Une tribune pour les luttes

Le Paraguay, cible d’un putsch de l’agrobusiness ?

Basta !

Article mis en ligne le mardi 26 juin 2012

Les compagnies de l’agrobusiness, Monsanto en tête, ont-elles joué un rôle dans l’éviction du président paraguayen ?

Fernando Lugo a été destitué le 22 juin lors d’une procédure d’urgence instaurée par le Sénat en moins de quarante-huit heures. La veille, la Chambre des députés a voté en faveur de sa révocation, considérant qu’il avait exercé ses fonctions d’une façon « impropre, négligente et irresponsable ». Les événements en cause remontent au 15 juin. Une opération de police vise alors à déloger des paysans sans terre à Caruguaty, à 250 kilomètres au nord-est de la capitale. Elle s’achève par la mort de onze manifestants et de six policiers. Le Parlement, contrôlé par la droite, accuse Fernando Lugo d’avoir « attisé les tensions » entre les petits paysans et les propriétaires terriens.

Fernando Lugo, ancien évêque et candidat de l’Alliance patriotique pour le changement – une coalition allant de la gauche au centre droit – a été élu en 2008 sur un programme de lutte contre la corruption et de redistributions des terres. Son projet comprenait notamment une « réforme agraire intégrale » en faveur des paysans dominés par les latifundios, les 40 000 propriétaires terriens qui possèdent 85 % des terres arables. Le président avait promis de récupérer les terres acquises illégalement durant la dictature d’Alfredo Stroessner (1954-1989) et de redistribuer des milliers d’hectares.

Ce projet a cristallisé l’opposition des grands propriétaires fonciers et des multinationales du secteur agro-alimentaire. Les brevets déposés par la firme Monsanto n’ont, par exemple, pas été avalisés par l’administration. Cette politique hostile à l’agrobusiness a visiblement précipité la chute de « l’évêque des pauvres ».

L’Alliance biodiversité (Alianza Biodiversidad [1]) condamne un « coup d’Etat » et dénonce la complicité des grandes entreprises de l’agrobusiness et des propriétaires fonciers locaux. La Conamuri, une organisation de femmes paysannes et indigènes du Paraguay, appelle les mouvements sociaux au niveau international « à exiger des éclaircissements, la justice et la fin de l’intimidation et de la persécution ». « Notre lutte pour la réforme agraire et la récupération de de toutes les terres mal acquises, demeure présente et continuera à être renforcée de jour en jour, malgré la criminalisation qui nous touche », a ajouté l’organisation.

Si le président déchu a dit « accepter au nom de la non-violence » ce « verdict injuste », il a néanmoins appelé ses partisans à manifester pacifiquement au centre de la capitale, Asunción. En mai 2010, Fernando Lugo avait défié les sojeros (les gros producteurs de soja) en proposant la régulation de l’usage des pesticides. Le lendemain même, des pressions l’obligeaient à retirer son projet de loi. Cette fois, l’agrobusiness a été plus fort que la démocratie.

Sophie Chapelle - 26 juin

Notes
[1] Composée de REDES-Amigos de la Tierra (Uruguay), GRAIN (Chili, Argentine et Mexique), ETC Group (Mexique), Campaña Mundial de las Semilla de Vía Campesina (Chili), Grupo Semillas (Colombie), Acción Ecológica (Equateur), Red de Coordinación en Biodiversidad (Costa Rica), Acción por la Biodiversidad (Argentine), Sobrevivencia (Paraguay), Centro Ecológico (Brésil)

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1875