Une tribune pour les luttes

Les députés FN à l’Assemblée Nationale, de 1986 à 1988

Rappel de leurs votes antisociaux

Article mis en ligne le mardi 19 juin 2012

L’héritière Le Pen prétend envoyer à l’Assemblée Nationale des députés FN qui, nous assure-t-elle, se feront les "avocats des oubliés " (comprenez avocats des "français de souche", les vrais français, victimes des faux français et de tous les autres, les étrangers). Le pseudo-virage social du FN, on l’a déjà vu à l’oeuvre.

Le Front National a eu 35 députés aux législatives du 16 mars 1986 ( à la faveur de sucrtiin proportionnel ) jusqu’à la réélection de Mitterrand qui a dissous l’Assemblée, le vote des 5 et 12 juin 1988 n’en n’ayant réélu aucun. Il est intéressant de savoir comment ces députés ont voté, et pour quelles lois, Marine Le Pen et ses amis disant qu’elle veut le bien des Français, ne précisant jamais de quels Français elle parle. En examinant les votes ont comprend mieux :

- L’institution d’une cotisation sociale au taux de 12,6 % sur les revenus du capital : CONTRE

- Prélèvement sur les revenus du capital pour le financement de la Sécurité sociale : CONTRE

- Rétablissement de l’impôt sur les grandes fortunes : CONTRE

- Fixation à 50 % du taux de l’impôt sur le bénéfice des sociétés : CONTRE

- Suppression du forfait hospitalier : CONTRE

- Privatisations : POUR

Donc, Marine Le Pen veut donner du travail, augmenter les salaires, rendre au peuple sa dignité perdue ? Tout cela en refusant de s’en prendre aux capitalistes qui défendent farouchement les centaines de milliards accumulés. C’est pourquoi le FN soutient et a toujours soutenu les puissances de l’argent comme celles du CAC 40, tout en ayant l’air de les combattre.

En 2009 il proposait une solution à la crise : « conserver le modèle du capitalisme » en utilisant « de manière équilibrée le capital humain et le capital financier » !

En 2010, en pleine action pour la défense des retraites, le FN préconisait la liberté de choix du départ à la retraite (en clair plus de date limite), la constitution d’une épargne retraite personnelle ( une étape marquante vers la disparition du système collectif de retraite actuel ).

Et, naturellement, pas un seul mot sur la nécessité de faire payer les employeurs ! Il ne s’agit là que d’un aperçu mais combien éloquent de ce qu’est le FN : un parti au service du capitalisme.

Publié sur le blog "Pensée Libre. Liberté, Egalité, Fraternité, Solidarité " repris du site Ras le front : " Rappel salutaire".

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1855