Une tribune pour les luttes

Observatoire des inégalités

Les conditions de travail en France

Article mis en ligne le samedi 16 juin 2012

http://www.inegalites.fr/

le 12 juin 2012

39 % des ouvriers déclarent subir des nuisances sonores sur leur lieu de travail contre 6,5 % des cadres supérieurs... Trois millions de salariés ont leur rythme de travail dicté par une machine.

Entre les métiers les moins qualifiés et le haut de la hiérarchie, les conditions dans lesquelles s’exerce le travail n’ont pas grand chose à voir, comme le montrent les données de l’enquête sur les conditions de travail réalisée par le ministère de l’emploi. Deux types d’études sont disponibles. Une "enquête sur les conditions de travail", plus globale, elle réalisée tous les sept ans auprès de 20 000 personnes, et une "enquête de surveillance médicale des expositions aux risques professionnels" (dite Sumer) qui porte davantage sur les liens entre santé et conditions de travail. Toutes deux apportent des éclairages intéressants.

Les résultats de l’enquête sur les conditions de travail

Le travail à la chaîne ou sous contrainte du déplacement automatique d’une pièce ne diminue pas, au contraire. Entre 1984 et 2005, la part de salariés concernés est passée de 9,6 % à 14,0 %. Pour l’essentiel, il s’agit d’ouvriers dont 38,8 % voient leurs gestes au quotidien commandés par une machine. Dans le secteur des services, le travail automatisé est beaucoup moins répandu, mais il concerne tout de même 6 % des employés comme des professions intermédiaires. Au total, pas moins de trois millions de salariés sont concernés.

La pénibilité physique s’accroît essentiellement pour les moins qualifiés. Près de quatre ouvriers sur dix déclarent subir des nuisances sonores et plus de la moitié exercent leur métier dans la saleté, contre respectivement 6,5 % et 8,3 % des cadres supérieurs.

A la pénibilité physique, s’ajoutent de plus en plus des contraintes de stress, liées à la rationalisation des tâches dans le secteur des services. Les cadences ne sont plus l’apanage de la chaîne ouvrière, les caissières ou les télé-opérateurs en savent quelque chose, même si physiquement leur travail est malgré tout moins usant. Les situations de tensions, que ce soit avec le public ou avec les supérieurs hiérarchiques, sont présentes à peu près dans les mêmes proportions pour toutes les catégories sociales.

Depuis le milieu des années 1980, les conditions de travail se sont plutôt dégradées. Ces données sont élaborées à partir de déclarations des salariés : pour partie, elles reflètent une exigence plus grande par rapport aux conditions de travail. Ce phénomène ne peut tout expliquer, notamment l’ampleur de la dégradation des conditions de travail pour les catégories les moins qualifiées. Elle résulte aussi d’une pression accrue sur les salariés dans un contexte de chômage de masse.
(...)

http://www.inegalites.fr/spip.php?article511


Engagez-vous contre les inégalités : soutenez l’Observatoire

le 28 mai 2012

Apportez votre soutien à l’élaboration de politiques plus justes. Participez au débat public en aidant l’Observatoire des inégalités à diffuser ses informations.

Lutter contre les inégalités, c’est important pour vous ?

Depuis 2003, tous les jours, l’Observatoire des inégalités s’attache à produire l’état des lieux le plus complet possible. Notre site Internet est devenu le principal lieu de diffusion sur le sujet, avec 4 500 visiteurs par jour en moyenne. La question des inégalités sera l’un des enjeux essentiels du débat présidentiel.

Notre association indépendante s’appuie sur un réseau de bénévoles et quelques partenaires. Moins de 10 % de notre budget provient de fonds publics.

- Nous refusons les financements de grandes entreprises, dont les dirigeants perçoivent des revenus exorbitants.

- Notre site ne comprend aucune bannière ou annonce publicitaire.

Pour que vous puissiez continuer à nous lire, nous avons impérativement besoin de votre soutien.
Pour faire un don en ligne : cliquez ici http://www.inegalites.fr/spip.php?p...

Ce geste aide tous les acteurs qui luttent contre la dégradation de la situation sociale à disposer d’informations précises. Il contribue à l’élaboration, demain, de politiques plus justes.

Le débat public se joue à armes inégales entre des groupes mobilisés disposant de moyens énormes (entreprises, fondations, "think tanks", etc.) et des structures de notre type aux ressources très réduites. L’Observatoire des inégalités ne dispose que de deux salariés en équivalent temps plein.

En tant que donateur, vous serez tenu au courant de façon privilégiée (par voie électronique) de nos projets et réalisations ainsi que de la diffusion des données importantes.

Les dons font l’objet d’une réduction d’impôts sur le revenu correspondant à 66 % du montant versé, dans la limite du plafond légal. Si vous êtes imposable et que vous nous versez 30 euros, il vous en coûte 10 euros.

Pour toute information : donateurs chez inegalites.fr ou appelez au 02 47 44 63 08.

Vous pouvez envoyer un chèque à l’ordre de l’Observatoire des inégalités, 38 rue de la Fuye - 37000 Tours.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1875