Une tribune pour les luttes

La répression, ça suffit ! Pas de nouvel aéroport, ni ici, ni ailleurs !

Notre Dame des Landes : il faut la relaxe pour Sylvain et Clément

Rendu du procès à Saint Nazaire du mardi 28 août 2012.

Article mis en ligne le mardi 11 septembre 2012


Mardi 11 septembre 2012

Le rendu des procès du 28 août

Justice rendue...

http://parolesdecampagne.blogspot.f...

Une cinquantaine de personnes étaient présentes aujourd’hui à Saint Nazaire pour entendre le verdict du tribunal concernant Sylvain FRESNEAU et Clément.

Pour ce dernier, relaxe sur violence sur gendarmes mais 2 mois de prison avec sursis pour refus de prélèvement d’ADN. En tant que citoyen, cela apparait scandaleux car finalement, la justice reconnait qu’il n’a rien fait (il ne « mérite » donc pas d’être génétiquement fiché) et on le condamne parce qu’il refuse d’être fiché.
Finalement, dans notre pays de Justice, n’importe qui peut être interpellé et condamné parce qu’il refuse le prélèvement d’ADN.

Pour Sylvain, 1 mois de prison avec sursis (c’est la peine la plus légère) mais au regard des faits, elle nous parait disproportionnée !
A la prochaine manifestation, il faudra se méfier et s’enquérir souvent de la santé des gendarmes… _ Le Procureur pourrait nous accuser de tenter de les étouffer en osant respirer le même air qu’eux, non ? Tentative d’étouffement sur gendarmes, cela va chercher dans les combien ?
Bien sûr, Sylvain et son avocat ont fait appel de cette décision de justice.

Ayant grandi dans la banlieue du 93 où la justice a parfois bien du mal à s’exercer, je ne peux m’empêcher de sourire avec incrédulité. Au tribunal de St Nazaire, il semble que personne ne peut sortir tout blanc.

Aujourd’hui, j’ai mal : j’ai mal à ma terre et à ce qu’on veut en faire, j’ai mal à mon pays (qui n’est pas celui de la liberté d’expression), j’ai mal à cette répression citoyenne sans nom alors qu’un parti si ouvert au dialogue est en place...


Les procès du 28 août 2012

http://www.scoop.it/t/acipa
http://acipa.free.fr/

Accès à Vidéos_NDL :
http://www.scoop.it/t/videos-ndl

Dans un climat assez lourd en raison d’une présence policière importante et très visible, deux opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes ont comparu devant le tribunal de Saint-Nazaire.
Sylvain Fresneau, paysan à Notre-Dame des Landes pour avoir «  commis des violences n’ayant pas entraîné d’incapacité totale de travail sur des gendarmes ».
Clément, squatteur sur la ZAD (Zone À Défendre) pour « refus d’obtempérer, violence sans arme et refus de prise d’ADN ».

Cent cinquante tracteurs venus de toute la Loire-Atlantique, du Morbihan et du pays de Redon avaient convergé sur la quatrième ville de Bretagne où les bottes de pailles avaient répandu un tapis bucolique sur la chaussée. Près de 500 personnes étaient rassemblées devant les grilles du tribunal où des banderoles contre l’aéroport sont accrochéespour manifester leur soutien aux deux opposants convoqués par la justice.

Sur une scène, des militants prennent la parole, puis, c’est au tour de Sylvain Fresneau, principal concerné par l’audience. «  Je vous remercie d’être tous venus. Je vais demander la relaxe et il n’y a pas de raison pour que je ne l’obtienne pas », déclare-t-il.

Puis, un manifestant conclut : «  J’espère qu’il y aura toujours autant de monde pour les procès à venir », car plusieurs dizaines d’autres anti-aéroports sont poursuivis pour des faits similaires. Les audiences deviennent ainsi des tribunes, et c’est un peu ce qu’il se passe à Saint-Nazaire.

A l’encontre de Sylvain Fresneau, Le procureur a requis 80 jours d’amende à 10 €, l’interdiction de manifester durant un an sur le site du futur aéroport ; contre Clément, un non-lieu pour l’attroupement, 2 mois de prison pour refus de prélèvement ADN et autant pour avoir porté la main sur un garde mobile.


