de Bil’in en Cisjordanie, à celui d’Al Araqib dans le désert du Néguev-Naqab ou contre le Théâtre de la Liberté de Jénine, symbole de la résistance culturelle.

Le Théâtre de la Liberté du camp de réfugiés de Jénine a été créé par Juliano Mer Khamis à la suite et à la mémoire du travail de sa mère Arna Mer auprès des enfants du camp auxquels elle a enseigné l’art dramatique afin de les aider à se libérer moralement et corporellement de la pression de l’occupation. Juliano Mer Khamis a été assassiné il y a un an à Jénine, dans des conditions jamais élucidées à ce jour. Depuis, la troupe qui a vaillamment repris le flambeau de l’art théâtral en résistance, n’a cessé d’être inquiétée : tous ceux de ses membres qui ont été convoqués dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat se sont rendus à ces convocations.
_ Cela n’a pas empêché le Théâtre de la Liberté de subir quatre attaques de l’armée israélienne, arrestations et interrogatoires de ses membres, détentions, qui font dire aux membres du Théâtre de la Liberté : «  nous avons la conviction que ce harcèlement régulier et systématique des employés du Théâtre de la Liberté n’a rien à voir avec l’enquête sur le meurtre de Juliano mais qu’il s’agit d’une campagne clairement dirigée contre le Théâtre de la Liberté lui-même ».

Le 6 juin, avant l’aube, Nabil Al-Raee, directeur artistique et metteur en scène du Théâtre, a été arrêté chez lui et emmené sans explications par des soldats israéliens. Sa famille a appris le lendemain qu’il était retenu au centre de détention de Jalameh, au Nord de Jénine. Il est de notoriété publique que les interrogatoires à Jalameh se déroulent fréquemment dans des conditions inhumaines incluant la privation de sommeil, des pressions psychologiques et des ligotages dans des positions douloureuses.

Informés de cette arrestation, nous apprenons en même temps que Zakaria Zubeidi, une personnalité du camp de Jénine, a été arrêté une nouvelle fois, le 13 mai et est détenu par les forces de sécurité palestiniennes à la prison de Jéricho. Son avocat n’a pas encore pu l’assister, alors qu’il est enfermé depuis trois semaines. Leader d’une résistance armée à la suite de la mort de sa mère tuée par l’armée israélienne et de la destruction de sa maison, il a renoncé en 2005 aux actions violentes et a rejoint Juliano Mer Khamis dans la résistance culturelle. Il est cofondateur du Théâtre de la Liberté.

Les Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine vous demandent d’intervenir auprès des autorités israéliennes, palestiniennes et françaises ainsi qu’auprès de vos élus pour obtenir la libération immédiate de Nabil Al-Raee et de Zakaria Zubeidi. Il faut que la lumière soit faite sur ces séries d’arrestations et que cesse le harcèlement des membres du Théâtre de la Liberté qui met en danger l’existence même de ce magnifique espace de liberté et de développement artistique et culturel.

Vous pouvez, en outre, appeler la coordination du district militaire israélien au 00 972-4-640-73-12 pour demander des nouvelles de Nabil Al-Raee (N° d’identité nationale 906349162) et l’Ambassade d’Israël en France : 01 40 76 55 00
Ainsi que les numéros suivants au sujet de la détention de Zakaria Zubeidi.
00-970-(0)59-777-88-87 Majd Faraj Chef du service de renseignement de l’autorité palestinienne
00-970-(0)59-900-00-11 Abo Mohammad Shadeh, Chef de la sécurité du président
00-970-(0)59-944-75-47 Dr Said Abo Ali, Ministre de l’Intérieur
00-970-(0)59-930-38-50 Saeb Erekat, Chef des négociations
00-970-(0)59-955-88-22 Ataeb Abdurahem, Sûreté Nationale

Et exprimer votre solidarité au Théâtre de la Liberté de Jénine : www.thefreedomtheatre.org
Sonia Fayman, présidente d’ATL Jénine

Retour en haut de la page

3 Messages

  • Le 13 juin 2012 à 12:07, par

    "Nous sommes choqués de voir que certains politiciens et institutions sportives qui se sont inquiétés de la tenue de l’Euro en Ukraine, en raison des violations des droits de l’homme, se taisent quand Israël est censé accueillir la coupe européenne de foot des moins de 21 ans en 2013.

    Le racisme, les violations des droits de l’homme et du droit international sont monnaie courante dans ce pays. Le gouvernement israélien laisse ainsi sa population attaquer les immigrés africains, qu’ils qualifient d’"infiltrés" et veulent emprisonner dans des camps militaires.

    Il y a dans les prisons israéliennes plus de 4000 prisonniers politiques palestiniens, dont plus de 300 "détenus administratifs", incarcérés sans procès ni accusations.

