Une tribune pour les luttes

mardi 10 juillet 2012

AVIGNON

18 h

au cinéma Utopia République, 5 rue Figuière, 84000

du mardi 10 juillet au 15 juillet

La mise en procès, mise en scène Maylis Isabelle Bouffartigue

Suivi d’un débat avec Olivier Le Cour Grandmaison et Louis Sala-Molins (voir dates)

Mise en Procès contradictoire du Code noir, du Code de l’indigénat et du Code des étrangers

comédiens : Willy Mancel, Cécile Signoret, Maylis Bouffartigue.
Compagnie monsieur madame

Adaptation et extraits de :
Coloniser, exterminer, Olivier Le Cour Grandmaison, Éd. Fayard ;
De l’Indigénat. Anatomie d’un "monstre" juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’empire français, Olivier Le Cour Grandmaison, Éd. Zones.
Le Code Noir ou le calvaire de Canaan, Louis Sala-Molins, Éd. Puf.
Les esclaves noirs en France sous l’Ancien Régime, Marcel Koufinkana, Éd. L’Harmattan.

Extraits de :
CESEDA : Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile.
Discours de Brice Hortefeux, d’Eric Besson (anciens ministres de l’immigration, de l’identité nationale et du développement solidaire), de Claude Guéant (ancien ministre de l’intérieur, de l’Outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration) de Nicolas Sarkozy (ancien président de la République française) de François Hollande (président de la république française) d’Emanuel Valls (Ministre de l’intérieur).

débat :
- 11 et 12/07 Louis Sala-Molins, professeur émérite de philosophie politique à Paris I et Toulouse II.
- 13 et 14/07 Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire, spécialiste de l’histoire coloniale et des questions de citoyenneté. Enseigne les sciences politiques et la philosophie à l’Université d’Evry.

La Mise en Procès conduit sur les chemins de l’histoire et des cultures. La loi désacralisée devient un matériau de réflexion qui appartient à tous. Nul n’est censé l’ignorer et chacun est légitimé à la juger, la critiquer et la réformer. « La Mise en Procès » jette des ponts à travers l’Histoire pour mieux stigmatiser le Code des étrangers actuel, expliquer de quoi il se nourrit et montrer que l’Histoire se répète, autrement. La loi et le politique sont mis en accusation, leur complicité démasquée, le droit servant toujours l’économie et l’idéologie, l’économie et l’idéologie justifiant toujours le droit. « En un mot, c’est l’arbitraire établi par le droit et au nom même du droit » (Olivier Le Cour Grandmaison)

Noir-chose, dont les maîtres pouvaient user et marchander les fruits à leur guise...
Indigène-sujet de nos colonies et non citoyen de la IIIème République, soumis à une loi spéciale, dite de police ...
« Étranger » aujourd’hui à la France, à nos cultures et à nos valeurs, régi par un Code en réglementant l’entrée, le séjour et le droit d’asile...
Il y a entre ces « catégories » d’individus, par essence juridique et par définition légale différents de nous, les autres, malgré le temps passé, les empires tombés, les territoires remembrés, un lien indéfectible, un instrument de comparaison ultime, une même marque qui traverse l’Histoire, notre histoire.
Esclaves, indigènes et étrangers, ils étaient et sont encore soumis à une législation d’exception, un Code : le Code Noir avant-hier, le Code de l’Indigénat hier, et le Code de l’entrée et du séjour des étrangers, et du droit d’asile aujourd’hui. Tous objets, sujets du droit et étrangers au droit...

P.-S.

Réservations / informations : 06 33 06 97 05
www.ciemonsieurmadame.org

Agenda de la semaine

jeudi 23 octobre 2014

vendredi 24 octobre 2014

samedi 25 octobre 2014

dimanche 26 octobre 2014

lundi 27 octobre 2014

mardi 28 octobre 2014

mardi 4 novembre 2014

mercredi 5 novembre 2014

samedi 8 novembre 2014