Notre Dame des Landes : il faut la relaxe pour Sylvain et Clément

Martine Billard

Mercredi, 29 août 2012

Hier à Saint Nazaire avaient lieu deux procès concernant des opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes qui avaient manifesté lors de l’ouverture de l’enquête publique sur l’eau, le 21 juin : - Clément, un jeune poursuivi pour «  refus d’obtempérer, violence sans arme et refus de prise d’ADN » et contre qui ont été requis 2 fois 2 mois avec sursis - Sylvain Fresneau, agriculteur et porte-parole de l’Association Des Exploitants Agricoles (ADECA), poursuivi pour «  violences sur des gendarmes avec ou sous la menace d’une arme » (en l’occurrence son tracteur défini comme arme par destination) et poursuite de la participation à un attroupement après les sommations de dispersion. L’avocat a démontré que les sommations n’avaient pas été effectuées dans le respect de la loi et qu’à aucun moment Sylvain n’avait eu pour intention de foncer dans le barrage de gendarmes mais au contraire d’interposer son tracteur et la remorque entre les gendarmes et les manifestants pour éviter la reprise de charges contre les manifestants.

Voici la vidéo :

Ce procès est très politique, n’en déplaise à la procureure qui n’a pas eu peur du ridicule en affirmant d’entrée de réquisitoire que "la politique ne peut pas passer la porte de ce prétoire" ! La suite montrera qu’elle ne s’en priva pas point.

Alors que ce projet d’aéroport est absurde économiquement et écologiquement, Jean-Marc Ayrault s’est obstiné à l’imposer envers et contre tout, d’abord comme maire de Nantes et président d’agglo et maintenant comme premier ministre. L’opposition n’a jamais faibli et hier encore plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées devant le tribunal où étaient jugées Clément et Sylvain. Aujourd’hui Delphine Batho, ministre de l’écologie, a réaffirmé la décision de construction de l’aéroport comme si le maintien de la mobilisation inquiétait le gouvernement.

J’avais accepté d’être témoin politique en faveur de Sylvain Fresneau, au côté de François Bugel, blessé par un coup de matraque porté à la tête lors de cette manifestation, Dominique Michenot, agriculteur et élu local, Christophe Dougé conseiller régional EELV Pays de Loire, et François Dufour, vice-président EELV du conseil-régional de Basse-Normandie.

Dans mon témoignage, j’ai insisté sur le fait que Sylvain Fresneau était la figure même de citoyen qui ne se bât pas pour son intérêt personnel mais au contraire pour l’intérêt général. Au moment où tous les chiffres concernant le réchauffement climatique dépassent la cote d’alerte, où une conférence gouvernementale sur la transition énergétique est annoncée, il est absurde de prévoir cet aéroport par ailleurs inutile économiquement. En tant que députée ayant effectuée deux mandats, je ne peux qu’adhérer à la nécessité de respecter la loi. Mais pour que nos concitoyens en soient convaincus et gardent confiance en notre système démocratique, encore faut-il que les lois soient appliquées, réellement, dans leur esprit, et non de manière formelle comme dans le cas de cette enquête publique.

Il est fondamental qu’il y ait des citoyens, comme Sylvain Fresneau, qui se battent pour l’intérêt général, car ce sont souvent eux qui empêchent la réalisation de projets absurdes comme par exemple en Pays de Loire il y a es années avec le projet de transformer les marais salants de Guérande en marina.

Or ces dernières années, nous assistons à une volonté de limiter l’expression citoyenne en réprimant tous ceux qui luttent et en premier lieu les animateurs, syndicalistes, militants associatifs, militants paysans pour, en faisant des symboles de la répression, faire peur à tous les autres. Mais cela aura l’effet inverse.

Voilà en gros la teneur de mon témoignage (un témoignage c’est oral, il n’est évidemment pas question de lire un texte)

Je rajouterai, que cette répression a eu lieu le 21 juin, soit sous la présidence de François Hollande, et que dans un premier temps, comme indiqué par l’avocat lors du procès et non démenti par la procureure, cette dernière a hésité à engager des poursuites.

Alors une question se pose : le nouveau pouvoir socialiste a-t-il donné son feu vert à l’engagement de poursuites contre Sylvain Fresneau ?

Je ne peux croire que Christiane Taubira, ministre de la justice, se retrouve dans une demande de peine d’interdiction de manifestation ! Une telle peine serait une grande première dans notre République, une atteinte aux droits de l’homme digne de pays dont le non respect des libertés publiques est épinglé chaque année par la FIDH. Il marquerait d’une tâche indélébile le gouvernement.