    Parmi ces derniers, le footballeur de Gaza, Mahmoud Sarsak, 25 ans, emprisonné depuis près de 3 ans. Désespéré, il s’est mis en grève de la faim il y a plus de 80 jours et il est à l’agonie.

    Nous appelons à le soutenir, ainsi que toutes les victimes des exactions israéliennes.

    Il est temps de mettre un terme à l’impunité israélienne et d’exiger de cet Etat le respect des mêmes lois que les autres pays."

  • Le 16 juin 2012 à 11:19, par

    "Le 22 juillet 2009, Mahmoud Sarsak, footballeur palestinien alors âgé de 25 ans, a quitté sa demeure de Rafah dans la bande de Gaza pour rejoindre son équipe nationale en Cisjordanie. Il n’y est jamais arrivé. Arrêté au point de passage d’Erez, il sera alors interrogé pendant 30 jours puis emprisonné sans qu’aucune accusation soit pourtant portée. Trois ans plus tard, Mahmoud Sarsak est toujours en prison en Israël. Il n’a eu à ce jour ni procès ni même de charges portées à son encontre. À l’instar de centaines d’autres prisonniers palestiniens, il est en "détention administrative" qui autorise la justice israélienne à maintenir des gens en détention sans fournir ni charge ni procès équitable, et ce, de manière indéfinie.

    Sa famille n’est pas autorisée à lui rendre visite, on ne lui donne pas droit à un procès. C’est pourquoi, à bout de recours, Mahmoud Sarsak a décidé de se mettre en grève de la faim. Cela fait aujourd’hui 88 jours qu’il n’a pas mangé et il a perdu plus de 30 kg. Son état est plus que préoccupant. Sa vie est aujourd’hui en danger.

    C’est au nom de la solidarité sportive, mais aussi au nom de la justice et des droits humains que nous déclarons notre soutien à Mahmoud Sarsak. Nous, sportifs européens, nous pensons que tout homme à droit à un procès juste et équitable. La liberté d’un homme ne peut être ôtée de manière arbitraire. Au nom des libertés civiles, au nom de la justice, au nom du droit, nous demandons la libération de Mahmoud Sarsak."

    Premiers signataires :

    Nicolas Anelka, footballeur

    Demba Ba, footballeur

    Abdoulaye Balde, footballeur

    Jonathan Bru, footballeur

    Gailord Bwasi, footballeur

    Diomansy Camara, footballeur

    Philippe Christianval, footballeur

    Omar Daf, footballeur

    Issiar Dia, footballeur

    Abou Diaby, footballeur

    Soulaymane Diawara, footballeur

    Mike Digbeu, basketteur

    Pape Diop, footballeur

    Ladji Doucouré, athlète

    Doudou Jacques Faty, footballeur

    Ricardo Faty, footballeur

    Rémi Gomis, footballeur

    Frédéric Kanouté, footballeur

    Jo Le Guen, navigateur

    Mamadou Niang, footballeur

    Nicolas Nkoulou, footballeur

    Fabrice Numéric, footballeur

    Momo Sissoko, footballeur

    Moussa Sow, footballeur

    André Gignac, footballeur

    Gael Angoula, footballeur

    Mbaye Niang, footbaleur

    Eugène Riguidel, navigateur

    Anthony Letallec, fooftballeur

  • Le 19 juin 2012 à 08:20, par

    18.06.2012

    Un Palestinien détenu en Israël et en grève de la faim depuis près de trois mois, le footballeur Mahmoud Sarsak, a conclu lundi 18 juin un accord avec l’administration pénitentiaire pour cesser son action en échange de l’engagement d’être relâché le 10 juillet, a indiqué son avocat. (...)"Il sera transféré demain (mardi) dans un hôpital civil pour être soigné et le 10 juillet il rentrera dans la bande de Gaza", dont il est originaire.

    Le sort de Mahmoud Sarsak, 25 ans, espoir du football palestinien, de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, a ému non seulement les organisations de défense des droits de l’homme, mais aussi les instances du football. Son cas avait valu à Israël une mise en garde de la part de la Fédération internationale de football (FIFA). Dans un communiqué publié mardi 12 juin, le président de la FIFA, Joseph Blatter, a exhorté la fédération israélienne à intervenir en faveur de joueurs palestiniens "détenus en violation apparente des droits de l’homme et de leur intégrité et apparemment sans droit à un procès".

    En Israël, la détention administrative autorise l’incarcération sans inculpation ni jugement pour des périodes de six mois renouvelables indéfiniment.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Union Juive Française pour la Paix (UJFP) c'est aussi ...

0 | ... | 65 | 70 | 75 | 80 | 85 | 90 | 95 | 100 | 105 | ... | 130