Jean-Luc Mélenchon et moi-même avions demandé l’amnistie et l’abandon des poursuites pour tous les militants syndicalistes et associatifs lorsque François Hollande nous a reçu à l’Elysée en tant que dirigeants de parti. C’était le 5 juin. Il nous avait répondu que c’était une bonne idée et qu’il verrait si cela pouvait être inscrit dans l’ordre du jour de la conférence sociale.

Or non seulement cela n’a pas été inscrit, mais depuis silence totale malgré nos relances et maintenant de nouvelles poursuites.

Il faut que le gouvernement comprenne que ni à Notre Dame des Landes ni contre la ligne THT dans la Manche, la répression ne fera taire tous les citoyens qui se battent contre ces projets écologiquement aberrants.

Le changement c’est maintenant, disait un candidat à l’élection présidentielle. Alors qu’il le montre : le changement cela doit aussi être l’arrêt des poursuites contre les militants, l’amnistie pour ceux déjà condamnés, la réintégration dans leur emploi pour les syndicalistes licenciés.

On ne lâche rien ! ainsi que le chantaient les opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes hier devant le tribunal de Saint Nazaire.

Relaxe pour Sylvain et Clément. NON à l’aéroport de Notre-Dame des Landes


Le 21 juin dernier se tenait un rassemblement à Notre Dame des Landes contre le démarrage, ce jour-là, de l’enquête publique Loi sur l’Eau concernant le projet d’aéroport. Les manifestant-e-s dénonçaient le simulacre de consultation : dossier de 2000 pages, réponse avant le 23 juillet donc en période de vacances. Impossible et illégal : le délai doit être de deux mois. Les forces de l’ordre, nombreuses, casquées, armées de matraques et de bombes lacrymogènes ont violemment agressé les occupant-es des tracteurs et les militant-es qui barraient les accès à la mairie.

Sylvain, paysan, président de l’Association de Défense des Exploitants Concernés par l’Aéroport (ADECA) a été interpellé, le tracteur et la remorque du GAEC mis sous séquestre pendant plusieurs semaines ; son jugement pour refus d’obtempérer après sommations et menace avec arme (son tracteur) est prévu le mardi 28 août à 14H à St Nazaire.

Un mois plus tard Clément, squatteur sur la ZAD (Zone d’Aménagement Différé ou Zone A Défendre) a été arrêté chez lui, gardé à vue et son jugement pour refus d’obtempérer après sommations, violence sans arme et refus de prise d’ADN aura lieu le même jour.

D’autres convocations pourraient suivre car nous sommes nombreux-ses à ne pas avoir obtempéré après les sommations...

Devant le tribunal de Saint Nazaire se tiendra un grand meeting de soutien à la lutte contre le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes et pour l’acquittement de Sylvain et Clément.

La violence employée contre les manifestant-es ce matin du 21 juin n’était en rien «  légitime ».
Nul besoin de gazer en plein visage et de frapper à la matraque des protestataires venu-es les mains nues. À Notre Dame des Landes, depuis que AGO/Vinci a la concession, le harcèlement est quotidien : contrôles d’identités, survols d’hélicoptères, perquisitions, appels téléphoniques à toute heure, pneus de vélos crevés... 38 personnes ont déjà comparu, 17 procès pour expulsion ont eu lieu, trois sont à venir...

À Notre Dame des Landes, comme partout où nos dirigeants, l’État et les patrons, rencontrent une résistance à leurs projets déraisonnables et inhumains, c’est la même répression qui s’abat.

Les procès de Clément et de Sylvain sont une preuve éclatante que les droits de manifester et de militer sont bafoués. Dans chaque lutte contre les fermetures d’entreprises et le bétonnage des terres agricoles, contre des projets polluants (Ligne Haute Tension et nucléaire dans la Manche, TGV alpin, etc.) , des militant-es sont arrêté-es, maltraité-es, jugé-es par la justice aux ordres des dirigeants.

Ce procès symbolise la lutte de tout-es les opprimé-es contre la force que les exploiteurs utilisent pour imposer leurs diktats.

Soyons nombreux-ses à participer à cette mobilisation !

La répression, ça suffit !

Pas de nouvel aéroport, ni ici, ni ailleurs !

NOTRE DAME DES LANDES
RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN Á DES MILITANTS
MARDI 28 AOÛT
– à 12H devant le tribunal de SAINT NAZAIRE

Organisation : Coordination des opposants au projet de NDL

Covoiturage : 11H : Place de la Poste à NDL et à Beauséjour - Nantes

Contacts : Marcel Thébault 02 40 57 28 98 ;
Cyril Bouligand 06 21 04 76 84 ; Julien Durand 06 33 51 01 25

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1010